Partagez | 
 

 SUJET COMMUN N°3 - ALL BEGINS WITH A SPARK

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 11/01/2012
ϟ MESSAGE : 407
ϟ AVATAR : Capitole
ϟ MULTICOMPTE : Aucun
ϟ DISTRICT : Capitole
ϟ AGE : Immortel
ϟ METIER : Président du Capitole
ϟ LIFESTYLE : Luxueuse
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : contre
ϟ COMPÉTENCES : LEADER
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: SUJET COMMUN N°3 - ALL BEGINS WITH A SPARK   Dim 30 Nov - 11:23

ALL BEGINS WITH A SPARK


Districts SECESSIONAIRES
Un mois s'est écoulé depuis l'explosion de la centrale électrique. Le District 11 est donc isolé depuis plus de trente jours bien qu'un pont aérien ait été organisé par les Districts 10 et 12, une disette s'est installée dans le coeur du District, isolé des champs et des sources d'eau. Le climat est tendu, tandis que les Pacificateurs ont sécurisés le coeur de la ville, isolant l'Hôtel de Ville et la Gare. Vous pouvez voir les champs de l'autre côté de la Grille sans pouvoir en approcher, la faim vous tenaille et vous ne pouvez que regarder. Soudainement le courant fluctue alors que vous êtes chez vous, dans les rues, la nuit est presque tombée lorsque la Grille n'est plus alimentée. L'espoir, les champs, la nourriture enfin accessible. Vous vous précipitez vers les champs, attrapant sac ou panier, tout ce qui pourrait vous permettre de stocker de la nourriture le temps de cette coupure. Les Districts 10 et 12 vous ont parlés de ces brusques arrêts de courants dans vos messages, dus à une surcharge du réseau. C'est la première fois que vous en profitez ainsi. Rowan Morgenstern, que vous abritez tous depuis plus d'un mois, cause de votre isolement du reste de Panem contemple la liesse, étrangement sur ses gardes. C'est presque trop beau ... Et si vous tombiez tous dans un piège ?

(...)

Après un mois d'isolement total, le coeur du District 11 est enfin libéré du joug de la Grille. L'accès au champ est à nouveau possible pour ceux qui ont été piégés dans l'enceinte du District depuis l'émeute du 11. Des centaines d'affamés se précipitent vers les champs, en quête de nourriture, de liberté. C'est presque trop beau pour être vrai. Etes-vous méfiant ? Plein d'espoir ? Vous précipitez-vous pour aider les plus faibles à faire le plein de nourriture ? Restez-vous en arrière, veillant sur la Grille, à l’affût du moindre grésillement ? Tenez-vous à l'oeil la partie de la ville contrôlée par les Pacificateurs ?

________________

Pour participer vous n'avez pas besoin de vous inscrire, seulement de poster à la suite. Votre seule obligation étant de participer régulièrement à ce sujet pour le faire vivre.

Ce sujet se déroule en fin de journée, alors que l'activité décroit dans le District 11, tous s'apprêtent à rentrer chez eux. Si vous habitez dans les Districts 10 ou 12 vous devez trouver une raison à votre présence de l'autre côté de la Grille. Les Champs vous sont aussi ouverts, puisque l'alimentation a été coupée des deux côtés de l'enceinte. Venu soutenir la rébellion, aider avec le pont aérien pour approvisionner le 11, profitez-vous de cette opportunité de faire vous aussi le plein de fruits et de légumes ? C'est un sujet très important car la fin nous permettra d'enrichir l'intrigue !

Le sujet est ouvert à tous les habitants des districts Capitole ou Union du Capitole. En cas de questions ou pour échanger sur le sujet, rendez-vous ici.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daughter-of-fire.forumactif.fr
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 18/02/2012
ϟ MESSAGE : 1384
ϟ AVATAR : Jennifer Lawrence
ϟ MULTICOMPTE : A. Hadès Yaxley / Daniel Brunet
ϟ DISTRICT : District 12 actuellement prisonnière du 11
ϟ AGE : 21 ans
ϟ METIER : en fuite
ϟ LIFESTYLE : Difficiles mais subvient à ses besoins
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : HUNTER
ADMINISTRATRICE DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°3 - ALL BEGINS WITH A SPARK   Dim 7 Déc - 19:06

I'M NOT THE MOCKINGJAY


District D.11 - CENTRE VILLE
Elle se réveilla haletante, une flèche brandit devant elle. Poignardant un ennemi qui n’existait que dans son esprit tourmenté. Elle se laissa retomber sur sa couche, le froid moite, les mains tremblantes. Un mois. Cela faisait un mois qu’elle était ici, prise au piège. A la merci du capitole. Jace était surement apeuré bien qu’en sécurité. Et Gale... Gale s’en était-il sortit indemne ? Ils avaient été séparés cette nuit-là. Avant que la Grille ne soit réalimentée, les séparant durablement. Elle avait tué cette même nuit, pour les sauver, pour éviter le massacre d’innocents. Elle avait tué pour sa survie, pour elle-même, pour lui, pour ses pauvres gens qu’on abattait comme des chiens. Ce n’était pas aussi douloureux qu’elle l’avait prévue, sur l’instant elle n’avait pas réfléchit, elle avait amorcé sa flèche, visé et lâché son trait. Elle ne s’était pas posée de question. Elle voulait que sa famille, que l’homme qu’elle aimait, vive. Elle ne voulait plus que quiconque qu’elle aimait meurt entre les mains des Pacificateurs. Alors, elle avait agi. Pour couvrir leur retraite, pour s’assurer de vivre. Elle avait endossé le rôle qu’Arabella avait placé sur ses épaules en mourant lors de l’Expiation. Elle était devenue le Geai Moqueur, ce symbole qu’incarnait sa belle-sœur avant de mourir. Une responsabilité dont elle ne voulait pas. Elle ne l’avait jamais voulu. C’était Owen et Arabella les héros. Ses rocs et non l’inverse. Elle était encore une jeune fille, elle ne pouvait pas porter ce poids sur ses épaules. Pas maintenant. Mais ce jour là, elle avait incarné cet idéal. Pour survivre. Elle n’avait pas pu atteindre la grille à temps. Elle n’avait pas pu se mettre en sécurité, disparaitre dans les bois comme elle le faisait depuis l’Expiation. Elle était restée du mauvais côté de la Grille. De celui où les gens attendaient beaucoup d’elle, du côté où on attendait qu’elle dirige la révolution. Mais, elle n’était pas un leader, elle n’était un militaire, elle ne savait rien de la rébellion. Elle était simplement une chasseuse. Là s’arrêtaient ses compétences. Dans un premier temps elle avait essayé de les aider, très vite des hommes et des femmes s’étaient proposés pour l’aider, la suppléer, la remplacer. Elle était une étincelle qui avait aidé à embraser le feu de la Révolution. Son rôle était désormais de rassurer ceux que l’enferment effrayait, de veiller au confort des blessés. Mais les instincts de chasseur ne vous quittaient pas soudainement avec l’enfermement. Si certains pensaient qu’ils étaient à l’abri, que le Capitol avait renoncé, ce n’était pas le cas de Rowan. Voilà ce qui la réveillait en sursaut la nuit, non pas les visages de ceux qu’elle avait tué, mais des cauchemars, celle de la capture de ses proches, de la mort de Gale, de Jace entre les mains de Snow. Elle avait peur. Chaque cellule de son corps lui criait que quelque chose se préparait. Elle avait surveillé les mouvements des Pacificateurs retranchés près de la gare depuis les hauteurs des bâtiments d’habitation c’était l’absence d’agitation qui l’avait alerté. Quelque chose clochait elle en était certaine. Et c’était ce qui la tourmentait dès qu’elle s’assoupissait un instant. Rangeant sa flèche dans son carquois elle se redressa pour enfiler ses vêtements chauds et son arc. Il était illusoire de songer à se rendormir. Silencieusement elle quitta la maison de la famille qui l’avait hébergé pour la nuit. Une nouvelle journée commençait. Semblable au trente dernières. Tout du moins c’était ce qu’elle pensait.

Les lumières avaient fluctués dans l’hôpital de fortune installée près de la Grille. La main de Rowan ne trembla pas lorsque les lumières s’éteignirent, la pénombre lui permettait de distinguer le bord de la plaie. La main sure elle referma la suture quand les premiers cris retentirent. « La Grille, la courant est éteint ! » La foule, les cris, la liesse. Elle se redressa, récupérant son arc posé près du blesser et sortit. Elle se plaqua contre le mur de l’hôpital pour éviter la cohue, l’accès au champ était ouvert. La fin de la famine, de la peur du rationnement. Le paradis défendu encore accessible. C’était trop beau, presque trop pour être vrai. Galahad. Elle s’élança, persuadée de le trouver près de la seconde grille, celle qui séparait le district du reste de Panem. Si l’alimentation y avait été coupée ... Il fallait qu’elle le trouve. Qu'elle soit sûre qu'il y allait bien. Que Jace allait bien. Il saurait, il comprendrait son inquiétude. Il fallait quitter le district tant qu'il était temps. Maintenant.


_________________

MY BROTHER DIED FOR US. FOR FREEDOM.
There’s a limit to your love like a waterfall in slow motion like a map with no ocean. There’s a limit to your love your love, your love, your love.  There’s a limit to you care, so carelessly there, is it truth or dare. There’s a limit to your care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°3 - ALL BEGINS WITH A SPARK   Lun 8 Déc - 11:16

SAVING YOU


District D.11 - ABORDS
Au premier signe, il s'est juré d'y pénétrer. Trente jours d'horreur, d'effroi, d'attente d'angoisses. Trente jours à se ronger les sangs, à anticiper le pire, à revivre ce moment où tout bascule. Elle, capturée entre ses grillages électrifiés et lui, emporté loin, déjà trop loin pour se vouer au même châtiment qu'elle. Il a été stupide de penser qu'il pourrait la rejeter indéfiniment. Il a été bête de se montrer aussi odieux. Il a été égoïste, incroyablement égoïste. Son impuissance lui arrache plusieurs heures de sommeil chaque nuit. Il dort peu, pense beaucoup. Remords et inquiétudes se disputent le terrain. Il doit agir, faire quelque chose. La conversation n'a pas été aisée avec Goldheart. Il a dû aller à cette extrémité pourtant. Serrant la mâchoire à chaque mort craché et accusant chaque tournant houleux entre eux avec une patience qui défie l'entendement. La vérité, c'est qu'il voit mal cette potentielle collaboration se dérouler favorablement et aboutir sur une entraide réellement fructueuse. Pourtant, où aller chercher des alliés ? Il y a la rébellion. Mais par où débuter les recherches ? Et puis, il y a sa famille qui ne semble pas encore prête à le suivre dans une telle aventure. C'est eux qu'il va mettre en danger si il fait le moindre faux pas. Toujours ces responsabilités, toujours ce poids qu'il se traîne depuis qu'il est rentré de l'arène. Pourquoi avoir la sensation d'être le perdant quand on lui clame le titre de vainqueur ? Gale n'a jamais l'esprit tranquille au milieu du silence. A croire que l'absence de son favorise les voix maussades dans sa tête. Il sort, marche, court. Après avoir renié le moindre contact entre une arme et sa paume, de peur de blesser, parfois même de peur de se blesser lui-même dans un moment d'égarement, il s'est forcé à dépasser cet handicap. Son arbalète a retrouvé sa place sur son épaule à l'instar de son carquois. Il veille à s'entraîner quotidiennement depuis que le district 11 détient Rowan. Dans l'espoir que ça soit utile, dans l'espoir de redevenir un peu celui qu'il a pu être. C'est illusoire. Mais c'est mieux que de s'isoler au fond de sa chambre pour fixer des fantômes accusateurs.

Des rumeurs ont couru. Assez intrigantes pour qu'il étende sa marche, aujourd'hui encore, vers le district voisin. Il aurait pu prévenir Goldheart. Il aurait pu, oui. Mais il ne se sent pas d'humeur à le gérer, ni à se gérer. Il ne se fait toujours pas confiance et ne pourrait se pardonner le moindre acte de violence gratuite, même si il serait ravi de refaire le portrait de cet imbécile. Nerveux, ses doigts pianotent sur la structure métallique qu'il transporte. Il gagne les champs en ne diminuant jamais sa cadence. Sur place, il s'assure de rester à couvert pour observer ce qu'il peut derrière les grilles. Quelques heures filent tandis qu'il ne bouge pas de son poste, une flèche déjà prête à partir. Ses sens traquent les moindres bruissements tandis que son esprit s'abandonne encore une fois dans un passé révolu. Il n'a toujours pas réussi à faire le point sur ce qu'il est, ce qu'il veut et ce qu'il doit faire. Les notions même de bien et de mal semblent se confondre depuis qu'il est revenu. Il sait juste ce qu'il ne veut pas. Que Rowan souffre, que le capitole l'emmène. L'idée qu'elle soit terrorisée quelque part, peut-être maltraitée lui donne envie de hurler. Il doit se contenir. Il doit garder la tête froide. C'est un cri qui lui annonce que quelque chose d'anormal se produit. Il se rapproche, l'arme au poing et arrive à hauteur des limites. Il entend alors l'alerte. Il comprend. L'électricité. L'espoir se distille dans sa pupille tandis qu'il se met à vouloir traverser chaque barrière pour la retrouver. Les gens commencent déjà à affluer dans sa direction, hystériques. Il s'en fiche et cherche à entrer à son tour. Que ça soit un piège ou non, il n'en a rien à faire. Il doit la trouver, l'éloigner, la protéger. C'est tout ce qui compte désormais. Il est bousculé, la folie donne des ailes à tous les habitants du district 11 qu'il croise. Mais il parvient à se faufiler parmi la foule, marche à contre-sens encaissant les coups de coudes et de pieds que les affamés lui offrent. Il l'appelle déjà, il scande son nom jusqu'à ne plus avoir d'oxygène mais sa voix est engloutie par la cohue. Ses yeux la traquent encore et encore. Il reconnaîtrait son visage entre mille. Il va la retrouver. Il doit la retrouver.

Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 18/02/2012
ϟ MESSAGE : 1384
ϟ AVATAR : Jennifer Lawrence
ϟ MULTICOMPTE : A. Hadès Yaxley / Daniel Brunet
ϟ DISTRICT : District 12 actuellement prisonnière du 11
ϟ AGE : 21 ans
ϟ METIER : en fuite
ϟ LIFESTYLE : Difficiles mais subvient à ses besoins
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : HUNTER
ADMINISTRATRICE DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°3 - ALL BEGINS WITH A SPARK   Dim 14 Déc - 10:29

I JUST WANT THEM BACK


District D.11 - CENTRE VILLE
Ce qu’il y avait eu entre eux. Cette passion, l’amour sincère et jeune de deux adolescents n’était pas mort le jour où il était entré dans l’Arène. Ce qu’il avait fait, ce qu’elle l’avait vu faire pour lui revenir n’avait en rien entamé la foi, l’amour qu’elle lui portait. Elle savait aujourd’hui que si la situation avait été inversée. Elle aurait tué pour le retrouver, pour protéger ce qu’il y avait entre eux. Elle savait aussi qu’elle n’avait pas en elle de remords pour les vies des Pacificateurs qu’elle avait pris lors de l’émeute, pour assurer leur survie. Elle protégeait sa famille, l’homme qu’elle aimait, Jace, pour cela elle était prête à tout. Y compris à tuer sans éprouver de doutes. Elle l’avait fait. Ce n’étaient pas les visages des hommes dont elle avait pris la vie qui la hantaient la nuit mais bel et bien ceux de ceux qu’elle avait laissé en vie, qui la guettait dans ce district, menaçant l’équilibre de sa propre vie. Gale et Jace. Que deviendraient-ils sans elle ? Jace n’était encore qu’un petit garçon. Comment serait-il élevé sans l’aide matérielle qu’elle apportait à sa famille « adoptive » ? Et Gale, qui le préserverait de sombrer totalement dans la folie, les ténèbres qui l’habitaient ? Lorsqu’elle avait été blessée et qu’il l’avait soigné, lorsqu’il l’avait empêché de sombrer dans le coma d’une plaie infectée, elle avait compris que ce qui existait entre eux n’était pas mort pour lui, qu’il pourrait être à nouveau l’homme qu’il était, qu’il vivrait avec ses démons, pour elle. Qu’il en avait la force. En tuant le jour de l’émeute, elle avait également comprit qu’elle était plus comme son père qu’elle ne l’avait jamais soupçonnée, si son frère avait à son retour de l’arène été hanté par l’horreur, elle dormait sans regrets. Son père lui avait dit un jour qu’un chef de famille ne pouvait pas regretter ce qu’il faisait au nom de l’amour des siens. Il avait raison. Ils étaient en guerre, des Morgenstern étaient morts dans l’Arène, dans les Mines du Douze, certains avaient été enlevés par le Capitole et devaient être morts eux aussi. Il ne restait qu’elle, Jace et Gale. Ils étaient en guerre. Elle ferait ce qui devait être fait pour préserver sa famille. Les cauchemars viendraient quand la guerre aura pris fin, elle n’avait pas le choix. Elle ne pouvait pas être faible. Elle le savait au fond d’elle. Elle était destinée à n’aimer qu’un homme toute sa vie et à s’assurer que Jace et lui survivent à tout cela. C’était son destin. D’être l’amante d’un seul homme, la mère d’un enfant privé de ses parents par un gouvernement despotique. Elle n’était pas le leader de la rébellion, elle n’était qu’une jeune femme qui voulait vivre et voir sa famille prospérée à nouveau. Elle voulait fuir ce District. Disparaitre dans les bois, emmener avec elle Jace et Gale. Aider Gale à renouer avec lui-même, élever Jace à l’abri de la guerre, quelque part dans la forêt. Retrouver sa vie. Et quitter ce costume de leader qui ne lui seyait pas.

Elle courait, remontant le flot de citoyens se précipitant vers les champs. Elle savait que c’était là sa seule chance. Il devait être là. Quelque part. Il ne pouvait en être autrement. Elle le sentait, au fond d’elle-même, il était là. Il la cherchait. Séparés mais unis. Comme autrefois. Elle pouvait le retrouver dans les bois du Douze aussi facilement que si elle avait remonté sa piste. Elle savait percevoir sa présence. Elle devait simplement laisser son instinct la guidée mais également ... se méfier. Car durant un mois entier l’alimentation de la Grille n’avait pas fluctuée une seconde. Son coeur la poussait à se précipiter vers la Grille tandis que tout son être se rebellait à cette idée. Quelque chose n’allait pas. Elle aurait dû se méfier. Elle le savait. Mais elle devait retrouver Gale, rien n’avait plus d’importance que cela, de le trouver, de fuir.  Elle restait insensible aux appels des habitants du Onze, elle courrait en direction de la Grille. Et soudain elle l’entendit. « ROWAN ! ROWAN ! » Un cri. Un appel. Une voix. Galahad. Il était venu. « GALE ! » Elle avait crié à son tour. Le cherchant dans la foule. Ne le voyant pas. Plus tard, elle réfléchirait à cet instant. Au moment où elle l’avait aperçu dans la foule. Où son cœur avait manqué un battement, où son instinct l’avait prévenu d’un danger. Elle l’avait heurtée de plein fouet, se serrant contre lui une seconde avant de le tirer dans l’ombre d’un dortoir. Répétant son prénom, encore et encore dans un murmure contre son cœur. Son cœur lui hurlait de partir, de bouger mais son instinct lui hurlait le contraire. Ils sont là. Quelque part. Un piège. C’était un piège. « Tu es venu... » Murmura-t-elle en se serrant contre lui, s’accordant un moment pour savourer ses retrouvailles. Avant de revenir à la réalité. Avant d’essayer d’analyser sa réaction au moment où elle l’avait vu. Comme si ... une arme était pointée sur eux. Comme si on les guettait.


_________________

MY BROTHER DIED FOR US. FOR FREEDOM.
There’s a limit to your love like a waterfall in slow motion like a map with no ocean. There’s a limit to your love your love, your love, your love.  There’s a limit to you care, so carelessly there, is it truth or dare. There’s a limit to your care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°3 - ALL BEGINS WITH A SPARK   Mar 16 Déc - 22:13

FINDING YOU


District D.11 - Centre ville
La masse le comprime, encombre sa progression. Il serre la mâchoire, se force à respirer entre deux cris expulsés. Les mouvements de panique lui rappellent de mauvais souvenirs. La course vers la corne d’abondance. Le début de la traque et tous ces hurlements. Ce n’est pas le présent. Ce n’est pas l’arène. Reprends-toi Gale. Elle est forcément là. Il est convaincu qu’elle se tient quelque-part là au milieu de la marée d’êtres vivants. Sa conviction se mue déjà en sensation. Il peut presque la sentir. Un de ses nombreux appels se fait avaler par le brouhaha avant d’obtenir une réponse. La voix de Rowan s’élance et distance le déluge. Il court plus vite, il devient plus agressif, écartant tout obstacle sur son passage avec moins de douceur et de rigueur. Tout ne se résume désormais qu’à elle. C’est à peine si il a conscience du reste de la situation. Ses yeux fouillent toujours plus frénétiquement les visages et puis, elle apparaît, silhouette vacillante au milieu de l’agitation. Son visage se crispe faisant écho à son palpitant recroquevillé sur lui-même. Il peut l’apercevoir après ce qui lui a semblé être une éternité. Sa détermination se fait plus pressante, violente. Il manque presque de relâcher son arbalète afin de se délester de ce poids pour pouvoir la rejoindre plus vite. Avant qu’elle ne lui échappe. Cette seule perspective l’angoisse. Mais un éclair de lucidité lui rappelle qu’ils sont toujours en danger. Ça ne l’empêche pas de se jeter sur elle comme il aurait pu le faire en d’autres circonstances. La collision est brutale. Deux météores à la course programmée. Il aurait pu la perdre. Il aurait dû vivre avec ça. Durant une seule et unique seconde, leur étreinte est la seule chose le maintenant encore debout, cloué au sol par le soulagement et par l’émotion. Trop vite, elle l’écarte pourtant du flot constant d’humain. Il se laisse porter mais garde bien sa prise sur son bras, hors de question de la lâcher. Il observe à peine le décor dans lequel elle le tire, trop occupé à cueillir ses murmures. Ses bras la pressent contre lui un peu plus quand sa voix forme une phrase, il ne changerait pas sa place pour tout l'or du monde.

Ses mains remontent furtivement jusqu’à ses tempes, il cale sa tête sur son front l’espace d’un instant pour lui répondre essoufflé « Bien sûr… Jamais je ne pourrais  t’abandonner. » Jamais sonne faux. Il a dû la lâcher pour partir aux jeux. Il l’a laissée là aussi quand il est revenu. Peut-il encore lui promettre ça ? Aujourd’hui, oui, en tout cas. Il ne peut pas l’oublier et il s’y refuse de toute façon. « Je suis désolé de ne pas avoir pu venir plus tôt. » Ses doigts redescendent nerveusement sur les bras de la jeune femme jusqu’aux coudes tandis qu’il prend assez de recul pour aviser sa silhouette, pour jauger de son état, pour se rassurer très certainement. « Tu n’as rien ? Tu n’es pas blessée ? »  Il serre la mâchoire à la seule idée qu’elle ait été touchée ou attaquée d’une façon ou d’une autre. Tout ça, c’est sa faute de toute façon. Elle n’aurait pas atterri ici s’il n’avait pas été là pour l’y attirer. De bien des façons, il lui est néfaste mais il tait cette part de lui pour pouvoir se focaliser sur l’essentiel. Elle. Le regard de la brune semble changer subitement, effaçant l’euphorie fugace de ces retrouvailles et méfiant, il s’écarte juste assez pour jeter des regards frénétiques sur les lieux, comprenant à demi-mot le danger latent. La retrouver, c’est fait. La protéger, c’est en cours. La mettre à l’abri, c’est pour après. Se fixer des objectifs, ça l’aide. La suite s’impose, il cale mieux son arbalète sur son épaule avant d’articuler assez solennellement « On ne peut pas rester ici. » L’évidence l’oblige à plaquer l’inquiétude sur ses traits tirés. Tout ça, c’est trop beau pour être vrai et ils doivent rester sur leurs gardes. Quelque chose cloche, lui aussi l’a senti et il préfère être loin avant que ça ne se confirme.


Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 18/02/2012
ϟ MESSAGE : 1384
ϟ AVATAR : Jennifer Lawrence
ϟ MULTICOMPTE : A. Hadès Yaxley / Daniel Brunet
ϟ DISTRICT : District 12 actuellement prisonnière du 11
ϟ AGE : 21 ans
ϟ METIER : en fuite
ϟ LIFESTYLE : Difficiles mais subvient à ses besoins
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : HUNTER
ADMINISTRATRICE DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°3 - ALL BEGINS WITH A SPARK   Dim 21 Déc - 12:30

YOU CAME BACK FOR ME


District D.11 - CENTRE VILLE
Le soulagement. L’apaisement. Un sentiment de sécurité, de justesse. Une seconde elle s’abandonna dans ses bras, au bonheur de sa présence, au soulagement que lui apportait son soutien, au bonheur qui vrillait son cœur à l’idée qu’il était revenu pour elle. Il était venu la chercher. Il ne l’avait pas abandonné. L’homme qu’elle avait connu n’était pas totalement mort. Elle l’avait su lorsqu’il l’avait sauvé dans le Douze, lorsqu’il l’avait soigné alors que sa blessure s’était infectée, il l’avait protégé et soigné. Il avait lutté contre ses souvenirs, contre lui-même pour veiller à ce qu’elle survive. Elle avait su alors qu’il pouvait redevenir une partie de celui qu’il était autrefois, il avait besoin d’elle pour cela. Elle l’avait enfin comprit. Mais le blackout lui avait également fait comprendre qu’elle était sa plus grande faiblesse, s’était en la pensant dans le Onze qu’il s’était rendu ici. Pour la sauver. Ils avaient été séparés dans la cohue. Prisonnier l’un et l’autre du mauvais côté de la Grille. Seul. Perdu. Ses mains sur sa peau, son souffle contre ses joues. Il était bel et bien là. Elle n’était plus seule. « Bien sûr… Jamais je ne pourrais t’abandonner. » Pourtant, il l’avait fait, le jour où il était rentré triomphant des Jeux. Pour elle. C’était l’amour qu’il lui portait qui l’avait forcé à survivre, à tuer. Il avait tué pour elle. Pour lui revenir. Et tout avait changé. Elle le comprenait mieux désormais. Elle avait tué. Elle ne s’était pas effondré mais il n’y avait là rien d’étonnant, elle avait tué pour vivre, il avait tué pour cela également mais c’était le contexte qui rendait les vies qu’il avait prise comme un immense gâchis. Le Capitol faisait s’entretuer des gamins pour son amusement. Elle avait tué pour préserver sa vie, continuer le combat, être là pour lui et Jace. « Je suis désolé de ne pas avoir pu venir plus tôt. » Murmure-t-il en laissant ses doigts glisser jusqu’à ses coudes pour l’examiner attentivement. « Tu n’as rien ? Tu n’es pas blessée ? » Elle secoua négativement la tête. Les quelques blessures qu’elle avait récolté durant l’émeute avaient guéris depuis longtemps. Elle le scruta à son tour, évaluant son état, tant physique que mental. Elle nota l’arme qu’il avait apportée avec lui. Elle porte une de ses mains à ses joues. « Ils ont pris soin de leur Gaie Moqueur ... Je vais bien. Je veux juste rentrer chez moi. Retrouver Jace. Tu l’as vu ? » La question lui a échappé, brulant ses lèvres. Jace. Si petit, si seul. Apeuré. Le petit garçon lui a manqué atrocement même si elle le savait en sécurité dans le Douze. Mais ils ne peuvent rester là, à parler. Ils devaient fuir. Chaque fibre de son corps la poussait vers la Grille. Vers le salut. Elle n’était pas le leader de la Rébellion. Elle n’était qu’elle : Rowan Morgenstern, une jeune femme à peine sortie de l’adolescence, mère de substitution d’un jeune garçon, compagne d’un ancien vainqueur torturé. Elle ne pouvait être leur symbole. Elle n’était pas un chef, elle ne connaissait rien à la guerre. « On ne peut pas rester ici. » Il confirmait son pressentiment. « Les Pacificateurs se sont regroupés autour de l’hotel de ville et de la gare lorsque l’alimentation a sauté. Des trains sont venus plusieurs fois. Toujours la nuit. Je ne sais pas combien ils sont. Ces gens, ce ne sont que des paysans, ils ne sont pas de guerriers... Ni des chasseurs. Il faut qu’on s’en aille. Si les Pacificateurs se déploient, nous serrons tous mort. » Ajouta t-elle en prenant sa main dans la sienne. « Restons ensemble cette fois. » Elle entrelaça ses doigts aux siens. « Rentrons chez nous. »


_________________

MY BROTHER DIED FOR US. FOR FREEDOM.
There’s a limit to your love like a waterfall in slow motion like a map with no ocean. There’s a limit to your love your love, your love, your love.  There’s a limit to you care, so carelessly there, is it truth or dare. There’s a limit to your care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 11/01/2012
ϟ MESSAGE : 407
ϟ AVATAR : Capitole
ϟ MULTICOMPTE : Aucun
ϟ DISTRICT : Capitole
ϟ AGE : Immortel
ϟ METIER : Président du Capitole
ϟ LIFESTYLE : Luxueuse
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : contre
ϟ COMPÉTENCES : LEADER
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°3 - ALL BEGINS WITH A SPARK   Dim 21 Déc - 18:25

ALL BEGINS WITH A SPARK


Districts SECESSIONAIRES
Un mois. Il avait eu un mois entier pour préparer leur contre-attaque. Trente et un jours pour faire venir des renforts, analyser les moyens de défenses des rebelles et s’assurer que leur cible se trouvait bien parmi eux. La repérer n’avait pas été bien difficile. Elle ne se cachait pas. Leur plan avait été préparé avec soin. Elle ne se doutait de rien, aucun d’eux. Ils avaient défiés le Capitol et en payeraient le prix aujourd’hui. Ils s’étaient précipités comme des affamés dans les champs, abandonnant derrière eux leurs positions pour se ravitailler.  Lorsque la majorité des dissidents avaient pris la direction des champs, un simple signal radio avait suffi à mettre en branle le dispositif du Capitole. Le courant fut brusquement rétablit dans la dernière grille, celle qui isolait le périmètre des champs et de la ville, isolant une partie de la population à l'extérieure du centre de commandement du Onze.

« Trouvez-là. » Ordonna leur chef depuis la Gare, par le biais des radios qui reliaient chaque pacificateur. « Servez-vous des dispositifs de pistage. »

________________

L’alimentation électrique de la Grille isolant les champs de la ville a été rétablie. Vous vous retrouvez à nouveau pris au piège dans le District 11. Les Pacificateurs envahissent les rues, armés, traquant une ombre, un espoir : Rowan Morgenstern. Vous devez fuir mais, où aller ? Comment se cacher ? Comment leur échapper ? Vous courrez, cherchez une solution. Sortirez-vous un jour de ce District ? En sortirez-vous vivant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daughter-of-fire.forumactif.fr
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°3 - ALL BEGINS WITH A SPARK   Mer 24 Déc - 0:56

Protect You


District D.11 - Centre ville
Leur gaie moqueur. L’appellation lui tord la bouche d’effroi. Il n’aime pas ça. Qu’elle soit ainsi exposée, qu’elle soit le centre de l’attention et de la tornade. Elle est la première cible. Il déteste que son humanité s’efface au profit d’un rôle. Être l’égérie d’une rébellion sans l’avoir choisi, un destin funeste. Il se dit un instant que cette sentence est pire de bien des façons à la moisson et puis, il change d’avis quand il réalise qu’elle ne sera pas seule. Néanmoins, il ne s’agit plus d’adolescent à abattre. C’est le gouvernement, des adultes entraînés et soutenus par une technologie qu’ils ne possèdent pas. Galahad cherche à calmer un début de panique. Garder le contrôle, garder la tête froide. Sois lucide. Ses doigts reviennent se poser sur ses bras. Le concret l’aide à reprendre un minimum pied. Elle est toujours là. Rien n’est joué, tout est possible. Et elle va bien. C’est tout ce qui compte actuellement. Il aspire l’air avant de répondre, se focalise sur l’essentiel. La rassurer. « J’ai veillé à ce qu’il soit en sûreté, qu’il ne manque de rien. Ne t’en fais pas. » Il a envie de lui sourire pour défroisser l’inquiétude qui sème la pagaille sur ses traits. Il souhaite qu’elle se détende. Mais lui-même en est incapable. Tant qu’ils seront ici, il ne peut pas feindre la tranquillité, même pour son bien à elle. Un soupire soulève sa cage thoracique, il retient un grognement. L’animal qu’il est devenu, est contenu par son besoin d’afficher un visage humain pour celle qu’il aime encore de façon totalement désespérée. Il aurait dû l’oublier pour son bien. Quoique… Il est peut-être le seul à pouvoir la sauver. Goldheart flotte dans son esprit. Il se disperse à nouveau.

Les intonations de la jeune femme rassemblent ses pensées. Le déploiement, la position stratégique, les trains de nuit,… Il lutte pour ne pas la saisir violemment, la soulever sans ménagement et l’emporter immédiatement vers la sortie. Il mobilise chaque cellule de son corps pour rester calme et prudent. Les doigts de la brune l’aident considérablement dans cette entreprise autant que sa phrase qui lui serre le cœur jusqu’à la douleur abdominale. Le nous observe un écho dans son crâne. D’un souffle, il se contente d’un « Je ne te laisse plus partir de toute façon. » Il sait que tout ça est bien trop idyllique pour durer. Il le sait mais ça n’empêche pas le choc quand il prend le parti de sortir de leur cachette, faisant quelques pas à découvert, juste assez pour observer les grilles se remettre subitement à grésiller. Il prend une poignée de seconde pour observer le phénomène sans détacher sa prise sur la paume de son amie. Entre ses dents serrées, il crache « Ils nous ont pris au piège comme des lapins. » Ses mots sont noyés par les bruits des pacificateurs qui s’apprêtent à la traque. Une vague de frayeur le cloue plusieurs secondes sur place. Les réminiscences de l’arène se font de plus en plus oppressantes. Ils sont captifs d’un espace clos. Ils vont devoir tuer ou être tués. Galahad contient à peine ses tremblements mais sa main libre attrape déjà l’arbalète sur son épaule. Pour Rowan, il doit avancer. Il ne réfléchit pas quand il revient sur ses pas afin d'être à nouveau à couvert. Où se cacher ? Que faire ? Il ne connait pas assez bien le district onze pour l’arpenter avec assurance. Ils doivent évaluer la situation et décider d’un plan. « Il faut qu’on sabote les grilles ou qu'on... Qu'on prenne un train, je ne sais pas. Suivre les rails ? Je... Il faut qu’on quitte cet endroit. » L’affolement reprend dès qu’il n’est plus en mouvement. Il se supporte à peine dans cet état de panique. «  Tu as repéré les lieux. Quelle est notre meilleure chance ? Il faut que tu me guides. » A ces mots pourtant, il se voit lâcher ses doigts à contre cœur pour s’emparer un peu mieux de son arme. Il ne se fait toujours pas confiance. Et s’il arrivait quelque chose à Rowan, il ne pourrait pas s’en remettre. S’il la perd… Une onde parcoure son échine. Il sait exactement ce qu’il ferait. Et ça ne serait pas beau à voir.


Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 18/02/2012
ϟ MESSAGE : 1384
ϟ AVATAR : Jennifer Lawrence
ϟ MULTICOMPTE : A. Hadès Yaxley / Daniel Brunet
ϟ DISTRICT : District 12 actuellement prisonnière du 11
ϟ AGE : 21 ans
ϟ METIER : en fuite
ϟ LIFESTYLE : Difficiles mais subvient à ses besoins
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : HUNTER
ADMINISTRATRICE DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°3 - ALL BEGINS WITH A SPARK   Dim 28 Déc - 15:01

RUNAWAY FROM THEM


District D.11 - CENTRE VILLE
Elle lui avait posé la question qui lui brûlait les lèvres depuis plus d'un mois. Elle avait extériorisé l'angoisse qui lui broyait le coeur. Comment allait Jace ? Le petit garçon était le dernier membre vivant des Morgenstern, sa mère, son frère et sa soeur avaient été déportés après le sacrifice d'Arabella. Ils étaient morts à leur tour entre les mains du Capitole. Derniers récipiendaire d'un nom teinté du sceau de la rébellion. Tout ce que Rowan avait fait depuis la fin de l'Expiation, elle l'avait fait pour sauver Jace. Elle s'était caché, avait joué à me vois tu avec les Pacificateurs dans le seul but d'attirer l'attention sur elle et de la détourner du petit garçon. Elle voulait qu'il puisse être heureux, en sécurité et avec elle ce n'était pas possible. Elle avait été médiatisé d'abord lors des jeux d'Owen puis lors de ceux de Galahad, le pays connaissait son visage ... Elle faisait une cible de choix pour le Capitole. Alors elle avait confié le petit garçon à des gens de confiance dans la Veine, il passait de familles en familles, pour sa sécurité. Pour qu'on ne le retrouve pas, ce n'était qu'un môme de plus dans la Veine. Rien de plus. Les citoyens du Douze devaient beaucoup aux Morgenstern et à leur générosité depuis des années, d'abord grâce à leur père qui chassait pour les plus démunis, Owen et elle avaient pris la relève à sa mort, revendant leurs proies aux pacificateurs et redistribuant leurs gains. Après la victoire d'Owen, une partie de ses gains avaient été offerts à la Veine. Pour améliorer leurs conditions de vie. Ils protégeraient Jace car ils devaient parfois la survie de leur famille aux Morgenstern. Mais en quittant le Douze un mois plus tôt, elle ne pensait pas rester si longtemps prisonnière du Onze, laissant le petit sans défense, sans famille. Elle priait depuis pour qu'il soit en sûreté, en sécurité. « J’ai veillé à ce qu’il soit en sûreté, qu’il ne manque de rien. Ne t’en fais pas. » Le soulagement à nouveau. Jace allait bien. Gale y avait veillé. Elle lui sourit, un sourire tremblait, éphémère, de la gratitude. Elle a conscience que le Gale qui se tient devant elle est totalement différent de l'homme ravagé qu'elle a laissé derrière elle dans le Douze un mois plus tôt. Il a changé, il canalise sa peur, ses angoisses. Pour elle ? Pour la protéger. Elle se demande si cet enfermement ne leur a pas été bénéfique. Elle se demande aussi qui lui a fourni cette arme et elle s'en doute ... Sebastian. Les deux vieux ennemis se sont donc serrés les coudes ... Pour elle ? « Ils nous ont pris au piège comme des lapins. » la réalité les avait brusquement rattrapée. Ainsi son instinct lui avait une fois de plus soufflé la bonne réponse. C’était un piège. Un piège mortel. Pour la trouver elle. Elle en était certaine. Snow la voulait. La dernière des Morgenstern. « Il faut qu’on sabote les grilles ou qu'on... Qu'on prenne un train, je ne sais pas. Suivre les rails ? Je... Il faut qu’on quitte cet endroit. Tu as repéré les lieux. Quelle est notre meilleure chance ? Il faut que tu me guides. »  Il paniquait. Elle avait déjà vu ce regard dans ses yeux. A sa sortie de l’Arène. La peur. Panique. « Galahad, regarde-moi. » souffla-t-elle en posant sa main sur sa joue. « On va sortir d’ici. Ensemble. Rien ne va nous arriver. » Le contact, il avait besoin de sentir qu’elle était là, ancre à la réalité. Il avait besoin d’elle, autant qu’elle avait besoin de lui. « Je connais un moy... » Elle n’eut pas le temps de finir sa phrase et ne dû son salut qu’à l’intervention de Gale qui la plaqua contre le mur, le projectile, une fléchette les manqua de peu. « Elle est là ! » Saisissant la main de Gale elle se mit à courir, tournant dans des ruelles, les éloignant de la grille. C’était la seule solution. Fuir avant d’être retrouvée. Mais comment échapper aux pacificateurs ? Comment quitter le district Onze ? Elle avait passé un mois à chercher à s’enfuir, sans résultat. Ils étaient pris au piège. « Il faut qu’on rejoigne la Gare ! » Laissa t-elle échapper. C’était la seule solution qu’elle n’avait pas explorée. Mais des centaines de Pacificateurs se tenaient entre eux et cet objectif. Comment faire ? Il n’était que deux.

_________________

MY BROTHER DIED FOR US. FOR FREEDOM.
There’s a limit to your love like a waterfall in slow motion like a map with no ocean. There’s a limit to your love your love, your love, your love.  There’s a limit to you care, so carelessly there, is it truth or dare. There’s a limit to your care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°3 - ALL BEGINS WITH A SPARK   Mar 6 Jan - 23:50

Following You


District D.11 - Centre ville
Chaque bruit est oppressant, chaque sensation réveille des souvenirs familiers, douloureux. C’est à peine si il parvient à détacher passé et présent. Le pire, c’est qu’il ne s’agit même plus de lui mais de Rowan. Elle occupe tout l’espace dès qu’elle l’approche, heureusement. Entre chaque contact, le vide semble l’emporter bien loin du monde des vivants. Traqué comme un animal, encore une fois, avec la possibilité de perdre bien plus que sa raison ou que sa vie. Celle de son amie est un millier de fois plus précieuse. Et il ne le pense pas par pragmatisme pour la rébellion qui a décidé d’en faire une égérie. Non, elle l’est parce que son affection dépasse l’entendement. C’est son point d’ancrage, la dernière pièce avant la descente totale aux enfers. Ses doigts l’extirpent des flammes calmement. Les yeux de Galahad trouvent les siens rapidement. Il veut fuir, conscient qu’il en dit plus en silence qu’avec le moindre mot. Il ne veut pas qu’elle assiste à ça. Après tout le mal qu’il s’est donné pour le contenir, pour contenir la bête loin d’elle. Pourtant, il doit la réveiller pour surpasser les obstacles, il doit devenir autre pour la sortir indemne des pièges que le capitole a dressé sur le chemin qui les ramènera à la maison. La voix de la brune s’enroule autour de ses craintes, les amplifie et les aplatit d’un même mouvement. La main du jeune homme remonte jusqu’à sa paume salvatrice pour l’effleurer l’espace d’une seconde, le temps qu'elle énonce une solution dont la sonorité est avortée aussi abruptement. Moment fébrile, accalmie relative qui s’arrête dès que l’ennemi les débusque. Il les a entendus approcher. L’animal vif, alerte a bondi avant qu’ils ne puissent la blesser. L’instinct de survie en bannière, il se jette sur elle pour la plaquer contre la paroi la plus proche. Bouclier contre les projectiles, il se jure d’être son rempart. Plus besoin de paniquer maintenant. L’action bouscule la réflexion. Les nerfs feront donc le reste.

Sa paume dans la sienne devient sa seule raison d’exister tandis qu’ils se mettent à courir. Ils s’enfoncent dans les entrailles du district sans l’ombre d’un doute. Il sent que c’est là leur salut lui aussi. Elle confirme une de ses théories d’un souffle et il acquiesce simplement. Déjà d’autres pas retentissent dans une rue parallèle. Gale laisse son intuition les guider brutalement vers la gauche. « Il faut qu’on aille en hauteur pour avoir une vision d’ensemble. Il faut… » Il se baisse juste à temps et force Rowan à courber le dos d’un même temps en abattant sa main sur sa nuque. Plusieurs balles les frôlent tandis qu’il la mène à couvert derrière des cagots de fruit. Il dégaine son arbalète et se penche vers sa comparse d’infortune une demi-seconde pour lui ordonner « Grimpe sur ce que tu trouves, monte sur ce bâtiment. Je te couvre. » Ses lèvres chatouillent ses cheveux avant qu'il ne se redresse brusquement. Il respire précipitamment. L’air s’engouffre nerveusement dans ses poumons, froisse son larynx avec instabilité. Ce n’est pas le moment de craquer. Il coulisse un peu sur la droite, à découvert pour viser et toucher l’un des pacificateurs qui évolue vers leur position. Ses mains tremblent tellement qu’il le loupe de peu. Il jure dans ses dents serrées, la sueur coule à grosses gouttes sur ses tempes tandis qu’il recharge son arme pour recommencer. Il ne peut pas, il ne peut pas faire ça. Il ne peut pas encore tuer. Il y a a déjà tellement de noms sur sa liste de pêchés. C’est la gamine du cinq qui lui revient toujours en premier. Elle lui avait planté un couteau dans la cuisse et cherchait à remonter sa lame pour lui ouvrir entièrement la chair. Il l’avait tuée avec une pierre, fracassant son crâne comme un possédé alors qu'elle lui déchirait la jambe. Il baisse son arbalète, la bile remonte. Un regard vers l’arrière, vers Elle et puis, il se décide. Le dard se plante dans la gorge du premier homme à sa portée. Il croit qu’il va vomir quand sa victime s’écroule mais il réussit à atteindre celui qu'il le suit de près avec la même précision affolante. Ses bras ne sont même plus fébriles. Il se dégoute. Il est dégoûté de ce qu’il est forcé de faire. Mais sa répugnance grandit encore plus pour ce gouvernement qui l’a forcé à devenir ce monstre brisé à jamais.



Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 18/02/2012
ϟ MESSAGE : 1384
ϟ AVATAR : Jennifer Lawrence
ϟ MULTICOMPTE : A. Hadès Yaxley / Daniel Brunet
ϟ DISTRICT : District 12 actuellement prisonnière du 11
ϟ AGE : 21 ans
ϟ METIER : en fuite
ϟ LIFESTYLE : Difficiles mais subvient à ses besoins
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : HUNTER
ADMINISTRATRICE DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°3 - ALL BEGINS WITH A SPARK   Sam 10 Jan - 21:22

RUNAWAY FROM THEM


District D.11 - PRES DE LA GARE
Elle n’avait jamais demandé à être mêlé à cette guerre. A être érigée en symbole par un mouvement de résistance anti-gouvernemental. Elle n’avait pas demandé à être prise entre deux feux. A devoir tuer pour sa survie. Elle n’était qu’une adolescente comme les autres avant l’Expiation. Priant pour que son nom ne soit pas tiré à chaque moisson. Attendant d’avoir l’âge légal pour être en sécurité. Pouvoir vivre enfin une vie normale. Travailler à améliorer les conditions de travail dans les Mines. Voulant faire avancer les choses. Rien ne la prédestinait à devenir un symbole, a tuer pour assurer sa survie, pour  protéger des innocents des balles. Rien. Elle n’était qu’une jeune femme comme les autres. Une jeune femme qui voulait protéger sa famille, ce qu’il en restait. Elle n’avait rien demandé de tout cela. Pas plus que le seul homme qu’elle ait jamais aimé se retrouve piégé avec elle, ici, revivant ses pires souvenirs. Elle aurait aimé pouvoir le protéger de tout cela. S’assurer qu’il n’ait pas à tuer de nouveaux. Pour elle. La première fois il avait simplement cherché à tenir sa promesse : lui revenir. Aujourd’hui il voulait tenir la promesse qu’il s’était fait à lui-même : la protéger, assurer qu’elle vive. Il voulait la protéger. Mais elle savait qu’il devrait faire face à ses démons. Elle le savait elle-même pour avoir dû se servir de son arme un mois plus tôt. Cette fois c’était elle qu’ils voulaient. La dernière des Morgenstern. La belle-sœur d’Arabella. « Il faut qu’on aille en hauteur pour avoir une vision d’ensemble. Il faut… » Sa main s’habit sur la nuque de Rowan, la forçant à ployer pour éviter les balles qui sifflaient au-dessus d’eux. Il la tire à couvert, derrière une protection faite de caisses en bois pour le stockage des fruits. Elle sait qu’elle devrait rester à ses côtés mais elle sait aussi que c’est elle qui fait de lui une cible dans cette ruelle. « Grimpe sur ce que tu trouves, monte sur ce bâtiment. Je te couvre. » Elle ne voulait pas le laisser, elle voyait la main qui tremblait, le regard torturé. Elle voyait l’homme qu’il était en sortant de l’arène. Elle ne voulait pas être celle qui le force à tuer une nouvelle fois. Mais avait-elle le choix ? Les lèvres de Gale effleurent ses cheveux, caresse intime qui ne dura qu’un instant. Avant que l’horreur se déchaîne. Plus vite elle grimperait sur ce toit, plus vite il la rejoindrait. Elle essaya donc de se jucher sur des caisses pour atteindre la gouttière. Mais elle était trop petite. Elle savait qu’en se découvrant elle serait la cible des tirs. Aussi redescendit-elle. Elle empila des caisses supplémentaires sur son perchoir. Elle avait les mains moites, tremblantes. Les projectiles sifflaient. Un regard sur Galahad la projeta des années en arrière.  Alors qu’elle le regardait sur les écrans du District 12, dans l’Arène. La tension dans ses épaules. L’arme qu’il boitait sur les pacificateurs. Elle se força à détourner les yeux, à tenter une fois de plus de se hisser sur le toit. La palette vacilla sous son poids. Elle ouvrit les bras, cherchant son équilibre. Les détonations dans la ruelle, le bruit de la flèche filant dans l’air. Elle occulta tout cela. Respirant calmement, attendant que son perchoir se stabilise. Elle tendit les bras. Ses doigts frôlèrent la gouttière, dérapèrent. Elle se força à rester calme, à stabiliser son assiette. Et a bondir au bon moment. Crocheter la gouttière, se hisser à la force des bras. Avant que le poids de son corps n’entraîne sa chute quelques mètres plus bas. Elle se laissa tomber sur le plateau terrasse de l’entrepôt. « GALE ! » Elle passa son arc par-dessus son épaule afin de pouvoir le bander et assurer un tir de couverture afin qu’il la rejoigne. Elle décocha une flèche, puis une autre en direction des Pacificateurs. Sans hésitation. Pour le protéger. « GRIMPE ! » Lui ordonna-t-elle en décochant une nouvelle flèche en direction des soldats. Elle avait profité de son « emprisonnement » forcé dans le District 11 pour étoffer son stock et agrandir le contenu de son carquois. Une bonne idée. Une excellente idée.  Il fallait qu’il la rejoigne. Maintenant. Elle ne pouvait pas continuer sans lui. Elle ne pouvait pas échapper à ce district sans lui. Elle ne le voulait pas. Rien ne l’empêcherait de le sauver. Elle souffrirait plus tard de ce qu’elle avait commis durant cette guerre. Elle devait survivre. Survivre avait un prix. Mais Gale continuait de se battre en contrebas. « GALE ! J’ai besoin de toi... » Cria-t-elle. Espérant l’atteindre dans la brume d’hébétude qui l’entourait.

_________________

MY BROTHER DIED FOR US. FOR FREEDOM.
There’s a limit to your love like a waterfall in slow motion like a map with no ocean. There’s a limit to your love your love, your love, your love.  There’s a limit to you care, so carelessly there, is it truth or dare. There’s a limit to your care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 11/01/2012
ϟ MESSAGE : 407
ϟ AVATAR : Capitole
ϟ MULTICOMPTE : Aucun
ϟ DISTRICT : Capitole
ϟ AGE : Immortel
ϟ METIER : Président du Capitole
ϟ LIFESTYLE : Luxueuse
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : contre
ϟ COMPÉTENCES : LEADER
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°3 - ALL BEGINS WITH A SPARK   Dim 22 Fév - 19:14

ALL BEGINS WITH A SPARK


Districts SECESSIONAIRES
Elle était penchée sur le fait du toit. Un bras étiré vers la ruelle, l’autre tenant fermement le rebord. Elle ne partirait pas sans lui. Elle avait besoin de lui. Il en avait toujours été le cas. Galahad. Elle tendait la main vers lui, désespérément, en l’appelant. Elle ne voulait pas qu’il meure. Elle avait perdue tant de gens déjà, elle l’avait perdu lui, dans l’arène. Elle ne voulait pas que tout recommence. J’ai besoin de toi, ne cessait-elle de le supplier, cherchant à la ramener à elle par sa simple voix. Mais brusquement le silence emplit la ruelle alors que le bruit caractéristique d’un hovercraft se faisait entendre. Les tirs avaient cessés. « GALE ! » Un cri déchirant, désespéré. En levant les yeux vers l’immeuble où Rowan était montée se réfugier un cri de détresse monta dans la poitrine de Galahad. Elle était là, sur ce toit, mais elle n’était pas seule. La main d’un pacificateur la maintenait prisonnière, ses bras retenus dans le dos. Elle se débattait, l’appelait. Mais, ils savaient tous les deux qu’il était trop tard. « ROWAN ! » Son cri fit écho à celui de la jeune femme alors qu’il tentait de gravir la structure branlante de cagot et de caisses. « GALE ! » Elle hurlait, appel déchirant alors que déjà on la trainait vers l’hovercraft. Une scène identique revint en mémoire à la jeune femme, sa mère, son frère et sa sœur, entraînés par les Pacificateurs le soir de la mort d’Owen et d’Arabella. Elle ne les avait plus jamais revu depuis lors. « GALE ! » Elle hurlait encore et encore tandis que la soute déjà se refermait sur elle. « Je te retrouverai Rowan ! JE TE RETROUVERAI ! » Furent les dernières paroles qu’elle entendit avant que l’hovercraft ne l’emporte.

________________

Vous l’avez compris, la dernière Morgenstern a été faite prisonnière par le Capitole. Symbole de la Rebellion aux yeux de nombreux citoyens de Panem, la jeune femme a été capturé par les troupes du Président Snow. Son sort est désormais inconnu. Rappelons que toute sa famille a été déportée au Capitol et leur sort est encore inconnu bien que présumé funeste.

Le sujet commun du District 11 se termine avec le départ de l’Hovercraft et la capture de Rowan. Cependant une surprise inattendue est réservée aux habitants du 11. Maintenant que le Capitole détiens celle qu’on considère comme le visage de l’oppression de Panem, les Grilles qui entourent le District ne seront plus constamment sous tension. Il vous est donc possible de quitter le district lorsque la clôture est victime d’avaries électriques. C’est la fin d’un mois de blocus.

En cas de questions ou pour échanger sur le sujet, rendez-vous ici.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daughter-of-fire.forumactif.fr
CITOYEN DE PANEM
IDENTIFICATION PASS

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°3 - ALL BEGINS WITH A SPARK   
Revenir en haut Aller en bas
 

SUJET COMMUN N°3 - ALL BEGINS WITH A SPARK

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» SUJET COMMUN N°3 - ALL BEGINS WITH A SPARK
» Sujet-commun : Intrigue 1
» 2. Bal masqué - Sujet commun
» SUJET COMMUN // joyeuse Saint-Valentin !
» LE BAL DE LA SAINT-VALENTIN - sujet commun (l'arrivée des invités)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daughter of Fire :: INTRIGUE N°1-
Sauter vers: