Partagez | 
 

 Adrianna ◊ love is weakness

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 04/12/2014
ϟ MESSAGE : 52
ϟ AVATAR : Gemma Arterton (c) fae, tumblr, alpacinoz
ϟ DISTRICT : Treize depuis dix ans déjà, bien que le Cinq demeure à jamais dans son coeur.
ϟ AGE : Trente ans
ϟ METIER : Ingénieur en énergie
ϟ LIFESTYLE : À l'abri dans un bunker, là où il y a tout, sauf ce qui lui manque le plus. En tant qu'épouse d'un des membres les plus influents du district et elle-même responsable du gérénateur central, sa place semble enviable ; Adi est cependant enceinte de quelques semaines, ce qu'elle cache à son époux, de même que son projet de rentrer au Cinq.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : PROTECTOR
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Adrianna ◊ love is weakness   Jeu 4 Déc - 21:04
Adrianna Barbara Shield

30 ans ϟ Treize ϟ Gemma Arterton

PRÉNOM(S) ϟ Adrianna Barbara, les prénoms de ses deux grands-mères comme le veut la tradition. ; NOM ϟ Shield depuis son mariage, Pekerfield est son nom de jeune fille. ; DATE DE NAISSANCE ϟ 23 mai, Adrianna est âgée de trente ans.  ; DISTRICT ϟ Née dans le District Cinq, Adrianna y a vécu jusqu'à ses vingt ans, date à laquelle elle fut enlevée par des membres du District Treize. C'est désormais sous terre avec les rebelles qu'elle vit. ; METIER ϟ Ingénieur en énergie, un métier qu'on imaginerait difficilement confié à une femme, et pourtant, elle excelle en ce domaine. ; SITUATION CIVILE ϟ Fiancée du temps où elle vivait dans son district natal, la jeune femme est à présent mariée depuis quatre ans à Darian Shield, dont elle attend un enfant.  ; ALLÉGEANCE ϟ Pro-rébellion, quoi que son époux ait dû user de tous les ressorts d'argumentation dont il est capable pour lui ôter de la tête la neutralité qui avant son enlèvement lui tenait lieu d'avis envers le Capitole. À présent, elle n'espère qu'une chose : que la rébellion triomphe afin de pouvoir rentrer chez elle et revoir les siens. ; GROUPE ϟ Mockingjay Order ; CRÉDIT ϟ lalaema (ban 1), deadlycloak (ban 2), jemimarooperr (ban 3), wandererjulia (icon)


les questions de César
QUE PENSEZ-VOUS DU GOUVERNEMENT ET DU PRÉSIDENT ? À une époque lointaine, si lointaine qu'elle semble presque appartenir à une autre vie, Adrianna ne considérait pas d'un si mauvais oeil le Capitole, au contraire. La propagande voulant que chaque District soit un organe vital d'un corps gouverné par une tête incarnée par leurs dirigeants et ceux vivant à leurs côtés lui a longtemps parlé, notamment. Mais à présent, grâce au District 13 et à ses habitants, la jeune ingénieur a compris que ceci n'était qu'une cruelle façade, pour laquelle les Capitoliens seraient prêts à tuer, quand ils n'en sont pas que les victimes complètement inconscientes de la réalité et de la rudesse de la vie des plus malchanceux de Panem. Si elle n'a rien d'une anarchiste pure et dure, le système actuel est définitivement à abolir à ses yeux, afin d'y insuffler égalité, démocratie et paix.

QUEL EST VOTRE AVIS SUR LES JEUX ? La population du District 5 étant peu nombreuse, la moisson a été à plusieurs reprise l'occasion pour la jeune fille qu'elle a été de voir des personnes de sa connaissances être envoyées dans l'arène. Grâce au ciel, aucun membre de sa famille proche ne fut tiré au sort, et ce fut toujours avec un soulagement un peu coupable que la brunette suivit les cérémonies de la Récolte, année après année. Compte-tenu de ses capacités intellectuelles hors normes, les Pekerfield bénéficiaient d'ailleurs d'une dérogation leur permettant d'échanger la place d'Adrianna avec un de ses proches si jamais son nom venait à être tiré de l'urne, passe-droit dont l'utilisation aurait alors été quasi imposée afin de conserver en vie un élément si précieux.

RÉCEMMENT, LE CAPITOLE A SUBI UNE VAGUE D’ATTENTATS. QU'EN PENSEZ-VOUS ? Peur et espoir se mêlèrent puissamment en son coeur lorsqu'elle apprit la nouvelle. De l'espérance, bien évidemment, car une pareille vague de révolte, si elle parvient à gagner tous les Districts et à les unifier contre le Capitole, constitue leur meilleure chance d'en finir avec les décennies d'oppression ayant suivi les Jours Sombres, et surtout la meilleure chance pour elle de rentrer un jour chez elle au Cinq pour y revoir sa famille, motif plus personnel il faut bien l'avouer. Cependant, Adrianna n'a qu'une crainte : que la coalition ne soit matée et qu'une nouvelle ère de répression les plonge plus que jamais dans un enfer qui cette fois ne connaîtrait très certainement aucune fin.

COMMENT VOUS COMPORTERIEZ-VOUS DANS L’ARENE PENDANT LES JEUX ? Son plus gros défaut serait sans nul dout de trop se servir de sa tête. Aucunement douée pour le combat sous toutes ses formes, et encore moins capable d'accepter l'éventualité de tuer un autre être humain et ce même pour assurer sa survie, la brunette dans l'arène aurait perdu un temps bien trop précieux à cogiter sur la démarche à adopter, plutôt que de se fier à son instinct de survie, et donc d'agir sans peser le pour et le contre. Ce qui est certain, c'est que tendre la main aux plus jeunes ainsi qu'à tout ceux repoussant autant que possible l'inévitable acte d'assassiner son prochain l'aurait faite sortir du lot, au point sans doute de pousser les Juges à employer maints recours pour supprimer les membres de leur petit groupe pacifiste. Néanmoins, son sens de l'organisation ainsi que les connaissances qu'elle aurait acquises lors de l'entraînement des phases préparatoires aux Jeux auraient pu constituer un véritable plus. Assez pour en faire une vainqueur ? Pas sûr...

QUE PENSEZ-VOUS DE LA SPECIALISATION DE VOTRE DISTRICT, DE VOTRE NIVEAU DE VIE ? S'il y a bien une chose qu'Adrianna adore par dessus tout, en plus de son mari, c'est bien la physique nucléaire. Experte en son domaine, ce fut toujours avec l'envie profonde et sincère de se montrer utile à tout Panem que la jeune femme se rendait à la centrale du district pour y mettre son intellect au service non seulement de la science mais également de la population de tout le pays, qui selon ce qu'elle croyait bénéficiait égalitairement de l'accès à l'électricité produite grâce à ses créations. Désormais, c'est au Treize que ses capacités sont employées, et si l'ingénieur retrouve le même plaisir à améliorer le quotidien de ses concitoyens, elle a encore du mal à se faire à une vie souterraine, ses soucis actuels ayant réveillés les légères crises de claustrrophobie qui, au début de sa séquestration, l'avait mise à mal. Le bunker gigantesque qu'est le disctrict fantôme lui donne par moment le sentiment d'asphyxier, tandis que l'appel qu'exerce sur elle plus que jamais le Cinq laisse naître le doute en son coeur quant à la politique de leur meneur. Entraîner les adultes afin de se tenir prêts à défendre les leurs, pourquoi pas, mais de là à instiguer un climat quasi dictatorial à tous, en un modèle semblant au moins aussi inquiétant que le Capitole lui-même...? Quelque chose la gêne dans tout cela, sans qu'elle parvienne à clairement l'identifier. De toute façon, il s'agit de réflexions que la Shield garde pour elle, au moins tout autant que ses projets de retour auprès des siens, car il ne ferait pas bon évoquer pareilles ébauches de scrupules auprès de Darian, qui croit dur comme fer au mode vie et de pensée de ceux sous la tutelle de qui il a toujours vécu.


entrez dans l'arène
ϟ PSEUDO Marie
ϟ AGE 21 ans depuis aujourd'hui Razz
ϟ COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? Bonne question... Honnêtement, je ne m'en souviens plus. ça fait un baille que je l'ai dans mes favoris, pour le jour où une idée de perso me viendrait en tête... Et voilà que je retombe dessus et paf, coup de foudre ♥️
ϟ AS-TU LU LA TRILOGIE ? Oui chef ~
ϟ CODE During the Hunger Games Games you lose
ϟ COMMENTAIRES ? Ce PV de FOOOOOU je crois que je n'ai jamais craqué aussi vite pour un personnage de toute ma vie    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 04/12/2014
ϟ MESSAGE : 52
ϟ AVATAR : Gemma Arterton (c) fae, tumblr, alpacinoz
ϟ DISTRICT : Treize depuis dix ans déjà, bien que le Cinq demeure à jamais dans son coeur.
ϟ AGE : Trente ans
ϟ METIER : Ingénieur en énergie
ϟ LIFESTYLE : À l'abri dans un bunker, là où il y a tout, sauf ce qui lui manque le plus. En tant qu'épouse d'un des membres les plus influents du district et elle-même responsable du gérénateur central, sa place semble enviable ; Adi est cependant enceinte de quelques semaines, ce qu'elle cache à son époux, de même que son projet de rentrer au Cinq.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : PROTECTOR
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: Adrianna ◊ love is weakness   Jeu 4 Déc - 21:05


Science sans conscience n'est que ruine de l'âme.


don't get lost into the woods
Depuis toujours, la lumière se mêle à l’histoire d’Adrianna, comme un fil conducteur qui par sa discrète présence s’amuse à marquer son destin de petites touches que nul n’aurait encore eu le loisir de remarquer.

Prenez la première rencontre des deux êtres qui deviendraient par la suite ses parents. Tómas Pekerfield avait vécu après tout jusque-là le début d’une journée de plus banale, à tel point que son esprit avait vagabondé toute la matinée, depuis la dernière tasse de café avalée avant de quitter son appartement de célibataire aussi bien dans sa peau que sous tous rapports jusqu’à l’enfilement de la blouse blanche et du casque de protection d’un jaune résolument criard qui constituaient, comme il se plaisait à l’appeler, son uniforme. En tant qu’ingénieur pour le District Cinq, son travail au cœur de la plus grande centrale électrique du pays –et unique centrale d’ailleurs- ne l’emmenait que rarement en des zones du complexe nécessitant des protections plus conséquentes que celles-ci. Non, rien au programme ce jour-là ne le tirerait de la tranquille monotonie de ses travaux qui le garderait bien au chaud dans son bureau, pour une énième série d’heures passée enfermé entre quatre murs, le nez dans ses schémas et ses calculs. Même lorsque l’ampoule de son plafonniers grilla, il ne prit pas la peine d’éprouver la moindre contrariété ou la moindre surprise : allons bon, voilà qui devait être réparé, alors allons-y, inutile d’attendre un gars de la maintenance pour un petit rien qu’avec sa batterie de diplômes il saurait réparer en deux temps trois mouvements. Toujours un peu perdu dans ses pensées, le scientifique s’était tenu en équilibre sur une chaise, bras tendus vers ce petit globe luminescent qui, dénué de toute aménité, l’envoya au tapis d’une châtaigne bien sentie. Tómas n’avait retrouvé connaissance qu’une fois qu’un de ses collègues accourus auprès de lui ait réussi à l’asseoir contre un mur et à le faire revenir à lui, ce qui ne parut pas être un signe suffisamment éloquent d’un état de santé acceptable, car il se retrouva sans qu’il fût bien capable de comprendre comment à l’hôpital du district, où une infirmière du nom de Caitrin Mills le prit en charge. Oh, il n’y avait pas grand mal, à peine une bosse du fait de sa chute, et quelques examens de routine pour s’assurer que rien de grave ne se cachait derrière cette apparente sensation que tout allait bien dans le meilleur des mondes. Il n’avait fallu qu’un coup d’œil à Tómas pour que son cœur lui murmure que la jeune femme à son chevet n’était pas à laisser sortir de sa vie aussi facilement. Et il ne faudrait à Caitrin qu’un sourire né sur ses lèvres grâce à une innocente boutade de son patient pour se convaincre que oui, accepter de dîner avec lui en valait la peine.

De leur union ne naquit qu’un seul enfant, une petite fille baptisée Adrianna, mais contrairement à bien des familles de Panem dont la peur de voir la chair de leur chair envoyée dans l’Arène ne parvenait à réparer les dommages causés par un système de santé drastiquement médiocre au point de les priver de tout moyen de contraception digne de ce nom, ce n’était pas un dégoût prononcé de leur époque qui ferait de la petite une enfant unique : celle-ci les stupéfiait bien trop pour que l’envie d’avoir un autre bébé ne leur vienne à l’idée. Au-delà du fait que de son père elle ait hérité de beaux et grands yeux d’un noir profond, ainsi que de sa mère d’adorables fossettes creusant ses joues rebondies à chaque sourire, la petite se montrait éveillée pour son âge, vraiment éveillée. Au début, ils crurent glisser lentement mais sûrement vers cette admiration quasi béate qu’avaient le luxe de se payer certains parents issus des classes élevées envers leur progéniture, comme si cette dernière se trouvait pourvue de toutes les qualités ainsi que d’une perfection et d’un brio indéniables. Cependant, certains signes ne trompaient pas : le calme religieux qui caractérisait si bien Adrianna, une nouvelle-née qui pleurait à peine, même lorsqu’elle fit ses dents, sa façon de contempler le monde l’entourant d’un œil vif et curieux, ou encore de tourner dans tous les sens le moindre objet lui tombant sous la main sans avoir le réflexe de le porter à la bouche comme n’importe quel nourrisson avide. Il y avait cette discrète flamme en elle qui laissait présager un avenir brillant, pour peu que l’univers lui laisse l’opportunité de le démontrer. En cela, naître au Cinq fut une réelle chance pour elle, car en bien d’autres villes de Panem, la misère, la souffrance et l’apathie générale auraient étouffé cette lueur telle une bougie soufflée par le vent, mais auprès de l’amour des siens, et à l’abri du besoin, ce fut à l’image d’une fleur que son talent éclos, petit à petit.

Les livres furent bien sûr un merveilleux déclencheur, ainsi qu’un biais de choix pour s’ouvrir à d’autres horizons. Bien avant ses camarades, la petite entama l’apprentissage de la lecture, avec application et sincère attrait, gagnant ainsi une confortable avance sur les autres enfants de son âge qui ne s’estomperait jamais vraiment. Si à l’école du district ses facilités demeurèrent pour le moins confidentielles, quoi que saluées par ses maîtres pour la plus grande fierté de ses parents, elles finirent néanmoins par être repérées par les autorités alors qu’Adrianna débutait à peine l’équivalant du collège, réservé aux élèves dotés de capacités dignes de les élever à des postes plus élevés que simples employés. Depuis toujours attirée par la science grâce aux Pekerfield qui n’avaient jamais manqué de répondre à chacune des innombrables questions de leur fille concernant leurs domaines d’expertise respectifs, la demoiselle fut détectée par les services du maire comme trop précieuse pour perdre son temps au sein d’une classe tout juste bonne à pourvoir la centrale en techniciens et autres assistants, et plus encore comme Tribu. Qu’importe ses souhaits ou ses aspirations, la brunette verrait ses talents exploités sans scrupules, à l’image d’une mine pillée jusqu’à ce que son filon ne s’épuise, une politique effroyablement arbitraire… Qui malgré tout convint plutôt bien à l’intéressée. Après tout, on lui prodiguerait des cours enfin à son niveau tout en lui donnant accès aux ressources du Capitole en matière de production d’énergie, pourquoi refuser alors que sa passion grandissait aussi vite que ses compétences ? Elle abandonna sans regrets la voie classique pour passer ses journées à la centrale, dans l’équipe de son père d’abord, puis après avoir pris ses marques en tant que deuxième ombre des autres chercheurs, disciple attentive autant que réactive. À quatorze ans naissait entre ses mains sa première création, un générateur à alimentation autonome qui sans être fondamentalement révolutionnaire conforta ses pairs dans la certitude d’avoir à faire à une surdouée en matière de systèmes électriques. Trois ans plus tard, Adi devint la plus jeune membre du service de recherche et développement de la centrale, promotion d’ailleurs saluée comme il se devait –ou plutôt honteusement récupéré selon les points de vue- par l’organe de propagande du district, qui vanta les mérites d’une jeunesse à la fois volontaire et dévouée à Panem.

Tout allait bien dans le meilleur des mondes, aurait-on pu dire, si le monde en question avait eu pour frontière les vertigineuses barrières électrifiées délimitant le Cinq. En grandissant, l’ingénieur en herbe gagnait autant en maturité qu’en grâce, quoi que ne prenant pas la peine de remarquer les regards des hommes s’arrêtant sur sa pulpeuse silhouette : seul Lysandre comptait, un jeune homme plutôt charmant dont elle avait fait la connaissance lors de son bref passage à l’institut de formation, et dont la famille, amie des Pekerfield, se trouvait également dans les hautes sphères de la gestion de la centrale, quoi qu’œuvrant pour la partie administrative du complexe. Ils s’entendaient à merveille, avec la complicité de meilleurs amis qui faisaient bien souvent échanger à leurs mères des regards entendus, elles qui dotées de ce sixième sens propres à leur statut voyaient poindre à l’horizon le début d’une belle histoire. En tant que familles presque aisées du district, l’idée d’un mariage fit son chemin, avant que l’éventualité ne soit proposée aux deux jeunes gens qui n’y avaient au fond jamais vraiment réfléchi. D’abord un peu intimidés par un tel projet tous deux, ce fut Lysandre qui la convainquit d’accepter leurs fiançailles : après tout, ne sentaient-ils pas bien en la compagnie de l’autre ? Cela ne méritait-il pas qu’ils s’accordent une chance ? En vérité, le jeune homme s’éveillait à l’amour, comme on rêverait tous les mariages arrangés où les deux époux, vainquant leur timidité, finiraient par éprouver une réelle tendresse. Adrianna pour sa part n’avait jamais songé à considérer son ami et collègue autrement que comme un frère de cœur, mais après tout, pourquoi pas ? Elle lui aurait fait confiance sans hésiter, et l’appréciait sincèrement, ce qui à ses yeux revêtait une grande importance, une condition sine qua non que devait posséder son futur époux pour espérer partager sa vie jusqu’à ce que la mort ne les séparent. L’année de ses dix-neuf ans, la jeune femme célébra donc en compagnie de ses proches et de sa future belle-famille une fête de fiançailles sans fastes démesurés, en toute simplicité, et plus que jamais l’avenir parut sans nuages.

En tant que scientifique, la demoiselle n’accordait que fort peu de crédit aux théories de la destinée, et autres légendes voulant que la roue tôt ou tard finisse par tourner. Comme n’importe qui vivant une période heureuse, elle ne songeait pas que le destin avait ses victimes, et croyait inconsciemment que rien ne viendrait ternir la paisible routine de son existence. Pourtant, le pire arrivait à tout le monde, même aux innocents. Adi l’apprit à ses dépens lors d’une tragique nuit qui marquerait à jamais son histoire, brisant avec la plus cruelle violence la vie des siens.
Sortir au coucher du soleil n’avait jamais vraiment été un problème : les ombres depuis longtemps ne la terrifiaient plus, leur capacité à faire naître l’inquiétude dans le cœur des hommes se heurtant à sa raison bien trop pragmatique, sans compter que les Pacificateurs se montraient peu regardants envers le respect du couvre-feu, tant leurs ouailles se révélaient peu nombreuses, et particulièrement obéissantes. Un sourire d’excuse et le merveilleux prétexte d’un projet l’ayant accaparée au point de lui faire oublier l’heure la tiraient bien souvent d’affaire, quoi que depuis quelques temps déjà, il lui arrivât de dormir dans son bureau, où un modeste lit de camp l’accueillait une fois minuit passée et son éreintement insurmontable. C’était donc d’un pas énergique que la belle longeait la clôture, ayant hâte de rentrer chez elle pour savourer une bonne douche et se mettre au lit sans plus de procès… Lorsque l’attaque se produisit. Adrianna ne vit pas le visage de son agresseur, pas plus que les silhouettes qui dans son dos s’étaient jetées sur elle pour l’immobiliser, plantant dans son cou une seringue dont la morsure accrut sa terreur à un point incommensurable. Sombrant dans les ténèbres, elle crut mourir, sans avoir pu supplier qu’on l’épargnât.

Le réveil fut rude, aussi douloureux qu’une gueule de bois carabinée, et terrifiant que lorsque l’on réalise que le cauchemar ayant animé votre inconscience se révélait bel et bien réel. La première chose que vit la Pekerfield en ouvrant les yeux fut le plafond de l’infirmerie du Treize, dont un des lits se voyait occupé par son humble personne, menottée aux montants de ce dernier afin d’éviter toute fuite. La panique qui s’empara d’elle fut plus forte que sa migraine et la captive se débattit bien inutilement, ne réussissant qu’à alerter le médecin de garde qui d’une voix impérieuse lui annonça qu’elle avait été capturée la veille et amenée au cœur des entrailles de la terre, là où un district censé avoir été anéanti des années auparavant continuait de résister au Capitole. Un district à qui elle serait fort utile… Avec horreur, la jeune femme réalisa au fond de la chambre-cellule où on la jeta une fois les derniers effets du sédatif passés qu’elle se trouvait faite comme un rat, perdue aux mains de fous furieux désireux de renverser le système. La peur qui avait un temps étreint son cœur se mua en colère, en un ressentiment terrible qui brûla en elle avec la ferveur d’une torche : jamais elle ne coopèrerait avec ses rustres, dont les façons de faire s’avéraient méprisables. Quelle légitimité espéraient-ils obtenir en kidnappant ceux qu’ils prétendaient vouloir sauver du joug du Président ! Qu’ils aillent au diable ! Et si d’aventure ils imaginaient qu’elle allait coopérer, ils se fourraient le doigt dans l’œil jusqu’au coude. Les premiers jours, la brunette songea à refuser toute nourriture, en un chantage programmé pour lui faire obtenir sa libération, mais ses geôliers lui assurèrent que si elle continuait dans cette voie, ce serait à moitié morte de faim qu’ils exauceraient son souhait en l’abandonnant en pleine forêt, là où les animaux sauvages se feraient un plaisir de lui faire regretter son choix. Sa deuxième stratégie constitua à refuser catégoriquement de faire quoi que ce soit, ce qui se solda par un nouvel échec, le poids de l’argument que représentait le canon d’une arme braqué sur sa personne se révélant plus que difficile. Dans ce climat électrique, Adrianna fit la connaissance de Darian Shield, le rebelle servant d’ingénieur en chef à la petite communauté, et à qui elle devait de se retrouver cloitrée sous des centaines de mètres cube de roche. Autant être honnête : à peine posa-t-elle les yeux sur lui qu’elle décida de le détester viscéralement, et ce jusqu’à la fin des temps. Cet homme avait méthodiquement planifié de ruiner sa vie, et en cela, il méritait pleinement son courroux. Particulièrement têtue lorsqu’elle le voulait, son assistante ne manqua de lui faire savoir son mécontentement, en une attitude presque snobe qui se heurta à une froideur quasi hivernale de la part de son bouc-émissaire, armoire à glace aussi impassible que les machines qu’il s’efforçait de faire fonctionner. Quel comble, monsieur se permettait de la rabrouer, mais se trouvait trop incompétent pour stabiliser le générateur de la colonie ! Aussi insolente qu’une gamine mal élevée, Adi ne manqua pas d’à plusieurs reprises lui rappeler que sans elle, ils seraient encore dans de beaux draps, ce qui paraissait agacer encore plus son gardien privé de cœur, irrité par ses façons de princesse dédaigneuses.

Les premiers mois au Treize furent longs, incroyablement longs et difficiles. À cran tout au long de la journée, ça n’était qu’une fois seule dans sa chambre que la demoiselle laissait s’exprimer son désarroi, incapable de trouver une solution pour se tirer d’affaire. Loin, si loin d’elle, sa famille la croyait morte, et les imaginer souffrant le martyre la secouait à chaque fois de profonds sanglots, étouffés avec fermeté dans son oreiller. Non, à ses tortionnaires elle ne ferait pas le plaisir de dévoiler ses faiblesses, cachant ces dernières derrière un masque de fierté imprenable, quoi que vacillant parfois, lorsque ses crises de claustrophobie contraignaient ses gardes à la faire quitter son poste pour la guider jusqu’aux ponts de décollage, où seul un courant d’air frais parvenait à l’apaiser.

Il aurait été tellement simple que les choses restent en l’état, divisées entre Bien et Mal, amis et ennemis. Mais le temps passait, inexorablement, et les règles se troublaient aussi lentement que sûrement. D’abord tentée de saboter l’installation et de faire sauter le district, l’ingénieur avait révisé son dessein complètement fou : il n’y avait aucun intérêt à se débarrasser de ses geôliers si c’était pour périr avec eux. Sans compter les femmes et les enfants vivant sous terre avec elle… Ces civils n’ayant fait de mal à personne, et pour certains venus d’autres districts, après une fuite éperdue, la peur au ventre à l’idée d’être capturés par les Pacificateurs. Ces personnes, Adrianna les découvrait par l’entremise de Darian qui, sous ses airs de roc dénué de tout sentiment, prenait le temps de lui expliquer le fonctionnement du Treize, ses valeurs, sa vocation. Au début, écouter ce qui lui paraissait être de pures élucubrations concernant le Capitole lui faisait lever les yeux au ciel, avant que ces théories ne fassent leur chemin en son esprit, et que sa raison toute-puissante ne leur reconnaisse un certain fondement. Il fallut bien de la patience à Shield pour vaincre ses réticences à déambuler entre les différents étages du bunker leur servant de foyer comme si elle était chez elle, et à cesser de se refermer constamment sur elle-même et ses soucis. D’autres se connaissaient des tragédies pis encore que la sienne, et par son travail au réacteur, elle avait le pouvoir de leur offrir une vie meilleure, loin du Capitole et de sa cruauté sans nom. Si ses préjugés envers son coéquipier imposé mirent presque une éternité à chanceler, il lui fallut rapidement reconnaître que ce dernier savait de quoi il parlait question production d’énergie. Le travail qu’il avait effectué jusque-là avec si peu de moyens ne constituait que la partie émergée de l’iceberg et la petite prodige du Cinq se surprit à se laisser impressionner par sa maîtrise irréprochable de leur science, ainsi que par ses qualités de chef d’équipe et ses idées innovantes visant à utiliser l’uranium des gisements environnants. Il fallait même avouer que lui parler, en dehors de leurs sempiternelles prises de bec les opposant comme chien et chat, devenait une épreuve de moins en moins désagréable avec le temps… Et même plus une épreuve du tout, à la longue. Les semaines s’étiraient, sans plus que la captive ne les remarque, ses crises de larmes autant que la morsure de sa claustrophobie s’espaçant progressivement, alors que le souvenir de son district de naissance la tourmentait de façon nettement moins lancinante. Oh, certes, il lui arrivait souvent d’avoir une pensée pour ses parents ou pour Lysandre, mais le Capitole tout puissant interdisait toutes retrouvailles, si bien que toute à sa tâche, la jeune femme laissait sa nouvelle vie prendre racine, se liant aux habitants du Treize, et surtout à Darian.


Six ans. On ne peut imaginer à quel point cela peut être long, et en même temps passer aussi vite qu’un battement de cils. Le soir de son anniversaire, un modeste petite fête avait été organisé dans le réfectoire, où auprès d’une petite dizaine d’inconnus devenus amis sincères, la brunette avait soufflé vingt-six bougies plantées dans un gâteau chichement réalisé, et pourtant plus délicieux que tout ce que les Capitoliens pourraient jamais goûter, car il avait été préparé avec le cœur. Adi avait dû quasiment y traîner Darian, lui qui préférait largement discuter avec elle de choses et d’autres en tête à tête et au calme, à tel point que la demoiselle ne manquait jamais de le taquiner à ce sujet, lui rappelant qu’à la base, ç’avait été lui à qui était revenu le rôle du parrain censé la sociabiliser, et non l’inverse. Les boutades avaient remplacé chez elle les piques acerbes depuis un petit moment déjà, au point d’avouer à demi-mots que oui, la compagnie de l’ingénieur lui plaisait. Et c’était d’ailleurs pour cela que la Pekerfield avait voulu qu’il soit là, partageant un moment spécial pour elle en compagnie de personnes comptant pour elle, et le voir accepter malgré ses réticences l’avait sincèrement ravie. Sans vraiment s’en rendre compte, la Cinq cherchait son regard quotidiennement, secrètement ravie lorsqu’il reconnaissait sa maîtrise dans leur champ d’expertise. Et que dire de son contentement quand elle parvenait à faire naître un sourire sur le visage de celui qui n’avait désormais plus rien d’un austère cerbère… Seulement une fois les lumières éteintes et les ombres réapparues sur les murs du boyau de béton les menant aux quartiers d’habitations, Adrianna ne parvint à retenir une immense vague de mélancolie de la submerger. Oh, comme il était sot, d’avoir tant envie de pleurer sans raison, alors que tous avait mis du leur pour qu’elle passe une agréable soirée ! Pourtant, la gorge serrée, la belle sentit plus que jamais que tout ce qu’elle avait connu lui manquait viscéralement, que ce soit son district, ses parents, Lysandre. Les parois du Treize en cet instant lui parurent plus que jamais semblables à celles d’un mausolée, mais par fierté, l’ingénieur tâcha de faire comme si de rien n’était, avec plus ou moins de bonheur. Darian savait ce qu’elle avait laissé derrière elle, ou plutôt ce qu’il lui avait forcé à abandonner sans aucune chance de pouvoir un jour faire machine arrière même si par pudeur, sa collègue n’avait jamais exprimé à quel point cet éloignement ne cesserait jamais de la tourmenter ; pourtant, ce fut avec une pointe d'orgueil peut-être mal placée que la jeune femme chercha une excuse pour s’éclipser, quoi que ce retrouver seule avec ses démons promette de rendre plus pénible encore la solitude qui lui aurait presque fait monter les larmes aux yeux. Et ce qu’aurait fait Adie... Si les bras de Darian ne s’étaient pas subitement refermés sur elle, l’emprisonnant dans une étreinte à la fois gauche et chaleureuse. Interdite, la jeune femme se retrouva proche, si proche de lui, comme jamais encore, et sans aucune idée de ce qui était en train de se passer. Par une compassion ardue à exprimer, il avait voulu la réconforter, faisant rater à son cœur un fatal battement. Yeux dans les yeux, ils ne parvenaient plus à se séparer, à la fois grisés et complètement perdus. Il lui sembla balbutier quelques propos incohérents, pommettes enflammées, comme quoi elle n’avait jamais… Enfin… Oui, comme la brunette le réalisait, sa vie sentimentale jusque-là s’était résumée au chaste vœu de demeurer pure pour le jour de son mariage, et quelques tendres baisers échangés avec Lysandre, mais rien de plus. Alors qu’à cet instant, savoir quelle sensation procurait la pression des lèvres de Darian devenait quasi obsédante… Ce fut pourtant la confiance qui l’emporta, alors que dans le regard du rebelle, d’un bleu si limpide, elle décelait la même curiosité craintive que celle faisant palpiter son cœur, les mêmes hésitations et les mêmes espoirs à présent dévoilés, loin du masque indéchiffrable qui ne le quittait jamais vraiment. À cet instant, Adrianna sut, elle sut qu’elle s’était trompée sur toute la ligne et depuis si longtemps : elle n’avait pas aimé Lysandre, parce que c’était entre les bras de Darian que pour la première fois cet élan irrépressible la faisait chavirer entre tendresse et passion, pour un homme qu’elle avait méjugé et considéré si longtemps comme un ennemi. Leur baiser fut doux, libérateur, et la nuit qui suivit plus tendre encore. Passées une poignée semaines, ils ne se cachèrent même plus, affichant sans gêne leur relation, et le bonheur de la brunette devint total quelques mois après lorsque dans la petite chapelle du district, son nouveau fiancé passa à son annulaire une bague de mariage faisant d’elle la nouvelle membre du clan Shield.

Au fond des abysses noyés de ténèbres, Adrianna avait donc retrouvé une lumière, celle de l’amour sincère se passant de mots, et résumant votre univers à l’être auquel vous aviez lié votre destinée jusqu’à ce que la mort vous sépare. Pourtant… Oui, la roue continuait de tourner, reprenant ce que l’adversité avait bien pu lui offrir ; ce ne serait pas le trépas qui menacerait le couple qui depuis quatre ans déjà filait un parfaite romance, mais bien le plus puissant séisme que connaîtrait Panem, incarné par la montée en puissance d’un mouvement de révolte sur le point d’embraser la majeure partie des douze districts. Il avait fallu du temps, tellement de temps pour que la scientifique se sente capable de tourner la page… Des efforts réduits à néant par l’insurrection des trois districts à présent coupés du reste du continent, et la colère grondant plus que jamais au sein des classes les plus misérables, opprimées depuis trop longtemps déjà. Un fol espoir s’empara d’Adie, celui de retourner au Cinq dès que possible, oh, ne serait-ce que pour serrer sa mère dans ses bas, leur apprendre que non, ce corps carbonisé sur lequel son ADN avait été traitreusement déposé par ses ravisseurs n’était nullement le sien, et réparer tout ce qui avait été gâché par sa disparition. Ce projet fit son chemin dans son esprit, à l’image d’une gangrène obsédante, au point de l’enivrer de rêves insensés, si séduisants, mais laissant dans leur sillage le goût amer de la culpabilité. Darian comprendrait-il cette attraction funeste s’exerçant sur elle ? Accepterait-il de la voir quitter leur foyer et la sécurité du Treize, même pour une poignée de jours ? La belle n’a à présent qu’une crainte, que son époux ne s’effarouche et ne lui coupe les ailes, tétanisé par l’idée de pouvoir la perdre ; un sentiment tout à fait louable, et même compréhensible, qui fait reculer à chaque fois son épouse lorsqu’elle croit tenir l’occasion de lui confier ses aspirations. À la torture de son âme s’ajoute la souffrance de son corps, qui depuis plusieurs semaines la met à rude épreuve, entre étourdissements et nausées. Adrianna est enceinte, et cette nouvelle qui aurait dû la ravir la terrifie peut-être même plus que tout le reste : si jamais cela venait à se savoir, on l’empêcherait de rejoindre sa terre natale pour sûr, car après tout le Treize protège ses talents comme l’avait fait le Capitole à l’époque. Plus glaçant encore, la future mère ignore si Darian désire être père, ce qui n’accroît que plus encore ses doutes, malgré l’amour toujours aussi vibrant qu’elle éprouve pour celui à qui elle a dit « oui » quatre ans auparavant. À nouveau assaillie par les ombres, il lui faudra à nouveau retrouver la lumière...


_________________

that's all i ask of you
And I love you, I swear that's true. I cannot live without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 04/12/2014
ϟ MESSAGE : 52
ϟ AVATAR : Gemma Arterton (c) fae, tumblr, alpacinoz
ϟ DISTRICT : Treize depuis dix ans déjà, bien que le Cinq demeure à jamais dans son coeur.
ϟ AGE : Trente ans
ϟ METIER : Ingénieur en énergie
ϟ LIFESTYLE : À l'abri dans un bunker, là où il y a tout, sauf ce qui lui manque le plus. En tant qu'épouse d'un des membres les plus influents du district et elle-même responsable du gérénateur central, sa place semble enviable ; Adi est cependant enceinte de quelques semaines, ce qu'elle cache à son époux, de même que son projet de rentrer au Cinq.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : PROTECTOR
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: Adrianna ◊ love is weakness   Jeu 4 Déc - 21:05


Our Leader The Mockingjay


rejoindre la rébellion
Cette partie est uniquement réservée aux aspirants souhaitant rejoindre le D.3. Nous vous demanderons de répondre à la question ci-dessous et surtout de rédiger une mise en situation sur l'un des thèmes proposés.

LEFT BEHIND ? L'amour qui lie Adrianna et Darian est au fond un petit miracle à lui seul : comment imaginer que la Cin ait pu tomber aoureuse de son ravisseur ? Car c'est bien contre sa volonté que l'ingénieur a gagné le Treize, maîtrisée puis droguée alors qu'elle longeait la clôture de son district. L'équipe d'exfiltration envoyée expressément par Shield qui avait besoin de renfort afin de stabiliser l'alimentation électrique de leur base souterraine a par la suite effacé ses traces en laissant derrière elle un cadavre méconnaissable où une dose d'ADN permettrait a posteriori aux Pacificateurs de reconnaître -ou de croire reconnaître- le corps sans vie de celle ayant tant apporté à la sciences par ses travaux avant-guardistes. Ce n'est donc pas par choix que la jeune femme est entrée au coeur du district-fantôme, quoi que cet enlèvement au final ne lui ai pas apporté que de mauvaises choses, au contraire. Le Cinq au début lui manquait cruellement, sensation étouffante qui par la suite parvint peu à peu à s'estomper, notamment grâce à une prise de conscience quant à la véritable nature du Capitole, et à la naissance d'un amour profond n'ayant pas faibli depuis. Cependant, elle a laissé derrière elle toute une part de sa vie, articulée autour de son travail à la centrale, mais aussi et surtout ses deux parents, ses amis et son ex-fiancé, Lysandre, pour qui elle n'a jamais vraiment éprouvé de véritables sentiments, mais dont le désespoir qu'elle suppose être le sien, même après tout ce temps, étreint son coeur d'une cruelle culpabilité. À présent que la révolte gronde, un nouvel espoir est né, qui la laisse à la fois le souffle coupé d'impatience, et glacée d'effroi à l'idée de rater cette chance unique autant que de tout gâcher en poursuivant une telle folie. Impossible pour elle pourtant de ne pas rêver du Cinq...

MISE EN SITUATION ? SITUATION #1 ➺ Un signal d'alarme résonne dans les couloirs du D.13, vous savez ce que cela signifie, une alerte en cas de bombardement. Que faites-vous ? Vous rendez-vous directement dans les bunkers ? Rejoignez-vous ceux qui aident à évacuer les civils ? Que ferrez-vous ?


Lorsque la montagne commença de gronder, après plusieurs longues minutes d’une panique générale aussi jugulée que possible et rythmée par les lancinants hurlements de la sirène d’alarme, Adrianna se trouvait dans la chambre de leur modeste logis, à contempler le néant. Les murs de son esprit lui avaient paru encore plus étriqués que ceux de l’habitation leur ayant été attribuée suite à leur mariage, leurs deux chambres n’étant d’évidence pas assez grandes pour accueillir un couple. Les pensées agitant son esprit bien avant que la tempête n’éclate ? Oh, vous les connaissiez déjà… Et vous saviez que seule, désœuvrée alors qu’elle entamait à peine son créneau de relâche après cinq heures d’astreinte d’affilée auprès du réacteur du Treize, le silence avait comme toujours accru son mal-être avec une maestria cruelle. Ce repos bénéfique, qui aurait dû lui permettre de recouvrer toute son énergie pour ensuite prendre la relève de son mari, s’était vu privé de toute quiétude, du fait de questions tournant en boucle dans sa tête, comme autant de vautours au-dessus d’un cadavre. Toujours les mêmes, bien sûr, puisqu’elles ne sauraient trouver pour l’heure ne serait-ce qu’une ombre de début de réponse. Ses bras s’étaient instinctivement serrés autour de son ventre, alors qu’assise sur le lit, Adi avait essayé une nouvelle fois d’élaborer un plan d’action. Si elle devait partir pour le Cinq, ce serait avant que sa grossesse ne se remarque, mais son district de naissance appartenait encore à l’Union pour le Capitole avec les districts Un à Quatre, et nul ne pouvait dire quand –ou même si un jour- ce noyau dur cèderait à la vague de rébellion submergeant Panem. Alors quoi, attendre que le bébé soit venu au monde ? ç’aurait été la solution de sécurité, quoi que son impatience l’aurait mise au supplice, et que de bien sombres intuitions lui auraient suggéré que laisser son enfant derrière elle n’aurait pas été sage… Cela supposait de toute manière qu’elle gardât ce petit être grandissant en elle, et rien que d’y songer, sa gorge s’était serrée. Comment savoir si Darian accepterait ? Si seulement l’idée d’être père saurait le combler ? Comment le savoir, le deviner chez cet homme si taciturne pour lequel sa femme aurait donné sa vie sans hésiter, tout en craignant paradoxalement sa réaction ? Nerveusement épuisée par ces tourments infernaux, la Shield avait fini par s’étendre sur leur lit, gagnée par un sommeil pesant, dénué de tout réconfort.

Le rêve avait débuté par une clameur, celle d’une foule secouée de vivats et d’acclamations enthousiastes. Debout dans l’ombre près de Darian, Adrianna surplombait la masse extatique, du haut d’un balcon qu’elle reconnut comme étant la tribune de laquelle le Président du District faisait de temps à autres des annonces d’importance, ou simplement ravivait la foi quasi aveugle de ses administrés par quelque discours emphatique quelque part dignes de la propagande capitolienne. Mais ce jour-là était un jour spécial, un jour de liesse. Comme l’annonçait l'homme de pouvoir, le Treize depuis peu se connaissait enfin une source d’alimentation fiable à 100% et reposant complètement sur l’exploitation de l’uranium, ce qui assurerait un confort optimal à tous loin des coupures de courant qui avaient émaillé les années précédentes, et surtout une ressource suffisante pour mettre pleinement en branle la production d’armes grâce auxquelles, assurément, les rebelles remporteraient la victoire. De nouvelles acclamations saluèrent cette nouvelle, tandis que la Présidente les invitait à la rejoindre, présentant ainsi aux yeux de tous les deux héros sans qui cette avancée d’envergure n’aurait été possible. Adrianna souriait dans ce rêve, oh, elle souriait malgré l’étrange impression que tout allait basculer d’un instant à l’autre… À ses côtés, son époux, discrètement radieux, passa avec tendresse son bras autour de sa taille, et ce pressentiment s’évapora, emporté par le sentiment de sécurité serein qui ne manquait jamais d’apaiser son cœur lorsqu’elle se tenait auprès de son cher et tendre. La voix, rendue grésillante par le microphone, s’éleva à nouveau :

-Et nous tenons à adresser nos plus sincères félicitations aux Shield pour l’heureux évènement qu’ils attendent !

L’illusion se brisa avec la violence d’une balle qui l’aurait frappée de plein fouet. Tétanisée sous le tonnerre d’applaudissements, Adi n’osa lever les yeux vers Darian, son regard couleur ébène braqué sur ces anonymes, ces visages sans traits, ces sourires et ces rires distordus par l’horreur lui coupant le souffle…

Son cri s’était noyé dans les mugissements de la sirène d’alarme, et encore sous le contrecoup de son cauchemar, la brunette s’était laissée portée par ses réflexes, nés d’une raison toute-puissante prenant le pas sur son âme quand cette dernière se trouvait submergée par ses émotions. En pilote automatique, elle sortit de leur appartement comme encore en partie dévorée par le monde des rêves, vérifiant tout de même que les chambres sur sa route avaient bien été vidées de leurs occupants. Emportée par la file parfaitement ordonnée des habitants du Treize, chez qui la discipline égalait de loin la frayeur qu’ils pouvaient éprouver à chaque bombardement ennemi, la chercheuse arriva enfin au bout d’une interminable série de marches au bunker le plus profond du district, celui qui avec ses lits superposés en acier, ses réserves de vivres et ses couvertures de laine épaisses laissaient présager que l’immense salle, conçue pour protéger les habitants de la ville souterraine, ne serait jamais associé qu’à des instants sombres, critiques, dramatiques.

Ce fut sa respiration rendue laborieuse par le pas de course et le souvenir brûlant de son cauchemar qui la tira de son état contemplatif, écho étouffé qui lui parut brièvement provenir d’une autre source que sa cage thoracique : tout autour d’elle, ses pairs s’affairaient pour s’installer au mieux, rassurer les plus jeunes, prier en silence une force supérieure alors que les premières explosions en surface les faisaient déjà frémir, en un fracas ne leur rappelant que trop que leur ultime refuge pouvait se muer en sarcophage de pierre à tout moment… Mais de Darian, nulle trace. Avec un hoquet de peur, Adie se souvint du protocole : l’ingénieur responsable du réacteur en poste lors d’une attaque faisait partie des dernières personnes à avoir le droit de rejoindre l’abri, le réacteur étant trop précieux –et surtout trop dangereux- pour être laissé sans surveillance alors que les bombes du Capitole pleuvaient sur le Treize. Ce qui signifiait que quelque part au-dessus de leurs têtes, Darian demeurait exposé au danger, enchaîné à son devoir autant qu’au monstre de métal dont ils se partageaient la garde. De sa main placée contre ses lèvres, la jeune femme tâcha de maîtriser son angoisse, et ce ne fut qu’un mot, un simple mot prononcé par une voix si bien connue qui seule parvint à lui redonner des repères en ce chaos :

-Adrianna…

Sursautant, l’interpellée fit volte-face, se retrouvant nez-à-nez avec son époux, dont le flegme à toute épreuve l’apaisa sur le champ. Presque bouleversée, elle le serra contre elle de toutes ses forces, peut-être un peu trop même, mais son aimé lui rendit son étreinte comme si instinctivement, il avait senti sa détresse, et comme toujours lui offrait une épaule sur laquelle s’appuyer, envers et contre tout. Qu’importait la raison pour laquelle on l’avait laissé descendre juste avant que les portes ne se referment, qu’importait le réacteur et la Présidente… Adrianna avait eu peur, tellement peur de le perdre… Mais alors que les murs se mirent à trembler sans pour autant parvenir à faire cesser leur embrassade, un doute demeurait : du Capitole ou de ses secrets, difficile de définir quelle menace planait le plus dangereusement au-dessus d’eux.



_________________

that's all i ask of you
And I love you, I swear that's true. I cannot live without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 18/02/2012
ϟ MESSAGE : 1384
ϟ AVATAR : Jennifer Lawrence
ϟ MULTICOMPTE : A. Hadès Yaxley / Daniel Brunet
ϟ DISTRICT : District 12 actuellement prisonnière du 11
ϟ AGE : 21 ans
ϟ METIER : en fuite
ϟ LIFESTYLE : Difficiles mais subvient à ses besoins
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : HUNTER
ADMINISTRATRICE DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: Adrianna ◊ love is weakness   Jeu 4 Déc - 21:09
Oh j'adore Adrianna ! Bienvenue parmi nous ma jolie !
Si tu as la moindre question le staff est à ta disposition afin d'y répondre Wink

_________________

MY BROTHER DIED FOR US. FOR FREEDOM.
There’s a limit to your love like a waterfall in slow motion like a map with no ocean. There’s a limit to your love your love, your love, your love.  There’s a limit to you care, so carelessly there, is it truth or dare. There’s a limit to your care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 04/12/2014
ϟ MESSAGE : 52
ϟ AVATAR : Gemma Arterton (c) fae, tumblr, alpacinoz
ϟ DISTRICT : Treize depuis dix ans déjà, bien que le Cinq demeure à jamais dans son coeur.
ϟ AGE : Trente ans
ϟ METIER : Ingénieur en énergie
ϟ LIFESTYLE : À l'abri dans un bunker, là où il y a tout, sauf ce qui lui manque le plus. En tant qu'épouse d'un des membres les plus influents du district et elle-même responsable du gérénateur central, sa place semble enviable ; Adi est cependant enceinte de quelques semaines, ce qu'elle cache à son époux, de même que son projet de rentrer au Cinq.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : PROTECTOR
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: Adrianna ◊ love is weakness   Jeu 4 Déc - 21:35
Merci Rowan

_________________

that's all i ask of you
And I love you, I swear that's true. I cannot live without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Adrianna ◊ love is weakness   Jeu 4 Déc - 22:43
Bienvenue !!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 03/12/2014
ϟ MESSAGE : 151
ϟ AVATAR : matt smith.
ϟ MULTICOMPTE : aucun.
ϟ DISTRICT : d.3. (jadis) capitole.
ϟ AGE : vingt sept ans.
ϟ METIER : muet.
ϟ LIFESTYLE : oui, c'est difficile.
ϟ MONEY : 140 Meetra et 4 Tribe
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : TAKE CARE
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: Adrianna ◊ love is weakness   Ven 5 Déc - 0:19
    Hey ! Bienvenue !! <3
    Bonne chance pour la suite de ta fiche !! =^-^=
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 03/12/2012
ϟ MESSAGE : 59
ϟ AVATAR : Steven R. McQueen
ϟ MULTICOMPTE : Maël A. Reh
ϟ DISTRICT : District Sept
ϟ AGE : 18 ans
ϟ METIER : Bûcheron
ϟ LIFESTYLE : difficiles
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : contre
ϟ COMPÉTENCES : SOLDIER
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: Adrianna ◊ love is weakness   Ven 5 Déc - 14:33
Bienvenuuuuue

_________________

Les mortels sont égaux : ce n’est point la naissance, C’est la seule vertu qui fait leur différence. C’est elle qui met l’homme au rang des demi-dieux ; Et qui sert son pays n’a pas besoin d’aïeux.

(c) Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 26/02/2012
ϟ MESSAGE : 1155
ϟ AVATAR : Liam Hemsworth
ϟ DISTRICT : Originaire du 4, il est est actuellement un fugitif dans le 13.
ϟ AGE : 25 ans. Il a gagné la 64ème édition des jeux à 14 ans.
ϟ METIER : Il est assigné à l'intendance dans le 13, en cuisine.
ϟ LIFESTYLE : Le niveau de vie est correct et surtout équitable à chaque habitant, merci le 13. Mais sachant qu'il est un vainqueur et qu'il est originaire d'un district assez riche, il n'a jamais eu à se plaindre.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : SURVIVOR
MODÉRATEUR DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: Adrianna ◊ love is weakness   Ven 5 Déc - 16:44
Owiiii ce PV est trop cooool /o/ Bienvenue I love you

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Adrianna ◊ love is weakness   Ven 5 Déc - 21:00
Bienvenue sur le forum Smile bon courage pour ta fiche o/
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 04/12/2014
ϟ MESSAGE : 52
ϟ AVATAR : Gemma Arterton (c) fae, tumblr, alpacinoz
ϟ DISTRICT : Treize depuis dix ans déjà, bien que le Cinq demeure à jamais dans son coeur.
ϟ AGE : Trente ans
ϟ METIER : Ingénieur en énergie
ϟ LIFESTYLE : À l'abri dans un bunker, là où il y a tout, sauf ce qui lui manque le plus. En tant qu'épouse d'un des membres les plus influents du district et elle-même responsable du gérénateur central, sa place semble enviable ; Adi est cependant enceinte de quelques semaines, ce qu'elle cache à son époux, de même que son projet de rentrer au Cinq.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : PROTECTOR
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: Adrianna ◊ love is weakness   Sam 6 Déc - 10:30
Merci tout le monde !

_________________

that's all i ask of you
And I love you, I swear that's true. I cannot live without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 21/11/2014
ϟ MESSAGE : 27
ϟ AVATAR : Jude Law
ϟ DISTRICT : Capitole
ϟ AGE : 38 ans
ϟ METIER : Hôte du District
ϟ LIFESTYLE : Il y a tout pour une belle vie et pourtant ces jours il les passe dans une prison dorée.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : indécis
ϟ COMPÉTENCES : PROTECTOR
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: Adrianna ◊ love is weakness   Sam 6 Déc - 11:10
Bienvenue toi What a Face

Et bonne chance pour cette fiche cheers

_________________

La Douleur s'impose
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 04/12/2014
ϟ MESSAGE : 52
ϟ AVATAR : Gemma Arterton (c) fae, tumblr, alpacinoz
ϟ DISTRICT : Treize depuis dix ans déjà, bien que le Cinq demeure à jamais dans son coeur.
ϟ AGE : Trente ans
ϟ METIER : Ingénieur en énergie
ϟ LIFESTYLE : À l'abri dans un bunker, là où il y a tout, sauf ce qui lui manque le plus. En tant qu'épouse d'un des membres les plus influents du district et elle-même responsable du gérénateur central, sa place semble enviable ; Adi est cependant enceinte de quelques semaines, ce qu'elle cache à son époux, de même que son projet de rentrer au Cinq.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : PROTECTOR
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: Adrianna ◊ love is weakness   Sam 6 Déc - 16:25
Merci toi What a Face ♥️

_________________

that's all i ask of you
And I love you, I swear that's true. I cannot live without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 04/12/2014
ϟ MESSAGE : 52
ϟ AVATAR : Gemma Arterton (c) fae, tumblr, alpacinoz
ϟ DISTRICT : Treize depuis dix ans déjà, bien que le Cinq demeure à jamais dans son coeur.
ϟ AGE : Trente ans
ϟ METIER : Ingénieur en énergie
ϟ LIFESTYLE : À l'abri dans un bunker, là où il y a tout, sauf ce qui lui manque le plus. En tant qu'épouse d'un des membres les plus influents du district et elle-même responsable du gérénateur central, sa place semble enviable ; Adi est cependant enceinte de quelques semaines, ce qu'elle cache à son époux, de même que son projet de rentrer au Cinq.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : PROTECTOR
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: Adrianna ◊ love is weakness   Jeu 11 Déc - 21:38
Bonsoir tout le monde, désolée du DP, c'était juste pour prévenir : mon histoire est quasiment bouclée, je la finis demain sans faute avec dans la foulée la troisième partie de ma fiche Smile


Merci pour votre patience ♥️

_________________

that's all i ask of you
And I love you, I swear that's true. I cannot live without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 06/12/2014
ϟ MESSAGE : 46
ϟ AVATAR : Matt Lanter
ϟ DISTRICT : Quatre
ϟ AGE : Vingt et un ans
ϟ METIER : Ouvrier sur le chantier naval
ϟ LIFESTYLE : C'est suffisant pour survivre
ϟ MONEY : 60 Meetra
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : PROTECTOR
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: Adrianna ◊ love is weakness   Lun 15 Déc - 11:50
Gemmaaaaaaaa

Bienvenue sur DOF et bon courage pour la fin de ta fiche :3

_________________
payback
there is nothing worse than to be betrayed by someone you deeply love and when it happens, you can't forget or forgive. You just wish and wait for payback.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 04/12/2014
ϟ MESSAGE : 52
ϟ AVATAR : Gemma Arterton (c) fae, tumblr, alpacinoz
ϟ DISTRICT : Treize depuis dix ans déjà, bien que le Cinq demeure à jamais dans son coeur.
ϟ AGE : Trente ans
ϟ METIER : Ingénieur en énergie
ϟ LIFESTYLE : À l'abri dans un bunker, là où il y a tout, sauf ce qui lui manque le plus. En tant qu'épouse d'un des membres les plus influents du district et elle-même responsable du gérénateur central, sa place semble enviable ; Adi est cependant enceinte de quelques semaines, ce qu'elle cache à son époux, de même que son projet de rentrer au Cinq.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : PROTECTOR
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: Adrianna ◊ love is weakness   Lun 15 Déc - 14:03
Merci Seb'

_________________

that's all i ask of you
And I love you, I swear that's true. I cannot live without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 04/12/2014
ϟ MESSAGE : 52
ϟ AVATAR : Gemma Arterton (c) fae, tumblr, alpacinoz
ϟ DISTRICT : Treize depuis dix ans déjà, bien que le Cinq demeure à jamais dans son coeur.
ϟ AGE : Trente ans
ϟ METIER : Ingénieur en énergie
ϟ LIFESTYLE : À l'abri dans un bunker, là où il y a tout, sauf ce qui lui manque le plus. En tant qu'épouse d'un des membres les plus influents du district et elle-même responsable du gérénateur central, sa place semble enviable ; Adi est cependant enceinte de quelques semaines, ce qu'elle cache à son époux, de même que son projet de rentrer au Cinq.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : PROTECTOR
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: Adrianna ◊ love is weakness   Mar 16 Déc - 21:11
Merci Hadès pour la validation **

_________________

that's all i ask of you
And I love you, I swear that's true. I cannot live without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 18/02/2012
ϟ MESSAGE : 1384
ϟ AVATAR : Jennifer Lawrence
ϟ MULTICOMPTE : A. Hadès Yaxley / Daniel Brunet
ϟ DISTRICT : District 12 actuellement prisonnière du 11
ϟ AGE : 21 ans
ϟ METIER : en fuite
ϟ LIFESTYLE : Difficiles mais subvient à ses besoins
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : HUNTER
ADMINISTRATRICE DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: Adrianna ◊ love is weakness   Mar 16 Déc - 21:17
OUPS ERREUR DE FORMULAIRE Wink


WELCOME, WELCOME



Bienvenue officiellement parmi nous !


Maintenant que tu as été validé, quelques petites choses essentielles à faire. N'oublie pas d'aller te recenser dans ces sujets, le registre de Population étant obligatoire.  N'hésite surtout pas à passer sur le flood, ne serait-ce que pour tisser des liens, que tu recenseras ensuite, ici. N'oublie pas de créer le répertoire de tes sujets rps, et la partie autobiographie est à ta disposition si jamais tu souhaites développer le passé de ton personnage autrement qu'en RP.

Nouveau dispositif pour vous aider à RP ensemble de façon originale, les sujets express ! N'hésitez pas à vous inscrire.

Aussi, dès que tu postes un rp ou accomplis une action dans la liste, n'hésite pas à venir réclamer ton argent ici. Une action extrêmement importante pour la suite, car cela te permettra d'obtenir des avantages non négligeables en cette période de crise.

N'hésites pas à prendre connaissance des RÉSUMÉS DES ÉPISODES PRÉCÉDENTS (intrigues) qui sont à ta disposition.  Ils expliquent toutes les intrigues depuis le début de l'ouverture du forum, et sont donc très importants puisqu'il s'agit de l'Histoire de Panem. Actuellement une nouvelle INTRIGUE a débuté, n'hésitez pas à nous rejoindre en RP !

Enfin, une explication du nouveau mode de fonctionnement des districts se trouve ICI.


BON JEU PARMI NOUS !        




_________________

MY BROTHER DIED FOR US. FOR FREEDOM.
There’s a limit to your love like a waterfall in slow motion like a map with no ocean. There’s a limit to your love your love, your love, your love.  There’s a limit to you care, so carelessly there, is it truth or dare. There’s a limit to your care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
IDENTIFICATION PASS

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Adrianna ◊ love is weakness   
Revenir en haut Aller en bas
 

Adrianna ◊ love is weakness

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Adrianna ◊ love is weakness
» jonas lafayette ► love is weakness
» Leroy J. Jackson ㄨ Magic is power, love is weakness.
» Regina Mills + love is weakness, unless if it is returned.
» Evanora Zelena West ~ The Wicked Witch " Love is weakness "
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daughter of Fire :: you trying to protect me-
Sauter vers: