Partagez | 
 

 Cauchemar en cuisine - Lefki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 11/04/2015
ϟ MESSAGE : 68
ϟ AVATAR : Eliza Taylor
ϟ DISTRICT : 9 mais vit au Capitole durant les Hunger Games
ϟ AGE : 24 ans
ϟ METIER : Mentor, son talent est le chant
ϟ LIFESTYLE : Aucun problème, grâce à la générosité du Capitole
ϟ MONEY : 1 tribe, 90 meetra
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : SURVIVOR
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Cauchemar en cuisine - Lefki   Sam 9 Mai - 13:28
Athèna dormait. En vérité, cela lui arrivait souvent. Elle était adepte d'une technique consistant à dormir peu mais souvent, comme si elle voulait faire des tours de garde toute seule. Même dans ses périodes de sommeil chez elle, là où rien ne devait lui arriver, elle ne se séparait jamais d'un couteau à saucisson aiguisé qu'elle serrait de sa main gauche, la droite étant trop faible pour ça. Parfois, dans un moment de lucidité, elle se promettait de ne plus l'aiguiser et de le laisser s'émousser jusqu'à être totalement inoffensif. Mais sa paranoïa reprenait invariablement le dessus, et l'idée de ne pas être suffisamment armée pour se défendre était insupportable.
Pour la même raison, elle ne dormait que très rarement dans son lit, et répugnait à l'idée de porter un pyjama ou de dormir nue. Il fallait qu'elle soit capable de fuir à tout instant, donc qu'elle soit habillée comme en extérieur et porte des chaussures.
Depuis sa victoire elle souffrait d'un état de stress post-traumatique dont son psy ne parvenait pas à la débarrasser, et plus le temps passait plus elle considérait qu'il devait trouver un avantage à cette situation. Peut-être refusait-il complètement de la soigner, et choisissait-il délibérément de la faire s'enfoncer de plus en plus dans ses souvenirs de l'arène ? La paranoïa d'Athèna n'épargnait personne.
Il y avait tout de même Lefki. La petite fille avait un certain talent pour apaiser la Vainqueur. Elle revoyait en elle la petite soeur qu'elle avait sauvée en se portant volontaire, à la seule différence que Lefki lui rendait parfois visite et se montrait gentille. La petite soeur qu'Athèna avait sauvée suivait le reste de la famille: elle restait loin de l'aînée de la fratrie, considérée comme trop bizarre désormais. C'était aussi cela qui faisait que la blonde avait beaucoup de mal à accepter sa victoire: elle avait cru dur comme fer que gagner lui permettrait de retrouver sa vie d'avant. Mais c'était impossible.
Endormie sur sa chaise de cuisine, sa main gauche était sous sa tête, cachant son arme, tandis que sa main droite bougeait au ralenti à cause de son handicap, comme pour écarter des ennemis invisibles de son chemin. Son visage était en sueur, sa respiration trop rapide, et elle poussait régulièrement des gémissements représentant la peur ou la douleur qu'elle ressentait en rêve.
Athèna était censée attendre la visite de Lefki. Mais comme elle n'avait pas d'horaires fixes pour dormir, et qu'il était hors de question de laisser la porte principale de sa maison ouverte, elle avait prévenu Lefki de passer par la porte de la cuisine, ouverte à son intention.
Athèna lui avait souvent répété de ne pas la réveiller quand elle dormait, pour éviter de la surprendre et de s'attirer des ennuis, mais la jeune fille ne l'avait encore jamais vue dormir. A chaque fois qu'elle était venue Athèna l'attendait. Sauf aujourd'hui, visiblement, où elle ne s'était pas réveillée à temps.
Sa main se referma encore un peu plus fort sur son couteau, alors que son esprit lui faisait encore croire qu'une fille venait l'attaquer en pleine nuit dans son arène.

_________________

Athèna
It's the demons I've created for myself.The tragic truth. It's hard for me to understand myself. So it has to be hard as hell for you.It's the voices screaming in my head. The tragic truth ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 03/01/2015
ϟ MESSAGE : 174
ϟ AVATAR : Georgie Henley by Castiells
ϟ MULTICOMPTE : //
ϟ DISTRICT : 9
ϟ AGE : 14
ϟ METIER : élève
ϟ LIFESTYLE : Nauséeuse mais abondante
ϟ MONEY : 4 Tribe, 70 Meetra
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : indécis
ϟ COMPÉTENCES : TAKE CARE
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: Cauchemar en cuisine - Lefki   Lun 11 Mai - 0:04

Athèna & Lefkì


Cauchemar en cuisine

La jeune Lefkì prit son petit panier en osier, salua sa mère qui l’a regardait partir d’un air bienveillant, fière que sa fille soit aussi gentille et bonne envers les autres. Tôt ce matin, la jeune fille avait cuisiné des petits muffins pour son amie Athèna qu’elle devait rendre visite aujourd’hui. Elles avaient convenu de ça la veille et Lefkì était contente de pouvoir lui faire goûter sa nouvelle recette.

Elle partit donc en direction du village des vainqueurs où la jeune femme habitait désormais depuis qu’elle avait gagné une des cessions des Hunger Games. Elle était censée vivre là avec toute sa famille mais bizarrement, ils l’avaient abandonnée à son triste sort alors qu’elle avait vécu toutes ces choses horribles dans l’arène. Lefkì trouvait cela réellement dommage d’en être arrivé là alors qu’Athèna avait besoin des siens. Mais elle, elle ne l’abandonnerait pas. Enfant, elle avait suivi de loin cette adolescente survivre aux « jeux de la faim », avait même supplié son père de faire quelque chose pour lui faire parvenir des choses afin de lui faciliter un peu plus la vie dans l’arène et celui-ci attendri et fier par tant de combattivité de la part de sa fille mais également par le sort d’Athèna avait œuvré dans l’ombre avec le mentor de la jeune femme. De toute façon, même sans sa fille il l’aurait fait car malgré le fait qu’officiellement il jouait le jeu du Capitole, en réalité, il n’avait jamais été trop d’accord avec le Président Snow…

Arrivée à la porte principale de la maison, Lefkì trouva porte close. Elle toqua à la porte puis sonna mais personne ne venait ouvrir. Puis cela lui fit tilt. C’est vrai qu’Athèna lui avait dit de passer par la porte de derrière et tête en l’air, elle avait complètement oublié. Sans plus attendre, la jeune fille fit le tour de la maison et entra par la porte de la cuisine donnant sur l’arrière de la bâtisse. Là, elle trouva son hôte endormie sur la table de la cuisine. Celle-ci semblait agitée et devait sûrement revivre certaines scènes horribles de ses souvenirs dans l’arène. L’adolescente savait bien qu’elle n’avait pas le droit de tenter de la réveiller mais honnêtement, elle ne savait pas comment faire autrement. Athèna devait dormir d’un sommeil profond pour ne pas avoir entendu la sonnette ou lorsqu’elle avait frappé à sa porte mais surtout elle semblait vraiment passer un sale quart d’heure car des gouttes de sueurs perlaient sur son front et les gémissements qu’elle poussait attestaient de sa souffrance. Lefkì ne pouvait pas la laisser continuer comme ça. Elle s’approcha d’elle et commença à murmurer son prénom. Aucune réaction ou en tout cas, le rêve se poursuivait. Elle posa sa main son bras et sans avoir eu le temps de faire autre chose, l’adolescente se retrouva plaquée contre la table, un couteau sous la gorge. Sans céder à la panique, elle prit une inspiration et d’une voix pleine de douceur :

« Athèna, c’est moi, Lefkì…
C’est fini…
Tu es chez toi maintenant, dans le District 9, tu sais… Dans le village des vainqueurs ! »

La jeune fille espérait vraiment que ses paroles atteindraient le cœur de la gagnante, qu’elle se rappellerait d’elle et qu’ainsi elle baisserait les armes…




_________________

I have to choose my way...

Présentation Fiche de lien
Code by Beylin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 11/04/2015
ϟ MESSAGE : 68
ϟ AVATAR : Eliza Taylor
ϟ DISTRICT : 9 mais vit au Capitole durant les Hunger Games
ϟ AGE : 24 ans
ϟ METIER : Mentor, son talent est le chant
ϟ LIFESTYLE : Aucun problème, grâce à la générosité du Capitole
ϟ MONEY : 1 tribe, 90 meetra
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : SURVIVOR
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: Cauchemar en cuisine - Lefki   Lun 11 Mai - 12:41
« Athèna, c’est moi, Lefkì…
C’est fini…
Tu es chez toi maintenant, dans le District 9, tu sais… Dans le village des vainqueurs ! »


La main gauche d'Athèna, pourtant valide contrairement à l'autre, se mit à trembler contre la gorge de Lefki. Les mots qu'elle venait de prononcer étaient impossibles, elle était dans l'arène. Tout ceci n'était qu'une tentative de manipulation qui allait échouer, il n'y avait aucune autre possibilité.
Les yeux fous de la Vainqueur détaillaient le visage de son amie sans la voir, vivant à nouveau quelque chose qui s'était déjà produit lors de son édition des jeux. Elle était seule dans cette plaine affreuse, le couteau sous la gorge de cette pauvre fille.

- Où il est ? Réponds ! Je sais que tu l'as vu, j'en suis sûre !


La voix d'Athèna tremblait autant que que sa main. Si elle ne retrouvait pas Nero elle ne survivrait jamais, elle en était parfaitement consciente: trop faible, trop fragile. Son alliance était sa porte de salut, Nero était sa protection. Et quant au moment où elle se retrouverait seule avec lui... Non, elle ne pouvait pas y penser. Ça n'arriverait pas. Elle pouvait juste prier pour une mort rapide et indolore.
Ses yeux agités courraient d'un bout à l'autre de la pièce, comme si elle s'attendait réellement à voir débarquer son allié au milieu de la cuisine. Avant de se poser sur le visage de Lefki. Athèna assura sa prise sur son couteau, prête à agir...
Le miaulement d'un chat la rappela à la réalité. Il n'y avait pas de chats dans l'arène. Pendant une seconde, la blonde revit sa cuisine, sa maison, son couteau, et son amie. Ce fut suffisant pour lâcher son arme et partir en courant se réfugier derrière le canapé du salon en renversant une bonne partie des meubles. Elle voyait une alternance de réalité et de flash-back joyeusement entremêlés, où se succédaient les meubles et les plantes toxiques. Elle crut se faire attaquer par un animal, se mit à hurler avant d'apercevoir que la pièce était vide.
Quelle honte. Être incapable de différencier le réel du rêve, le passé du présent. L'ami de l'ennemi. Les larmes se mirent à couler sur le visage de la blonde qui se roulait en boule contre le mur du salon. Les yeux fermés, elle refusait de prendre le risque de regarder encore autour d'elle. Elle ne voulait plus jamais rien voir, ni rien entendre. Que trouverait-elle autour ? Son arène ? Sa maison ? Le tout était si emmêlé qu'elle se souvenait très bien avoir tué la jeune fille qu'elle menaçait, mais quelle était incapable de se rappeler si elle avait frappé Lefki ou non.

- Je m'appelle Athèna. Athèna. Athèna. J'ai cinq petites soeurs. Je viens du District Neuf. Neuf. Neuf. J'ai gagné les Hunger Games.


Sa respiration s'accélérera. Il y avait un problème dans cette dernière phrase, un petit quelque chose qui lui donnait l'impression que ce n'était pas tout à fait vrai. Et son psychologue avait bien insisté: seules les vérités absolues étaient utiles.

- J'ai survécu aux Hunger Games. J'ai trahi Nero. Et je suis mentor.


Elle en oubliait la présence de son amie. Tout ce qui comptait était maintenant que son esprit revienne entièrement à lui même, pour être sûre de ne pas lui faire de mal, si jamais il n'était pas trop tard.

_________________

Athèna
It's the demons I've created for myself.The tragic truth. It's hard for me to understand myself. So it has to be hard as hell for you.It's the voices screaming in my head. The tragic truth ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 03/01/2015
ϟ MESSAGE : 174
ϟ AVATAR : Georgie Henley by Castiells
ϟ MULTICOMPTE : //
ϟ DISTRICT : 9
ϟ AGE : 14
ϟ METIER : élève
ϟ LIFESTYLE : Nauséeuse mais abondante
ϟ MONEY : 4 Tribe, 70 Meetra
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : indécis
ϟ COMPÉTENCES : TAKE CARE
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: Cauchemar en cuisine - Lefki   Dim 17 Mai - 20:35

Athèna & Lefkì


Cauchemar en cuisine

Athèna avait l’air d’être imperméable aux mots de la gamine. Cette dernière était donc dans une situation assez difficile. Elle pouvait mourir d’un moment à un autre. Bien sûr qu’elle avait peur de mourir, d’ailleurs elle espérait ne jamais participer aux Hunger Games, pouvoir continuer de grandir et peut-être même que les jeux de la faim seraient interdits dans un futur proche… Ah si cela pouvait arriver, elle n’aurait plus peur de ça… En attendant, elle était prisonnière de l’étreinte de son amie et même si elle avait pris un énorme risque, elle nourrissait au fond d’elle l’espoir qu’Athèna se reprendrait avant qu’il ne soit trop tard. Il y avait forcément un moyen de sortir la jeune femme de cette torpeur et Lefkì était bien décidée à en trouver la solution, même si elle devait y laisser des plumes car il était hors de question qu’elle la laisse se perde dans sa folie alors qu’elle avait réussie à revenir parmi « nous » vivante.

- Où il est ? Réponds !
Je sais que tu l'as vu, j'en suis sûre !

A ses mots, la jeune étudiante comprit que son ainée revivait un des moments qu’elle avait vécu lors des jeux auquels elle avait participé quelques années auparavant. Lefkì dû faire un effort considérable pour essayer de se rappeler de quel évènement il s’agissait car cela remontait à 8 ans quand même et même si certaines scènes l’avaient énormément choquée, il lui était difficile de se rappeler des scènes avec détails, le temps ayant fait son chemin. C’est là qu’elle se rappela de l’autre tribut qui avait fait équipe avec Athèna durant les jeux. Peut-être faisait-elle mention de lui à cet instant même ?

Le couteau se rapprocha un peu plus de sa peau délicate tandis que son agresseur semblait guetter quelque chose autour d’elles. Il était certains qu’elle attendait que son compagnon fasse irruption dans la pièce dans la minute même mais malheureusement celui-ci était mort de ses propres mains et il ne reviendrait plus jamais…

Sans qu’elle n’ait pu faire quoi que ce soit, le chat de gouttière que Lefkì avait recueilli et qui l’avait apparemment suivi, attiré par l’odeur des muffins chaud dès la maison, poussa une plainte qui fit apparemment réagir Athèna de manière positive. Elle était de nouveau dans le D9 mais pas pour très longtemps car à la vue de ce qu’elle venait de faire, elle partit très vite se réfugier derrière le canapé du salon, poussa un cri horrifié et se referma sur elle-même en laissant aller des larmes ancrées de peur, de désespoir et de honte. Le petit être fragile qu’elle était à présent tentait de retrouver ses esprits en répétant des faits véridiques.

- Je m'appelle Athèna. Athèna. Athèna. J'ai cinq petites soeurs. Je viens du District Neuf. Neuf. Neuf. J'ai gagné les Hunger Games.
J'ai survécu aux Hunger Games. J'ai trahi Nero. Et je suis mentor.

Sans réfléchir, la gamine s’avança doucement vers elle, manquant de trébucher sur son panier de victuailles, déjà en train d’être goûté par son chat. Arrivée devant elle, elle s’assied en face d’elle et posa ses mains douces et apaisante sur les poignets de son amie. Là, elle s’efforça de lui transmettre toute la douceur dont elle était dotée. On lui disait souvent que lorsqu’elle touchait les autres, la sensation qu’ils ressentaient étaient quelque chose d’apaisant comme si une aura chaude et rassurante les parcouraient. La jeune fille ne pouvait faire que cela sans interrompre le rituel de son amie. Cela dura au moins une trentaine de minute mais ce n’était pas grave, quel que soit le temps qu’il lui fallait, la jeune amie était prête à attendre. Ce qui était un comble pour elle car Lefkì n’avait jamais été très patiente. Il faut croire que lorsqu’il s’agit des êtres qui lui sont chers alors elle sait garder son sang-froid. Une fois qu’Athèna eut l’air de reprendre son calme, Lefkì lui sourit et l’a serra dans ses bras :

« Tu es une battante Athèna !
C’est ce que j’aime chez toi et je n’ai jamais douté que tu arriverais à t’en sortir, même aujourd’hui ! »

Et comme si de rien n’était, elle se releva en l’incitant à le faire de même. Lefkì retrouva le chemin de la cuisine en essayant de remettre en place les meubles qui avaient bougés et tout en chassant son chat, elle reprit son panier qu’elle posa sur la table. En voyant les dégâts, elle se retourna vers son amie encore un peu déboussolée et lui dit d’un air désolé :

« J’ai le regret de te dire que les jolis petits muffins que j’avais concocté pour notre goûter ont tous été massacré par Samaritain…
Je t’en ferai de nouveaux une prochaine fois, okay ? Là j’ai bien l’impression qu’on est parti pour une après-midi rangement.»

Sans plus attendre, la gamine lui balança un torchon sur la tête puis parti en courant vers le salon, laissant aller un petit rire cristallin, en attrapant au passage le balais afin de ramasser les morceaux de verre qui étaient tombés de la table lorsque celle-ci avait bougé lors de la fuite de la maitresse de maison.

« Hey mais peut-être que si tu as les ingrédients nécessaire, on pourrait refaire des muffins !
Ça te dirait dit ? Ce n’est pas que j’ai faim mais un peu quand même ! »



_________________

I have to choose my way...

Présentation Fiche de lien
Code by Beylin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 11/04/2015
ϟ MESSAGE : 68
ϟ AVATAR : Eliza Taylor
ϟ DISTRICT : 9 mais vit au Capitole durant les Hunger Games
ϟ AGE : 24 ans
ϟ METIER : Mentor, son talent est le chant
ϟ LIFESTYLE : Aucun problème, grâce à la générosité du Capitole
ϟ MONEY : 1 tribe, 90 meetra
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : SURVIVOR
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: Cauchemar en cuisine - Lefki   Lun 18 Mai - 20:54
Les mains de Lefki étaient douces et tranquilles, Athèna le savait. Malheureusement elle n'en sentait qu'une. Tout ce qui touchait sa main droite, son poignet droit, et même tout le reste de ce bras jusqu'à l'épaule passait totalement inaperçu pour elle. Elle n'y sentait ni douleur ni contact, tout comme elle mettait énormément de temps à faire bouger cette partie de son corps dans laquelle il n'y avait plus qu'une force quasi-nulle. Mais c'était gentil à son amie de venir la réconforter ainsi, surtout après une telle menace.
Plus le temps passait et plus la mentor se disait qu'elle ne méritait aucunement l'amitié de quelqu'un comme Lefki. C'était une gentille fille, dévouée et sympathique, un peu comme une petite fleur qu'on verrait naître au milieu des ruines. Petite fleur. En regardant le courage dont elle faisait preuve pour oser s'approcher sans peur d'une fille qui avait manqué de peu de la poignarder, Athèna se disait qu'il était vraiment temps qu'elle cesse d'imaginer son amie comme une petite fille. Elle avait bien grandi.
Lefki avait l'âge d'une des soeurs de la mentor, ce qui expliquait sûrement en partie la confiance que celle-ci attribuait à sa cadette. C'était un peu une soeur en mieux, plus sympa et moins terrifiée. Quelqu'un d'agréable, en somme.
De son bras gauche, la Vainqueur acheva de sécher ses larmes grâce à son pull. Le salon n'était désormais plus qu'un salon, et Athèna avait à peu près accepté l'idée que personne ne surgirait d'un coin de porte pour l'assassiner. Enfin, non. Qu'aucun tribut ne viendrait l'assassiner. Athèna était bien trop paranoïaque dans la vie de tous les jours pour se dire qu'elle allait vivre heureuse pendant quelques années encore. Mais alors qu'elle se demandait quoi faire, son amie avait l'air de profiter de ce moment de pleine conscience pour la prendre dans ses bras. Ce qui, il fallait bien l'avouer, était plutôt rare pour la mentor. Les gens ne cherchaient que rarement à la toucher, à part lors de ses voyages au Capitole, où tout le monde semblait beaucoup plus tactile. Et encore, ils se contentaient généralement de parcourir son bras droit en lui demandant si elle sentait quelque chose, comme s'ils avaient un pouvoir magique qui allait soudainement la faire redevenir normale.
Athèna, surprise, se contenta donc de rester bien droite sans bouger pendant que Lefki la serrait contre elle. C'était encore la réaction la plus sûre et normale qui lui venait à l'esprit.

« Tu es une battante Athèna !
C’est ce que j’aime chez toi et je n’ai jamais douté que tu arriverais à t’en sortir, même aujourd’hui ! »


Elle, une battante ? Impossible. Elle n'était qu'une gamine qui, à seize ans, avait trouvé le courage de trahir sa parole pour survivre. Elle n'avait rien d'une battante, et avait le sentiment depuis longtemps maintenant de vivre perpétuellement dans l'échec. Elle n'avait pas réussi à guérir, pas réussi à oublier, pas réussi à se faire une vie normale.

- C'est gentil.

Lefki se releva comme si de rien n'était, et se rendit à la cuisine en aidant quelques meubles à retrouver leurs places. D'un air un peu perdu, Athèna s'était redressée et regardait autour d'elle dans une tentative désespérée de ne pas s'énerver. Elle avait l'habitude que chaque chose soit exactement à sa place, parce que c'était le meilleur moyen de voir si quelqu'un agissait. Le moindre centimètre de décalage dans un alignement d'objet était tout à fait révélateur selon elle. Et maintenant il fallait tout refaire !

« J’ai le regret de te dire que les jolis petits muffins que j’avais concocté pour notre goûter ont tous été massacré par Samaritain…
Je t’en ferai de nouveaux une prochaine fois, okay ? Là j’ai bien l’impression qu’on est parti pour une après-midi rangement.»


Elle vit le projectile de son amie foncer droit vers son visage, et ferma les yeux en se retenant de se jeter à terre. C'était un jeu, non une bombe, et si Athèna avait encore du mal avec ce genre de choses elle avait fait beaucoup de progrès à ce niveau depuis sa sortie de l'arène. Lefki en tout cas avait l'air de s'amuser, à en croire son rire. Son joli rire. C'était en l'entendant ainsi qu'Athèna se disait qu'elle ne pouvait pas la laisser aller dans l'arène. La Vainqueur n'avait malheureusement plus l'âge de se porter volontaire, et de toute façon elle n'en aurait plus eu le droit, mais elle restait persuadée que si une seule personne dans tout ce district ne méritait pas l'arène c'était Lefki. Elle pensait avant à ses soeurs, mais désormais elle ne ressentait plus aucune tendresse à leur égard. Il n'y avait que la petite Lefki, et les autres Vainqueurs. L'adolescente avait profité de ce moment pour saisir un balais et commencer à réparer les dégâts de ce petit instant d'égarement. Décidément c'était une fille vraiment trop gentille pour ce monde de brutes. Athèna attrapa un autre balais et entreprit de faire la même chose, même si avec une seule main c'était aussi compliqué que bizarre.

- Samaritain, c'est ton chat ? Je crois que je devrais prendre un chat avec moi.


D'accord, il lui ferait certainement très peur lorsqu'elle serait seule et qu'elle entendrait le moindre bruit de la maison, mais d'un autre côté il n'y avait pas de chats dans son arène. C'était un très bon moyen de la ramener à la réalité, ça avait encore été prouvé aujourd'hui. Il faudrait vraiment qu'elle y réfléchisse.

« Hey mais peut-être que si tu as les ingrédients nécessaire, on pourrait refaire des muffins !
Ça te dirait dit ? Ce n’est pas que j’ai faim mais un peu quand même ! »


Athèna n'avait pas faim. Comme le prouvait son corps squelettique, elle n'avait jamais faim. D'une manière générale, elle évitait également de manger quoi que ce soit que d'autres aient touché devant elle, ou préparé sans qu'elle ne les observe. Mais c'était Lefki, et il fallait faire bonne figure. Il fallait lui présenter le plus possible un visage tout à fait normal, au cas où elle parle à ses parents. Le Capitole insistait toujours sur la vie heureuse des Vainqueurs, pas question de les montrer en mauvais état. Sauf que ça allait être compliqué.
La blonde sortit de sa poche un énorme trousseau de clefs. La maison de la mentor avait la particularité que tout y fermait à clef, même les simples placards. Après avoir longuement cherché la bonne clef, elle la tendit à Lefki en lui indiquant quel placard il ouvrait.

- Regarde si tu trouves ce qu'il faut. Et surtout, n'essaie pas d'ouvrir le placard à droite.

Parce que oui, elle avait piégé certains placards. Athèna voulait rendre sa maison dangereuse pour les intrus, mais parfois elle en oubliait qu'il lui arrivait de recevoir des amis. Pendant ce temps là, la Vainqueur terminait de regrouper les débris grâce à son balais. Faire des muffins, quelle drôle d'idée ! Mais si ça pouvait faire plaisir à Lefki, elle pouvait bien faire semblant de s'intéresser.

- Tu connais la recette par coeur ?

_________________

Athèna
It's the demons I've created for myself.The tragic truth. It's hard for me to understand myself. So it has to be hard as hell for you.It's the voices screaming in my head. The tragic truth ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 03/01/2015
ϟ MESSAGE : 174
ϟ AVATAR : Georgie Henley by Castiells
ϟ MULTICOMPTE : //
ϟ DISTRICT : 9
ϟ AGE : 14
ϟ METIER : élève
ϟ LIFESTYLE : Nauséeuse mais abondante
ϟ MONEY : 4 Tribe, 70 Meetra
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : indécis
ϟ COMPÉTENCES : TAKE CARE
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: Cauchemar en cuisine - Lefki   Sam 23 Mai - 10:21

Athèna & Lefkì


Cauchemar en cuisine

Lefkì savait que son amie n’avait jamais été très fan d’effusions d’amitié qu’elle pouvait lui témoigner et elle ne pouvait pas lui en vouloir pour cela car être une gagnante des « jeux de la faim » impliquait qu’elle avait laissé une partie d’elle et de son enfance mourir dans l’arène. Sa famille avait d’ailleurs dû remarquer que son comportement avait changé puisqu’aujourd’hui ils n’avaient pas supporté ce changement et l’avait laissée livré à elle-même dans sa grande demeure du village des vainqueurs. Cependant, la jeune fille n’avait pas pu s’empêcher de la serrer dans ses bras. C’était sa façon à elle de lui dire qu’elle n’était pas seule, qu’elle pouvait compter sur elle, même si elle était encore qu’une adolescente et qu’elle avait encore le temps de peut-être se reconstruire. Il faut dire que Lefkì était une inconditionnelle optimiste et malgré qu’elle ait suivi l’aventure d’Athèna, il faut bien insister sur le fait qu’elle n’y était pas dans cette arène alors elle ne pouvait pas vraisemblablement comprendre son aînée, ce qu’elle avait pu vivre là-bas et ne pourrait peut-être jamais.

Sans parler du fait que la jeune demoiselle était née dans une famille où elle avait été choyée. Petite dernière, ses parents et ses deux frères l’a gâtait et des témoignages d’amour elle en recevait souvent de leur part. Donc il était tout naturelle pour elle de communiquer cet amour à son entourage et il était clair qu’Athèna faisait partie de ses proches. N’ayant eu que des grands frères,  elle la considérait comme la sœur qu’elle n’avait jamais eu. D’ailleurs si la jeune femme n’avait pas été sélectionnée pour partir dans les jeux, elle se serait sûrement bien entendue avec ses frères, surtout Yolan , âgé de 20 ans mais Ziel malgré ses 10 ans de plus qu’Athèna avait toujours été assez joueur et Lefkì l’aurait bien imaginé taquiner la jeune blondinette. Mais bon avec des « si » on refait le monde comme lui disait si bien sa mère et la réalité avait été tout autre pour Athèna qui avait pour ainsi dire quasiment pas profité de son adolescence…

- Samaritain, c'est ton chat ? Je crois que je devrais prendre un chat avec moi.

La petite brunette acquiesça d’un air songeur tout en continuant de ramasser ça et là des objets tombés à terre. Samaritain n’était pas vraiment son chat à proprement parlé. Elle l’avait recueilli alors qu’il s’était blessé à la patte avant droite certes mais c’était lui qui l’avait « adopté » comme s’il sentait qu’il pouvait avoir confiance en ses capacités de prendre soin de lui. Depuis, le matou était resté dans la famille tout en gardant son indépendance de chat sauvage. Et ce n’était pas pour déplaire à la jeune fille qui appréciait sa compagnie mais ce n’était pas le cas de sa mère qui considérait la bête comme une bouche de plus à nourrir. En effet, depuis que le district était isolé des autres, le garde-manger si richement rempli jusqu’à présent commençait à diminuer et pour une personne comme la mère de Lefkì qui avait toujours vécu sans devoir se soucier de cela, cela en devenait presque comme une obsession, la peur de manquer. Pourtant,  chez les Aslaing les réserves ne viendraient pas à s’épuiser aussi rapidement que le pensait la femme de maison. Tout était une question de psychisme.

« Samaritain c’est THE chat indomptable et indépendant ! Il va et vient comme il veut !
D'ailleurs, j'ai la sensation que Maman est ennuyée par sa présence...
Peut-être qu’il pourrait te tenir compagnie ? »

Lui avait-elle répondu alors qu’elle suivait le chat du regard. Ce dernier venait de se trouver un coin tranquille pour faire sa sieste et faisait sa toilette après s’être apparemment régalé avec les gateaux de Lefki. L’étudiante ne disait pas cela pour forcer la main à sa grande camarade mais il est vrai qu’au vu de la situation précédente, cela ne pouvait pas être un mal. Ce chat avait eu la faculté d’aider Athèna à revenir à la réalité donc il pourrait encore lui être utile à l’avenir. Sans parler du fait que c’était un animal facile à vivre et qu’il n’était pas du genre à réclamer les caresses, un peu farouche en somme, nous pourrions dire qu’il était presque similaire à la mentor.

- Regarde si tu trouves ce qu'il faut. Et surtout, n'essaie pas d'ouvrir le placard à droite.

Lefkì était quelqu’un de très observateur du fait de sa passion pour le dessin. Elle parlait peut-être beaucoup mais elle ne ratait quasiment aucun détail de ce qui pouvait l’entourer et sa mémoire visuelle lui permettait après de retranscrire le tout sur ses croquis. Elle voyait bien que son amie avait un effort lorsqu’elle lui avait proposé de refaire les petits gâteaux chez elle et il est vrai qu’elle n’avait pas pensé du tout à la gêne qu’elle aurait pu avoir au vue de cette activité. La jeune cuisinière salua cet effort et se promit de faire vite mais l’idée qu’elle ne doive pas ouvrir le placard de droite l’intrigua. Pourquoi lui dire ça si ce n’est pour lui donner encore plus envie de le faire ? Elle prit les clés en acquiesçant et ouvrit le placard de gauche où elle s’empara des ingrédients dont elle avait besoin et en le refermant, ses yeux s’attardèrent longuement sur le fameux placard de droite.

« Qu’y-a-t-il dans ce placard Athèna que tu ne veuilles montrer ? »

Sa curiosité venait d’être piquée et malgré qu’elle ait longtemps travaillé sur ses défauts en grandissant, son mauvais tempérament d’enfant gâté commençait à la titiller. Lefkì voulait savoir ce qu’il y avait dedans. Cela ne prendrait que quelques minutes, rien de plus. Elle ouvrait et elle refermerait de suite. Personne n’en saurait rien car elle doutait que son amie ait mis des caméras dans toute la maison et cette dernière était occupée avec son balai. Lefkì approcha doucement sa main de la serrure du placard en question mais avant qu’elle n’ait pu y glisser la clé, le trousseau  lui échappa de la main ainsi que les matières contenues dans son bras. Un balai venait de tomber à ses pieds…

L’interrogation de la gamine et le silence qui avait fait place suite à sa non réponse à la question d’Athèna avait eu pour effet d’alerter la propriétaire de la maison qui par instinct avait lancé son balais avec précision, faisant sursauter la vilaine curieuse qui avait tout lâché par réflexe. Se rendant compte de sa mauvaise action, Lefkì quelque peu choquée, se laissa glisser à terre sur ses genoux et fondit en larmes.

« Pardon… Pardon Athèna…
Je ne voulais pas faire ça, je te le jure…  C’était plus fort que moi… Je suis sûre que je t’ai déçue maintenant. »

Lefkì avait peur que son amie ne lui fasse plus confiance, qu’elle la jette hors de chez elle et qu’elle ne veuille plus jamais avoir affaire à elle et ça, la jeune fille ne pouvait pas en supporter l’idée. Qu’allait-elle faire pour réparer son erreur et regagner la confiance d’Athèna ? Confiance qu’elle avait si durement gagné en faisant preuve de patience malgré elle et de ténacité.

1194 mots


_________________

I have to choose my way...

Présentation Fiche de lien
Code by Beylin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 11/04/2015
ϟ MESSAGE : 68
ϟ AVATAR : Eliza Taylor
ϟ DISTRICT : 9 mais vit au Capitole durant les Hunger Games
ϟ AGE : 24 ans
ϟ METIER : Mentor, son talent est le chant
ϟ LIFESTYLE : Aucun problème, grâce à la générosité du Capitole
ϟ MONEY : 1 tribe, 90 meetra
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : SURVIVOR
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: Cauchemar en cuisine - Lefki   Dim 24 Mai - 15:05
« Samaritain c’est THE chat indomptable et indépendant ! Il va et vient comme il veut !
D'ailleurs, j'ai la sensation que Maman est ennuyée par sa présence...
Peut-être qu’il pourrait te tenir compagnie ? »

S'il était aussi indomptable et indépendant, Athèna doutait qu'il se laisse ainsi dicter sa conduite. Seulement, s'il venait à se promener par là, la mentor se souviendrait sans doute de son coup de pouce et lui donnerait quelque chose à manger. Peut-être qu'avec le temps il en viendrait à traîner un peu plus aux alentours du village des Vainqueurs.

 - Pourquoi pas. Il faudrait juste que tu gardes un oeil sur lui quand je serai... Au Capitole.

Athèna avait eu, malgré l'horreur de la situation, beaucoup de soulagement à l'idée d'être enfermée ici. Loin du Capitole et des caméras, là où elle pouvait laisser libre cours à sa paranoïa et essayer de vivre tranquillement. Seulement elle n'était pas dupe: les jeux allaient se maintenir, et ils auraient besoin de la mentor du District Neuf. De plus, cet enferment pouvait faire penser à la création d'une nouvelle arène. Sauf que cette fois-ci il ne s'agissait pas de 24 tributs mais d'un district tout entier.
Elle tendit le trousseau de clefs à Lefki en lui indiquait quel placard ouvrir et quel placard ignorer. Continuant ses gestes lents et totalement inintéressants avec son balais, Athèna voulut faire semblant d'être réellement intéressée par la proposition de son amie. Décidant qu'une question sur le processus de fabrication de ces gâteaux ferait bien trop artificiel, elle préféra donc s'attarder sur le savoir de Lefki. Lui demander si elle se souvenait de toute la recette par coeur. Sinon, ce serait peut-être l'occasion d'aller chercher la recette dans un livre, voire de ne pas trouver tout de suite, donc de perdre du temps et de ne pas pouvoir les faire. Afin, au final, d'éviter de devoir manger quelque chose que Lefki aurait préparé. Ce n'était pas qu'elle ne faisait pas confiance à l'adolescente, au contraire même puisqu'elle lui avait confié son trousseau de clefs ce qui était plus que rarissime. Mais c'était plutôt une sorte d'habitude dont elle ne se défaisait pas. Cependant, si elle arrivait à se forcer au Capitole, elle y arriverait bien ici.

« Qu’y-a-t-il dans ce placard Athèna que tu ne veuilles montrer ? »


La maîtresse de maison tourna la tête vers Lefki, qui regardait le placard interdit. Ce n'était pas le seul à contenir un piège - on en comptait environ une dizaine dans toute la maison - mais c'était certainement la première fois qu'elle en faisait mention devant son amie. Comment lui expliquer qu'elle avait piégé des placards sans passer pour une dingue ? Athèna ne voyait pas de solution. Mais elle était surtout intriguée par le silence de sa jeune camarade. Lefki était une fille qui paraissait bavarde à Athèna, en tout cas pour une fille du District Neuf parce qu'au Capitole le niveau de parole était bien plus élevé, et pourtant elle ne disait rien. En plus elle n'avait absolument pas répondu à la question sur ses connaissances culinaires. Tout cela était bien trop louche pour être normal, et tout ce qui sortait de l'ordinaire attirait l'attention de la mentor très vite. C'était une condition pour survivre dans l'arène. Elle vit la main de l'adolescente s'approcher du placard et ne put pas se retenir d'intervenir.
Pour l'instant il s'agissait juste de sauver Lefki du piège tendu qui l'attendait. Athèna soupesa son balai et l'envoya avec précision aux pieds de la jeune brune. Athèna s'entraînait énormément avec des armes de lancer - son plus grand atout - et même si un balai ne correspondait pas vraiment à ce qu'elle utilisait habituellement elle était devenue assez habile de sa main gauche pour le lancer correctement. C'était à dire pour surprendre Lefki sans pour autant l'assommer.
Et ça avait fonctionné. La jeune avait lâché tout ce qu'elle tenait, avant même de se laisser tomber à genou en pleurant.

« Pardon… Pardon Athèna…
Je ne voulais pas faire ça, je te le jure…  C’était plus fort que moi… Je suis sûre que je t’ai déçue maintenant. »


Maintenant que Lefki était hors de danger, il était vrai qu'Athèna ressentait de la colère à son égard. Elle ne lui avait pas demandé grand chose, quand même ! Juste de ne pas ouvrir un placard. Et déjà ça s'était trop.
Comment Lefki pourrait-elle survivre dans une arène, en était si curieuse ? Elle ne le pourrait pas, elle tomberait invariablement sur un piège quelconque. Et si elle était incapable d'écouter son amie alors qu'elle était chez elle, saurait-elle maintenir une alliance ? Non. Lefki devrait apprendre quelques règles encore, qui d'après Athèna relevaient plus du bon sens que de la politesse. La curiosité était dangereuse quand elle conduisait à agir sans prudence.

 - Quand je te demande de ne pas ouvrir quelque chose, il y a une raison.  


Sa voix était froide et dure.
Comment pouvait-elle faire confiance à Lefki maintenant que celle-ci venait de la trahir ? Il était vrai que niveau trahison, Athèna en tenait une sacrée couche. Mais que faire alors ? L'adolescente avait toujours insisté pour être là, pour l'aider, et voilà qu'elle démontait tout ça en quelques minutes. La Vainqueur se disait bien que la brune n'avait pas voulu lui faire de peine ou perdre sa confiance, sinon elle n'aurait pas fondu en larmes comme ça.
La blonde ne savait pas vraiment comment réagir. Il y a quelques années elle aurait tenu la jeune fille dans ses bras sans se poser de question, accomplissant à la perfection son rôle de grand soeur modèle. Mais désormais tout ça lui semblait bien éloigné.
D'un air mal assuré, la Vainqueur s'agenouilla à côté de Lefki en s'efforçant de prendre une voix calme. La même voix sereine qu'elle prenait lors de ses interviews au Capitole lorsqu'elle devait montrer qu'elle était une fille calme et sympathique, parfaite pour prendre soin des autres.

 - Ne pleure pas s'il te plaît Lefki...  


D'un très lent mouvement de sa main droite elle réussit à saisir le trousseau de clef, à le serrer doucement avant de l'approcher d'elle. Là, elle ne parvint plus à le garder dans sa main. Son bras droit tout entier paru soudainement mou, et elle récupéra le trousseau avec sa main gauche.

 - Viens, je vais te montrer ce qu'il y a dans ce placard. Mais promets moi que tu m'écouteras maintenant, et que tu ne diras rien à personne.  


Athèna fit signe à Lefki de la suivre, et alla se placer à côté du placard. Elle fit bien attention à ce que son amie ne soit pas en face de la porte avant de glisser la clef dans la serrure. Lorsqu'elle tira la porte de son côté, un couteau de lancer fut projeté jusqu'au mur d'en face. Heureusement que personne n'était resté devant la porte.
Même si Athèna essayait de se montrer toujours aussi sympathique, elle en voulait toujours à Lefki de l'avoir ignorée.

1191 mots

_________________

Athèna
It's the demons I've created for myself.The tragic truth. It's hard for me to understand myself. So it has to be hard as hell for you.It's the voices screaming in my head. The tragic truth ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 03/01/2015
ϟ MESSAGE : 174
ϟ AVATAR : Georgie Henley by Castiells
ϟ MULTICOMPTE : //
ϟ DISTRICT : 9
ϟ AGE : 14
ϟ METIER : élève
ϟ LIFESTYLE : Nauséeuse mais abondante
ϟ MONEY : 4 Tribe, 70 Meetra
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : indécis
ϟ COMPÉTENCES : TAKE CARE
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: Cauchemar en cuisine - Lefki   Sam 30 Mai - 13:15

Athèna & Lefkì


Cauchemar en cuisine

- Pourquoi pas.
Il faudrait juste que tu gardes un œil sur lui quand je serai...  Au Capitole.

« Pas de problème !
De toute façon, il connaît le chemin de la maison. »

Lefkì prit les clés que lui tendais Athèna et comme elle le lui avait indiqué, s’était empressée de récupérer les ingrédients nécessaires pour sa préparation mais au moment de refermer le placard de gauche, elle s’était mise à lorgner du côté du placard de droite… Mais qu’avait-elle encore en tête ? Une bêtise se profanait à l’horizon. La main de la jeune fille s’approchait dangereusement du placard interdit mais sans pour autant pouvoir l’atteindre car à l’instant où elle était sûr que son hôte ne la regardait pas, un projectile s’apparentant à un balais atterit à ses pieds et sous l’impact, un sursaut la fit lâcher ses ingrédients et le trousseau de clés. Elle avait été prise la main dans le sac et se rendant compte de cela, s’était accroupis adossé au placard de cuisine et s’effondrée en larme en tentant tant bien que mal de s’excuser auprès de son amie à qui elle avait désobéi.

- Quand je te demande de ne pas ouvrir quelque chose, il y a une raison.

La dureté dans les mots de son amie fit tressaillir Lefkì. Il était sûr que celle-ci était fâchée après elle mais lorsqu’elle l’a vit s’agenouiller devant elle et employer un ton plus calme, cela commença à la rassurer mais c’était la voix qu’elle avait l’habitude d’utiliser lors de ses grandes apparitions à la télévision capitoline donc la jeune fille avait du mal à croire que son amie avait perdu tout mécontentement car cette intensité de voix, c’était le fruit de nombreux efforts pour ne pas montrer ses réelles émotions et là, il était clair qu’Athèna ne voulait pas plus l’inquiéter.

- Ne pleure pas s'il te plaît Lefki...

Lefkì continuait à sangloter lorsqu’elle vit son amie récupérer les clés tant bien que mal et se relever.

- Viens, je vais te montrer ce qu'il y a dans ce placard. Mais promets-moi que tu m'écouteras maintenant, et que tu ne diras rien à personne.

La jeune fille acquiesça de plusieurs signes de tête, essuya ses larmes et suivit son amie en direction du placard en question. Lorsqu’elle glissa la clé dans la serrure et qu’elle ouvrit la porte, un couteau sorti rapidement et alla se planter en plein dans le mur d’en face. A cette action, l’adolescente sursauta et poussa un petit cri étouffé. Elle venait de prendre conscience qu’elle avait mis sa vie en danger malgré les recommandations d’Athèna. Celle-ci l’avait donc sauvée d’une mort certaine en l’empêchant d’ouvrir la porte du placard mais d’un autre côté, elle les avait également mise en danger toutes les deux car elle n’était pas à l’abri d’une perte de mémoire. Qu’est-ce qui se passerait le jour où cela arriverait ? Elle pourrait se blesser mortellement elle-même. Les Hungers Games avaient vraiment eu une mauvaise influence sur elle car Athèna même en n’étant plus aujourd’hui dans le jeu,  se sentait toujours dedans quelque part et avait le besoin permanent de se protéger des autres en piégeant sa maison.

Interloquée, la gamine se tourna vers son amie :

« Mais pourquoi piéger ce placard Athèna ?
Tu n’es plus dans l’arène pourtant. Personne ne va en atteindre à ta vie ?
Bon à part si tu es une rebelle… »

Lefkì marqua une pause et fit mine de réfléchir. C’est vrai qu’après avoir vécu cette mésaventure dans les Hunger Games, Athèna pouvait nourrir de la haine pour le Capitole et le Président Snow. Peut-être au point de rejoindre les rebelles. Et alors là elle ferait également partie des têtes mises à pris par le Capitole. D’où sa manie de toujours tout contrôler à distance  ou de se protéger de toute attaque quel qu’en soit la provenance.

« Tu fais partie de la rebellion contre le capitole ? »

La jeune fille n’aurait rien contre cela car elle-même se posait des questions depuis ces dernières années. Elle était contre les jeux de la faim et trouvait que le Président Snow prenait soin de ses citoyens d’une vraiment drôle de façon. Plus elle grandissait et plus elle avait du mal à croire les propos de sa mère et trouvait qu’elle se trompait forcément. Son père, lui, s’efforçait de rester en paix avec sa femme en ne la contredisant pas mais au fond, lui aussi, préfèrerait que Snow tombe car ses administrés essayaient de s’en sortir et il voyait bien que c’était difficile pour eux. Lefkì le soupçonnait même d’avoir aidé les rebelles à se cacher dans le district lors des récents événements…


_________________

I have to choose my way...

Présentation Fiche de lien
Code by Beylin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
IDENTIFICATION PASS

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Cauchemar en cuisine - Lefki   
Revenir en haut Aller en bas
 

Cauchemar en cuisine - Lefki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Cauchemar en cuisine | Titiii !
» Cauchemar en cuisine - Lefki
» Cauchemar en cuisine [PV Midorima] - Flashback
» [TUTO] Peindre un cauchemar ailé par Asmo.
» La cuisine du bonheur
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daughter of Fire :: SOUS SURVEILLANCE :: district neuf :: village des vainqueurs-
Sauter vers: