Partagez | 
 

 SUJET COMMUN N°1 - UNDERCONTROL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 11/01/2012
ϟ MESSAGE : 407
ϟ AVATAR : Capitole
ϟ MULTICOMPTE : Aucun
ϟ DISTRICT : Capitole
ϟ AGE : Immortel
ϟ METIER : Président du Capitole
ϟ LIFESTYLE : Luxueuse
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : contre
ϟ COMPÉTENCES : LEADER
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: SUJET COMMUN N°1 - UNDERCONTROL    Sam 29 Nov - 20:12

YOU'RE UNDERCONTROL


Districts sous-surveillance
Depuis l'explosion au sein de la centrale électrique, vos districts sont restés sans électricité. Cela fait maintenant un mois que vous pouvez circulez entre les  différents districts, bien que vous soyez constamment sous la surveillance de détachements de Pacificateurs, vos déplacements n'ont pas été limités. Bien que la répression soit forte face à tout signe d'éventuelle remise en question de l'autorité du Capitole. Vous avez recommencés à vivre, respectant le couvre-feu, ne vous aventurant jamais plus loin que les limites de vos districts. Mais vous ne pouvez ignorer la tension qui règne depuis les différents attentats, vous ne pouvez oublier les émeutes, les morts et surtout l'étrange message apparu sur vos écrans lors de l'allocution du Président Snow. Que se passe t-il vraiment ? Le District 13 existe t-il ? N'est-ce pas qu'une machination de plus ? Soutenez-vous le Capitole envers et contre tout ? Votre voisin n'est-il pas un rebelle ? A qui pouvez-vous vous fier ?

(...)

Vous trouvez dans le District 9, pour vous procurez un article, afin d'échanger votre travail contre un peu de nourriture, ou en tant que résidant du 9 lorsque brusquement l'alimentation électrique de la Barrière est rétablie. Vous vous retrouvez bloqué dans le 9 lorsque trois hovercrafts apparaissent dans le ciel et que des Pacificateurs envahissent la moindre rue. Vous êtes tous regroupés sur la Place devant l'Hôtel de Justice. Vous attendez, fébriles, inquiet. Un message est alors diffusé sur le réseau des haut-parleurs, les Pacificateurs fouilleront les maisons pour débusquer d'éventuelles caches de la Résistance. Elles seront fouillées de fond en comble et la plus grande coopération est requise. La moindre résistance sera châtiée, tout comme la découverte de la moindre preuve de soutien à la rébellion.

________________

Pour participer vous n'avez pas besoin de vous inscrire, seulement de poster à la suite. Votre seule obligation étant de participer régulièrement à ce sujet pour le faire vivre.

Ce sujet se déroule en milieu de journée, alors que l'activité bat son plein dans le District 9. Pensez à vous trouver une bonne raison d'être là si vous n'habitez pas dans le 9. C'est un sujet très important car la fin nous permettra d'enrichir l'intrigue !

Le sujet est ouvert à tous les habitants des districts sous-surveillance. En cas de questions ou pour échanger sur le sujet, rendez-vous ici.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daughter-of-fire.forumactif.fr
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 - UNDERCONTROL    Lun 1 Déc - 10:34

WE ARE UNDERCONTROL


Districts sous-surveillance
Une sonnerie stridente retentit et Patròkle sursauta tandis que l’alarme signalant la fin des cours de la matinée retentissait. Un peu d’humidité avait collé sa joue contre une feuille et le garçon fronça des sourcils tout en grognant tandis qu’il retirait sa feuille parasite. Autour de lui, les élèves récupéraient leurs besaces et se précipitaient vers la sortie. Ceux qui en avaient les moyens pouvaient se payer un plat à la cantine, lui il avait bien d’autres choses à faire.
Esquivant le professeur, Patròkle Howling passa son sac sur son épaule et observa l’état de ses chaussures, le cuire était usé, mais il pouvait bien tenir quelques heures dans la foret, ça ne serait pas une mauvaise idée ! Mais avant il fallait qu’il rentre à la maison afin de donner des médicaments à sa mère, il en avait troqué plus tôt dans la matinée avec un passant, contre un petit sachet de fruits confis, un autre troc, enfin … c’était son quotidien.
Les cours de l’après-midi ne commençait pas avant deux bonnes heures, tout le monde se trouvait encore à l’usine, les rues étaient quasiment désertes, seuls les magasins étaient ouvert, et bien des fois le jeune Howling du se retenir de baver devant les vitrines. Sa préférée était celle du cordonnier, car là, derrière la vitre il y avait une jolie petite paire de chaussons jaunes qui avaient l’air les plus confortables au monde. Personne ne les avaient jamais acheté, c’était étrange car certaines personnes avaient de l’argent pourtant, même dans ce district, comme le maire par exemple. Mais non les chaussons restaient là, et à chaque fois qu’il passait devant, Patròkle se surprenait à essayer de se rappeler ce qui ferait plaisir au vieux cordonnier, car oui il n’avait pas les moyens de ce les acheter ces chaussons, ses vieilles paires de chaussures en cuir lui avaient déjà couté l’équivalent de 4 lapins qu’il avait réussi à attraper l’hiver dernier.
Patròkle avait toujours eu un peu de mal à supporter les chaussures et vêtements synthétiques fournis dans le district et que chacun se devait de porter pour aller à l’école ou à l’usine. Mais beaucoup troquaient le tissu contre autre chose, et les enfants des familles les plus aisés, portaient depuis longtemps des tenus confortable au lieu de l’affreux costume de rigueur.
Le jeune homme marchait, observant la ruelle, saluant quelques personnes qu’il connaissait. L’alarme de l’usine principale retentit alors, remplissant la ville de son bruit suraiguë, Patrokle laissa un sourire élargir son visage, ça y est, les ouvriers sortaient. Il se mit à courir, cherchant dans les flots de personnes qui se frottaient les mains les unes contre les autres, son père.
Depuis que l’électricité avait été coupée, il n’y avait plus que les alarmes que l’on entendait, c’était les pacificateurs qui avaient placés des sortes d’alimentations indépendantes pour signaler le début et la fin du travail, l’école avait été fournis pareillement.
Mr Howling était un homme de grande taille, mais tout aussi mince que son fils, de larges cernes barraient son visage, depuis la coupure de courant on avait obligé les gens à travailler encore plus, doublant, voir triplant les horaires, Mr Howling travaillait dans le département qui se chargeait de fabriquer du dentifrice.
Alors que chaque homme et chaque femme remplissaient les ruelles, s’affairant à chercher leurs enfants devant l’école, ou à tenter d’acheter quelque chose dans un des magasins, tandis que Patròkle et son père se seraient dans les bras l’un de l’autre heureux de se retrouver, un bruit étranglé mis tout le monde en alerte.

« - UN HOVERCRAFT ! »

Toutes les pensées de Patròkle se bousculèrent car en levant la tête ce n’était pas UN hovercraft qu’il vit. Son cœur s’accéléra dans sa poitrine.
Depuis quelques semaines déjà, des flots de personnes venant des autres districts se rendaient dans le 9, pour échanger, il avait perdu bien des clients à cause de cela, mais la vie, malgré le couvre-feu ne semblait pas si difficile, car il y avait plus d’échange et il avait commencé à en apprendre pas mal à propos des modes de vies des ressortissants des autres districts. Mais ce qui se passait là, n’était pas normal, non pas du tout…

« - maman … »

Sa parole étouffée dans un souffle, Patròkle lâchât son père et fila à travers la foule qui se bousculaient, quelque chose ou quelqu’un semblait les pousser dans une direction, mais lui il fallait qu’il aille à l’opposé. Il entendit son prénom prononcé plusieurs fois tandis qu’il passait à côté d’un groupe de camarades d’écoles apeurés, mais il n’eut pas le temps de les regarder ni de leur répondre, il filait aussi vite qu’il le pouvait jusqu’à chez lui.
Mais sa course s’arrêta net, un costume blanc et renforcé de pacificateur armé se mit en travers de sa route. Patròkle retint un juron, et lança son regard noir sur le pacificateur, il ne pouvait pas aller plus loin. Obligé de faire demi-tour et de suivre le troupeau.
Tous furent entassés sur la place principale de la ville, et en raison de la taille de l’endroit il s’avéra que tout le monde était bien serré les uns contre les autres. Patròkle se tordis le cou pour essayer d’apercevoir son père, se mordant la lèvre inférieur. Mais il ne pouvait rien voir dans la marée humaine. Portant alors son regard sur les personnes qui se trouvaient non loin de lui, il reconnut quelques habitants du district, mais aussi des personnes qui ne portaient pas les tenus habituelles de cet endroit. Certainement des habitants des autres districts.
Une voix retentit, Patròkle ne chercha pas à voir d’où ça pouvait bien devenir, observant ses chaussures, sa chemise grise et son pantalon de toile brune, il avait vraiment l’air d’un pauvre gosse du neuf, et il détestait ça.
La voix leur annonçât la répression. Chaque maison serait fouillée et toutes alliances avec la résistance seraient balayées. Le visage de Patròkle se redressa en un sursaut, ses grands yeux noirs quelque peu affolé.

« - non ! »

Il n’avait rien à se reprocher, aucun lien avec la résistance, bien que sa réaction ne puisse le faire croire, non bien sûr qu’ils ne trouveraient rien de cet acabits chez lui si ils fouillaient, mais il trouveraient bien d’autres choses, comme tout ce qu’il avait amassé depuis des années pour le troc, et aussi une quantité de médicaments impressionnante, les collets de ses lapins et … sa pauvre folle de mère qui risquerait de ne rien comprendre à ce qu’il se passe.

Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 03/12/2012
ϟ MESSAGE : 59
ϟ AVATAR : Steven R. McQueen
ϟ MULTICOMPTE : Maël A. Reh
ϟ DISTRICT : District Sept
ϟ AGE : 18 ans
ϟ METIER : Bûcheron
ϟ LIFESTYLE : difficiles
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : contre
ϟ COMPÉTENCES : SOLDIER
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 - UNDERCONTROL    Ven 5 Déc - 15:38

WE ARE UNDERCONTROL


Districts sous-surveillance
Une sonnerie, un froncement de sourcils, Théodore relâcha la pression sur la hache et ôta l’un de ses gants avant de s’essuyer la sueur de son front, en regardant les environs d’un œil curieux. Ce n’était pas qu’il était en train de faire une pause, non, il soufflait juste un peu en profitant d’un éclat de soleil, voilà tout. Et le fait de ne pas être dans son district pour la semaine était suffisamment exceptionnel pour qu’il ait le droit d’un peu ralentir le rythme. Cela faisait un mois que les frontières entre les districts sous surveillance s’étaient amoindrie, cela faisait trois semaines que sa mère était morte, cela faisait deux semaines qu’il jouait de plus en plus le jeu. Et s’il comptait bien, cela faisait quatre jours qu’il était dans le district neuf, à laisser traîner ses oreilles en lâchant ça et là des mensonges qui lui écorchaient la bouche, des plaintes contre un Capitole auquel il devait tout y compris la vie. Et à chaque fois, malgré son dégoût pour ce jeu qu’il était forcé de jouer pour prendre contact avec les mécontents, il avait un petit frisson d’excitation. Enfin, après dix ans d’entrevues mensuelles avec son psychologue, après dix ans d’apprentissage, il commençait à se rendre utile. Remettant ses gants, enfonçant un peu plus sa casquette sur ses cheveux fins et collants de transpiration, Théodore se répéta ce qui était devenu un mantra pour lui ces dernières semaines. « Simuler, tromper, infiltrer et décapiter. Je suis un rebelle, je pense comme un rebelle, je tue des rebelles. » C’était sa mission et s’il ne voulait décevoir ni le Président Snow – qui ne devait d’ailleurs même pas connaître son prénom – ni son psychologue, il ne devait pas faillir. Ne pas faire le moindre faux pas. Ne pas se faire prendre, ne pas se trahir, ne pas s’attacher. Un sourire s’étira sur les lèvres du bûcheron, et se transmit sur les lèvres de son voisin qui venait de lui tendre une gourde remplie d’eau fraîche. « Ca fait du bien de sortir du D7, hein Hymes ?! » Les yeux gris de Théodore le foudroyèrent par réflexe. Crétin de mécontent. « Carrément, c’est étrange de travailler dans des forêts légèrement différentes ! » se força t il cependant à répondre d’un air guilleret. La discussion allait se poursuivre lorsque des cris attirèrent l’attention de tout le groupe de bûcherons, une demi-douzaine dont Théodore était de loin de plus jeune avec ses dix huit ans fraîchement fêtés. « - UN HOVERCRAFT ! »

Avant d’avoir pu comprendre que ce ça impliquait vraiment, une douzaine de Pacificateurs les entourèrent pour leur faire comprendre qu’ils pouvaient cesser immédiatement le travail et qu’ils étaient gentiment conviés à rejoindre le reste de la population au cœur du D9. Les sourcils froncés, Théodore suivit le mouvement, frustré de ne pas savoir exactement ce qu’il se passait. Depuis ses huit ans il avait un contact privilégié avec le Capitole, depuis ses huit ans on le persuadait que sa capacité à être immensément violent était un don, et que ce don devait être mis au service de Panem. Depuis ses huit ans, on lui disait qu’il était supérieur au reste de la population. Et ne pas avoir été mis au courant de ça… ça le vexait. Vraiment. Au fur et à mesure qu’ils approchaient du centre, la foule se densifiait. Et sans trop savoir comment, Théo fut séparé des autres membres du D7, fut séparé des Pacificateurs qui les aiguillaient vers le reste, se retrouva mêlé à une population hétéroclite de Districts. Sans trop y penser, il entendit parler de rébellion, de fouilles, de répression. Sa réflexion binaire tournait à plein régime. Il risquait sa vie, là. Il risquait sa vie parce que si Steven lui avait fait comprendre que mourir ne serait pas une bonne idée, il lui avait aussi dit que rien ni personne ne pourrait assumer ses actes à sa place. Si Théodore voulait, comme on le lui avait demandé, infiltrer la rébellion, il allait devoir jouer le jeu corps et âme parce que rien ni personne ne pourrait le différencier des vrais rebelles si on le prenait. Mais en même temps, c’était le moment ou jamais de prendre contact avec les rebelles qui allaient paniquer. Peut être en sauver un ? En libérer un autre ? Ou tout simplement paraître effrayé aux yeux de ceux des Districts qui chercheraient des rebelles à aider ?

Le bûcheron se mordilla la lèvre, considérant ses voisins, en apercevant un du District 9 qui ne devait pas avoir l’esprit tranquille, se pencha vers lui en murmurant un factice et inquiet « Tu penses qu’ils vont tuer les rebelles ou simplement les enfermer ? » pour engager la conversation et tâter le terrain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 - UNDERCONTROL    Jeu 11 Déc - 0:22

WE ARE UNDERCONTROL


Districts sous-surveillance


"Ne me lâche pas, d'accord ?"

Gentry hocha lentement la tête à la demande de sa mère, tout en glissant l'index de sa main libre dans sa bouche, le suçotant distraitement.

Aujourd'hui était un jour peu spécial. Aujourd'hui, Gentry et sa mère, Delinda, avaient pu sortir du District 7 pour se rendre dans un autre secteur.

L'événement était devenu suffisamment rare pour être souligné, après l'explosion de la centrale et le durcissement des règles. Delinda ne se sentait pas tranquille à l'idée de quitter leur maison... Gentry était une personnalité connue et n'importe qui pouvait décider de faire de son fils un otage, un martyr ou que savait-elle d'autre encore...

Mais il leur fallait bien vendre les sculptures de Gentry... Ces dernières commençaient à s'accumuler dans la maison et une rentrée d'argent ne serait pas de refus. Direction, le district 9.

Là-bas, ils comptaient vendre quelques sculptures de Gentry en échange de produits essentiels voire, si les ventes étaient bonnes, cosmétiques.

Le District 9 était très différent de ce que Gentry pouvait connaître. Oh, l'agitation était loin d'être semblable à celle qui pouvait régner au Capitole, mais le dépaysement était déjà assuré. Gentry était tout excité !

Suivant sa mère distraitement, il posait ses yeux sur tout et toute chose, adressant de grands sourires et des signes enthousiastes à toutes les personnes qu'il croisait, plus heureux que jamais.

Le jeune homme aimait sortir, voir des gens, s'amuser... Mais cela était devenu un privilège rare pour lui. Le monde était plein de dangers... Et il était si fragile, si innocent...

Un bruit profondément agressif retentit soudainement, figeant Gentry dans une posture effrayée. Lâchant la main de sa mère, il se boucha les oreilles en geignant, alors que d'autres sonorités plus puissantes encore s'en prenaient à ses pauvres tympans.

"Un Hovercraft !"... Entendit-il crier plusieurs fois. Ce fut la voix de sa mère qui le ramena à la réalité, sa mère qui le rassura brièvement avant de lui intimer de rester calme et de ne pas se faire remarquer. Des pacificateurs... Il y avait plein de pacificateurs...

Gentry ne les aimait pas beaucoup. Ils faisaient très peur, dans leur costume bizarre, et il veillait toujours à se conduire sagement à proximité de ces hommes et de ces femmes.

La foule ne tarda pas à les entraîner sur la place de l'Hôtel de Justice. Gentry avait toutes les difficultés du monde à rester aux côtés de sa mère. Les gens poussaient, s'affolaient...

Quand ils eurent finalement rejoint leur destination, le champion se retrouva seul. Perdu, perplexe, il appela sa mère à voix basse, ne prêtant guère d'attention aux messages diffusés par les haut-parleurs.

Mais elle ne répondait pas. Sa maman n'était pas là. La peur commença à le saisir, mais elle s'évanouit bien vite lorsqu'il reconnut un visage familier, à quelques pas de là. Faisant des coudes et s'excusant d'une petite voix timide, il arriva jusqu'à son sauveur, qui n'était nul autre que Théodore, attrapant son bras de sa main encore baveuse :

"Dis, elle est où, ma maman ? Et pourquoi les Paci-trucs, ben, y nous ont mis ici ?"

Gentry tourna la tête dans tous les sens, cherchant à la repérer, sans succès. Massant son cou douloureux, particulièrement la cicatrice qui était à sa base, le jeune homme s'intéressa à l'habitant du District 9 auquel Théodore s'était adressé précédemment :

" 'M'appelle Gentry ! J'suis un gentil ! Et toi, t'es un gentil ?"

Il lui confia sur un ton très sérieux :

"Les Paci-trucs, bah, ils punissent les gens méchants... Bah, j'veux pas qu'y t'punissent parc'que t'as l'air gentil, comme Théo. Tu veux être mon copain ?"

Oubliant tout de la situation actuelle, Gentry étira un grand sourire maladroit sur ses lèvres, tout simplement heureux de se faire de nouveaux copains.
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 19/10/2014
ϟ MESSAGE : 28
ϟ AVATAR : Noa Moon
ϟ MULTICOMPTE : nop
ϟ AGE : 17 ans
ϟ METIER : Serveuse - Chanteuse à ses heures
ϟ LIFESTYLE : Se contente de peu mais n'est pas à plaindre
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : indécis
ϟ COMPÉTENCES : SURVIVOR
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 - UNDERCONTROL    Jeu 11 Déc - 16:45

YOU'RE UNDERCONTROL


Districts sous-surveillance
Non, je ne vais absolument pas m'attirer de problèmes en m'aventurant hors de mon district à la découverte du neuf. Le thé dansant peut très bien tourner sans sa serveuse fétiche durant quelques jours et ce n'est, mais alors là absolument pas pour suivre Wadey qui est mobilisé par là durant quelques semaines que je m'y rend. Ce n'est pas de la jalousie, non loin de là, je ne vérifie pas si le pacificateur à une petite amie de ce côté-là de Panem, non. Quand bien même, depuis que je lui ai tiré une balle dans la jambe, on ne s'est plus adressé la parole. C'est à peine si on a échangé plus de dix phrases depuis notre rencontre donc quoiqu'il en soit, cela n'a rien à voir avec lui !

Alors quoi ? Pourquoi je quitte mes pénates et ma taverne pour m'aventurer dans le district neuf ? Disons le tourisme ! Oui c'est tout à fait crédible non ? Le neuf est ses usines... D'accord, je ne suis pas douée pour me trouver d'excuses valables. Et comme j'ai totalement perdue la trace de Wadey, je promène dans la ville, et toute opportuniste que je suis, je saisis l'occasion de faire profiter à cette population, mes talents de star en devenir ! Oui, comme mes projets de premières vacances en amoureux sont un peu tombé à l'eau, je rebondis pour me mettre en scène sur la place du marché. Je ne sais pas si ils connaissent la musique ici, outre le savon et la cosmétique, je connais mal le district mais qu'importe ! Place à la guitare !

(...)

Troisième jour, toujours aucune nouvelle de mon prince charmant, il m'a posé un lapin l'enfoiré, bon, j'aurais peut-être dû le prévenir de notre rencard mais c'est mort. Bon, j'ai plus tellement d'économies non plus, dés demain, je plie bagages et retourne au Sept. Néanmoins, tout n'est pas à jeter ici. La taverne manque d'une Cano mais reste sympathique, et en ces quelques jours, plusieurs personnes sont venues écouter mes chansons plusieurs fois. J'ai quand même un brin de talent finalement ! En point d'honneur, j'improvise un dernier air en commençant mes accords par... Un hovercraft ? Mais non, j'ai pas encore les moyens de commencer mes spectacles avec un hovercraft ! Crétin ! Mais ce n'est pas de moi que l'on parle car la foule commence à paniquer et les cris se mêlent aux bousculades et cette fois je le vois, c'est bien un hovercraft ! Et il est accompagné par des dizaines de pacificateurs dans les rues, mettant tout à sac et calmant les plus mécontents avec de bons coups de bâtons. C'est pas Wadey qui soigne son entrée, c'est une vraie descente.

Et la descente engage déjà des abus e zèle de nos chères forces de l'ordre. Certains habitants paniques et cours dans tous les sens, aussitôt poursuivie par des pacificateurs trop heureux d'avoir déjà des victimes à se mettre sous la dent. Bon, j ne vais pas m'en mêler et la jouer profil bas, je n'ai aucune affinité avec les rebelles après tout mais quand un môme d'une douzaine d'année me rentre dedans comme-ci j'étais invisible, ça change tout. Il est en larme, apeuré et surtout poursuivit par un homme en blanc qui ne semble pas commode. Ho la blague, il ne va pas me dire qu'un gamin n'ayant même pas encore de poil au menton est un dangereux rebelle. Il est juste paumé. Un petit clin d'œil pour le rassurer, je le relève et je m'attire des ennuis. Pfff c'est couru d'avance.

" Allez, file d'ici et ne te fais surtout pas rattraper ! "
" Et toi ! Ne laisses pas ce sale gamin s'enfuir ! Arrete-le ! "
" Oui ! Euh... Pink War Rabbit ! "

C'est assurément le pire cri de guerre de la création mais c'est le premier qui me vient en tête, le gars, un grand baraqué puant la testostérone me regarde un peu hébété sur le moment. Juste le temps pour moi de lui décocher un magnifique coup de pied dans les parties intimes ! Ensuite, appliquons une bonne vieille maxime des temps antique comme stratégie " courage, fuyons ! " et je ne demande pas non plus le second round pour prendre mes jambes à mon cou.

La meilleure façon de disparaître et de me mêler à la foule réunie sur la place devant l'hôtel de ville. Quel monde d'ailleurs ! J'arrive juste à temps pour entendre les haut-parleurs déblatérer leurs menaces futiles. Et toc ! J'ai pas de maison à fouiller ici, dans vos dents bande de blancs !  Et la moindre résistance, bah un coup dans les bijoux de famille d'un membre honorable des pacificateur, je suis déjà dans la mouise si il me remet la main dessus, mais dans l'immédiat, je suis tout ce qu'il y a de plus innocente non ? Allez, je me mêle à la foule, je bouscule un peu ses grands gaillards et... Et...

" Mais qu'est-ce que vous foutez ici vous deux ? Ca ressemble pourtant pas au D7 ici ! "

Gentry, notre vainqueur un peu déphasé et Théodore le bagarreur ! C'est une blague ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 11/01/2012
ϟ MESSAGE : 407
ϟ AVATAR : Capitole
ϟ MULTICOMPTE : Aucun
ϟ DISTRICT : Capitole
ϟ AGE : Immortel
ϟ METIER : Président du Capitole
ϟ LIFESTYLE : Luxueuse
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : contre
ϟ COMPÉTENCES : LEADER
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 - UNDERCONTROL    Dim 21 Déc - 20:49

YOU'RE UNDERCONTROL


Districts sous-surveillance
La fouille des maisons se poursuivaient dans le District tandis qu'un escadron de Pacificateurs surveillait la foule fébrile et tendue. Le regard de chacun suivait les mouvements des troupes chargées d'examiner chaque maison. Un silence de mort régnait sur le groupe lorsque les Pacificateurs sortaient d'une maison. Bredouilles. Jusqu'à ce que le communicateur d'un des Pacificateurs surveillant le groupe ne grésille, annonçant une communication. Ils avaient trouvés quelque chose. "A qui appartient cette maison ?" Demanda t-il d'une voix forte et claire en désignant la dernière demeure fouillée par les Pacificateurs. Un silence pesant lui répondit. "Quiconque ne dénonce pas un traître est passible de la peine capitale. Je tuerais chaque enfant, chaque femme jusqu'à obtenir une réponse. A qui est cette maison ?"

________________

Le chef des Pacificateurs désigne la maison de l'un d'entre vous. On se saisit alors d'un adolescent, une arme est pointée sur sa tête. Vous devez vous dénoncer. Vous ne savez pas ce qu'ils ont trouvés mais vous ne pouvez laisser mourir l'adolescent qui vous parlait quelques minutes plus tôt. Mais que vous attend t-il à présent si ce n'est la mort ou la torture ? Alors que vous faîte un pas en avant, une main retient votre geste. Un bloc se forme discrètement devant vous. Que faire ? Le Pacificateur mettra t-il sa menace à exécution ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daughter-of-fire.forumactif.fr
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 - UNDERCONTROL    Ven 26 Déc - 19:53

WE ARE UNDERCONTROL


Districts sous-surveillance
La fouille continuait et le cœur de Patròkle était sur le point de sortir de sa poitrine. Personne ne semblait vraiment faire attention à ce qui se déroulait dans les maisons, la peur assaillait tout le monde de manière différente, et pour le coup, elle donnait envie de vomir au jeune Howling qui ne voyait dans toute cette agitation qu’un nouveau moyen de faire pression sur eux. Et il y avait de quoi. Le district neuf étant un district industriel, ils savaient mieux que quiconque comment utiliser et addition plusieurs substances pour les changer de leurs objectifs principales. Trok faisait partie des gens que ça arrangeait, on ne troquait pas quelque chose que tout le monde pouvait avoir, et il lui arrivait de jouer au parfait petit chimiste, mais la plus part du temps, il ne faisait que revendre et récupérer des médicaments, assez de médicaments pour assommer un cheval, ou deux !
Autour du jeune homme des conversations naissent, et il entend quelqu’un parler prêt de lui, il faut quelques secondes au jeune garçon pour comprendre que c’est à lui qu’on s’adresse. Se tournant doucement vers l’inconnu, il le détaillât et compris bien vite que la motivation principale du jeune homme était bien éloignée de la douceur de ses paroles, il cherchait quelque chose … un pacificateur infiltré ? Un indice ? Mais le blondinet n’eut pas le temps de répondre à la question qu’on lui posait ni même d’observer de manière plus poussé cet homme qui n’avait pas vraiment l’air du coin qu’une apparition incongru vint s’immiscer à son tour dans leur espace. Gentry !
Il semblait s’adresser à tout le monde et personne à la fois et surtout, il semblait connaitre l’étranger qui était venu vers Patròkle, comme à son habitude, le Howling ne put réprimer un sourire le voyant, mais le rictus laissa bien rapidement place à une certaine forme d’agacement, et tandis que Gentry parlait au voisin de l’inconnu qu’il appelait Théo apparemment et qui ne cessait d’observer les gens du district neuf, Patròkle l’attrapa par la main et le ramena vers lui avec une sécheresse qui malgré ses petits bras mince réussit à faire bouger le vainqueur.

« - Gentry reste là, ne parle pas à n’importe qui, on ne sait pas ce qui ce passe encore et … »

Mais les mots prononcés entre les dents de manières sifflantes par Trok furent coupés par une nouvelle arrivante, visiblement c’était le rendez-vous du district sept aujourd’hui, pas de bol pour eux ils étaient tombés le mauvais jour pour faire du shopping dans le neuf.
Patròkle fronçât encore un peu plus des sourcils, créant une ligne fine qui barrait son front. Se redressant sur la pointe des pieds, sa main toujours dans celle de Gentry sans s’en rendre compte, il chercha son père, mais il ne voyait que des têtes ahuris et les tenus blanches des pacificateurs au milieu de toute la crasse. Ils semblaient tous irréel presque fantomatique, mais il ne fallait pas se fier à la beauté de la blancheur qui se dégageait d’eux, Patròkle savait bien qu’ils ne défendaient qu’une seule cause, et ce n’était certainement pas celle des gens se trouvant au centre de la place.
Il fallait qu’il trouve un moyen de prévenir son père, le prévenir pour sauver sa mère, le prévenir qu’il allait bien de son côté, et qu’il suffisait de ce taire, que tout passerait, qu’ils n’avaient rien à se reprocher. Mais c’est précisément ce moment, ce moment où le jeune garçon tentait de faire le calme dans son esprit et de poser les choses, que choisit un pacificateur pour sortir d’une maison en beuglant. La bâtisse était tout aussi misérable que toutes celles du district, et rien dans son apparence ne l’a différenciait des autres, il semblait donc que ça soit son continu qui mette ainsi soudainement en orbite la milice du Capitol, c'était sa maison, et Patròkle se mit à réfléchir très vite. Qu’avaient-ils pu bien trouver à l’intérieur ? Que ce passait-il donc dans le district pour que des mesures aussi drastiques soient prises ? Etait-ce la suite de tous les évènements qui avaient secoué Panem depuis ces derniers mois, étaient-ils tous tenus responsable des agissements des rebelles ? Tant de questions qui n’avaient pas de réponses dans l’esprit du jeune homme, et qui n’en aurait certainement jamais, bien conscient que si tout ce calmait on ne leur dirait jamais la vérité et que si ça ne s’arrangeaient pas ils risquaient tous ce mourir ou pire encore …
Patròkle n’avait jamais choisi entre la rébellion et le Capitol, il ne voulait pas choisir, ce n’était pas son combat à lui, il avait déjà bien à faire.
Et pourtant c’est lui qu’on attrapât par le col et que l’on souleva sur sol en lui pointant une arme sur la tempe, lui faisant lâcher la main de Gentry. Un instant confus, désorienté, Patròkle observât la foule cherchant à lire dans le regard du monde la situation, était-ce aussi critique que cela pour lui ? Allaient-ils vraiment lui tirer dessus ? Pourquoi lui non d’un chien ?
Pinçant ses lèvres, le jeune homme réfléchis à toutes les solutions qui s’offraient à lui pour sortir de cette impasse. Si il réagissait trop on allait le tuer, il c’était déjà fait remarqué un peu plus tôt en voulant échapper aux pacificateurs … tout jouait contre lui, il fallait agir et vite.

« - Vous faites une erreur, si vous me tuez-vous allez créer une émeute, et nous sommes plus nombreux que vous. »

Avec un calme olympien, Patròkle s’adressa au pacificateur d’un ton cinglant attendant que quelqu’un ne vienne l’aider, enfin quelqu’un qu’on écoute, ou bien quelqu’un qui aurait assez de charisme pour lui permettre de créer une diversion et de s’enfuir, ou bien simplement quelqu’un qui se porte volontaire pour se faire tirer dessus. Le jeune garçon avait presque envie de rire à cette dernière pensée, ça c’était sûr que ça n’arriverait pas … pourtant rien n’était perdu, il le sentait bien.


Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 03/12/2012
ϟ MESSAGE : 59
ϟ AVATAR : Steven R. McQueen
ϟ MULTICOMPTE : Maël A. Reh
ϟ DISTRICT : District Sept
ϟ AGE : 18 ans
ϟ METIER : Bûcheron
ϟ LIFESTYLE : difficiles
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : contre
ϟ COMPÉTENCES : SOLDIER
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 - UNDERCONTROL    Mar 30 Déc - 10:40

WE ARE UNDERCONTROL


Districts sous-surveillance
Si Théodore avait voulu être un acteur, il l’aurait dit. Il ne serait pas devenu bûcheron. Alors pourquoi donc était il en train de réfléchir à comment se faire passer pour ce qu’il n’était pas en affirmant être ce qu’il était mais ne voulait pas paraître être ? Il avait beau être un peu futé, ça commençait à devenir compliqué dans son esprit. Vraiment compliqué. Et l’attitude à tenir lui échappait dans un même temps. Tabasser un arbre, abattre un mec, tout cela lui semblait simple et incroyablement attirant en comparaison. Mais ce n’était pas le moment. Et dans un soupir, Théodore se faufila dans la foule à la recherche d’une idée avant d’interpeller son voisin le plus proche et certainement le plus réceptif. Il l’espérait, du moins. Mais avant de pouvoir constater l’efficacité de ses propos, une nouvelle personne s’incrusta dans la conversation. Une personne que Théodore aurait placé dans les premiers de sa liste noire s’il en avait eu une. "Dis, elle est où, ma maman ? Et pourquoi les Paci-trucs, ben, y nous ont mis ici ?" Le bûcheron leva aussitôt les yeux au ciel, par réflexe. P#tain, de tous les glandus qu’il pouvait croiser ici, il tombait sur le pire et surtout le plus débile ? Celui qui avait pourtant gagné les jeux en échange de son cerveau, celui qui le prenait pour un ami ? " 'M'appelle Gentry ! J'suis un gentil ! Et toi, t'es un gentil ? Les Paci-trucs, bah, ils punissent les gens méchants... Bah, j'veux pas qu'y t'punissent parc'que t'as l'air gentil, comme Théo. Tu veux être mon copain ?" Avec difficulté, Théodore parvint à retenir la création d’un rictus agacé. T’as l’air gentil, comme Théo. Mais bien sûr. Et son père, c’était le chef des rebelles. « - Gentry reste là, ne parle pas à n’importe qui, on ne sait pas ce qui ce passe encore et … » Et voilà qu’en plus, le demeuré du D9, oui Théodore n’avait pas envie d’être smpa en pensées parce que c’était son dernier refuge, au final, en rajoutait une couche. Ils se connaissaient ? Parfait, ça allait être ça de moins à devoir se soucier. " Mais qu'est-ce que vous foutez ici vous deux ? Ca ne ressemble pourtant pas au D7 ici ! " Sans douceur, Théodore fit volteface pour se retrouver devant l’une de ces connaissances d’école. Un an d’écart tout au plus. « P#tain, mais vous vous êtes donnés rendez vous dans le D9 b#rdel ! » ne put se retenir de cracher Théodore, en se rendant compte un peu tard qu’il se contentait au final de faire écho aux paroles de Cano. Tant pis, de toute manière ils n’avaient pas tort, et une nouvelle fois encore on venait de les interrompre. Pas de nouvel arrivant, pas d’expatrié supplémentaire du D7. Une voix forte, une voix impérieuse, une voix qui faisait vibrer de fierté le profond patriote qu’était devenu Théodore au fil des ans. "A qui appartient cette maison ?  Quiconque ne dénonce pas un traître est passible de la peine capitale. Je tuerais chaque enfant, chaque femme jusqu'à obtenir une réponse. A qui est cette maison ?" Un frisson d’excitation grimpa le long de la colonne vertébrale du Bûcheron.

C’était le moment. C’était son moment. Et il était terrifié à l’idée de se proposer en rebelles, de défendre des gens dont il n’avait foutrement rien à faire. Il était terrifié à l’idée de s’exposer en tant qu’homme qu’il haïssait ; Et pourtant, c’était son devoir. L’excitation se transforma en doute, en terreur, avant de redevenir celle, pleine d’appréhension, de l’anticipation. Parce qu’on venait d’attraper le col de son voisin, l’autochtone du D9, parce que les regards se tournaient à présent vers eux. Un vainqueur, deux D7, un D9. Un groupe hétéroclite que tout semblait détacher à cet instant. La proximité de l’arme, posée sur la tempe du gosse, rendit soudain tout plus réel et tangible. Et mortel. Théo se sentit blanchir, incapable de réagir, de faire le moindre choix. S’il s’écoutait, il serait le premier à lyncher le gosse. S’il écoutait la voix plus pressante de Steven, il s’interposerait, convainquant, en demandant au Pacificateur d’épargner celui qui était déjà en train de se défendre calmement. « - Vous faites une erreur, si vous me tuez-vous allez créer une émeute, et nous sommes plus nombreux que vous. » Et perdu entre ces possibilités, Théodore ne faisait rien, finalement. Avant de s’ébrouer. Il fallait que les Rebelles le remarquent. Et que ferait un rebelle dans cette situation ? Il n’en savait strictement rien, parce qu’il ne pouvait concevoir l’insubordination. Un claquement de langue agacé échappa à Théo. Un rebelle se ferait tuer plutôt que de laisser un inconnu se faire tuer. Oui, et les rebelles étaient stupides. Pas lui. B#rdel, pas lui.

Une inspiration. Un soupir. Un énième juron bien senti. Théodore empoigna plus fermement sa hache et, loin de réfléchir davantage que nécessaire – peut être aurait il du ? – balança d’un mouvement de poignet la lame de son outil de travail sur le Pacificateur. « Lâchez le ! » Loin d’être aussi assurée qu’il l’aurait voulu, la voix de Théodore tremblait de terreur. S’interposer, mais rester en vie. Et le sang qui coulait du bras vraisemblablement cassé du Pacificateur - sans l’avoir coupé, le poids de la hache avait fait son office – n’allait pas aider. La respiration rapidement, Théo se demanda un instant s’il s’y prenait bien pour intégrer les rebelles. La vue du flingue à présent pointé sur lui était plus efficace que n’importe quel discours. Le coup de pied qui l’envoya au sol, plus efficace que tous les enseignements de Steven. « Gentry, Cano, dites quelque chose b#rdel ! » Sans aucune fierté, au final, sans aucun courage, la voix de Théodore était devenue supplique.

_________________

Les mortels sont égaux : ce n’est point la naissance, C’est la seule vertu qui fait leur différence. C’est elle qui met l’homme au rang des demi-dieux ; Et qui sert son pays n’a pas besoin d’aïeux.

(c) Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 - UNDERCONTROL    Mar 30 Déc - 11:33

WE ARE UNDERCONTROL


Districts sous-surveillance


Gentry n'avait pas eu le temps de faire plus ample connaissance avec le pauvre gamin du District 9 qu'il avait pris pour cible. Déjà, l'un de ses amis, dont il n'avait pas noté la présence jusqu'alors, s'interposait, lui prenant la main et l'éloignant de celui qui n'avait pas eu d'autre choix que de subir ses questions et remarques irréfléchies en rafale.

Reconnaissant Patròkle, qu'il appelait plus simplement "Patou" parce qu'il avait quelques difficultés à prononcer correctement son prénom en entier, Gentry illumina son visage d'un sourire heureux, totalement inconscient de la gravité de la situation actuelle. Tout ce qu'il pouvait voir, à cet instant, c'était bel et bien que ses amis étaient à ses côtés. A dire vrai, il avait même oublié les recommandations de sa mère, ne pouvant imaginer l'état de détresse dans lequel elle se trouvait actuellement, jouant des coudes pour tenter de retrouver son enfant...

Quand Cano arriva à son tour, Gentry ne put qu'étirer un peu plus son sourire, lui faisant un grand signe de sa main libre, l'autre toujours fermement tenue par Patròkle qui semblait chercher quelque chose ou quelqu'un dans la foule qui les entourait. Alors qu'il s'apprêtait à se détacher de lui pour offrir un câlin empli d'affection à la jeune femme, qu'il était des plus heureux de revoir, une voix puissante l'interrompit dans son geste. Une voix autoritaire et menaçante...

Gentry se figea, rivant son regard vers le sol, un frisson lui parcourant l'échine. La peur qui semblait l'avoir déserté jusque là vint alors habiter chaque parcelle de son corps. C'était sérieux... Quelque chose de grave était en train de se dérouler...

Gentry serra fortement la main de Patròkle dans la sienne, mais ce contact rassurant ne dura guère longtemps. Déjà, un pacificateur s'approchait et, prenant Patròkle par le col, pointait sur lui une arme que Gentry savait létale. Son sang ne fit qu'un tour. Malgré la peur qui le saisissait, il tenta de s'interposer et d'éloigner l'homme de son ami. Mais il fut repoussé aisément, tandis qu'on lui aboyait de rester tranquille. Ce qu'il fit, mortifié, les yeux pleins de larmes, tremblant sous la terreur qui noyait son âme.

Non, non, il ne voulait pas que Patròkle meurt ! Il était gentil, c'était son ami, ils n'avaient pas le droit de faire ça ! D'une voix bégayante, Gentry souffla en direction du Pacificateur :

"C'est pas un méchant, 'f-faut pas lui faire du m-mal ! I-Il..."

Un "Ferme-là !" sèchement articulé le poussa à se réfugier dans le silence. Parce qu'il avait peur. Parce qu'il n'osait pas désobéir. Parce qu'il ne devait pas désobéir. C'était ce que sa maman lui avait dit. Maman... Où était-elle ? Il voulait la voir... La rejoindre... Rentrer chez lui, se glisser dans son lit et tout oublier...

Ce fut le moment que choisit Théodore pour intervenir. Et son action, ô combien choquante, figea Gentry sur place, bouche bée, les yeux écarquillés. Son regard se posait sans pouvoir se détourner sur cette hache que son ami avait brandi pour frapper le bras du Pacificateur, sur ce Rouge qui s'en écoulait, sur la scène qui se déroulait sous ses yeux... Théodore allait mourir... Ils allaient tous mourir... C'était la règle des Hunger Games... Tuer ou être tué...

Tandis que Théodore le suppliait de l'aider, le regard de Gentry se fit vitreux. D'une démarche vacillante, il s'interposa entre son ami et le Pacificateur, saisissant ce dernier à la gorge si fortement que ses ongles commençaient déjà à percer la peau, à faire sortir ce Rouge qui l'horrifiait tant...

Mais Gentry ne voyait plus ce Rouge. Il ne voyait plus Théodore, le Pacificateur ou quoi que ce soit d'autre. Il était de retour aux Hunger Games. Et il devait tuer. Il devait tous les tuer...

"Gentry !"

Gentry ne se retourna pas. Il ne bougea pas. Du moins, jusqu'à ce qu'un bras ne le saisisse par la taille et ne l'oblige à s'écarter du Pacificateur, qu'il avait manqué étrangler jusqu'à la mort...

Hurlant, grognant, Gentry se débattait sauvagement, le regard empli d'une soif de meurtre, d'une violence sans nom. Mais sa mère, car c'était bien elle, tenait bon. Il était peut-être fort, mais elle était solide.

Elle souffla des paroles réconfortantes à ses oreilles, caressant ses cheveux, le ramenant peu à peu à la réalité de la situation. Petit à petit, Gentry se calma, cessant de se débattre, se plongeant dans un silence inquiétant. Alors que sa mère le relâchait, il commença à frapper son crâne, émettant de faibles gémissements, mais il cessa bien vite ce mouvement lorsque Delinda lui saisit le bras, le caressant avec douceur.

Il laissa sa mère l'enlacer et se recroquevilla contre elle, le souffle court, perturbé par quelques sanglots.

"Il... Il ne sait pas ce qu'il fait... Ne lui faites pas de mal... Ne m'enlevez pas mon fils, je vous en supplie."

Elle semblait prête à se prosterner devant les représentants de l'autorité, terrifiée à l'idée qu'on lui prenne ce qu'elle avait de plus cher au monde.
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 19/10/2014
ϟ MESSAGE : 28
ϟ AVATAR : Noa Moon
ϟ MULTICOMPTE : nop
ϟ AGE : 17 ans
ϟ METIER : Serveuse - Chanteuse à ses heures
ϟ LIFESTYLE : Se contente de peu mais n'est pas à plaindre
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : indécis
ϟ COMPÉTENCES : SURVIVOR
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 - UNDERCONTROL    Mar 30 Déc - 22:17

YOU'RE UNDERCONTROL


Districts sous-surveillance
Hasard, vous parlez d'un hasard ! A peine j'essaie de me fondre dans l'anonymat de la foule hétéroclite des habitants du district que je tombe nez-à-nez avec ceux du sept. Non pas que c'est une tragédie, j'aime bien Gentry, il est gentil malgré sa différence, il faut dire que la vie ne l'a pas franchement épargné, sortir de l'arène c'est déjà un exploit mais il n'en est pas pour autant indemne, son esprit s'est déconnecté de ce que l'on m'a dit. J'ai jamais trop prêté attention aux rediffusion, du coup aucune idée de ce qu'il a subi là-bas hormis les on-dire des piliers de comptoir. Si je le verrai autrement ensachant que le gars a tranché à tout va des gamins de son âge à coup de hache ? Comme ont dit, le passé c'est derrière, je suis une fille impulsive qui ne s'occupe que du moment présent. Gentry, je le connais depuis toute petite comme il est. Simplet et attachant. Ce que je ne comprend pas par contre, c'est qu'il est ici seul, sans sa mère ? Etrange... Surtout vue qui l'accompagne.

Théodore, Théodore, Théodore. Lui aussi je le connais depuis que je suis plus haute que trois pommes. C'est pas vraiment ce que je peux appeler un camarade pour autant, une connaissance tout au plus. Il se tape une sacré réputation de tête brulée dans le district. Bagarreur et pervers c'est un fait, mais il y avait même des rumeurs comme quoi il a déjà buté un type à mort alors qu'il ne connaissait pas encore sa table de dix. C'est vrai, c'est faux ? Comme je le dis, je ne m'en suis jamais trop préoccupée de qui pisse le plus loin dans le passé. Mais je ne l'aime pas quand même ! Juste parce qu'il prend Gentry pour ce qu'il est.

Reste qu'on à un troisième larron dans notre troupe improvisée. Mais j'ai beau le dévisager de la tête au pied, il ne me dit absolument rien... Un autochtone ! Il a l'air d'avoir quoi ? Douze ans tout habillé et j'ai le don pour sentir cela mais il n'est pas droit dans ses chaussures, à croire que quelque chose le tracasse ? Un jeune fan qui a reconnu en moi son artiste préférée et qui est intimidée devant tant de grâce et de modestie ? Bon, c'est un peu précoce, ni concert, ni album, ni prime-time sur Capitole TV avec ce bon vieux Cesar. D'accord, c'est pas ma présence qui le met mal à l'aise. Alors je parie, disons, sur le pacificateur pas content qui vient droit sur lui !

Bingo ! En plein dessus ! Mais c'est pas drôle car les ennuis se rapproche inévitablement de notre attroupement du D7. Et à partir de cet instant, tout s'accéléra devant moi comme une série d'événements inévitables et sans surprise. Moi au scénario, je n'aurais as fait mieux !

Du coup pour résumer rapidement, le jeune garçon du 9 apprend la lévitation par l'entremise du pacificateur le prenant par le col. Visiblement ils ont trouvé l'heureux propriétaire de la maison suspecte. Sérieux ? Lui un rebelle ? Il n'a même pas encore d'acné ! Mais des tripes par contre il en a. Pas de pleurnicherie, ni de fanfaronnade avec la réplique culte mais plutôt une tentative de calmer le jeu. C'est mature comme réaction. Mature oui, bien plus que de balancer sa hache à tout va et d'ensuite demander de l'aide à ses chers compatriotes ! Pour le coup, je le regarde incrédule ce crétin de Théodore. S'attaquer à un pacificateur sur la place publique c'est déjà suicidaire, mais par après prendre la peine de se retourner pour nous demander de l'aide, ça résonne un peu comme un acte de dénonciation. Autant nous dessiner une cible dans le dos. Et comme il fallait s'y attendre, Gentry vole au secours de son copain ! En étranglant bien méchamment le suppôt du Capitole. C'est un fait la situation dégénère totalement et je suis en plein milieu de ce merdier !

Fuir ? L'idée m'a traversé l'esprit mais c'est pas mon genre de laisser des innocents sur le côté. J'ai promis de me tenir tranquille face aux autorités, j'ai réussit si n excepte le lattage de couille un peu plus tôt dans la journée. Si seulement Wadey venait me sortir de là sur son cheval blanc. Mais c'est une autre personne qui allait sortir de sa boite, la mère de Gentry. La seule personne capable de le raisonner dans ce genre de situation, on a évité le pire... Mais les représailles ne vont pas tarder à pleuvoir, ce ne sont pas les paroles de la mère du vainqueur qui vont porté, non pas quand on manque de finir étranglé voir haché menu par le bucheron couard. Et bon, je ne vais pas assommer le gars avec ma guitare pour mettre fin à la conversation, mais il fait le faire flipper un peu plus, du moins le faire hésiter à tous nous embarquer. Merde quoi, je me destine à une carrière de chanteuse, pas de muette !

Ni une, ni deux, je m'interpose entre notre groupe de bras cassé et le pacificateur. Droite devant lui, sur la pointe des pieds pour faire oublier qu'il mesure près de trois tête e plus que moi et tout à fait déterminée à ne pas le laisser passer si facilement, je e toise du regard, histoire de me donner un peu plus d'assurance.

" Ola ! Attendez avant de rameuter les troupes et déclarer la guerre à l'idiotie de mes camarades ! Mais on est pas vos rebelles, c'est une erreur ! Regardez, vous le reconnaissez pas ? Ce gars, là, c'est Gentry Fawcett, le vainqueur des Hunger Games du District 7 et ami du capitole. Il passe pas inaperçu, vous devez surement le reconnaître. Sa mère, ces deux jeunes gars et moi, on l'accompagne en visite ici, on vient d'arriver ce matin, je peux même vous fournir le nom du pacificateur qui nous à escorter jusqu'ici ! On a rien à voir avec vos histoires de rébellion mais trucider le seul mentor du 7, ça va la foutre mal avec vos supérieur non ? Allez, laissez-nous ! "

Non, c'est bien une version tout à fait honnête de la situation. Deux trois petits mensonges par-ci par-là histoire d'enjoliver un peu la situation et au passage sortir aussi le jeune adolescent qui apprenait à léviter de la mouise. Bon et si cela ne marche pas ? Coup de pied dans les bourses ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 11/01/2012
ϟ MESSAGE : 407
ϟ AVATAR : Capitole
ϟ MULTICOMPTE : Aucun
ϟ DISTRICT : Capitole
ϟ AGE : Immortel
ϟ METIER : Président du Capitole
ϟ LIFESTYLE : Luxueuse
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : contre
ϟ COMPÉTENCES : LEADER
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 - UNDERCONTROL    Dim 25 Jan - 13:56

YOU'RE UNDERCONTROL


Districts sous-surveillance
La situation a brusquement basculée. Aucun de vous ne s'attendait à ce que les Pacificateurs trouvent quelque chose dans la maison d'un citoyen du District 9. Encore moins dans la maison de Patròkle Howling, adolescent sans histoire. Et pourtant, c'est sur sa tête qu'est pointé une arme. La menace est là, alors que chacun de vous réagit différemment à cette arme sur la tête d'un gamin. Certains prennent les armes, essayent de combattre les Pacificateurs. Mais très vite, la situation dégénère. Alors qu'une femme tente de résonner les Pacificateurs pour qu'il ne blesse pas un jeune homme traumatisé par les jeux, qu'il ne tue pas le jeune homme qui vit dans cette maison, pour qu'un homme ne meure pas en tentant de planter sa hache dans la jambe d'un soldat. Mais c'est trop tard... Trop tard. Face à cette foule en colère l'arme du Pacificateur s'abaissa lentement. La balle heurta la jambe du jeune Patròkle. Un silence de mort s'abattit sur la foule alors que le jeune homme s'écroulait, hurlant face à la douleur. "Toute preuve d'allégeance à la Rébellion sera punit !" Hurla le Pacificateur, le visage congestionné de rage. "Saisissez vous des rebelles !" Ordonna t-il à ses hommes en désignant le groupe qui s'était opposé à eux ! "Tirez sur la foule s'ils résistent !"

(...)

Patròkle Howling a été blessé et est inconscient (le temps que notre jeune ami revienne sur DOF), les Pacificateurs s'approchent pour vous faire prisonnier. La foule se rebiffe, menacé eux aussi par les Pacificateurs. La colère gronde. Aurez-vous le courage d'agir, ou préférez vous vous sacrifier pour éviter que la foule paye ?

________________

Pour participer vous n'avez pas besoin de vous inscrire, seulement de poster à la suite. Votre seule obligation étant de participer régulièrement à ce sujet pour le faire vivre.

Le sujet est ouvert à tous les habitants des districts sous-surveillance. En cas de questions ou pour échanger sur le sujet, rendez-vous ici.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daughter-of-fire.forumactif.fr
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 03/01/2015
ϟ MESSAGE : 175
ϟ AVATAR : Georgie Henley by Castiells
ϟ MULTICOMPTE : //
ϟ DISTRICT : 9
ϟ AGE : 14
ϟ METIER : élève
ϟ LIFESTYLE : Nauséeuse mais abondante
ϟ MONEY : 4 Tribe, 70 Meetra
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : indécis
ϟ COMPÉTENCES : TAKE CARE
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 - UNDERCONTROL    Mer 28 Jan - 22:00

WE'RE UNDERCONTROL


Districts sous-surveillance
La jeune Lefkì ne put réprimer un cri, terrifié à la vue de ce que le Pacificateur venait de faire à son ami d’enfance, Patròkle. Là, au milieu de la foule, elle avait suivi toute la scène sans rien dire.  Depuis que l’alerte avait été donnée, informant tout le monde de la venue d’un Hoverkraft, elle avait d’abord observé de la fenêtre du bureau de son père, les citoyens de son district se rassembler de force sur la place devant l’Hotel de Justice où il travaillait. Même eux n’échappant pas à la règle, ils avaient dû sortir des lieux et se fondre dans la masse. Au vue de ce qu’il se tramait, elle avait remercié mille fois sa mère intérieurement pour l’avoir envoyé apporter le panier-repas  que celle-ci avait préparé pour son mari. Son père étant étrangement mystérieux ces derniers temps, elle le soupçonnait réellement d’être lié à une quelconque personne faisant partie de la résistance. Voire pire, il en était peut-être membre lui-même ? Ainsi la présence des Pacificateurs n’avaient fait qu’alimenter ses doutes et ses craintes car oui, elle avait pendant un très long instant eu peur pour son père. Que l’on trouve quelque chose chez eux l’incriminant, qu’on l’arrête devant elle, devant les autres membres du district et qu’on le torture, voire pire, qu’on l’exécute. Et tandis qu’elle avait resserré de plus en plus son étreinte autour du bras de son paternel et que sa mère les avait rejoint, la scène s’était déroulée tout autrement…

La malchance avait touché Patròkle et sa famille et c’était lui qui avait été pris pour cible par le Pacificateur. Elle l’avait ensuite trouvé bien courageux de s’adresser à son bourreau de la manière dont il l’avait fait. Le garçon aurait pu se faire battre pour cela. A ce moment, craignant pour sa vie et comme poussée par une force intérieure, elle avait tenté de le rejoindre mais son père l’en avait empêché. Sa fille devait rester auprès de lui et non pas risquer sa vie, même pour ce garçon. Il fallait attendre… attendre de voir comment la scène évoluait… Il n’avait pas fallu le faire longtemps puisqu’un homme avait alors brandit sa hache et avait frappé le Pacificateur qui détenait le jeune homme prisonnier. Qu’elle audace s’était-elle mise à penser. Pensée qui fut très vite balayée par une autre puisque la réalité avait fait face au soit disant « preux chevalier » et lui avait dérobé tout son courage.  Et tout s’était enchaîné très vite.  Un autre homme avait sauté à la gorge au ravisseur, déchaînant toute sa haine contre lui et quelqu’un qui semblait être sa mère s’était interposée pour le calmer et plaider sa cause auprès des Pacificateurs. Voilà un exemple des dégâts que faisaient les Hunger Games car elle l’avait reconnu… Il était assurément l’un des vainqueurs. L’adolescente ne revenait pas de ce dont elle était témoin.  Et encore moins de la suite car lorsqu’elle vit Patròkle tomber inanimé sur le sol, sa plainte déchira le silence et tout en se dégageant de l’étreinte de son père qui criait déjà son prénom en vain, n’écoutant que son courage, elle s’élança à travers la foule et se jeta au pied de son ami, tentant d’arrêter le saignement de sa jambe avec ce qu’elle avait de plus proche, son foulard…

« Je t’en prie Pat’, restes avec moi !
Tu m’entends ? »

Mais le garçon semblait déjà sombrer dans les ténèbres. Il n’était pas étonnant que suite à cette blessure, il perde connaissance. Cependant, la jeune Lefkì ne le laisserait pas tomber. Pas cette fois… Elle se devait de lui porter secours car dans cette situation, les secondes qui suivaient l’incident étaient vitales. La jeune Aslaing n’était peut-être pas médecin mais sa mère lui avait appris quelques petites choses en cas de besoin et il était temps de les mettre en pratique. Une fois qu’elle eut stoppé le flux d’hémoglobine, elle attacha son foulard autour de la jambe du garçon et pendant qu’elle tentait de prendre son pouls et de vérifier qu’il respirait, elle sentit qu’on lui agrippait le bras, la forçant à se relever. Un Pacificateur voulait l’éloigner afin d’embarquer le blessé mais celle-ci se débattait. Non, elle ne voulait pas partir. Son ami n’était pas encore revenu à lui. Qu’allaient-ils faire de lui ? Le comble dans tout ça c’est qu’il ne faisait même pas partie des rebelles. En parlant de rebelles, allaient-ils se montrer ? Se défendre ?


_________________

I have to choose my way...

Présentation Fiche de lien
Code by Beylin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 03/12/2012
ϟ MESSAGE : 59
ϟ AVATAR : Steven R. McQueen
ϟ MULTICOMPTE : Maël A. Reh
ϟ DISTRICT : District Sept
ϟ AGE : 18 ans
ϟ METIER : Bûcheron
ϟ LIFESTYLE : difficiles
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : contre
ϟ COMPÉTENCES : SOLDIER
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 - UNDERCONTROL    Lun 2 Fév - 22:12

WE ARE UNDERCONTROL


Districts sous-surveillance
Il était devenu soudainement stupide. C’était la seule explication à peu près plausible. Il était fou, aussi, mais ça n’avait rien de nouveau. Stupide, donc, voilà quelle était la nouveauté qui l’avait poussé à s’interposer entre le Peacekeeper et le gosse dont il ignorait toujours, jusqu’au nom, quelques minutes plus tôt. Et tout ça pour quoi ? Pour des c#nneries, pour une mission de la plus haute importance dans laquelle il piétinait depuis trop longtemps à son goût. Théodore n’avait jamais eu le temps ou le cran de s’apitoyer sur son sort. Fou furieux embrigadé par le Capitole, depuis ses huit ans il avait sans le savoir laissé derrière lui toute notion de libre arbitre. Et à présent à terre, il ne comprenait pas vraiment ce qu’il lui arrivait voire, tout simplement, ce qu’il était supposé faire à présent. Pas de Steven à ses côtés pour lui souffler quoi faire, pas de personne à frapper pour se défouler et une arme pointée dans sa direction. Rien ne l’avait préparé à cela et sa supplique jetée au hasard, en direction des autres membres du D7, presque aux bords des larmes, n’en fut qu’une preuve de plus. Entre Cano et Gentry, Théodore n’aurait pas parié un grain de sable sur leur intervention. Il aurait bien aimé, mais sincèrement, vu la bande de clampin, il ne pouvait pas s’avancer. Aussi en voyant le débile de vainqueur faire quelques pas en avant, se jeter sur un Pacificateur déjà amoché pour mieux l’étrangler, se débattre lorsqu’une meuf tenta de le retenir, reculer, s’éloigner, il n’en crut pas ses yeux. Mais alors lorsque ce fut au tour de Cano d’intervenir… Théo se demanda s’il n’était pas en train d’halluciner. " Ola ! Attendez avant de rameuter les troupes et déclarer la guerre à l'idiotie de mes camarades ! Mais on est pas vos rebelles, c'est une erreur ! Regardez, vous le reconnaissez pas ? Ce gars, là, c'est Gentry Fawcett, le vainqueur des Hunger Games du District 7 et ami du capitole. Il passe pas inaperçu, vous devez surement le reconnaître. Sa mère, ces deux jeunes gars et moi, on l'accompagne en visite ici, on vient d'arriver ce matin, je peux même vous fournir le nom du pacificateur qui nous à escorter jusqu'ici ! On a rien à voir avec vos histoires de rébellion mais trucider le seul mentor du 7, ça va la foutre mal avec vos supérieur non ? Allez, laissez-nous ! " Il eut envie de vomir. Vraiment. C’était un incapable. Lui, Théodore, était un incapable, parce qu’en entendant Cano, il comprenait avec écœurement que non seulement elle se débrouillait bien mieux que lui, mais en plus, elle avait plus de tripes que lui. Se relevant prudemment, il tituba, jambes flageolantes, trébuchant davantage au son de la balle qui se ficha dans la jambe du D9. « B#rdel mais vous pouvez pas faire attention ? » Bravo Théo, affiche toi un peu plus… Le silence qui entoura le déchaînement de violence résonna autour d’un Théodore qui hésitait entre massacrer la personne le plus proche et se barrer. "Toute preuve d'allégeance à la Rébellion sera punie ! Saisissez vous des rebelles ! Tirez sur la foule s'ils résistent !" Il aurait du fuir. Vraiment. Se barrer. Se faufiler dans la foule, se mettre en sécurité… Parce que là, il faisait clairement partie des rebelles. Sauf que… même si c’était son objectif, il ne voulait pas terminer comme la jambe de… « Je t’en prie Pat’, restes avec moi ! Tu m’entends ? » Voilà, encore un nom de m#rde. Pat, sérieux. Sans aucun équilibre, il essaya de se redresser. Pour mieux se faire une idée de ce qui était en train de se passer. Allez, b#rdel, allez… de l’inspiration une idée magique et totalement stupide pour améliorer sa couverture de rebelle. Et qu’on vienne le sauver. Qu’on… Il faut mener le soulèvement, pour déstabiliser les Pacificateurs. C’était une évidence. Sauf qu’on avait véritablement dressé Théodore pour lutter contre ces soulèvements,  non pour les provoquer. Conflit, dilemme, Théodore n’en pouvait plus. C’était… il prit son inspiration en reculant de quelques pas. « Vous approchez pas, b#rdel ! On n’est pas des rebelles… on est que des gosses ! C’est ça la force du Capitole ? De flinguer des gamins de quinze ans ? Waouh, mais c’est vrai que c’est totalement courageux ! Allez y, prenez vous en à cette gosse aussi d’un geste de la main, il désigna celle qui s’était littéralement jetée sur Patou pour mieux le soigner. Comme si ça allait marcher. « Je suis sûre qu’elle va vous agresser avec son rouge à lèvres et son fouloir en crin de poney… » C’était une honte. Il en avait des haut-le-cœur à l’idée de ce qu’il était en train de dire. De faire. Se moquer du Capitole, tourner en dérision des Pacificateurs qui avaient plus que raison en menaçant la foule… C’était une honte.

_________________

Les mortels sont égaux : ce n’est point la naissance, C’est la seule vertu qui fait leur différence. C’est elle qui met l’homme au rang des demi-dieux ; Et qui sert son pays n’a pas besoin d’aïeux.

(c) Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 28/01/2015
ϟ MESSAGE : 25
ϟ AVATAR : Nina Dobrev
ϟ DISTRICT : 2
ϟ AGE : 22 ans
ϟ METIER : Soldate
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : contre
ϟ COMPÉTENCES : SOLDIER
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 - UNDERCONTROL    Sam 7 Fév - 14:52
WE ARE UNDERCONTROL


Districts sous-surveillance
Après l'entrée en scène des Pacificateurs, tout s'était déroulé rapidement et efficacement. Organisés, ils avaient rassemblé la foule sur la place. Novalee avait quitté le District 7 pour rejoindre le 9, où, selon les ordres, elle aurait pour but de fouiller les maisons dans l'espoir de trouver des caches de la Résistance. Depuis l'explosion de la centrale, le Capitole avait eu la preuve que la Résistance s'était plus développée qu'il ne le pensait. Novalee elle-même avait été surprise que les rebelles eût réussit une opération d'une telle envergure. Le fait que la plupart des districts soient privés d'électricité prouvait que les rebelles n'étaient pas seulement des âmes en perdition et désespérées, mais qu'ils étaient également assez intelligents pour frapper fort. Tandis que la population était troublée, inquiète, agitée, les pacificateurs, qu'ils soient sous ses ordres ou qu'ils fassent parti d'autres escadrons, restaient d'un calme olympien. Ils avaient été entraînés pour avoir une parfaite maîtrise d'eux-même, et cela se ressentait derrière leur démarche assurées. Ils se ressemblaient tous, vêtus du même uniforme et Novalee ne faisait pas exception. Ils étaient le bras armé du Capitole, et personne n'aurait dû avoir le pouvoir de se dresser contre eux, contre ce qu'ils représentaient. Aujourd'hui, ils anéantiraient toute trace de rébellion. Il suffisait d'une preuve pour qu'une personne soit exécutée sur place.

Novalee avait déjà fouillé quelques maisons accompagnée de ses hommes, mais n'avait rien trouvé d'autre que la misère, la crasse et la pauvreté. Cela ne l'émouvait en aucun point, elle avait prit l'habitude de contempler ce maussade spectacle. Admirer le niveau de vie parfois indécent des habitants du District 9 n'était pas son but, elle cherchait simplement des preuves. Preuves qu'elle peinait à trouver. Elle était pourtant certaine que, dans ce district, de nombreuses personnes gardaient leurs secrets bien gardés. Personne n'était blanc, et les Jeux étaient souvent mal vus par les personnes qui vivaient dans l'insuffisance. Finalement, elle trouva ce qu'elle cherchait. Après avoir défoncé la porte d'une énième maison et renversé de nombreux meubles, elle découvrit un nombre beaucoup trop important de médicaments. De par l'état de la maison, elle savait que son possesseur n'avait sûrement pas les moyens de s'en procurer une telle quantité. Elle transmis le message au Pacificateur qui se trouvait sur la place, avant de pousser sans ménagement la femme qui se trouvait encore dans la demeure et de sortir de la maison sous les yeux de la foule. Elle laisserait les autres s'occuper du reste.

Celui a qui elle avait transmis le message n'avait pas chaumé. Il pointait son arme sur la tempe d'un jeune garçon. Cette scène ne fit ni chaud ni froid à la jeune femme. C'était habituel d'employer de telles méthodes. La coopération des habitants était assez difficile à obtenir, et souvent, elle méritait qu'on emploie de grands moyens. Mais, fait plus surprenant, elle découvrit Théodore, jeune espion à la solde du Capitole près de ce même jeune homme. Espérait-il ainsi se faire passer pour un rebelle ? Novalee était la seule au courant de sa mission, et elle désespérait de le voir agir ainsi. C'était quitte ou double. Si les pacificateurs décidaient de le punir et de le tuer pour son acte, la brune ne les retiendrait pas. Par contre, s'il réussissait à rester en vie, il aurait peut-être une chance de passé pour un jeune homme courageux qui pourrait attirer l'attention des rebelles. Et puis, il y avait également un des vainqueurs des Hunger Games, un gamin que Nova avait toujours trouvé étrange. Ce charmant petit groupe était accompagné d'une demoiselle qui n'avait pas l'air très heureuse de se trouver là.

Et puis la situation dégénéra. Théodore sorti sa hache, le morveux du District 7 s'attaqua au pacificateur. Il lui donna une impression bestiale, son visage, auparavant emprunt d'un air enfantin, était à présent déformé par une rage meurtrière. C'était sans aucun doute le visage de l'un des vainqueurs des Jeux. La jeune fille présente - sûrement la plus futée de leur petit groupe -  eut beau tenter de calmer le jeu, Novalee savait déjà que c'était perdu d'avance, qu'ils ne laisserait pas passer ça. Son intuition se confirma lorsqu'une balle siffla pour se ficher dans la jambe du jeune homme. A partir de ce moment, le Pacificateur hurla ses ordres. Capturer les rebelles, tirer sur les résistants. Novalee avait pour habitude d'obéir aux ordres, mais celui-ci lui paraissait insensé. Ils ne connaissaient pas l'identité des rebelles, sinon, ils seraient depuis longtemps privés de leur liberté. Les seuls capables d'être désignés comme rebelles étaient ceux qui s'étaient opposés au pacificateur. Novalee allait se diriger vers l'un d'entre eux lorsqu'une gamine se mit en travers de son chemin pour s'agenouiller près du blessé. Pathétique et inutile. D'un geste brusque, elle agrippa la jeune fille par les épaules, mais cette dernière semblait être accrochée à son ami avec toute la force contenue dans ses maigres bras. Un insecte, voilà ce qu'elle représentait. Elle était en travers de sa route et cela, Novalee ne le permettrait pas. Alors qu'elle parvenait à séparer les deux adolescents, une voix se fit entendre derrière son dos.  « Vous approchez pas, b#rdel ! On n’est pas des rebelles… on est que des gosses ! C’est ça la force du Capitole ? De flinguer des gamins de quinze ans ? Waouh, mais c’est vrai que c’est totalement courageux ! Allez y, prenez vous en à cette gosse aussi » Novalee se retourna brusquement, toujours en tenant la gamine pour regarder celui qui avait osé la défier. Lorsqu'elle reconnu son visage, elle laissa un soupir s'échapper de sa gorge. Théodore. Idiot. « Je suis sûre qu’elle va vous agresser avec son rouge à lèvres et son fouloir en crin de poney… » Et il se permettait de plaisanter dans une situation pareille. Pensait-il que cela représentait une forme de courage ? Non, c'était simplement idiot de provoquer les soldats ainsi. Il ne se risquait qu'à des représailles douloureuses. Ne pouvant se permettre que la mission qui lui avait confié échoue avant même d'avoir commencé, Novalee lâcha brusquement la gamine avant de se diriger droit vers Théodore et de le jeter à terre.   « Tu ferais mieux de surveiller tes paroles ou le fait de flinguer des gamins de 15 ans sera le dernier de tes problèmes. » Ces mots avaient été prononcé d'une voix glaciale, dénuée d'émotions. Il fallait mieux que ce soit elle qui s'occupe de son cas, elle pourrait ainsi lui éviter une mort trop précoce.



_________________

You'll never know what hit you won't see me closing in. I'm gonna make you suffer. This Hell you put me in. I'm underneath your skin. You'll never know what hit you. I will be here when you think you're all alone. Seeping through the cracks, I'm the poison in your bones

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 19/10/2014
ϟ MESSAGE : 28
ϟ AVATAR : Noa Moon
ϟ MULTICOMPTE : nop
ϟ AGE : 17 ans
ϟ METIER : Serveuse - Chanteuse à ses heures
ϟ LIFESTYLE : Se contente de peu mais n'est pas à plaindre
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : indécis
ϟ COMPÉTENCES : SURVIVOR
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 - UNDERCONTROL    Mar 10 Fév - 22:30

YOU'RE UNDERCONTROL


Districts sous-surveillance
Mon sang se glace au son de la détonation. Cet homme, ce pacificateur a ouvert le feu et fit taire la foule en colère le temps que tous se rendent compte de la portée de son acte. Un pas a été franchit, l'autorité fait place à la terreur et le dégout devant ce geste froid et calculé. Puis des cris, la douleur et les larmes, il ne l'a pas tué, non en me retournant je constate une tâche ensanglantée le long de sa jambe, c'est la gamin qui a ramassé, il git inconscient mais a priori vivant. Etonnant quand on pense que ce son Théo et Gentry qui se sont le plus fait remarquer durant les échauffourées. Okay, ils l'ont un peu planté une hache et à moitié étranglé mais le gars, il se venge sur un gamin. D'un autre côté, mieux vaut lui que de me planter une balle entre les deux yeux pour m'être interposée bêtement devant lui, non, la prochaine fois je le cogne avant d'essayer de le raisonner, je le cogne bien fort et lui explose toute espérance de procréer un descendant aussi stupide que lui !  Mais le problème c'est que maintenant il beugle des ordres à ses acolytes tout en nous désignant du doigt. J'en pousse une grimace, sérieux, je ne suis pas une rebelle et il me met dans le même paquet que les autres ! Théodore, il en est surement un, c'est une tête brulée, mais genre Gentry et sa mère ? Le fleuron de l'armée rebelle ? Laissez-moi rire !

A peine je me recule un peu tout en hésitant entre prendre mes jambes à mon cou et bonne chance tout le monde ou au contraire prendre le cou du pacificateur et déclarer la guerre au Capitole à bon coup de guitare et de chansons paillardes, une petite furie me bouscule pour se jeter tel un vautour sur le maintenant dénommé Pat'. Mais elle a beau s'accrocher à son ami, tentant de le soigner mais elle ne pèse pas plus qu'une brindille quand les pacificateurs le soulève pour s'emparer de lui. Au moins j'espère que le gamin aura la décence e leur pisser de son sang rouge sur leur uniformes si saillant. La foule n'en reste pas moins vindicative et des mouvements d'humeurs commencent à émailler les débats en prenant à partie les forces de l'ordre. J'ai les jambes qui commencent à flancher, mais je continue à faire face à cet idiot, le toisant du regard par provocation et mes convictions sont d'autant plus renforcées que depuis que la gamine sauve son amoureux de Pat'. Ca craint forcément, mais entre les gosses, le simplet et sa mère, cela fait un peu trop d'innocent pour mes frêles épaules. Sauf que bon, si je ne fais rien, je ne vais plus en dormir. Alors quitte à finir comme la première chanteuse muette de Panem, je ne m'écraserais pas devant tant d'injustice et...

Un soupir, je ne suis plus seule ! Théodore décide enfin de sortir de sa transe pour enfin faire quelque chose de plus utile que de jouer de la hache sur l'autorité. Bon, de mon point de vue, je n'attendais pas que le bagarreur du district joue la carte de la dérision mais d'un autre côté, sa carte " je suis un bourrin et je tue tout le monde " n'a pas été d'une grande efficacité. Le problème c'est que si ils prennent au pied de la lettre son cynisme, on va tous finir entre quatre fers à pourrir dans les geôles de la caserne. Mais la révolution des rouges à lèvres n'aura pas lieu quand le pacificateur s'étant occupé de Pat' et de sa copine vient littéralement foutre à terre Théodore comme qui rigole. Mais le pire c'est que bon, ils se ressemblent tous les hommes en blanc, sauf que celui-ci à en fait une poitrine et même une voix de femme...

" Ho non, pas elle. C'est une blague. "

Un ton cinglant, une froideur émanant d'elle, je reconnais la chef d'escouade du district Sept, dans le Neuf, logique. Comme notre présence à tous à vrai dire, je ne sais pas par quelle coïncidence on se retrouve tous réunis ici sur cette place mais j'en tire qu'une seule conclusion, ça craint ! Bon, je ne la connaît pas personnellement, normale je suis une fille irréprochable mais je sais qu'elle est de la même génération de Wadey, et pour l'espionner en coin souvent, je l'ai déjà vue trainer avec cette pête-sec se prenant pour un GI Joe. Bon, je ne sais pas la sentir, c'est une potentielle concurrente à mon idylle, de plus elle à la réputation d'être une sacrée pétasse du règlement sans état d'âme et dans le genre répression, c'est la plus douée du district. Hoooo punaise, je sens déjà que je vais le regretter plus tard de prendre partie et de ne pas la fermer, il n'y a plu a espérer qu'elle ne me reconnaisse pas sinon je suis mal mais pas question de rester les bras croisés. Profitant d'encore un peu de liberté de mouvement que je possède avant qu'ils ne me tombent dessus à leur tour, je bouscule Miss Pacificateur et l'un de ses compère pour me diriger vers le petit Pat' toujours inconscient, tant mieux, le fait qu'il soit dans les vapes peut nous sauver la mise. Allez, les plus gros mensonges sont parfois les plus convainquant et j'ai bien besoin d'un petit soulèvement de la foule pour nous sortir de ce foutoir !

" Ils... Ils l'ont tué ! Ces enfoirés de pacificateurs ont exécuté le gamin, il ne respire plus ! Ils vont tous nous tuer si nous ne faisons rien ! " J'interpelle la foule en hurlant de tous mes poumons. Mentir sur l'état du petit ne me rend pas fière, surtout que ce mensonge va surement provoquer un début d'émeute surtout que mes cris sont bien vite imités par les cris des plus proches, laissant la rumeur et la colère gagner toute la place pour rendre la situation bien plus explosive encore ! Si il fallait une étincelle, la fausse mort d'un gosse devrait être une mèche bien assez courte pour tout faire pêter ! En tout cas je sens déjà les bousculades de la foule faire pression sur les pacificateurs, cela va finir en bain de sang si personne ne fait rien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 11/01/2012
ϟ MESSAGE : 407
ϟ AVATAR : Capitole
ϟ MULTICOMPTE : Aucun
ϟ DISTRICT : Capitole
ϟ AGE : Immortel
ϟ METIER : Président du Capitole
ϟ LIFESTYLE : Luxueuse
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : contre
ϟ COMPÉTENCES : LEADER
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 - UNDERCONTROL    Dim 22 Fév - 16:40

YOU'RE UNDERCONTROL


Districts sous-surveillance
En une seconde le rapport de force avait basculé. Comme dans le District 11.  Il avait suffi d’une étincelle. D’un garçon blessé, d’un innocent brimé. Pour que la poudrière explose. La foule en colère se mit en marche. Les Pacificateurs tiraient mais très vite leur nombre ne fut plus suffisant. Une étincelle. Une simple étincelle. Les citoyens s’écroulaient, touchés par les tirs des Pacificateurs mais d’autres prenaient leur place. Une émeute. "REPLIEZ VOUS !" Hurla le Pacificateur, le visage congestionné de peur cette fois. Il avait cru pouvoir empêcher ici ce qui s’était produit dans le district 11 mais il s’était trompé. Il ne s’agissait pas simplement de la présence de la Morgenstern. Ses gens étaient prêts à tout... Ils avaient été poussés à bout. Ils voulaient briser leurs chaînes. Il avait fallu que le sang coule, celui d’un innocent. "REPLIEZ-VOUS !" Ordonna-t-il à ses hommes en reculant mais ils ne partiraient pas sans otages... Il rejeta violement la jeune femme penchée sur le corps du garçon. La tête de la rouquine heurta le pavé de la place, provocant le tumulte de la foule. "Tirez sur la foule ! Couvrez notre retraite" Ordonna-t-il en chargeant le rebelle sur ses épaules. « A l’hovercraft ! »

(...)

Patròkle Howling a été blessé et prit en otage par les Pacificateurs. Dans la foule on compte de nombreux blessés tant pacificateurs que simples citoyens. Ils ont tirés à balle réelle sur la foule en colère. L’Hovercraft s’éloigne, sous la clameur. Mais l’alimentation de la grille n’a pas été coupée. Vous êtes prisonniers. Tous. Comme dans le District 11. Et le ravitaillement fera défaut ... Dans un certain temps. Mais vous avez pris le contrôle de votre destin. Reste à savoir ce que vous en ferez ?

________________

Vous voilà tous dans le même bateau pour un petit moment les amis. De quoi faciliter un peu pour vous les opportunités de RP ensemble. Rassurez-vous vous ne resterez pas bloqué ici éternellement. Mais cela vous laisse la possibilité de faire des RP entre vous un petit moment. Pas mal non ? Explorez le District 9, c’est votre nouvelle maison pour un petit moment !

Vous avez la possibilité de répondre une dernière fois au sujet si cela vous tente. Pour « expliciter » la situation de votre personnage suite à ses évènements. Le sujet est ouvert à tous les habitants des districts sous-surveillance. En cas de questions ou pour échanger sur le sujet, rendez-vous ici.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daughter-of-fire.forumactif.fr
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 03/01/2015
ϟ MESSAGE : 175
ϟ AVATAR : Georgie Henley by Castiells
ϟ MULTICOMPTE : //
ϟ DISTRICT : 9
ϟ AGE : 14
ϟ METIER : élève
ϟ LIFESTYLE : Nauséeuse mais abondante
ϟ MONEY : 4 Tribe, 70 Meetra
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : indécis
ϟ COMPÉTENCES : TAKE CARE
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 - UNDERCONTROL    Mar 24 Fév - 23:44

WE'RE UNDERCONTROL


Districts sous-surveillance
Une remarque cinglante à l’intention de la Pacificatrice qui la détenait et lui faisait atrocement mal au bras, détourna son attention, desserrant alors son emprise sur elle. C’était du tout Théodore ça. Elle ne cessait de lui répéter qu’il devait absolument penser à « tourner sept fois la langue dans sa bouche avant de parler » sinon il aurait des ennuis mais pour une fois, elle était bien contente qu’il n’en ait pas pris compte de nouveau. Un sourire léger et presque imperceptible sauf pour les très bons observateurs s’afficha sur son adorable visage d’ange lorsqu’elle entendit sa dernière remarque. Son soi-disant foulard en « crin de poney » valait une fortune et elle venait de l’utiliser pour sauver la vie de son ami.

Lefkì se tortillait dans tous les sens pour essayer de se libérer de l’étreinte  de Novalee mais elle ne dû pas le faire très longtemps puisque celle-ci la lâcha brusquement, comme un sac dont on n’aurait plus aucune utilité, pour se ruer sur l’espèce de petit « rebelle » qu’incarnait Theodore en se mêlant de ce qui ne le regardait pas. Non mais elle était malade cette gonzesse. Pour qui se prenait-elle pour la traiter ainsi, elle, la fille du Maire du District 9 ? Bon okay elle était insignifiante pour bon nombre de Capitolins et Pacificateurs mais quand même ?! Elle n’avait rien fait de mal depuis le début à part tenter de porter secours à autrui. Une personne qui ne lui était pas inconnue mais qu’importe, elle n’avait brandit aucune arme ou quoi que ce soit d’autre qui pourrait être interprété comme un signe d’attaque ou de rébellion…  

Pendant ce temps, la jeune femme qui avait pris parti pour leur cause plus tôt tout à l’heure la rejoignit et se pencha sur le corps de Patròkle pour… mieux hurler un mensonge comme quoi le jeune blessé était décédé de ses blessures et que cela représentait un meurtre. Ils avaient tué le garçon. Lekfì allait protester lorsqu’elle comprit le stratagème de la jeune femme. Elle prit alors une inspiration et se mit à crier elle aussi des absurdités pour appuyer ses dires en prenant une voix mêlés de sanglots afin de faire plus vrai. La simulation était également un de ses atouts. Cela lui avait bien servis lors de son enfance pour attendrir ses frères ou ses parents. Et aujourd’hui elle s’en servait pour la bonne cause. ENFIN, elle se sentait utile. ENFIN, tout allait peut-être changer dorénavant mais elle ne savait pas que les jours suivants et les semaines suivantes allaient être les plus dures de sa vie…

En attendant, la foule s’était soulevée et se ruait vers les « envahisseurs » pendant que ces derniers leur tiraient dessus. Des personnes tombaient, touchés par les balles ennemies mais la foule continuait de s’intensifier. Lekfì assistait à cet horrible « spectacle » les yeux écarquillés de crainte et sans crier gars, sans prévoir le coup, elle avait basculé sur le côté sous la force exécutée par le Chef des Pacificateurs et s’était cognés la tête contre le sol, la laissant inanimée quelques instants. Lorsqu’elle reprit conscience, les Pacificateurs étaient partie et par terre gisaient plein de cadavres… Des amis de ses parents, des enfants, des adolescents, des voisins, ils incarnaient tous quelque chose dans le District et aujourd’hui ils étaient morts… Sa tête lui faisait mal, si mal… Sa vue se brouillait de plus en plus et lorsqu’elle toucha son front au niveau de sa tempe droite, elle vit ses doigts maculés de sang et sans plus attendre, elle s’écroula de nouveau sur le sol…



_________________

I have to choose my way...

Présentation Fiche de lien
Code by Beylin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
IDENTIFICATION PASS

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 - UNDERCONTROL    
Revenir en haut Aller en bas
 

SUJET COMMUN N°1 - UNDERCONTROL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Sujet-commun : Intrigue 1
» 2. Bal masqué - Sujet commun
» SUJET COMMUN // joyeuse Saint-Valentin !
» LE BAL DE LA SAINT-VALENTIN - sujet commun (l'arrivée des invités)
» ‣ SUJET COMMUN : Repas de Début d'année
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daughter of Fire :: INTRIGUE N°1-
Sauter vers: