Partagez | 
 

 Une amie, une confidente. Un peu de réconfort dans une vie morbide. [Gaby L Tonkins] [SAISON 1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Une amie, une confidente. Un peu de réconfort dans une vie morbide. [Gaby L Tonkins] [SAISON 1]   Lun 6 Aoû - 23:17
Rosalina ne voulait pas y aller. Obligée qu’elle était à aller aux diners organisés par le Capitol. Elle serait comme toujours exhibée, montrée comme une pierre précieuse. Elle secoua la tête. Là, devant son miroir, elle ne voyait plus qu’une poupée fragile, obéissante. Ses cheveux étaient lâchés, de légères boucles encadrant son visage. Un léger maquillage faisait ressortir ses yeux et ses lèvres dorés. Rosalina n’était pas comme tous ses capitoliens qui s’ennuyaient tellement dans leur vie jusqu’à changer complétement de tête par chirurgie esthétique. Elle ne s’habillait pas de vêtements excentriques. Elle aimait les choses simples, la tranquillité de son district, le calme de ses forêts. Le Capitol était tout ce qu’elle détestait. Le bruit, la foule, la trop grande richesse. Elle ferma les yeux pendant quelques instant avant de les rouvrir et de se lever, sa robe suivant son mouvement fluide et gracieux. Respirant profondément, elle entra dans la salle bondée.

La pièce était spacieuse, des chaises, des tables qui devaient couter très chère. Et des gens. Des gens. Des gens. Rosalina se sentit défaillir. Son cœur se serra. Elle ne pouvait plus respirer. Est-ce que ce soir serait un nouvel enfer ? C’était toujours la question première qu’elle se posait lorsqu’elle assistait à ce genre de diner. Le premier homme qui venait la voir, ce serait avec lui qu’elle passerait la nuit. Alors elle attendit serrant dans ses mains longues et fines son collier que son grand père lui avait offert. Elle pouvait sentir sa présence bien qu’il fut dans le sept. Quand elle était revenue des jeux victorieuse, son grand père l’avait serré dans ses bras tellement fort ! Un vrai câlin rassurant. Il voulait dire « tu es rentrée ma petite fille et jamais plus il ne t’arrivera quelque chose ! ». Mais son grand père n’était pas médium. Et Rosalina ne lui disait pas ce qui se passait pendant ses grands séjours dans le Capitol. Au fond, elle serait toujours fragile et sans défense. Reprenant ses pensées, la gagnante scruta la salle. Elle ne voulait pas avancer. Ce serait encore et toujours des questions sur son ressentit sur les jeux qu’elle avait vécu. Des félicitations. Des regards d’envie. Elle ne souhaitait plus qu’on lui parle de ce souvenir ! Elle en faisait des cauchemars la nuit, n’était-ce pas suffisant ? Mais non, ce n’était pas suffisant. Rosalina considérait qu’elle devait être punie pour avoir pris la vie d’un autre. C’était la seule explication, le seul sens qu’elle pouvait maintenant donner à sa vie. Sa vie avait pris un tournant irrémédiable, plein de souffrance, plein de tristesse. Elle ne pouvait même pas se mettre en colère. La colère ne sortait pas. Elle avait appris à intérioriser. A garder pour elle. Et ça faisait mal ! Si seulement elle pouvait en parler à quelqu’un ? Mais même à Zadig elle n’arrivait pas à tout lui dire. Elle était seule à présent dans sa tête. Elle ne voyait plus la foule, n’entendait plus les cris. Puis, avisant une chaise en retrait, elle s’assit dessus. De son point de sa place, elle pouvait observer les gens sans que ceux-ci ne la dérange. Quelques fois, elle détestait être jolie et regardée.

Soudain, elle reconnut une silhouette fine et gracieuse. De longs cheveux bouclés, blonds. Et la silhouette se retourna. Elle reconnut Gaby.
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 26/02/2012
ϟ MESSAGE : 361
ϟ AVATAR : Tom Hiddleston.
ϟ DISTRICT : Originaire du district 7.
ϟ AGE : 31 ans.
ϟ METIER : Vainqueur, il n'a plus besoin de travailler. Il exerce son "talent" comme on le lui demande.
ϟ LIFESTYLE : Il n'est pas à plaindre, au contraire.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : indécis
ϟ COMPÉTENCES : PROTECTOR
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: Une amie, une confidente. Un peu de réconfort dans une vie morbide. [Gaby L Tonkins] [SAISON 1]   Jeu 9 Aoû - 22:00


Friendship never ends.



Peu de personnes du district 11 avaient la chance de voir le Capitole, ne serai-ce qu'une fois dans leur misérable vie. Soit ils y allaient en tant que participant aux Hunger Games, soient car ils avaient tout simplement un travail qui les obligeait à s'y rendre. Là encore, le dernier cas de figure était plutôt inhabituel. Rares étaient ceux qui avaient un travail autre que cueilleur ou trieur de fruit. Cependant, bien qu'elle travaillait également dans les champs, Gaby avait aussi, grâce à Emma, une excellente amie, un boulot de danseuse dans certaines soirées huppées du Capitole. La danse, c'était sa passion. Et voyager, elle adorait ça. Jamais elle n'aurait cru être aussi chanceuse. En ce jour, elle était en déplacement, pour son boulot là, justement, et il s'avérait qu'elle avait encore un peu de temps avant de monter sur scène, un autre groupe étant censé se représenter avant le sien. On lui avait donc prêté une robe de soirée, pour qu'elle puisse se noyer dans la foule des invités, avant de finalement se préparer pour monter sur scène. Cela lui laissait une petite demi-heure au milieu des Capitolins mondains, habillés outrageusement, tandis qu'elle, avec sa toilette simple, ses cheveux blonds et son manque total de maquillage, elle passerait pour une fille très simple, presque terne. En même temps, avec leurs couleurs éclatantes, difficile de faire plus banale qu'une peau simplement blanche et des cheveux naturellement blonds comme les blés. Avec sa naïveté extrême, elle ne se sentait cependant pas mal dans cette univers. Elle était impressionnée, comme toujours, avait une infime impression de ne pas être à sa place, mais elle n’étouffait pas non plus.

Elle refusa la nourriture qu'on lui proposait, et le champagne également. Elle ne voulait pas manger jusqu'à vouloir prendre ces petites boissons pour vomir. C'était totalement choquant, ce genre de pratique. Un sandwich tout simple lui avait suffit, et elle ne voulait rien avaler de plus, en pensant à ses petits-frères qui ne mangeaient pas grand chose, dans ce district, en ce moment même. Ephram non plus d'ailleurs. Quant à l'alcool, même s'il s'agissait d'une banale coupe de champagne, elle ne pouvait pas s'y résoudre. Avec un père alcoolique qui vous frappe sous l'emprise d'une trop forte dose de whisky, vous feriez la même chose.

Elle se contentait d'observer, prenant bien soin de ne se mêler à aucune conversation. Après tout, ces gens là étaient tellement sans gênes et incroyablement bavards, qu'ils pouvaient lui tenir la jambe pendant très longtemps: elle en avait déjà fait l’expérience, et ne désirait pas vraiment recommencer. Au bout d'une quinzaine de minutes, elle avait déjà hâte d'aller en coulisses, pour se maquiller et se vêtir de son costume. Puis soudain, comme par instinct, elle fit volte-face pour observer autour d'elle, et reconnut Rosalina, une fille qu'elle appréciait énormément. Elle se rua vers cette-dernière, qui était assise sur une chaise, visiblement en proie à un certain ennui. Souriant pour lui redonner la pêche, elle se pencha pour la prendre dans ses bras, le plus doucement possible. C'était ça, la force de Gaby; sa naïveté, sa spontanéité. D'une soudaine bonne humeur, à la vue de cette amie qui lui manquait tant lorsqu'elle se trouvait dans le 11, le visage de Gaby s'illuminait totalement. Au bout de quelques secondes, elle rompit leur étreinte, et observa quelques instants son amie. « Tu es vraiment magnifique! » la complimenta t-elle, en s'asseyant à ses côtés, ne disant que la simple et pure vérité. Vraiment, Rosalina était splendide, ce soir comme toutes les autres fois où elle l'avait vue. « Bon sang, ce que ça fait du bien de te revoir! » ajouta t-elle ensuite, très heureuse de cette rencontre. Rosalina était un peu le modèle de la Gaby. Elle avait survécu aux jeux, et parfois, lorsque Gaby avait peur d'être choisie, vu le nombre de Tesserae qu'elle avait, elle pensait à Rosalina, et sa victoire, et elle éprouvait une certaine force, au fond de son ventre. Elle était un modèle à suivre, une confidente, une amie fidèle.


_________________

    Celui qui recherche la vengeance devrait creuser deux tombes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une amie, une confidente. Un peu de réconfort dans une vie morbide. [Gaby L Tonkins] [SAISON 1]   Jeu 9 Aoû - 22:44

Rosalina sentit des bras doux comme la neige la prendre dans ses bras. Un câlin d’une personne qui ne vous veut aucun mal cela faisait du bien. Ecouter un cœur qui bat. Rosalina regarda Gaby. Une retrouvaille voilà ce que c’était. Elle n’avait pas compté le temps qui l’avait séparé de cette jeune fille frêle et gracieuse. Elle se souvint de leur rencontre lors de sa tournée de sa victoire. Gaby était là, dans la foule, jolie petite blonde timide. Et Rosalina avait tout de suite eu un coup de cœur. Elle savait qu’elles s’entendraient bien. Alors après son discours qui semblait tellement hypocrite et qui sortait de ses lèvres tout seul, elle entreprit d’aller la voir. Comme ça. Elles ne se connaissaient pas mais le destin les avait réunis. L’étreinte s’éteignit comme on éteint une bougie. Les bras de la danseuse retrouvèrent leur place le long du corps de leur propriétaire. Rosalina releva la tête pour contempler le doux visage de Gaby.

-« Tu es vraiment magnifique ! »

Une pause.

-« Bon sang, ce que ça fait du bien de te revoir! ».

Rosalina sourit. Douce, gentille, naïve, Gaby était tout ce que Rosalina était. Une personne magnifique qui souffrait d’un grand manque de confiance en elle. La fleur observa la salle de son regard lumineux. Il ne fallait que l’on dérange cette entrevue. Elle sentit un sentiment depuis longtemps oublié. Une joie intérieure. Elle sut que cette joie ne s’enlèverait pas de son cœur ce soir. Car l’homme inconnu qu’elle attendait n’était pas venu, Dieu lui avait envoyé un ange au lieu d’un monstre. C’était au tour de Rosalina de prendre Gaby dans ses bras. Sa robe coula le long de ses cuisses lorsqu’elle se leva. Mettant sa tête dans le cou de Gaby, Rosalina respira son parfum. Un geste très intime. Mais Rosalina s’en fichait ! Elle lui sourit de son sourire sincère, heureux.

-« Je ne savais pas que tu étais là ! Ma soirée rayonne grâce à toi ! Merci ! »

Les mots fusèrent comme ça. Sans fioritures, sans hypocrisie dont la pauvre Rosalina était incapable. Elle pensait à Gaby en disant cela, à la personne qu’elle était. Et elle pensa aux Hunger Games. Aux prochains qui arrivaient à toute allure. Relevant son visage, les cheveux bruns de Rosalina coulèrent le long de sa nuque puis de son dos. Elle voulait voir le visage de Gaby, le rassurer. Lui dire que tout irait pour le mieux ! Elle souhaiter lui dire que les jeux n’étaient pas si difficiles que ça en fait. Mais Rosalina était incapable de mensonge. Elle ne pouvait enjoliver la réalité. Tous les gens savaient, voyaient les Hunger Games ! Si elle perdait Gaby, elle perdait une amie chère à son cœur, une confidente. Ni tenant plus, Rosalina entreprit de chercher du regard l’organisateur de la fête. Elles partiraient sur le champ. Elle emmènerait Gaby dans un coin. Elle devait lui dire ce qui se passerait, lui donner des conseils ! Après elle ne pourrait plus le faire. Elle faisait partie du district 7 pas du district 11. L’ayant vu, Rosalina s’excusa auprès de Gaby qu’elle tenait toujours dans ses bras. Elle appela à petite voix l’organisateur et lui demanda l’autorisation de partir avec une danseuse en l’assurant de revenir pour le clou final de la fête. Celui-ci se montra plutôt surprit. Il essaya tant bien que mal de s’opposer à ce genre de décision. Rosalina, elle, ne pensait à rien d’autre que de partir avec Gaby pour échanger certaines choses qui se font en privé. Elle ne pensait pas au juge Stanford. Ni au président Snow. Elle n’imagina pas les conséquences de cette décision non plus. Elle voulait juste s’en aller pendant une heure ou deux. C’est alors que l’organisateur lui répondit que oui, elle pouvait partir mais qu’elle devait revenir comme elle l’avait promis ! On ne pouvait se passer d’elle bien longtemps. Une telle beauté ne s’oublie pas ! Rosalina le remercia bien cordialement et, retournant à la place où elle avait trouvé Gaby, la pris par la main et gagna rapidement la porte de sortie pour se retrouver ensuite sur un banc, dans le froid de la nuit.

Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
IDENTIFICATION PASS

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une amie, une confidente. Un peu de réconfort dans une vie morbide. [Gaby L Tonkins] [SAISON 1]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Une amie, une confidente. Un peu de réconfort dans une vie morbide. [Gaby L Tonkins] [SAISON 1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Une amie, une confidente. Un peu de réconfort dans une vie morbide. [Gaby L Tonkins] [SAISON 1]
» [M] David Giuntoli ⊰ Partenaire, confident, meilleur ami et autres liens
» (f) troian bellisario → ma soeur, ma confidente, ma meilleure amie
» recherche amie
» Amie, ennemie...[Victoire+Marianne] - [terminé]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daughter of Fire :: saison un, anciens RP-
Sauter vers: