Partagez | 
 

 SUJET COMMUN N°4 - WHEN THE NIGHT IS DARK

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 11/01/2012
ϟ MESSAGE : 407
ϟ AVATAR : Capitole
ϟ MULTICOMPTE : Aucun
ϟ DISTRICT : Capitole
ϟ AGE : Immortel
ϟ METIER : Président du Capitole
ϟ LIFESTYLE : Luxueuse
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : contre
ϟ COMPÉTENCES : LEADER
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: SUJET COMMUN N°4 - WHEN THE NIGHT IS DARK   Sam 20 Déc - 18:28

WHEN THE NIGHT IS DARK


DISTRICT 13
L'estrade avait été élevé au centre de la pièce. Il avait reçu ses ordres. Il allait désormais en informer l'ensemble du District. Après un mois de silence. Ils allaient connaître leur futur, leur unique espoir. Le micro descendait du plafond, aussi ancien que leur civilisation. Le visage du Général Brunet était aussi froid et stoïque que d'ordinaire. Ce soir, il allait bouleverser le destin du Treize. Ils étaient prêts.

(...)

Cela fait un mois que Daniel Brunet, leader de l'armée du Treize est rentré de mission, ramenant avec lui trois "prisonniers du Capitol". Cela fait un mois que le Capitol sait désormais que le Treize n'est pas mort il y a des années. Cela fait un mois que personne ne sait quoi que ce soit sur cet homme et ses deux femmes que l'ont a intégrés parmi vous ni sur les plans de Lévi, votre chef. Mais aujourd'hui, vous obtiendrez des réponses à vos questions.

Nous vous rappelons que l'identité de Lévi est maintenue secrète au sein du District afin d'éviter que le Capitol n'en apprenne trop sur lui. Leader invisible, il ne s'adresse aux citoyens libres du Treize qu'au travers de son bras droit, Daniel Brunet.


________________

Pour participer vous n'avez pas besoin de vous inscrire, seulement de poster à la suite. Votre seule obligation étant de participer régulièrement à ce sujet pour le faire vivre.

Ce sujet se déroule en fin de journée, alors que l'activité décroit dans le District 13, tous s'apprêtent à retourner dans leurs quartiers pour se préparer au souper puis à la nuit. C'est alors que de nouvelles instructions vous sont données. Il vous faut vous rassembler dans la salle prévue à cette effet, au niveau -3. Une allocution va être faite.

Le sujet est ouvert à tous les habitants du Treize. En cas de questions ou pour échanger sur le sujet, rendez-vous ici.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daughter-of-fire.forumactif.fr
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 22/09/2012
ϟ MESSAGE : 286
ϟ AVATAR : Jamie Dornan
ϟ MULTICOMPTE : Rowan, Asher/Hadès
ϟ DISTRICT : 13
ϟ AGE : 34 ans, âge estimatif, personne ne détient d'information au sujet de sa date de naissance précise.
ϟ METIER : Général des armées, leader des troupes rebelles dans le District 13 mais aussi dans les autres Districts. Daniel n'est pas un commandant passif, il s'est chargé de plusieurs grandes missions d'infiltration ses dix dernières années. Il est à l'origine de l'opération dans le D.5 ainsi que du sauvetage des Prisonniers de la Fête du Printemps.
ϟ LIFESTYLE : Daniel comme beaucoup dans le District 13 ne vit pas dans l'opulence. Ils vivent tous une vie de communauté, rationnée, organisée, collective. Chacun est au service du District et chaque journée est consacrée à travailler pour le bien commun.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : LEADER
ADMINISTRATEUR DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°4 - WHEN THE NIGHT IS DARK   Sam 20 Déc - 20:28

WHEN THE NIGHT IS DARK


DISTRICT 13
L'estrade avait été élevé au centre de la pièce. Il avait reçu ses ordres. Il allait désormais en informer l'ensemble du District. Après un mois de silence. Ils allaient connaître leur futur, leur unique espoir. Le micro descendait du plafond, aussi ancien que leur civilisation. Le visage du Général Brunet était aussi froid et stoïque que d'ordinaire. Ce soir, il allait bouleverser le destin du Treize. Ils étaient prêts. Après près de cinquante ans passés à ourdir leur vengeance, la libération de Panem de ses tyrans. La révolte était en marche. Ils étaient tous là, pour l'écouter, pour entendre à travers lui les paroles de Lévi, leur chef, leur leader. Il avait tenu à ce que soient présents également les otages qu'il avait contribué à délivrer un mois plus tôt. Les galons brillaient sur les épaules de son uniforme de toile noir, il avait de la prestance dans son allure mais également dans sa façon d'être. Les cicatrices qui marbraient son corps, y compris son visage étaient la preuve de son dévouement envers son District, envers leur cause. Chacun savait qu'il avait contribué au succès de nombre de missions importantes, qu'il était celui qui transmettait les directives de leur leader. Pour cela il était respecté, admiré et écouté.

"Il y a un mois, nous avons avec succès réussit à déstabiliser l'organisation des Districts en plaçant une bombe dans une centrale électrique majeure du District 5. Cette explosion et le blackout qu'elle a provoqué nous a permis de délivrer les otages injustement punis par le Président Snow pour des actes qu'aucun de nous n'avait commis. Le Capitol nous a offert une opportunité de sortir de l'ombre, une lueur d'espoir en assassinant les Vainqueurs des Jeux, en sacrifiant une mère sur l'autel de sa justice. Panem est désormais prêt, comme nous le sommes depuis des années. Il est temps que l'injustice se termine. Que le Président Snow soit renversé, punit. Il est temps." Il fit une pose, dévisageant chaque personne présente, alors qu'un silence de mort régnait sur l'assistance. L'heure qu'ils attendaient depuis des années était venue. Il était temps de combattre. "Le Gaie Moqueur n'est pas mort dans l'arène, avec Arabella Everglade. L'étincelle de l'espoir est vivante. Elle porte désormais un autre nom, un autre visage. Prise au piège du District 11, Rowan Morgenstern est le dernier symbole de notre cause auquel est attaché le peuple. Elle s'est battue aux côtés des émeutiers du Onze. Elle incarne ce en quoi nous croyons, elle se bat pour que justice soit faite pour sa famille. C'est notre devoir de l'aider, de la soutenir dans son combat. Un escadron sera envoyé dans le 11 pour la récupérer, elle et le fils d'Owen et d'Arabella : Jace. Cette famille fut poursuivie par le Président, comme nous l'avons été. Nous les protégerons." Derrière lui, sur l'écran, défilait des images des combats ayant eu lieu un mois plus tôt dans le 11. De Rowan Morgenstern soutenant la résistance. "Nous nous soulèverons, nous sortirons de terre, telle la marée montante, nous déferlerons sur le Capitol pour renverser une tyrannie qui n'a que trop longtemps terrorisé Panem. Chacun d'entre vous aura un rôle à jouer dans cette bataille. Ce ne sera ni facile, ni sans perte. Certains mourront pour offrir la liberté à notre peuple. Mais nos enfants connaîtront enfin la chance de vivre à la surface, d'être libre de choisir leur vie. Enfin." Il fit une pose, pour laisser le temps à l'assistance d'accepter ce qu'ils venaient d'entendre. Chacun d'eux avait attendu ce moment, pour différentes raisons. Les siennes étaient simples : venger la mort de ses parents assassinés par le Capitol durant les jours sombres. "Chacun de vous recevra demain ses nouvelles tâches. Ensemble nous vaincrons."

Alors que les premiers applaudissements et murmures montaient de la salle, il quitta l'estrade, pour se mêler à la foule rassemblée. Cette journée marquerait un tournant pour le District 13.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 04/12/2014
ϟ MESSAGE : 52
ϟ AVATAR : Gemma Arterton (c) fae, tumblr, alpacinoz
ϟ DISTRICT : Treize depuis dix ans déjà, bien que le Cinq demeure à jamais dans son coeur.
ϟ AGE : Trente ans
ϟ METIER : Ingénieur en énergie
ϟ LIFESTYLE : À l'abri dans un bunker, là où il y a tout, sauf ce qui lui manque le plus. En tant qu'épouse d'un des membres les plus influents du district et elle-même responsable du gérénateur central, sa place semble enviable ; Adi est cependant enceinte de quelques semaines, ce qu'elle cache à son époux, de même que son projet de rentrer au Cinq.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : PROTECTOR
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°4 - WHEN THE NIGHT IS DARK   Jeu 1 Jan - 13:01

When the night is dark


DISTRICT 13


It's the moment of truth, and the moment to lie
The moment to live and the moment to die
The moment to fight, the moment to fight.



Ce fut face au monstre de métal assurant au Treize lumière et énergie qu’Adrianna entendit l’appel lancé par la voix nasillarde des haut-parleurs chargés de transmettre la « bonne parole » de leurs meneurs. Les nombreuses obligations affichées à l’emploi du temps du district connaissaient pour quelques rares élus dont la scientifique avait la chance de faire partie de menus arrangements ; oh, rien de très princier, simplement la possibilité de finir ce qu’elle était en train de faire avant de rejoindre la salle commune au pas de course, se faufilant entre celles et ceux déjà attablés jusqu’à trouver une place aux côtés d’amis ou de connaissances. Ce soir-là n’avait pas fait exception à la règle, et la jeune femme fronça les sourcils en levant le nez de son calepin où ses pensées se bousculaient à la pointe de son porte-mine lorsque l’annonce radiophonique destinée à rassembler tous les habitants au pied de l’estrade –et, quelque part, aux pieds du porte-parole du mystérieux Guide duquel dépendait leur colonie souterraine. Etrange… En même temps, quel meilleur moment que celui-ci pour une annonce, alors que tous se trouvaient rassemblés sous terre, s’apprêtant à aller dîner ? Les sorties à l’extérieur demeuraient bien évidemment limitées, et un système d’écrans permettaient à toute heure du jour à Levi de transmettre messages et images à ses administrés, mais pour un discours en place publique, s’offrir la certitude d’avoir un public plus que large, complet même, requérait de bien choisir son moment, et juste avant le repas de soir constituait la meilleure option pour que personne n’échappe au rassemblement de masse, en un religieux silence de mort. Tout suivait une logique au fond implacable. Et compte-tenu du caractère pour le moins extraordinaire de cette réunion, obtenir une audience au maximum de ses capacités numériques tombait sous le sens en matière d’objectif.

En se joignant à la lente cohorte d’hommes et de femmes, la brunette tâcha de trouver anodin ce vœu du Guide de leur annoncer par la bouche de son bras droit une mystérieuse nouvelle. Après tout, elle n’avait aucune raison de s’inquiéter, de sentir une pointe de nervosité menacer de commencer de tordre son estomac, à l’image d’un drap essoré par une poigne de fer… Les efforts actuels de leurs dirigeants s’orientaient tous afin d’offrir au peuple de Panem une victoire aussi rapide qu’autant sans douleur que possible, les bains de sang et autres déchirements entre districts se trouvant autant à éviter que la reprise en main totale de la situation par le Capitole. Portant, la scientifique ne parvenait à s’en empêcher : la façon de faire de Lévi lui faisait froid de dos. En fait, c’était même tout le fonctionnement du Treize qui par moment soufflait sur son âme un vent de préoccupation floue, indistincte, indescriptible. Ces gens cherchaient leur bien… Un refrain qu’Adi se répétait, qu’elle connaissait et approuvait, mais contre lequel une toute petite part d’elle-même demeurait obtusément sourde. De là à voir le mal partout, il n’y avait qu’un pas, la belle en avait conscience, si bien que pour calmer cette embryon de paranoïa contre laquelle sa raison s’opposait avec autant de force que possible, elle prenait son mal en patience, s’apaisant en songeant qu’après tout ça, après la chute des oppresseurs et de cette guerre, tout irait pour le mieux, et que tous quitteraient ce boyau aux airs de tombeau aux proportions écrasantes.

Debout dans la foule d’anonymes conversant à voix basse en attendant l’apparition du Général, la demoiselle fut rejointe par Darian, dont le regard s’éclaira doucement dès qu’il l’aperçut. En sa présence, les ombres menaçantes peuplant son esprit dans les moments de doute se fondaient dans la tendresse infinie que la Cinq éprouvait pour le taciturne ingénieur, l’apaisement que son regard simplement posé sur elle lui apportait, juste avant la secrète morsure des regrets, de ce souhait d’avoir été une meilleure épouse pour lui, une femme aimante qui ne lui aurait jamais rien caché. Malheureusement, les dés avaient été lancés, l’amour les avaient liés, et aussi sûrement qu’Adrianna ne pouvait se défaire du Cinq, elle n’aurait réussi à renoncer à l’homme de sa vie pour ses rêves, quand bien même ces derniers fussent capables de la tourmenter jusqu’à la folie.

Le discours de Brunet cependant étiola bien vite l’once de sérénité que Shield lui avait apportée en se plaçant près d’elle, imposante stature qui rassurait, qui protégeait. Adi ne put que déglutir à l’annonce de l’accélération des opérations, qui avait coûté à son district de naissance son cœur, sa centrale pour laquelle elle avait travaillé si dur tant d’années durant. Sans parler du travail de son propre père… Comment vivait-il la chose ? Avait-il été impliqué de près ou de loin dans l’explosion, en tant qu’allié des rebelles, blessé, suspect, réquisitionné d’office par le Gouvernement pour travailler d’arrache-pied afin de réparer les dégâts ? Tant de questions sans réponse, qui s’ajoutait à la liste déjà longue occupant son esprit aux heures les plus sombres de la nuit, quand le sommeil refusait de l’emporter. Lorsque le mot « enfant » empli l’air de son écho grésillant, la future mère ne put s’empêcher de déglutir, de nouveau assaillie par la sensation d’avoir gravés au fer rouge au fond du cœur les aveux d’un crime honteux ; un peu de chaleur lui fut apportée par ses doigts enlaçant ceux de son mari, qui lui rendit sa discrète étreinte sans pour autant détourner les yeux du militaire à la tribune. Adrianna glissa son regard de l‘estrade jusque ce visage dont elle connaissait les moindres détails, cette mâchoire volontaire, ces pommettes saillantes et ces iris d’un bleu acier magnétique, et qui à ce moment-là se trouvait baigné de la foi la plus sincère : Darian croyait dur comme fer à la philosophie qui animait le Treize, lui qui était né ici-bas et avait depuis toujours appris et respecté la sacro-sainte parole du Guide, heureux de participer telle une modeste pierre faisant partie d’un superbe édifice à une noble cause parée de mots allégoriques tels que liberté, égalité, justice. Et elle l’aimait, oh elle l’aimait tant pour cette droiture et ce sens de l’honneur, un amour mêlé de crainte désolée à l’idée de le voir touché en plein cœur si ce à quoi il vouait d’arrache-pied son travail s’effondrait, de le perdre s’il se rendait compte que l’être partageant sa vie ne serait pas allée jusqu’à poser la tête sur le billot afin de sauver le Treize… Le Capitole devait disparaître, cela était certain, mais à quel prix ? Une question que bien peu semblaient se poser. Sa seule raison de ne pas trop s'en faire était que Darian, de part son rôle primordial au sein du District, ne serait pas envoyé au front, un soulagement indiscible pour son âme soeur, pour qui sa perte aurait été pire, oh tellement pire que n'importe quelle victoire écrasante du Capitole.

À la fin du discours, son aimé déposa un chaste baiser sur sa joue avant de s’éclipser : son emploi du temps depuis plusieurs semaines déjà s’était sensiblement réorienté vers la production d’armes et de moyens de défense pour le district, une évolution en corrélation avec ce que le gradé venait de leur apprendre officiellement. La Shield pour sa part se retrouvait pour le moins seule aux commandes de la centrale énergétique, une responsabilité à la hauteur de ses capacités bien loin de l’effrayer, mais qui serait au moins aussi chronophage que les fonctions d’armurier en chef de Darian. Un mal pour un bien, quoi que la demoiselle soit bien incapable de déterminer si croiser moins souvent son regard l’aiderait à surmonter ses tracas, si ce manque né de ses absences n’appesantirait pas un peu plus son moral lentement à la dérive.

Reportant son regard sur la foule qui commençait à se clairsemer, Adrianna reconnut entre les silhouettes le visage de Brunet et le salua d’un bref signe de tête, pour mieux s’exhorter à se forger de nouveau une tranquille assurance à afficher en rempart entre son cœur et le monde extérieur.






gif (c) oddvalue
Thirty seconds to Mars - This is War



_________________

that's all i ask of you
And I love you, I swear that's true. I cannot live without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 26/02/2012
ϟ MESSAGE : 1155
ϟ AVATAR : Liam Hemsworth
ϟ DISTRICT : Originaire du 4, il est est actuellement un fugitif dans le 13.
ϟ AGE : 25 ans. Il a gagné la 64ème édition des jeux à 14 ans.
ϟ METIER : Il est assigné à l'intendance dans le 13, en cuisine.
ϟ LIFESTYLE : Le niveau de vie est correct et surtout équitable à chaque habitant, merci le 13. Mais sachant qu'il est un vainqueur et qu'il est originaire d'un district assez riche, il n'a jamais eu à se plaindre.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : SURVIVOR
MODÉRATEUR DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°4 - WHEN THE NIGHT IS DARK   Dim 4 Jan - 22:21

WHEN THE NIGHT IS DARK


DISTRICT 13
La seule chose à laquelle je pensais réellement en ce début ce soirée-là, était l'envie que j'avais de retourner dans mes quartiers et me laisser tomber sur le lit plus ou moins douillet qui m'avait été accordé. Travailler en cuisine me plombait le moral juste comme il fallait, et même si l'existence du 13 était une promesse dans l'avancée de la rébellion, j'en avais plus qu'assez du comportement de coincé du popotin de ses habitants. A croire qu'on leur avait fait à tous un bourrage de crâne dès la naissance, de façon à être conditionné pour une attitude militaire à la mords-moi-le-noeud. Bon, un tel système était nécessaire pour créer une mini société aussi prospère, mais à force, c'en était lourd. Les règles, les règles, les règles. Je me secouai la tête en me rappelant encore une fois que je ne serais certainement pas en vie, ou du moins pas en très bon état, sans leur "aide".

Je portai un dernier plat dans le buffet du réfectoire en préparation à l'arrivée de la première vague à venir dîner. Avec un soupir, j'enlevai enfin la ridicule charlotte que je devais porter, ainsi que mon tablier. Je n'avais pas tant faim que cela et m'apprêtai à me diriger vers mes quartiers lorsqu'on fit appel au district entier, direction la grande salle commune. Fronçant les sourcils, je me demandais ce qu'on nous voulait. Les élocutions faites par les hauts placés du district me mettaient plutôt mal à l'aise. Je n'arrivais pas à comprendre ce fait qu'avait Lévi à passer par ce Brunet pour s'adresser à son propre peuple. Même si je me sentais légèrement paranoïaque en pensant ainsi, je n'arrivais pas à m'enlever de la tête que quelque chose clochait ; qu'il ne s'agissait pas juste de se protéger.

Lorsque j'arrivai dans la salle, je parcouru la foule des yeux à la recherche d'un visage familier, en vain. Et, finalement, Brunet apparut en hauteur comme s'il était le messie de je ne savais quelle divinité intouchable. "Il y a un mois, nous avons avec succès réussit à déstabiliser l'organisation des Districts en plaçant une bombe dans une centrale électrique majeure du District 5. Cette explosion et le blackout qu'elle a provoqué nous a permis de délivrer les otages injustement punis par le Président Snow pour des actes qu'aucun de nous n'avait commis. Le Capitole nous a offert une opportunité de sortir de l'ombre, une lueur d'espoir en assassinant les Vainqueurs des Jeux, en sacrifiant une mère sur l'autel de sa justice. Panem est désormais prêt, comme nous le sommes depuis des années. Il est temps que l'injustice se termine. Que le Président Snow soit renversé, punit. Il est temps." Aussi d'accord avec lui pouvais-je être, je ne supportais pas cet air supérieur, cette façon de parler comme s'il s'attendait à ce qu'on se prosterne devant ses paroles libératrices. Mais je devais bien admettre que toute l'assemblée l'écoutait dans un silence angoissant.

"Le Gaie Moqueur n'est pas mort dans l'arène, avec Arabella Evergladde. L'étincelle de l'espoir est vivante. Elle porte désormais un autre nom, un autre visage. Prise au piège du District 11, Rowan Morgenstern est le dernier symbole de notre cause auquel est attaché le peuple. Elle s'est battue aux côtés des émeutiers du Onze. Elle incarne ce en quoi nous croyons, elle se bat pour que justice soit faite pour sa famille. C'est notre devoir de l'aider, de la soutenir dans son combat. Un escadron sera envoyé dans le 11 pour la récupérer, elle et le fils d'Owen et d'Arabella : Jace. Cette famille fut poursuivie par le Président, comme nous l'avons été. Nous les protégerons." Je fronçai les sourcils en reconnaissant Rowan sur les images retransmises dans son dos. La voir se battre ainsi me redonnait de l'espoir au même titre qu'à chacun des habitants du Treize, mais m'angoissait également. Avait-elle besoin d'elle seule sur le devant de la scène ? De risquer ouvertement sa vie ainsi ?

"Nous nous soulèverons, nous sortirons de terre, telle la marée montante, nous déferlerons sur le Capitole pour renverser une tyrannie qui n'a que trop longtemps terrorisé Panem. Chacun d'entre vous aura un rôle à jouer dans cette bataille. Ce ne sera ni facile, ni sans perte. Certains mourront pour offrir la liberté à notre peuple. Mais nos enfants connaîtront enfin la chance de vivre à la surface, d'être libre de choisir leur vie. Enfin. Chacun de vous recevra demain ses nouvelles tâches. Ensemble nous vaincrons." Et ce fut fini. Je haussai les sourcils cette fois. Décidément, c'était bien trop théâtral pour que ça sonne bien à mon oreille. J'avais envie d'y croire, mais quelque chose coinçait. Alors que la foule commençait à retourner à ses occupations, je me pris à me demander ce que ces nouvelles tâches pouvaient être. Allais-je enfin sortir des cuisines pour faire quelque chose de plus utile ? Ou me jugeaient-ils encore potentiellement dangereux ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°4 - WHEN THE NIGHT IS DARK   Jeu 8 Jan - 17:41


❝when the night is dark❞
Selah & commun

Depuis cette mission il y a un mois, Selah ne dormait plus beaucoup. Retourner sur le terrain avait ravivé des souvenirs qu'elle avait espéré perdus à jamais et chaque fois qu'elle fermait l'oeil, elle avait l'impression de se retrouver trois ans en arrière. Elle avait l'impression de se trouver en plein milieu de ce qui avait été une tuerie et ne se pardonnait toujours pas la mort de ses amis. Sa peine n'avait jamais vraiment disparue, elle s'était seulement habituée à sa présence constante et douloureuse. Comme depuis plusieurs semaines donc, la jeune femme s'était réveillée en sursaut après avoir rêvé de ce qui s'apparentait plus à un cauchemar : entre sa dernière mission en date et celle du sauvetage, elle mélangeait  les deux évènements et pas de la meilleure manière qui soit. C'était donc fatiguée qu'elle avait prit son petit déjeuner et qu'elle s'était rendue à son entrainement physique quotidien.

Profileuse depuis trois ans, sa tâche était de dresser un dossier psychologique des nouveaux arrivants. D'ordinaire, elle se faisait passer pour tout et n'importe quoi. Agricultrice, agent d'entretien, assistante médecin. Mais il y a un mois, on lui avait expressément demandé de feindre le statut de soldat. Sa couverture, elle ne l'avait pas choisit. Elle avait même été obligée d'accompagner les autres militaires lors de la mission de sauvetage d'habitants du Capitole dont elle devait à présent dresser le profil psychologique tout en gardant en tête de ne pas briser sa couverture de soldat. Selah avait parfois du mal à allier ses deux emplois du temps. Elle devait participer à tous les entrainements et toutes les réunions militaires tout en passant le plus de temps possible en compagnie -ou à une certaine distance- des nouveaux venus, de ses cibles. L'une d'elle n'était autre que Nale Targethnam. Ancien vainqueur, véritable toutou du Capitole. Aussi belle-gueule puisse-t-il être, les possibilités qu'il puisse trahir le district 13 étaient vraiment élevées et cela dégoutait un peu la jeune Grint qui elle ne pourrait jamais faire une telle chose. Elle l'avait rencontré pendant sa mission et même s'il semblait psychologiquement atteint par sa détention au Capitole, il n'en restait pas moins une possible menace. Entre piques acerbes et sourires cachés, Selah n'arrivait pas à se faire une idée fixe sur le jeune homme.

Lorsque l'alarme résonna pour signifier le début d'un rassemblement au niveau -3, Selah était déjà sur place. On lui avait fait part de l'évènement auparavant et elle avait été obligée d'accepter d'y faire part en tant que soldat. C'est de cette manière qu'elle se trouva en bas de l'estrade en uniforme. Cheveux attachés, mains derrière le dos, yeux bloqués sur la foule. Les mouvements de panique ou de révolte étaient extrêmement rares dans le 13, mais on n'était jamais bien loin d'une exception.  C'est pour cela qu'on lui avait assigné la sécurité du discours qu'elle n'écouta que d'une oreille, trop occupée à parcourir la foule de ses yeux azurs. Elle ne capta que les dernières paroles de Brunet. "Chacun de vous recevra demain ses nouvelles tâches. Ensemble nous vaincrons." Se demandant si on lui assignerait une autre couverture, Selah se détendu à mesure que la foule applaudissait. Le discours était terminé, Brunet disparu dans la salle et tous retournèrent progressivement à leurs activités à commencer par réagir silencieusement à ce qu'ils venaient d'écouter. La jeune femme regarda une dernière fois les habitants du district 13 et ses yeux se bloquèrent sur une personne en particulier. Nale. Qu'avait-il à hausser les sourcils de cette manière ? Ne croyait-il pas en le discours qu'il venait d'entendre et doutait-il de sa véracité ? Selah fronça des sourcils et se promit de ne pas oublier ce comportement étrange. Décidemment, ce garçon, elle n'arriverait pas à le comprendre.

L'heure se faisait tardive et Selah aurait déjà dû débaucher depuis quelques minutes. Elle enleva alors sa queue de cheval et secoua ses cheveux blonds en fermant les yeux. C'était un des petits plaisirs qu'elle appréciait prendre chaque soir. La sensation qu'elle ressentait après avoir défait sa coiffure n'avait pas d'égale, elle se sentait libre de tout devoirs superficiels qu'elle devait suivre lorsqu'elle portait l'uniforme. Prête à rentrer se changer pour prendre son repas, elle quitta le bas de l'estrade pour se plonger dans la foule. Mais c'était sans compter deux adolescents originaires du district 10 qui s'agitait juste quand Selah passa près d'eux. Bousculée, elle perdit l'équilibre et se cogna contre quelqu'un à sa gauche. S'agrippant à l'inconnu afin d'éviter de tomber, elle se remise rapidement sur pieds avant de le lâcher et de lever le regard vers celui qui lui avait évité la chute. Décidemment, il était partout. C'était Nale.

"Pardon, je voulais pas." dit-elle un peu trop froidement en détournant le regard ne pouvant supporter les prunelles bleues du garçon.

Remettant quelques mèches de ses cheveux lâches en place, elle épousseta son uniforme  afin de s'occuper les mains. Elle ne voulait pas qu'il puisse voir à quel point il pouvait la troubler. Entre le dégoût, l'intérêt, la méfiance et l'attirance, elle ne savait pas où donner de la tête.



© Pando
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 26/02/2012
ϟ MESSAGE : 1155
ϟ AVATAR : Liam Hemsworth
ϟ DISTRICT : Originaire du 4, il est est actuellement un fugitif dans le 13.
ϟ AGE : 25 ans. Il a gagné la 64ème édition des jeux à 14 ans.
ϟ METIER : Il est assigné à l'intendance dans le 13, en cuisine.
ϟ LIFESTYLE : Le niveau de vie est correct et surtout équitable à chaque habitant, merci le 13. Mais sachant qu'il est un vainqueur et qu'il est originaire d'un district assez riche, il n'a jamais eu à se plaindre.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : SURVIVOR
MODÉRATEUR DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°4 - WHEN THE NIGHT IS DARK   Mer 14 Jan - 17:43

WHEN THE NIGHT IS DARK


DISTRICT 13
Regarder les habitants regagner leurs quartier ou retourner à leurs occupations en attendant le dîner me donnait le tournis. Peut-être était-ce aussi à cause du discours de Brunet qui me restait en travers. Entre la curiosité de connaître les fameuses "nouvelles tâches" et le futur dégoût de découvrir qu'elles ne me convenaient éventuellement pas, je n'arrivais pas à me décider sur quel phénomène faisait naître ma migraine. J'avais également du mal à comprendre comment tout ce joli monde pouvait à ce point jouer les moutons. On se rassemble, on écoute, et on attend bien sagement que le reste nous tombe dessus. Certes le Treize était l'espoir du pays, mais qui savait encore avec méthodes ils pouvaient nous offrir la libération tant attendue ?

Avec un soupir résigné, je commençai à me mêler à la foule pour penser à éventuellement prendre un rapide souper, pour commencer. Non seulement rien ne me pressait dans ma super soirée en perspective, mais les jeunes qui partaient dans tous les sens pour être les premiers ici ou là ne me donnaient nullement envie de m'élancer à travers les corps de tout le Treize en mouvement. Dans ma réflexion, je me rendis compte à quel point j'avais raison lorsque je sentis une pression sur mon flan avant qu'une main se referme sur mes vêtements pour les tirer de toutes ses forces. what the ?

Baissant la tête avec le réflexe d'agripper ce bras qui voulait me mettre à terre, je m'aperçu que c'était encore mieux que ce que j'imaginais. Il s'agissait ni plus ni moins de Selah que j'étais ravi de voir ici. ou pas. Enfin, tout était relatif. « Pardon, je voulais pas. » Froide comme à son habitude, elle s'était dégagée de sa propre emprise sur moi. « Y’a pas de mal. Tout va bien ? » Pas que ça m'inquiétait réellement mais loin de moi l'idée de vouloir qu'un soldat du Treize se casse violemment la figure, tout de même. Je la regardai se remettre la tronche en place en me demandant ce qu'elle faisait au milieu de la foule du peuple. Que les hauts gradés du district aient des entrées et sorties réservées ne m'aurait pas étonné plus que ça. Je me rendis compte que je ne savais vraiment pas quoi lui dire lorsque je failli jouer avec mes doigts, détournant le regard des mèches rebelles de ses cheveux qui trahissaient son air de soldat renfrogné. J'indiquai l'estrade d'un coup de menton. « Magnifique speech. » A dire vrai, je me fichais qu'elle le prenne comme ça venait ou sur le ton de l'ironie. Je ne savais plus vraiment de quelle façon je devais me comporter envers elle, tout était confus. Maudits cauchemars...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 30/12/2014
ϟ MESSAGE : 38
ϟ AVATAR : Lyndsy Fonseca
ϟ DISTRICT : Elle est encore en âge de représenter le District 4 aux jeux mais en ce moment elle se trouve dans le district 13
ϟ AGE : 18 ans
ϟ METIER : Etudiante
ϟ MONEY : 20 Meetra
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : contre
ϟ COMPÉTENCES : SURVIVOR
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°4 - WHEN THE NIGHT IS DARK   Lun 19 Jan - 0:27

WHEN THE NIGHT IS DARK


DISTRICT 13

Enfin un moment qui allait se révéler intéressant. Ça faisait maintenant un mois que Sue avait intégré le district 13 et elle n'avait réussi à glaner que des informations sans la moindre importance. Ces derniers jours, la jeune fille avait eu une petite baisse de moral. Elle commençait à se sentir inutile, ne voyait pas le bout de ce supplice. Vivre dans le 13 avec une bande de Rebelles... C'était plus qu'exaspérant. Heureusement, aujourd'hui n'était pas un jour comme les autres. Aujourd'hui elle allait enfin en apprendre un peu plus. Elle allait enfin savoir à quelle sauce elle allait être mangé et ce qu'il serait intéressant de répéter au Capitole quand elle arriverait enfin à s'échapper.

Sur l'estrade se tenait celui que tout le monde attendait. Daniel Brunet... Il l'avait, soit disant, "sauvée" des griffes du Capitole, blablabla... Elle devait se montrer reconnaissante envers lui mais pour elle il restait un des piliers de ce mouvement Rebelle et, poussé à l'extrême, il restait une des première personne à abattre... Il commença un discours qui l'interloqua plus d'une fois. Il fallait qu'elle reste calme. Elle avait une mission, et il serait fort déplaisant qu'elle grille sa couverture à un moment aussi important. « Le Gaie Moqueur n'est pas mort dans l'arène, avec Arabella Everglade. L'étincelle de l'espoir est vivante. Elle porte désormais un autre nom, un autre visage. Prise au piège du District 11, Rowan Morgenstern est le dernier symbole de notre cause auquel est attaché le peuple. » Quand il prononça le nom de sa sœur, Suzanna eu un léger frisson le long du dos. Elle avait l'impression de sentir les regards d'une dizaine de personne posés sur elle... C'était gênant et elle préféra regarder un instant ses chaussures afin de cacher ses yeux. Il n'y avait pas un jour passé dans le district 13 sans qu'elle entende prononcer le prénom de sa grande sœur et  chaque fois sa rage grandissait de plus en plus... Ils ne comprenaient vraiment rien. Rapidement, la native du 4 se ressaisit quand elle entendit le nom de Rowan. Enfin. C'était pour ça qu'elle était là, avoir des infos de l'intérieur. Son ennemi se trouvait donc dans le 11 et était maintenant le nouveau "Gaie Moqueur"... Pfff.
« Un escadron sera envoyé dans le 11 pour la récupérer, elle et le fils d'Owen et d'Arabella : Jace. »  Les coins de la bouche de Suzanna se relevaient lentement et étaient presque sur le point de former un sourire. Bientôt elle serait proche de Rowan. Bientôt sa mission prendrait tout son sens. En attendant il fallait qu'elle garde son masque, qu'elle prétende... Il lui suffisait de penser à Jace pour avoir l'air honnête. Il n'avait rien demandé à personne et se retrouvait embrigadé dans cette folie sans pouvoir dire un mot. Suzanna n'avait jamais été trop famille et n'a jamais été une grande fan d'Arabella mais avec Jace c'était différent. Elle pouvait réussir à en faire quelqu'un de bien, elle en était persuadé...

A la fin du discours, les yeux de la jeune fille brillaient. « Chacun de vous recevra demain ses nouvelles tâches. Ensemble nous vaincrons. »  Enfin. Enfin ils la considéreraient comme l'une des leurs sans savoir qu'elle jouait un double jeu. Elle avait hâte qu'on lui assigne sa mission. Un vrai agent double ! Autour d'elle, différentes réactions pouvaient se lire sur les visages des gens, l'excitation, l'incrédulité... C'était compliqué de savoir si les gens y croyaient vraiment. Suzanna ne connaissait pratiquement personne dans le 13 et elle savait qu'il fallait qu'elle s'intègre pour ne pas qu'on commence à la suspecter. Ainsi, pour une fois depuis qu'elle était arrivée, elle restait là au milieu de la foule sans bouger... Elle ne rentrait pas directement vers sa chambre, en regardant le sol et en lançant des regards froids. Pour une fois, elle essayait d'avoir l'air sympathique en espérant qu'une personne, et préférablement quelqu'un qui lui serait utile, vienne lui adresser la parole...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 29/12/2014
ϟ MESSAGE : 166
ϟ AVATAR : natalie dormer
ϟ DISTRICT : district treize
ϟ AGE : trente-quatre ans
ϟ METIER : lieutenant-colonel, spécialisée dans la gestion tactique et stratégique
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : SOLDIER
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°4 - WHEN THE NIGHT IS DARK   Sam 24 Jan - 16:28

WHEN THE NIGHT IS DARK


DISTRICT 13
Gabrièla laissa un soupir s’échapper de ses lèvres lorsqu’elle replia un énième plan. Elle avait passé sa journée à planifier une partie des prochaines opérations du district treize, réfléchissant à chaque étape, à chaque conséquence que cela pouvait avoir. Si elle avait d’abord été entourée de plusieurs personnes pour coordonner chacune des actions, Gabrièla était, encore une fois, la dernière sur place. Sa tendance à la perfection la poussait souvent à passer bien plus de temps que nécessaire pour mettre en place une stratégie, vérifiant une dernière fois chaque aspect de l’opération. Heureusement pour elle, et pour sa carrière, sa façon de voir les choses et son esprit tactique amenaient souvent ses stratégies à être les plus justes. Passant une main dans ses cheveux blonds à peine coiffés, Gabrièla jeta un œil à son emploi du temps, inscrit sur son poignet depuis ce matin. Elle était attendue au niveau -3 dans quelques minutes, pour écouter Daniel faire son discours auprès du reste de la population. En tant que militaire, elle était assignée elle-aussi au bon déroulement du discours, et au vue du peu de temps qu’il lui restait, elle avait tout intérêt à s’empresser plus que cela pour arriver à temps.

Après avoir échangé quelques mots avec d’autres personnes, Gabrièla s’installa quelque peu en retrait, au pied de l’estrade lorsque les habitants du district treize commencèrent à faire leur apparition dans la pièce. L’ensemble du district était prié de se rendre à ce niveau, ce qui représentait quand même un nombre de personnes assez important. Et déjà, le district tout juste rassemblé, la voix de Daniel s’éleva, posée et sans une once d’hésitation. « Il y a un mois, nous avons avec succès réussit à déstabiliser l'organisation des Districts en plaçant une bombe dans une centrale électrique majeure du District 5. Cette explosion et le blackout qu'elle a provoqué nous a permis de délivrer les otages injustement punis par le Président Snow pour des actes qu'aucun de nous n'avait commis. Le Capitol nous a offert une opportunité de sortir de l'ombre, une lueur d'espoir en assassinant les Vainqueurs des Jeux, en sacrifiant une mère sur l'autel de sa justice. Panem est désormais prêt, comme nous le sommes depuis des années. Il est temps que l'injustice se termine. Que le Président Snow soit renversé, punit. Il est temps. » Le regard posé sur la foule, Gabrièla observa les visages, certains qu’elle connaissait bien, d’autres qui lui étaient tout juste familier. « Le Gaie Moqueur n'est pas mort dans l'arène, avec Arabella Evergladde. L'étincelle de l'espoir est vivante. Elle porte désormais un autre nom, un autre visage. Prise au piège du District 11, Rowan Morgenstern est le dernier symbole de notre cause auquel est attaché le peuple. Elle s'est battue aux côtés des émeutiers du Onze. Elle incarne ce en quoi nous croyons, elle se bat pour que justice soit faite pour sa famille. C'est notre devoir de l'aider, de la soutenir dans son combat. Un escadron sera envoyé dans le 11 pour la récupérer, elle et le fils d'Owen et d'Arabella : Jace. Cette famille fut poursuivie par le Président, comme nous l'avons été. Nous les protégerons. » Certains visages trahissaient une once d’inquiétude soudaine tandis que d’autres cherchaient vraisemblablement à comprendre le sens de ce discours, de ce qui allait se passer, maintenant. « Nous nous soulèverons, nous sortirons de terre, telle la marée montante, nous déferlerons sur le Capitol pour renverser une tyrannie qui n'a que trop longtemps terrorisé Panem. Chacun d'entre vous aura un rôle à jouer dans cette bataille. Ce ne sera ni facile, ni sans perte. Certains mourront pour offrir la liberté à notre peuple. Mais nos enfants connaîtront enfin la chance de vivre à la surface, d'être libre de choisir leur vie. Enfin. » Il était temps. Après tant d’années de préparation, tant d’années sous terre. Le district treize touchait enfin sa revanche, une revanche qu’ils avaient attendu depuis presque un siècle. Et Gabrièla n’attendait plus que cela, maintenant. Elle avait grandi pour vivre ce moment, grandi pour combattre. Et ils combattraient tous, à leurs façons, pour soulever le Capitole. « Chacun de vous recevra demain ses nouvelles tâches. Ensemble nous vaincrons. » Gabrièla n’avait aucun doute sur ce fait. Ils vaincraient. Avec des morts, des blessés. Mais naître au district treize, c’était grandir avec l’idée que le sacrifice était nécessaire. Qu’une vie pouvait être sacrifiée pour le bien commun. Déjà, les applaudissements se firent entendre, bientôt rejoint par les propres applaudissements de Gabrièla. Dans quelques temps, bien plus tôt qu’ils ne l’imaginaient probablement, leur vie allait changer. La prochaine génération ne grandirait probablement plus confinés dans ces tunnels et tous pourraient aspirer à une nouvelle vie, loin de l’emprise de Snow.

Le discours de Daniel terminé, Gabrièla se mêla à la foule. Les discussions et les murmures se mêlaient, formant un fond sonore incompréhensible pour la jeune femme. Mais elle savait bien qu’une grande partie d’entre eux s’inquiétaient. Elle-aussi, parfois. De ce qu’elle pouvait perdre dans cette guerre, pour le prix de la liberté. De ce qu’elle allait devenir, plus tard. Parce qu’elle s’était toujours battue pour le treize, et maintenant, cela semblait plus proche que jamais. Elle ne reculait pas face à cette échéance imminente qui les attendait tous, elle réfléchissait, pesant le pour et le contre de tout cela. Poussée par le mouvement de foule générée par la fin du discours, Gabe afficha un sourire lorsqu’elle tomba nez à nez avec Adrianna. « Pour une fois, on sera peut-être à l’heure pour aller dîner… » Un sourire amusé se dessina sur les lèvres de la jeune colonel, vivant très bien le fait qu’elle, et souvent Adrianna aussi, étaient constamment en retard lorsqu’elles étaient plongées dans leur travail. Mais, au fond, c’était pour la bonne cause, non ? Gabrièla observa Adrianna un instant, sachant très bien qu'elle faisait probablement partie des inquiets de la foule. Elle-aussi, au fond. Alors elle se contenta de ne pas parler du discours, préférant peut-être même parler de banalités pour noyer cette inquiétude naissante qui ne la quittait plus depuis des semaines, déjà.



_________________
maybe that what happens when a tornado meets a volcano
Now I know we said things, did things that we didn't mean. But your temper’s just as bad as mine is. You’re the same as me. But when it comes to love you’re just as blinded.. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 22/09/2012
ϟ MESSAGE : 286
ϟ AVATAR : Jamie Dornan
ϟ MULTICOMPTE : Rowan, Asher/Hadès
ϟ DISTRICT : 13
ϟ AGE : 34 ans, âge estimatif, personne ne détient d'information au sujet de sa date de naissance précise.
ϟ METIER : Général des armées, leader des troupes rebelles dans le District 13 mais aussi dans les autres Districts. Daniel n'est pas un commandant passif, il s'est chargé de plusieurs grandes missions d'infiltration ses dix dernières années. Il est à l'origine de l'opération dans le D.5 ainsi que du sauvetage des Prisonniers de la Fête du Printemps.
ϟ LIFESTYLE : Daniel comme beaucoup dans le District 13 ne vit pas dans l'opulence. Ils vivent tous une vie de communauté, rationnée, organisée, collective. Chacun est au service du District et chaque journée est consacrée à travailler pour le bien commun.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : LEADER
ADMINISTRATEUR DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°4 - WHEN THE NIGHT IS DARK   Sam 24 Jan - 21:59

WHEN THE NIGHT IS DARK


DISTRICT 13
Avec la tentative d'assassinat des parents de Gabe, Lévi, leur guide avait été obligé de se cacher, demeurant dans l'ombre. Un parmi eux. Personne ne savait qui était réellement leur leader. Personne n'avait entendu sa voix, vu son visage. Sauf Daniel. C'était sa responsabilité d'être la voix de celui qui ne se révélerait que lorsque Snow serait déchu. Lorsque sa sécurité serait assurée. L'annonce avait entraîné diverse réaction. Il lisait sur les visages leur inquiétude mais aussi l'enthousiasme de ceux qui désiraient plus que tout voir Panem libérée, pouvoir de nouveau vivre en surface. Il savait qu'il était un privilégié, il avait été amené à vivre dans Panem, à respirer l'air pur, à pouvoir se déplacer librement. Beaucoup, surtout les plus jeunes n'avaient eu que très rarement cette chance, lors d'entraînement ou de simulation de combats. Il avait été infiltré dans de nombreux districts, il avait été un Pacificateur patient, il avait gravit les échelons, il avait été fidèle à son rôle, à sa mission. Il avait fait ce qu'il devait faire pour arriver à atteindre son but. Tout avait aboutit ce jour où il avait fait explosé la centrale du District 5. Dix années de travail pour une journée. Une victoire. Un succès. Ce n'était que le début. Le plus dur arrivait. Lévi le lui avait prédit. Il y aurait des sacrifices à faire, cette guerre ne serait pas sans souffrance pour leur peuple. Il devait être leur leader. Jusqu'à la fin. Il circula dans les rangs, saluant des officiers, leurs familles, des citoyens qui chaque jour collaborait pour assurer la renaissance du District 13. Il repéra un visage dans la foule. Celui d'une jeune femme. Depuis qu'il l'avait sauvé dans l'Arène, ses pensées s'étaient souvent tournés vers elle lorsqu'il recevait les rapports de surveillance. Il n'oubliait pas les rapports du médecin chef. Elle semblait être celle qui avait le moins souffert de sa captivité... Suzanna Everglade, soeur d'Arabella, belle-soeur de Rowan. Si différente. Serait-elle un atout ou une faille dans leur jeu ? "Mademoiselle Everglade. La salua t-il d'un hochement de tête. "L'instructeur de votre section dit le plus grand bien de votre investissement au sein de votre unité scolaire. Votre acclimatation au 13 semble se faire doucement. Je suis sûr que vous êtes soulagés d'apprendre que votre belle-soeur et votre neveu sont désormais une priorité. Leur sécurité nous importe, nous ferrons notre possible pour vous ramener votre famille, saine et sauve. Pour leur bien comme pour le notre." Il voulait tester ses réactions. L'assistance de Gabe et de Selah auraient été appréciées, elles plus que quiconque excellaient dans le décryptage d'autrui mais il n'y était pas mauvais non plus. On ne survivait pas quinze ans en terre Pacificatrice sans être doté d'un bon instinct.


_________________
I can take bullets to the heart
Love it when I'm play pretending. When I can take bullets to the heart. And I'm no happy ending. But I can take bullets to the heart. Breathing violence and love. I was born on the scene. Now it runs in my blood. Yeah, you know what I mean.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 11/01/2012
ϟ MESSAGE : 407
ϟ AVATAR : Capitole
ϟ MULTICOMPTE : Aucun
ϟ DISTRICT : Capitole
ϟ AGE : Immortel
ϟ METIER : Président du Capitole
ϟ LIFESTYLE : Luxueuse
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : contre
ϟ COMPÉTENCES : LEADER
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°4 - WHEN THE NIGHT IS DARK   Sam 24 Jan - 22:26

WHEN THE NIGHT IS DARK


DISTRICT 13
Le discours que vous attendiez depuis des années vient enfin d'être prononcé. Le district 13 entre en guerre contre Panem. Le président Snow sera jugé pour ses crimes. Son règne touche à sa fin. Telle est la décision qui a été prise aujourd'hui. Le District 13 va sortir de l'ombre. Chacun va de son commentaire, les gens se regroupent par petit nombre, discutant entre eux. Certains sont impatients, d'autres ressentent de l'appréhension. Que va devenir le District 13 ? Qu'est-ce qui les attends eux qui ne sont pas des militaires ?

Alors que les murmures se mêlent en écho au-dessus de vos têtes. Une secousse ébranle brusquement la salle, jetant les corps les uns contre les autres. Le sol tremble. Une explosion ébranle le plafond. C'est alors que retentis l'alarme, celle que vous avez tous apprit à connaître depuis les jours sombres : une alerte aux bombardements. Le District 13 est attaqué.

(...)

Vous pouvez dans le début de votre RP continuer de répondre aux dialogues que vous venez d'engager avec vos voisins bien entendu. Cependant vous devez terminer votre RP sur votre réaction suite aux bombardements. Etes-vous tombés, avez-vous été légèrement blessés ? Ne réagissez pas trop en "avant". Des instructions vous seront envoyés par MP dans la semaine pour préciser votre sort (mouahaha) .

Sachez que lorsque cette alarme retentit, les portes d'un bunker dans les profondeurs du District s'ouvrent pour accueillir toute la population et la protéger. Ce bunker se situe au niveau -23. Vous devez vous y rendre en décédant toute une série d'escalier. C'est la cohue. Vous devez donc vous dirigez vers cette "protection". Vous apprendrez rapidement si vous accéderez à cet espace ou non ...


________________

Pour participer vous n'avez pas besoin de vous inscrire, seulement de poster à la suite. Votre seule obligation étant de participer régulièrement à ce sujet pour le faire vivre.

Le sujet est ouvert à tous les habitants du Treize et vous pouvez le rejoindre à tout moment. En cas de questions ou pour échanger sur le sujet, rendez-vous ici.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daughter-of-fire.forumactif.fr
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 04/12/2014
ϟ MESSAGE : 52
ϟ AVATAR : Gemma Arterton (c) fae, tumblr, alpacinoz
ϟ DISTRICT : Treize depuis dix ans déjà, bien que le Cinq demeure à jamais dans son coeur.
ϟ AGE : Trente ans
ϟ METIER : Ingénieur en énergie
ϟ LIFESTYLE : À l'abri dans un bunker, là où il y a tout, sauf ce qui lui manque le plus. En tant qu'épouse d'un des membres les plus influents du district et elle-même responsable du gérénateur central, sa place semble enviable ; Adi est cependant enceinte de quelques semaines, ce qu'elle cache à son époux, de même que son projet de rentrer au Cinq.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : PROTECTOR
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°4 - WHEN THE NIGHT IS DARK   Lun 26 Jan - 15:59

When the night is dark


DISTRICT 13


Now I see fire
Inside the mountain.




La confiance. Tout était question de confiance dans ce vaste monde, envers ses proches, ses amis, et plus que tout envers des idées et des dirigeants censés en incarner les défenseurs. Adrianna aurait eu bien du mal à répondre si quelqu’un s’était aventuré à lui demander si elle se fiait au Guide. Assurément, un oui aurait fini par franchir la barrière de ses lèvres, à quel prix cependant ? Jusqu’à présent, les décisions de Lévi avaient été dédiée au bien-être des habitants du Treize, précaire certes, mais optimisé autant que possible, cela on pouvait au moins le reconnaître, de même que le bienfondé des mesures de sécurité voulant que pour protéger leur meneur de possibles infiltrés à la botte du Capitole, ce dernier n’apparaisse jamais en public, au point que tous ignorassent son visage. Qui savait, Lévi était même peut-être une femme ! Néanmoins, tout ce mystère laissait une étrange impression à la jeune femme, comme si on avait tenté de leur cacher quelque chose sous un prétexte à la logique si rigoureuse… Mais peut-être était-ce l’atmosphère en elle-même qui menaçait de faire voir à la jeune femme des sorcières là où il n’existait aucune : depuis bien longtemps, le district fantôme retenait son souffle dans l’attente de pouvoir enfin affronter la lumière du jour et les terribles promesses à arracher à chacune des batailles qui seraient à mener contre le Président, cela se sentait, se percevait avec le même instinct que celui susurrant aux bêtes sauvages qu’elles se trouvaient en danger. La Shield était une scientifique, elle ne se serait  en aucun cas permise de croire à ce genre de choses, aux sixième sens et autres dons de précognition inconsciente ; malgré cette belle raison tâchant de garder dignement le cap, cette sensation dérangeante ne parvenait à s’estomper, hantant les recoins les plus sombres de sa conscience pour mieux y semer le doute au moment opportun.

De bien sombres ruminations qui, alors que Darian avait disparu et que la foule commençait doucement de revenir à la réalité après un si exaltant discours pour mieux se diriger vers la salle commune, furent ravalées bien prestement alors que Gabrièla Lehman entrait brusquement dans son champ de vision, profitant de ce rapprochement involontaire pour lui glisser un petite boutade. Adi lui en fut reconnaissante, comme en témoigna un petit sourire en parfaite harmonie avec celui de la soldate : il lui fallait masquer ses démons envers et contre tout, un exercice rendu moins amer par les marques de bienveillance que lui témoignaient ses amis et connaissances du Treize, inconscient du bien que cela lui procurait, tel un peu de baume sur une bien méchante brûlure. Le déni, voilà ce que lui rappelaient ces petits détails rendant la vie sous terre moins étouffante, un déni si semblable à celui qui permettait à tout être humain de vivre sans songer qu’un jour il retournerait à la poussière. Oh, c’était si simple, il suffisait de se dire que tout irait bien, et d’employer toutes ses forces à oublier le sentiment que tout ceci n’était que poudre aux yeux dans un château de fragile cristal…

-Nous aurions alors une double raison de faire de cette soirée un moment mémorable… ! lui répondit la brunette sur le même ton désinvolte et doux.

Puis ce fut le chaos, une apocalypse digne de vous rappeler à quel point l’être humain n’était qu’un fétu de paille emporté dans la tourmente d’un univers qu’il ne contrôlait en rien. Secouée par l’onde de choc générée par la bombe, Adrianna se retrouva pour ainsi dire quasiment dans les bras de Gabrièla, et il ne fallut qu’une brève seconde à sa panique pour refaire surface. Livide, son regard s’était fixé sur le couloir où quelques minutes auparavant son mari s’était engouffré pour retourner à son laboratoire.

-Oh mon Dieu, Darian… bredouilla-t-elle en blêmissant, avant de tenter d’esquisser comme un automate un pas à contre-courant, en direction du boyau rocheux si peu protégé contre les dégâts des explosifs, sans complètement réaliser que la gradée lui bloquait le passage.

L’idée de s’assurer de la sécurité de son époux commençait à tourner en son esprit, insistante, terrifiante, aussi violente que le désir d’un claustrophobe de sortir d’une pièce close. C’était d’ailleurs à la façon de ces êtres terrifiés par l’idée de s’asphyxier que respirait la demoiselle éperdue d’inquiétude, laissant supposer qu’en plus du désordre alentour à contenir, Gaby devrait composer avec l'affolement naissant de l’ingénieur.






gif (c) tumblr
Ed Sharan - I See Fire



_________________

that's all i ask of you
And I love you, I swear that's true. I cannot live without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 22/09/2012
ϟ MESSAGE : 286
ϟ AVATAR : Jamie Dornan
ϟ MULTICOMPTE : Rowan, Asher/Hadès
ϟ DISTRICT : 13
ϟ AGE : 34 ans, âge estimatif, personne ne détient d'information au sujet de sa date de naissance précise.
ϟ METIER : Général des armées, leader des troupes rebelles dans le District 13 mais aussi dans les autres Districts. Daniel n'est pas un commandant passif, il s'est chargé de plusieurs grandes missions d'infiltration ses dix dernières années. Il est à l'origine de l'opération dans le D.5 ainsi que du sauvetage des Prisonniers de la Fête du Printemps.
ϟ LIFESTYLE : Daniel comme beaucoup dans le District 13 ne vit pas dans l'opulence. Ils vivent tous une vie de communauté, rationnée, organisée, collective. Chacun est au service du District et chaque journée est consacrée à travailler pour le bien commun.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : LEADER
ADMINISTRATEUR DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°4 - WHEN THE NIGHT IS DARK   Mar 27 Jan - 21:28

WHEN THE NIGHT IS DARK


DISTRICT 13
L'attaqua n'avait pas été détectée avant que les premières bombes ne touchent le sol. Leur système de sécurité avait failli. Ils tiraient à l'aveugle sinon les bombes auraient été moins nombreuses. Il le devinait au nombre de secousses qui ébranlaient le plafond. Une attaque à l'aveuglette mais qui pouvait faire des victimes, l'alarme s'était déclenchée, les portes du bunker enfouies dans les profondeurs avaient dues s'ouvrir. Les multiples exercices d'évacuation ont permis de prévenir ce type d’événement. Chacun sait ce qu'il doit faire. "AU BUNKER !" Gabrièla était à l'origine de ce plan, il la chercha dans la foule en mouvement, son regard croisa celui de son second, un simple échange de regard, une conversation muette et, il la perdit de vue. "AU BUNKER !" Son communicateur grésillait, bruissement agaçant mais perceptible malgré le tumulte ambiant. On cherchait à le joindre. Il devait descendre au bunker, prendre la direction des opérations, abandonner l'évacuation aux personnels militaire. Il s'engagea dans les escaliers, s'apprêtant à descendre les 33 niveaux le séparant du fond du district 13. Arrivé devant les portes du bunker il apostropha l'un des militaires présent. "Grint, recensé les présents !" avant de pénétrer dans le centre de commandement.

[...]

"Everglade, Shield, Lehman sont manquants mon Général." L'angoisse lui noue la gorge. Comme cette nuit-là dans la centrale électrique. Gabe. Il perçoit la même peur chez Darian mais lui a toute légitimité pour céder à ses angoisses, lui est un mari, Daniel n'est rien pour Gabe. Il ne le peut pas. C'est une militaire comme une autre. Son second. Un second qui détient dans son esprit chaque stratégie de défense du 13, un second qui ferait un otage de choix si elle tombait dans les mains du Capitole. Tout comme Adrianna, qui a aidé à concevoir le générateur d'énergie. Et la jeune Everglade, qui en sait trop maintenant et à qui il n'est pas certain de faire confiance. "Danie..." Le général ne le laisse pas achever sa phrase. "Je vais aller la chercher Shield, vous devez maintenir notre défense et le générateur opérationnel. J'ai besoin de vous ici Darian, je vous ramènerai votre femme." et la sienne, une fois de plus, il ne pouvait pas la laisser derrière lui. "Et vous devez découvrir ce qui guide leurs tirs. Ils frappent le dôme. Ils savent que nous sommes là, quelque part sous terre. Dites-moi d'où vient ce signal et laissez-moi ramener Adrianna."

[...]

"Très bien Targethnam, vous venez. Équipez-le." Ordonna-t-il à son ordonnance en enfilant lui-même sa tenue d'intervention. D’un simple regard il s'assura que Grint se chargerait de le garder à l'oeil. "Avez-vous repéré leurs signatures thermiques ?" Hochement de tête négatif. "On garde le contact par radio à ondes courtes, guidez-nous Shield, nous devons trouver et détruire cet émetteur, et ramener les disparues." Il glissa sur ses épaules la lanière de son MP5 avant de faire son premier pas en dehors du bunker.


ORDRE DE POSTE

Daniel
Adrianna
Selah
Gabrièla

Nale
Suzanna


_________________
I can take bullets to the heart
Love it when I'm play pretending. When I can take bullets to the heart. And I'm no happy ending. But I can take bullets to the heart. Breathing violence and love. I was born on the scene. Now it runs in my blood. Yeah, you know what I mean.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 04/12/2014
ϟ MESSAGE : 52
ϟ AVATAR : Gemma Arterton (c) fae, tumblr, alpacinoz
ϟ DISTRICT : Treize depuis dix ans déjà, bien que le Cinq demeure à jamais dans son coeur.
ϟ AGE : Trente ans
ϟ METIER : Ingénieur en énergie
ϟ LIFESTYLE : À l'abri dans un bunker, là où il y a tout, sauf ce qui lui manque le plus. En tant qu'épouse d'un des membres les plus influents du district et elle-même responsable du gérénateur central, sa place semble enviable ; Adi est cependant enceinte de quelques semaines, ce qu'elle cache à son époux, de même que son projet de rentrer au Cinq.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : PROTECTOR
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°4 - WHEN THE NIGHT IS DARK   Mer 28 Jan - 14:00

When the night is dark


DISTRICT 13


The night is dark, and full of terrors.


L’instinct humain est une des choses les plus étranges régissant l'univers, une des plus puissantes aussi, et des plus irraisonnées. Adrianna, si elle n’avait écouté que son bon sens, aurait suivi les règles établies et répétées inlassablement par les autorités du District concernant les attaques aériennes, que d’ailleurs Daniel Brunet résuma à deux reprises, en s’époumonant dans le vacarme ambiant. Mais une idée fixe l’habitait jusque dans la moindre partie de son esprit, au point de prendre le contrôle de sa personne comme l’aurait fait un marionnettiste d’une poupée désarticulée, un élan irrépressible dont l’unique source se trouvait être le plus illogique de tous les sentiments, à savoir l’amour. Repoussant Gabrièla sans plus de procès, la brunette ne semblait même plus voir l’officier, pas plus qu’elle ne percevait les annonces faites par haut-parleurs, les hurlements de l’alarme, ou les regards interdits de ceux qu’elle bousculait en quittant la salle pour s’enfoncer avec difficulté dans le couloir. Ballotée par la foule, elle tenta de longer les murs tout en tâchant de porter son regard loin devant, dans l’espoir d’apercevoir Darian revenant sur ses pas, parmi les habitants sains et saufs qui, eux aussi, suivaient leur instinct, celui de conservation qui les enfermait tout autant qu’Adi dans leurs peurs les plus primaires. À plusieurs reprises, son épaule s’érafla contre la paroi, alors que ses pairs la repoussaient parfois sans ménagement ; pourtant, chaotiquement, l’ingénieur parvint à gagner la cage d’escaliers, où les marches selon le point de vue s’envolaient vers le ciel ou au contraire s’enfonçaient inexorablement dans les profondeurs. Se lançant bravement à l’assaut du flot d’anonymes à présent bien plus dense, la Shield se savait seule, seule contre tous, alors que la lieutenant-colonel avait très certainement dû abandonner le projet de la rattraper pour la ramener à la raison, débordée par l’urgence de la situation. Entre sauver des centaines de personnes en canalisant les réfugiés et la secourir elle, Lehman n’hésiterait pas, et Adrianna le savait pertinemment. Au Treize, tout le monde était indispensable, mais pas irremplaçable. Une cruelle vérité qui ne la conforta que plus ans son désir de retrouver son époux : si elle abandonnait, personne ne se soucierait de lui, du moins en avait-elle l’intime conviction.

Une bourrade plus violente que les précédentes lui fit perdre l’équilibre, et ce ne fut que grâce à un réflexe ainsi qu’à beaucoup de chance que la jeune femme ne se brisa par les dents sur le nez de la marche suivante. Se relever fut bien vain, tant l’indifférence générale sanctionnait son refus de suivre les consignes en cas d’alerte : à terre, son corps fut sévèrement malmené, la laissant dans l’incapacité de se redresser, de seulement essayer d’attirer l’attention ou la pitié. Yeux clos, son univers ne devint bientôt plus que chaos, alors que repliée en position fœtale contre la paroi, elle tentait de se protéger des coups involontaires qui couvraient peu à peu son corps de bleus. Ainsi prostrée, son enfant survivrait… Lorsqu’un talon heurta violemment sa tempe, tout sombra dans les plus noires ténèbres.

Difficile de dire ce qui lui fit reprendre connaissance : le fracas des obus pilonnant la surface, les secousses générées par les bombes, la douleur lancinante lui cisaillant le ventre, ou peut-être fût-ce un peu tout cela à la fois. Ce fut comme de s’éveiller d’un cauchemar pour replonger dans un autre, bien plus réel, bien plus mortel, dénué de tout espoir de prendre fin en ouvrant tout simplement les paupières. Adrianna, hébétée, se rendit compte qu’elle osait à peine respirer, tant la souffrance irradiait à travers chacun de ses muscles, de ses organes. Sa première pensée fut pour son bébé, ce fragile embryon qui ressemblait encore à bien peu de choses, là au fond de son être : se pouvait-il que… ? L’absence de trace de sang sur ses vêtements ne la rassura qu’à moitié, elle qui ne possédait aucune réelle base en matière de médecine. À première vue, elle n’avait pas perdu l’enfant, et ne souffrait d’aucune plaie ouverte, malgré ses hématomes ; ce qui ne signifiait pas forcément que tous deux se trouvaient tirés d’affaire. Dans son esprit confus, plusieurs hypothèses tournoyaient, cauchemardesques : fausse-couche, hémorragie interne, hanche déboîtée, côte brisée sur le point de perforer un organe, rate éclatée… Avec une violence dont elle aurait eu du mal à se croire capable, la scientifique se força à se calmer et à repousser aussi loin que possible l’envie de céder à l’affolement. Pour l’heure, elle était de nouveau pleinement consciente, et l’état relativement correct des escaliers lui permettrait de gagner le bunker, si du moins elle parvenait à mettre un pied devant l’autre –et non d’un chien, Adi allait y arriver, pour Darian, pour son futur nouveau-né. Si tu souffres, c’est que tu es en vie. Alors bas-toi, ma fille.

Sa première tentative de se mettre debout lui arracha un cri de douleur qui se réverbéra contre les murailles alentour, partiellement gommé par l’enfer que déchaînait le Capitole au-dessus de sa tête. Il lui semblait que son abdomen n’était plus que tissus déchiquetés, malmenés à chaque mouvement au point de faire danser devant son regard des lueurs fantomatiques de bien mauvaise augure. Une nouvelle seconde dut être consacrée à l’apaisement de cette sensation de déchirement, avant que son courage ne reprenne le dessus. Oh, comme il était tristement ironique de voir toutes les promesses qui pouvaient être formulées en des situations aussi précaires… S’accrochant à la rambarde pour s’attaquer degré par degré aux dizaines de mètres la séparant de l’abri principal, la Shield se surprit à prier, jurant à une entité obscure que si elle s’en sortait, elle ferait tout pour empêcher Snow de nuire, elle mettrait toute son énergie à faire de la vie au Treize un quotidien plus confortable encore, elle confierait à Darian qu’il allait être père, et que ses craintes n’avaient été que pures chimères, en comparaison de l’amour inconditionnel qu’elle lui portait, ainsi que du bonheur de fonder avec lui une famille.

Une nouvelle secousse la fit déraper, contraignant la blessée à effectuer une autre pause. Non, ça n’allait pas, son rythme était beaucoup trop lent, et si son état de santé s’avérait effectivement inquiétant, le temps que la malheureuse rejoigne les autres risquait fort de causer des dommages irréparables à son corps.
Il lui sembla alors entendre le lointain écho de pas contre le métal des marches, dont la Cinq avait cru déceler le bruit malgré le pilonnage du dôme ainsi que le sang battant frénétiquement à ses oreilles. Etait-ce le fruit de son imagination ? De toute façon, Adrianna n’avait pas grand-chose à perdre.

-Ohé, s’égosilla-t-elle aussi fort que sa douleur le lui permit, il y a quelqu’un ?! Je suis là !

Information pour le moins inutile, vu que la personne qu’elle tentait d’appeler –si du moins cette dernière était bien réelle-, ne saurait si elle devait monter ou descendre pour la rejoindre. Mais inconsciemment, l’ingénieur sentait que chercher à quel niveau elle se localisait n’aurait fait qu’aggraver les choses, tant le nombre d’étages la séparant encore du trente-troisième sous-sol demeurait encore invraisemblablement grand, à la limite de l’infranchissable.






gif (c) gemmartertondaily


_________________

that's all i ask of you
And I love you, I swear that's true. I cannot live without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 29/12/2014
ϟ MESSAGE : 166
ϟ AVATAR : natalie dormer
ϟ DISTRICT : district treize
ϟ AGE : trente-quatre ans
ϟ METIER : lieutenant-colonel, spécialisée dans la gestion tactique et stratégique
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : SOLDIER
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°4 - WHEN THE NIGHT IS DARK   Sam 7 Fév - 17:52

WHEN THE NIGHT IS DARK


DISTRICT 13
Elle allait répondre à Adrianna. Au moment-même où la terre sembla s’arracher dans un bruit qu’elle ne connaissait que trop bien. Des bombes. Ils étaient bombardés. Le corps d’Adrianna s’écrasa contre le sien lorsqu’une secousse violente parcourut le sol, manquant de faire à son tour basculer Gabrièla. « Oh mon Dieu, Darian… » Ses mains agrippées à Adrianna, Gabrièla empêcha cette dernière de se précipiter soudainement dans l’endroit le moins sécurisé du bâtiment. « Par-là ! » Sa voix fut couverte par le bruit insoutenable des bombardements, poussant Gabrièla à retenir Adrianna encore un instant. Mais déjà, son regard se mit à parcourir le bâtiment, observant le mouvement de foule en panique. Et elle lâcha Adrianna. Elle ne pouvait pas la retenir plus longtemps, perdre du temps et risquer la vie d’autres personnes pour sauver celle qui ne le souhaitait pas. Un dernier regard vers Adrianna, Gabrièla fit volte-face et observa un instant l’état du plafond. La situation semblait bien plus critique qu’ils ne l’imaginaient. Mais ils étaient entrainés. Et instinctivement, elle rassembla à son tour les habitants du treize pour qu’ils rejoignent au plus vite le bunker. « AU BUNKER ! » Malgré l’alarme stridente, les explosions et la panique ambiante, Gabrièla releva instinctivement la tête lorsqu’elle reconnut la voix de Daniel. Leurs regards se croisèrent un instant, suffisamment pour qu’ils puissent se comprendre, silencieusement, qu’ils s’organisent. Ils connaissaient tous les deux ce plan par-cœur, puisqu’elle avait passé tant de temps à le concevoir, appuyée par l’expertise sans faille de Daniel. Ils se perdirent de vue, chacun reprenant sa mission. Ils savaient ce qu’ils avaient à faire. Mais l'idée qu'il lui arrive quelque chose l'effrayait, vraiment. Elle ne savait pas réellement ce qu'il était pour elle, mais cela ne suffisait pas à faire taire cette angoisse qui grandissait. Mais elle se reprit tant bien que mal, chassant cette idée de sa tête pour reprendre sa mission. Chaque soldat avait sa mission et les nombreuses simulations d’évacuation avaient permis à tous de connaître la marche à suivre. Pourtant, c’était différent. Il ne s’agissait plus d’une simulation, les lumières ne se rallumeraient pas soudainement et chacun ne retournerait pas vaquer à ses occupations habituelles. C’était réel, bien réel.

Le mouvement de foule était incroyable, la panique ne cessait de monter dans l’assemblée alors que les habitants du district dévalaient déjà les escaliers. « Plus vite, allez ! » Gabrièla amena les dernières personnes du groupe vers les escaliers menant au bunker et se retourna pour vérifier qu’elle était bien la dernière dans la salle. Et dans un élan instinctif, elle s’élança à son tour dans les escaliers, fermant la marche des habitants du district treize.

Trente-trois niveaux la séparaient des tréfonds du district treize, seul endroit capable de résister correctement à des bombardements massifs et à contenir l’ensemble du district plusieurs jours. Mais trente-trois niveaux, c’était long. Des centaines de marches que Gabrièla dévalaient une à une. Chacun de ses pas était rythmé par le bruit d’une bombe qui explosait à la surface, toujours plus près, toujours plus fort. A l’air libre, le territoire de l’ancien district treize était grand, bien trop grand pour qu’aujourd’hui, le Capitole puisse viser les yeux fermés et de façon si précise. Il y avait quelque chose d’autre qui les guidait. Mais elle savait que Daniel était probablement déjà au fond du district treize et qu’il gérait la situation. Elle, elle n’avait plus qu’à descendre ses escaliers. Ce n’était pas si compliqué. Une autre secousse manqua de lui faire perdre l’équilibre, laissant le bruit des murs émettre des sons étranges. Elle n’eut pas le temps de réaliser que le mur commençait à s’effondrer que déjà, une pierre lui heurta violemment la tête. Tout sembla soudainement différent, lointain. Elle sentit ses jambes se dérober sous elle, la laissant basculer en avant contre les trop nombreuses marches qui lui restaient à parcourir. L’impact de son corps contre les marches fut lointain alors que son esprit semblait s’éloigner de plus en plus. Elle cligna des yeux furieusement, soudainement paniquée alors que la luminosité déjà faible des escaliers semblait diminuer et que l’alarme stridente devint un bruit lointain, bientôt inexistant. Sans qu’elle puisse y faire quoique ce soit, son corps sombra dans l’inconscience.

Elle s’éveilla soudainement, ramenée à la réalité par une douleur violente à la tête et à la cheville. Elle tâta le sol un instant avant de se relever, fermant les yeux quelques secondes quand les murs se mirent à valser autour d’elle. Gabrièla le savait, elle n’avait pas beaucoup de temps devant elle avant de rejoindre le bunker. Combien de temps avait-elle été inconsciente, elle n’en savait strictement rien. Elle passa ses doigts délicatement contre la plaie sur l’arrière de son crâne, la poussant à constater que cela saignait mais qu’elle ne risquait visiblement pas de mourir d’une hémorragie. S’asseyant, elle observa sa cheville gauche et elle ne put s’empêcher de grimacer de douleur. C’était gonflé, étrangement gonflé même. S’aidant de son autre jambe, elle se releva avant de poser son pied gauche au sol, ce qui lui arracha un cri de douleur violent. Génial.

Elle avait repris sa descente, s’aidant de la rambarde pour sauter de marche en marche tout en lâchant des insultes bien salées contre le Capitole. Elle était en colère, contre le Capitole, contre sa cheville, contre cette foutue pierre et contre ces foutues marches qui n’en finissaient pas. Elle avait peur, aussi. Bien qu’elle préférait maintenir sa colère pour éviter de paniquer. Elle avait mal, vraiment. Et elle était trop lente, elle le savait. Pourtant, elle était incapable de poser son pied au sol et de s’appuyer dessus pour descendre une marche sans que la douleur ne lui donne une envie de malaise. « Ohé ! Il y a quelqu’un ?! Je… »  Le bruit d’une nouvelle bombe couvrit le reste de cette voix ? Avait-elle rêvé ? Avait-elle réellement un traumatisme crânien tel qu’elle entendait déjà des voix ? Pourtant, Gabrièla se mit à descendre plus vite, manquant de dévaler une nouvelle fois les escaliers la tête la première. « IL Y A QUELQU’UN ?! » L’idée de ne plus être seule dans ce foutue couloir lui donnait de l’espoir. Peut-être qu’à deux, les chances de gagner le bunker plus rapidement allaient être plus importantes. C’est comme cela qu’elle tomba nez à nez avec Adrianna, visiblement pas dans un meilleur état physique qu’elle. « Il faut qu’on se dépêche… Viens, à deux ça sera plus simple. » Elle tenta d’adresser un sourire le plus rassurant possible à la jeune femme. Parce qu’au fond, Gabrièla ne savait rien de ce qui se passait au bunker, ni dehors. Appuyée contre la rambarde pour ne pas trop appuyer sur sa cheville, Gabrièla passa son épaule sous celle d’Adrianna. « Ça va ? » Elles n’avaient de toute façon pas le choix que de descendre, encore.

Ainsi épaulées l’une par l’autre, leur démarche n’était pas beaucoup plus rapide, mais probablement un peu moins douloureuse. « Ils vont nous envoyer de l’aide dès qu’ils le pourront. » Disait-elle cela pour se rassurer elle ou pour rassurer Adrianna ? Elle n’en savait rien. Mais l’idée de mourir ensevelie sous les décombres ne lui plaisait guère. Et elle pensait à Daniel, aussi. N'était-pas la deuxième fois qu'elle se retrouvait dans une situation pareille ? Viendrait-il la retrouver ? Elle l'espérait plus que tout, même si l'idée qu'il lui arrive quelque chose à cause d'elle lui nouer le ventre d'angoisse. Et soudainement, quelques mètres plus bas, une silhouette à peine éclairée par les lampes encore allumées se dessine devant elles. « Heeey, on est là ! » Leur démarche encore chancelante, Adrianna et Gabrièla s’approchèrent de la silhouette, se demandant bien à qui elles avaient affaire.


_________________
maybe that what happens when a tornado meets a volcano
Now I know we said things, did things that we didn't mean. But your temper’s just as bad as mine is. You’re the same as me. But when it comes to love you’re just as blinded.. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 26/02/2012
ϟ MESSAGE : 1155
ϟ AVATAR : Liam Hemsworth
ϟ DISTRICT : Originaire du 4, il est est actuellement un fugitif dans le 13.
ϟ AGE : 25 ans. Il a gagné la 64ème édition des jeux à 14 ans.
ϟ METIER : Il est assigné à l'intendance dans le 13, en cuisine.
ϟ LIFESTYLE : Le niveau de vie est correct et surtout équitable à chaque habitant, merci le 13. Mais sachant qu'il est un vainqueur et qu'il est originaire d'un district assez riche, il n'a jamais eu à se plaindre.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : SURVIVOR
MODÉRATEUR DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°4 - WHEN THE NIGHT IS DARK   Jeu 19 Fév - 16:26

WHEN THE NIGHT IS DARK


DISTRICT 13
A peine avais-je eu le temps de m’assurer que Selah ne s’était pas fait mal contre moi, ni à cause des personnes qui l’avaient bousculée, c’était bientôt un moindre mal. La bouche ouverte, je me demandais ce que je pouvais bien ajouter à la conversation lorsqu’une violente secousse secoua l’endroit. Pris d’étourdissements par le choc de la surprise, je mis quelques secondes avant de me rendre compte que les résidents couraient déjà dans tous les sens et qu’un « AU BUKER ! » avait traversé la foule à plusieurs reprises. On bombardait le district ? Le Capitole était donc au courant de son existence et n’avait aucune limite. Les grondements des murs s’intensifiaient, et je pris soin de suivre le mouvement de façon mécanique jusqu’au fameux bunker qui, selon moi, n’était pas tant facile d’accès. Enfin, il était tout à fait logique qu’il soit si profondément enfoui, mais avec autant de monde et de panique, il n’était pas aisé de s’y rendre en temps et en heure tout en s’assurant de ne heurter personne en chemin.

Selah avait été chargée de recenser les habitants une fois tout en bas, mais il en manquait trois. Ou comment parfaitement démontrer que les règles du district ne faisaient pas tout. Les secousses étaient de plus en plus fortes et irrégulières, des jeunes enfants criaient et pleuraient, rendant l’atmosphère un peu plus insupportable. J’entendis Brunet ordonner une mission de sauvetage dont Selah devait faire partie. C’était ma chance. Je m’approchais avant même d’avoir concrètement repéré les lieux, ne souhaitant pas m’y attarder. « Puis-je aider ? » Je savais très bien que j’étais encore considéré comme un potentiel espion à la botte du Capitole mais cette pensée arrivait encore à me donner la nausée. Chose parfaitement démontrée à Brunet qui me dévisageait en étant perplexe pendant quelques secondes, avant de finalement accepter. Selah m’aida à m’équiper avant que nous n’avancions dans les couloirs à la recherche des manquants. Et nous étions repartis pour une session d’escaliers à n’en plus finir.

Voir Selah si concentrée dans son travail était assez déroutant. Je savais bien quel était son statut de soldat haut gradé mais je ne l’avais jamais réellement vue « à l’œuvre ». Quant à ses collègues, ils représentaient bien la discipline militaire du district, tout simplement. L’on commença à crier les noms des retardataires. Plus les étages passaient, plus les tremblements de la terre se faisaient sentir. Les escaliers vibraient, les lumières étaient éteintes, des bouts de plafond et de murs commençaient à se détacher et tomber violemment  sur le chemin et au centre de la montée pour rejoindre le bunker. Dans un réflexe, je me penchai par-dessus la rambarde métallique pour vérifier qu’aucun civil ne s’y trouvait, avant d’entendre mon prénom, crié par Selah que je vis à peine en redressant mon cou. Une lourde pierre s’abattit sur mon crâne, m’entraînant avec elle dans sa chute. La douleur était telle que je ne la différenciais pas du choc que me procurait d’atterrir devant l’entrée du bunker, une demi-douzaine d’étages plus bas. Un liquide chaud se déversa dans mon cou pendant que tout devenait de plus en plus noir. Des bruits de pas, puis un silence lourd provoqué par une inconscience qui m’envahit. Et puis, plus rien.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
IDENTIFICATION PASS

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°4 - WHEN THE NIGHT IS DARK   
Revenir en haut Aller en bas
 

SUJET COMMUN N°4 - WHEN THE NIGHT IS DARK

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» SUJET COMMUN N°4 - WHEN THE NIGHT IS DARK
» Sujet-commun : Intrigue 1
» the birds are singing , the night is beautiful, but anything can happen [ sujet commun]
» 2. Bal masqué - Sujet commun
» SUJET COMMUN // joyeuse Saint-Valentin !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daughter of Fire :: INTRIGUE N°1-
Sauter vers: