Partagez | 
 

 ROWAN&DEAN △ the queen of subtleties [SAISON 1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 18/02/2012
ϟ MESSAGE : 1384
ϟ AVATAR : Jennifer Lawrence
ϟ MULTICOMPTE : A. Hadès Yaxley / Daniel Brunet
ϟ DISTRICT : District 12 actuellement prisonnière du 11
ϟ AGE : 21 ans
ϟ METIER : en fuite
ϟ LIFESTYLE : Difficiles mais subvient à ses besoins
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : HUNTER
ADMINISTRATRICE DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: ROWAN&DEAN △ the queen of subtleties [SAISON 1]   Mar 12 Juin - 20:06


don't you have memories of us ?
Elle errait entre les décombres, incapable d'agir, de faire autre chose que de contempler les ruines de ce qui avait été sa vie. La maison était partie en flammes en quelques minutes, il avait fallu seulement un quart d'heure avant que la maison ne s'écroule. Il faisait nuit et Rowan errait tel un fantôme dans les ruines de ce qui avait été autrefois sa maison. Comment avaient-ils pu faire cela ? Pourquoi ? Cette chasse aux sorcières aurait-elle une limite ? Elle n'était en rien mêlée à l'attentat du Capitole et pourtant c'était aux rebelles et par extension à elle, la dernière Morgenstern vivante, que l'on attribuait "l'accident" qui avait troublé la cérémonie d'hommage aux tributs disparus. En guise de représailles les Pacificateurs étaient venus et la maison dans laquelle elle avait grandi avait été livrée aux flammes. Elle était dans les bois lorsque l'odeur de fumée et les volutes noires avaient alertés ces sens. Elle avait couru à travers bois, comme un lapin, et s'était immobilisée dans l'ombre protectrice des arbres. Elle avait assistée  au massacre de ses souvenirs d'enfance en spectatrice impuissante. Incapable d'agir, de protéger cette maison qu'elle chérissait tant. Elle n'avait pu qu'observer ses souvenirs avec Owen, son père, sa famille partir en flammes sous les rires gras des pacificateurs. Personne ne les avait empêchés d'agir et parmi eux, à la lueur des flammes elle avait reconnu un visage. Celui de Dean. La colère qu'elle avait ressentie livrait bataille dans son cœur avec l’espoir qui avait grandi en elle depuis leur dernière rencontre. Mais aujourd’hui, aujourd’hui elle n’était plus sûre de rien. Elle se baissa et ramassa dans les décombres un morceau de verreries sur lequel les rayons de lunes se reflétaient. La rage la mit en branle. Elle ne voyait qu’une manière d’être fixée. Après tout, c’était un moyen comme un autre de savoir à quoi s’attendre avec lui. Quoi qu’il arrive la brune arriverait à ses fins : il lui reviendrait ou elle serait envoyée au Capitole.

(…)

Elle se glissa silencieusement par une porte fenêtre ouverte. Quelque part dans l’une des salles du hall de Justice, se tenait une réunion, les voix n’étaient pas totalement étouffées par les portes closes. Un couteau dans la main elle se glissa sans un bruit parmi les ombres. Elle progressa méthodiquement, sachant que Dean était hébergé ici avec les autres Pacificateurs afin d’assurer la protection des habitants « riches » de la ville, qui vivaient non loin. Elle connaissait les lieux pour avoir pénétrée trois fois dans cet édifice, à chaque fois il avait s’agit de faire des adieux déchirants à ceux qu’elle aimait. Les appartements des Pacificateurs se trouvaient probablement dans l’aile ouest, la plus éloignée des salles d’apparats. Tout était paisible dans la chambre dans laquelle elle se glissa, des respirations régulières montaient des couchettes. Trouver Dean ne lui fut pas difficile, tout comme glisser sa lame contre sa gorge et plaquer sa main contre sa bouche pour l’empêcher de donner l’alerte. « Ne bouge pas. » Souffla-t-elle. « Suit moi. » Aussi silencieuse qu’une ombre la pression sur sa gorge et sa bouche se relâcha, tout aussi discrètement qu’elle était rentré elle s’éloigna des Pacificateurs endormis. Arrivée à la porte elle hésita à se retourner. Il n’avait pas encore donné l’alerte. Peut-être avait-il encore des souvenirs « d’eux » ?



_________________

MY BROTHER DIED FOR US. FOR FREEDOM.
There’s a limit to your love like a waterfall in slow motion like a map with no ocean. There’s a limit to your love your love, your love, your love.  There’s a limit to you care, so carelessly there, is it truth or dare. There’s a limit to your care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: ROWAN&DEAN △ the queen of subtleties [SAISON 1]   Mer 13 Juin - 14:27

don't you have memories of us ?
Il n'avait pas été celui qui avait donné l'ordre. Après tout, il n'était que second. Mais quelle n'était pas sa joie, perverse et tout sauf saine, lorsqu'il avait appris qu'on allait s'attaquer à la maison de la Morgensten. Depuis leur dernière rencontre, les sentiments qui l'animaient à son égard avaient beaucoup changé. Jusqu'à se fixer. Tout ce qu'elle lui avait raconté n'était que mensonge, et ce baiser .. De la pure manipulation. Et Dean était au dessus de ça, bien au dessus. Ainsi, il s'était joint à la mêlée des Pacificateurs en route vers la Veine où toutes les habitations se trouvaient. Il était passé devant sa propre maison sans ciller, sans même lui accorder un regard. Dean était parti, en voyage pour quelques temps. Seul le pacificateur, fort, courageux, et aussi cruel se trouvait en lui, et lorsqu'il vit les flammes crépiter et jaillir, il ne put que sourire. Mais au bout de quelques secondes, son visage se craquela, son sourire s'abaissa quelque peu. était-il vraiment heureux ? Heureux d'assister à cette destruction de ce qui faisait part de ses propres souvenirs ? Non. C'était ce qu'il aimait se dire, pour ne pas se sentir coupable. Bien heureusement, elle n'était pas chez elle lorsque tout cela était arrivé. Dean se doutait qu'ils n'auraient tout de même pas hésiter à mettre le feu à l'habitation, même s'il y avait quelqu'un à l'intérieur. Mais se serait-il rué dans les flammes pour la prendre dans ses bras et la sortir de là ? Non. Il ne fallait pas penser aux « et si », surtout dans sa situation. Tout cela était trop douloureux, trop dur. Et lorsqu'il ne restait que des cendres, il revint en compagnie des autres jusqu'à au palais de justice. C'était ici qu'il vivait en compagnie de tout le monde. S'il était resté habitant de la Veine, s'il avait viré rebelle, il aurait sûrement organisé un quelconque attentat contre le bâtiment qui contenait toute la « police » du district. Mais sûrement qu'ils avaient peur des remontrances du Capitole si quelque chose de ce genre de produisait. Ils avaient raison. Le Capitole était sans pitié.

[…]

Une main se plaqua contre sa bouche. Il essaya de respirer mais n'y arriva point, sentant en plus de ça, la lame contre sa gorge. C'était fini. On le tuerait, dans quelques secondes. Peut-être que c'était mieux ainsi. « Ne bouge pas. » Ses yeux s'écarquillèrent. Comment avait-elle réussi à se faufiler jusqu'ici ? Il eut envie de tourner la tête pour que ses soupçons soient renforcés mais la lame était toujours pressée contre sa gorge. Un faux mouvement et il saignerait sur son oreiller. « Suit moi. » Et tout se relâcha. Était-ce un rêve ? Ou plutôt, un cauchemar ? Il resta quelques moments immobile sur sa couchette avant de regarder à côté de lui et de la voir de dos, près de la porte. Il devrait surement sonner l'alarme, juste un cri et elle serait arrêtée. Une force seulement l'obligeait à rester silencieux, et à simplement se glisser en dehors de sa couchette, d'enfiler silencieusement des habits de civil et de la suivre. Où voulait-elle aller ? Était-elle suicidaire? L'endroit grouillait de pacificateurs. Arrivant à côté d'elle, il rouvrit la porte et se glissa à l'extérieur, s'attendant à ce qu'elle le suive. Il ne savait où aller. Les couloirs étaient vides et silencieux. Dean se rappela qu'une réunion à laquelle il n'avait pas été invité se passait : ils ne seraient donc sûrement pas dérangés. « Rowan » chuchota-t-il « Tu es folle de venir ici. Tu .. » Il fronça les sourcils. Sans réfléchir, il lui attrapa la main et l'attira dans une pièce qu'il savait vide et inutilisée. Quelques couloirs plus tard, il poussa la porte et attira la jeune femme à l'intérieur. « Je ne veux pas te voir. » dit-il en lui tournant le dos. Il aurait pu l'ignorer dès le début, se contredisant ainsi sans s'en rendre compte.


Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 18/02/2012
ϟ MESSAGE : 1384
ϟ AVATAR : Jennifer Lawrence
ϟ MULTICOMPTE : A. Hadès Yaxley / Daniel Brunet
ϟ DISTRICT : District 12 actuellement prisonnière du 11
ϟ AGE : 21 ans
ϟ METIER : en fuite
ϟ LIFESTYLE : Difficiles mais subvient à ses besoins
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : HUNTER
ADMINISTRATRICE DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: ROWAN&DEAN △ the queen of subtleties [SAISON 1]   Ven 6 Juil - 15:37

don't you have memories of us ?
Elle avait contemplée le feu de loin. Ils avaient mis le feu à ses souvenirs, à tous les endroits dans lesquels elle avait vécue des moments heureux en compagnie des siens. Lui prendre sa famille n’avait pas été suffisant. Ils ne s’arrêteraient jamais. Déjà on l’accusait d’être à la source de l’attentat du Capitole, c’était la rumeur qui courait actuellement au sein des Districts. On prétendait que la jeune Morgenstern avait été vu dans plusieurs autres Districts, gonflant d’espoirs et de haine le cœur de ceux que la mort tragique d’Arabella et Owen avait tiré de leur torpeur. Elle représentait l’ennemi à abattre. Le dernier symbole vivant de la Rébellion. Un statut qu’elle ne demandait en rien. Elle ne vivait que pour protéger son neveu, Jace était sa seule raison de rester en vie, de ne rien tenter contre le Capitole. Ses rumeurs étaient ridicules. Elle se trouvait toujours dans le 12. Rien ne justifiait l’incendie de son ancienne maison. Rien. Elle ne demandait qu’à être oubliée. Elle ne voulait représenter un espoir pour personne. Elle n’était qu’une jeune femme qui avait apprit à survivre. Rien d’autre. Elle payait aujourd’hui des actes qu’elle n’avait pas commis ni prémédités. Le Capitole n’avait que faire de la justice. Il voulait l’obéissance aveugle, la terreur brute. Rien d’autre. Et tandis qu’elle contemplait les flammes de ses souvenirs grandirent dans la pénombre la colère embrasa son âme. Ce soir, elle serait fixée sur son avenir.

[…]

Elle avait prouvé de nombreuses fois ses qualités de chasseur, silencieuse et rapide elle se déplaçait dans un murmure, attentive au moindre de ses gestes. S’introduire dans l’hotel de justice était dangereux, extrêmement risqué pour elle. Si le Capitole faisait d’elle sa prisonnière elle laisserait un enfant, un ancien amant derrière elle. Deux êtres qui a leur façon avaient besoin d’elle, autant qu’elle avait besoin d’eux. Pire, si elle était prise ce soir, l’âme de Dean serait perdue à jamais. Elle le sentait. « Rowan. Tu es folle de venir ici. Tu .. » Il n’a pas crié. Tel était la pensée qui tournait encore et encore dans son esprit tandis qu’il l’entrainait d’un couloir à un autre. Il n’avait pas crié. Pourtant elle avait vu le sourire réjouit qu’il affichait lors de l’incendie de sa maison. On ne pouvait feindre une telle joie perverse. Elle ne le comprenait pas, elle ne le comprenait plus. Elle l’avait embrassée. Autant pour le faire redevenir lui-même que parce quelque chose de l’enfant amoureuse qu’elle avait été autrefois l’avait poussé à le faire. « Je ne veux pas te voir. » Elle ne supportait pas sa lâcheté, il était incapable de la regarder en face pour proférer de telles inepties. Elle s’avança et l’attrapant par l’épaule le força à se retourner. Elle portait encore sur son visage des traces de l’incendie, suie, les traces des larmes qu’elle avait versées ayant creusées des sillons dans ce « masque » grotesque. Elle le dévisagea longuement. « Alors pourquoi m'avoir conduite ici. Tu n'avais qu'a crié et j'aurais disparu de ta vie pour être envoyée au Capitole... Tu y a pris du plaisir n’est-ce pas ? A les aider à brûler notre maison. Tu n’as donc aucun respect pour ma famille, pour mon frère, pour moi. On ne représente rien à tes yeux ? Rien ? »




_________________

MY BROTHER DIED FOR US. FOR FREEDOM.
There’s a limit to your love like a waterfall in slow motion like a map with no ocean. There’s a limit to your love your love, your love, your love.  There’s a limit to you care, so carelessly there, is it truth or dare. There’s a limit to your care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: ROWAN&DEAN △ the queen of subtleties [SAISON 1]   Dim 8 Juil - 16:47

don't you have memories of us ?
Il devait rester fort. Pour Rowan et bien sûr pour lui même, qui ne cessait de changer au gré des paroles de la jeune femme. Il avait déjà contredit tous ses précédents mots en l'amenant dans cette pièce, en ne sonnant pas l'alarme. Pourtant, elle aurait pu être arrêtée. Là. Et il n'aurait plus jamais entendu parler d'elle après sa torture et sa mise à exécution. Sa tête était mise à prix. Il aurait sûrement été promu chef d'escadron si on lui avait attribué la capture de la Morgensten. Mais est-ce que l'ancien Dean était toujours là dedans ? Est-ce qu'il espérait au fond qu'il pourrait se racheter en épargnant la vie de la jeune femme dont il était autrefois amoureux ? Non. Il ne fallait rien espérer, ne pas avoir d'espoir. Le capitole lui avait appris que les choses étaient toujours les mieux telles qu'elles étaient à présent. Que les jeux étaient le bien. Que le Capitole était le bien. Et le Capitole haïssait Rowan : lui aussi devait la haïr. Alors, quand il sentit la main de la jeune femme sur son épaule pour le retourner, il afficha son air le plus dur et froid possible. Mais en apercevant son visage, il ne put s'empêcher de laisser ses sourcils cesser de se froncer et d'arborer une figure surprise, à moitié. Comme si à chaque fois, il oubliait à quoi elle ressemblait. Elle n'était plus la petite fille qu'il protégeait jadis, non : elle était femme. Elle se tenait devant lui et avait eu du courage pour venir jusqu'à ici, sans qu'il lui eut demandé. Il était quelque peu admiratif, mais ne le laissait pas paraître. Elle était toujours la rebelle, la fugitive, la criminelle. Celle dont on voulait extirper toutes sortes d'informations que Dean ne connaissait même pas. Et ainsi, il resta silencieux tandis qu'elle le dévisageait comme si elle essayait de trouver quelque chose dans son expression. Non. Il n'était pas si sensible, et on ne pouvait pas lire dans lui comme dans un livre ouvert. En tout cas, il l'espérait.

« Alors pourquoi m'avoir conduite ici. Tu n'avais qu'a crié et j'aurais disparu de ta vie pour être envoyée au Capitole... Tu y a pris du plaisir n’est-ce pas ? A les aider à brûler notre maison. Tu n’as donc aucun respect pour ma famille, pour mon frère, pour moi. On ne représente rien à tes yeux ? Rien ? » Il ouvrit la bouche, pour tenter de répondre à ces affirmations qui étaient fausses mais .. L'étaient-elles ? Il avait ressenti du plaisir à brûler la maison de la Morgensten. Alors, peut-être qu'il n'avait aucun respect pour sa famille, pour elle. Peut-être qu'elle n'était que cette vermine à éliminer comme on lui avait appris depuis qu'ils avaient cessé de correspondre. Le jeune homme se tourna vers un des murs de la petite pièce et appuya sa tête contre celui-ci, voulant frapper un grand coup de son poing. Mais il ferait du bruit. Et du bruit attirerait du monde. Monde dont il ne voulait pas .. Non, il ne le voulait pas. « Oui, j'y ai pris du plaisir. » Il se laissa aller. Oui. Dire la vérité avait un pouvoir anesthésiant, et bientôt, il reprenait son apparence froide et détachée. Il se retourna vers Rowan et essaya de ne rien laisser paraître dans son regard : il ne ressentait plus rien pour elle. « La seule raison pour laquelle je n'ai encore alerté personne, c'est parce que j'aimerais parler avec toi avant de te remettre à eux. Tu es à moi, mon petit trophée. » Il mentait. Il mentait effrontément et pourtant, semblait persuadé de la sincérité de ses propos. Faisant quelques pas pour se rapprocher de Rowan, il la toisa méchamment. « Détruire tout ce que tu avais m'a fait prendre mon pied comme jamais. Alors, ça te fait quoi ? De n'avoir rien ni personne au monde pour te protéger ? D'être à quelques minutes d'être prise par le Capitole ? D'être torturée, d'être .. » sa voix se cassa. Parce qu'il n'avait pas envie de tout ça, non. IL n'avait pas envie qu'elle souffre, mais les émotions étaient tellement conflictuelles en lui. Entre ce qu'on lui avait appris et ce qui était vrai. Comme quelqu'un dont on avait altéré les souvenirs et qui tentait vainement d'écarter le vrai du faux.

Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 18/02/2012
ϟ MESSAGE : 1384
ϟ AVATAR : Jennifer Lawrence
ϟ MULTICOMPTE : A. Hadès Yaxley / Daniel Brunet
ϟ DISTRICT : District 12 actuellement prisonnière du 11
ϟ AGE : 21 ans
ϟ METIER : en fuite
ϟ LIFESTYLE : Difficiles mais subvient à ses besoins
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : HUNTER
ADMINISTRATRICE DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: ROWAN&DEAN △ the queen of subtleties [SAISON 1]   Dim 15 Juil - 20:06

don't you have memories of us ?
Elle le haïssait à hauteur qu'elle tenait encore à lui. Un attachement viscéral la liait à Dean McAllister. Il représentait une partie de ce passé qu'elle n'était pas prête à abandonner. Un passé qui la retenait ici, dans le District 12 alors que son "destin" semblait l’appeler ailleurs. Elle ne pouvait quitter le Douze. Pas encore. Pas alors que tant de choses étaient incertaines. Comment être certaine que Jace serait en sécurité ? Que quelqu'un veillerait sur lui s'il lui arrivait quoi que se soit ? Comment être certaine que quelqu'un veillerait à ce que Galahad ne s'attire pas d'ennuis ? Qui veillerait sur sa famille une fois qu'elle aurait accomplie sa mission... Si famille il lui restait encore, quelque part au Capitole. Une rage terrible montait en elle. Fulgurante, dévastatrice. Cette arrogance, cette certitude qu'elle lisait dans ses yeux et cette légère étincelle de vérité dans ses yeux. Une part de lui était d'accord avec les paroles qui lui échappaient. Il avait éprouvé une joie certaine à voir ce qui la rattachait à lui flamber cette nuit. Elle le sentait. Elle le haïssait pour cela. Elle haïssait encore plus le Capitole de lui avoir pris tout ce qui comptait pour elle : sa famille, Galahad, Dean. Elle siffla de rage en lui lançant un regard meurtrier. Elle aurait dû planter sa lame dans sa gorge lorsqu'elle en avait eu l'occasion, pensa-t-elle rageusement en contemplant son dos résolument tourné vers elle. Il était incapable de lui faire face pour débiter ses horreurs. Et il en prononça d'autres, cette fois en lui faisant face mais il y avait une contradiction certaine entre les paroles qu'il proférait et la flamme douloureuse dans ses yeux. Elle se maudit d'avoir souhaité qu'il meure et la colère retomba progressivement. "Je vois que tu dis la vérité... En partie. En partie seulement." Murmura-t-elle en reculant légèrement, la proximité de ce corps qu'elle avait autrefois désiré touché lorsqu'elle était adolescente la troublait. Elle ne faisait que difficilement la différence entre le Dean d'autrefois et celui d'aujourd'hui. Entre l'adolescent qu'elle avait connu et l'homme dont elle ignorait tout. Tout ceci la troublait. Elle vivait depuis trop de temps seul. Côtoyer d'autres êtres humains lui devenait difficile. Elle ne se sentait à sa place nulle part. Elle était un danger pour ceux qu'elle approchait. Le Capitole l'accusait de tous les maux : l'attentat, la rébellion. Elle n'était qu'une gamine qui vivait dans les bois bon sang pas le chef d'une rébellion à laquelle elle ne voulait nullement prendre part ! "Ce que pourrait me faire le Capitole... ce n'est rien par rapport à ce que j'endure déjà. Mon frère est mort. Ma famille a été déportée je ne sais où. Mon meilleur ami prends part à ma traque. Mes amis sont interrogés les uns après les autres ! On m'accuse de choses que je n'ai pas pu faire. Je ne suis qu'une chasseresse du Douze pas une terroriste ! Je ne serais même pas comment m'y prendre pour me procurer des explosifs ! Tu crois ses mensonges ? C'est toi qui m'a appris à me battre ! Comment peux-tu croire que je serais capable d'orchestrer quelque chose d'aussi compliquée depuis les bois du Douze !" Elle tournait en rond telle une lionne en cage. Ces paroles n'étaient pourtant que des murmures, elle n'oubliait pas qu'à tout moment elle risquait d'être privée de liberté mais, le jeu en valait la chandelle. Elle avait besoin de Dean. Il lui fallait un allier. Un ami. Un protecteur. Il fallait que quelqu'un veille sur Jace. Plus que jamais sa tête avait un prix. Bientôt elle ne pourrait plus se fier à quiconque. Soudainement elle s'approcha de lui et captura son visage entre ses paumes. "Crie. Si tu as un tant soit peu la certitude que je suis le monstre qu'on dépeint. Crie et met fin à tout cela. Laisse simplement mon neveu tranquille. Assure-toi qu'on le croit mort. Ce n'est qu'un enfant. Un bébé. Il n'a fait de mal à personne. Je suis la soeur d’un traitre. La fille d'un mineur. La belle soeur d'une rebelle. Je mérite ce qui pourrait m'arriver à tes yeux. Mais Jace n'est qu'un bébé. Il n'est une menace pour quiconque. Hors tu as l'ordre de le tuer n'est-ce pas... De nous tuer tous les deux."


_________________

MY BROTHER DIED FOR US. FOR FREEDOM.
There’s a limit to your love like a waterfall in slow motion like a map with no ocean. There’s a limit to your love your love, your love, your love.  There’s a limit to you care, so carelessly there, is it truth or dare. There’s a limit to your care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: ROWAN&DEAN △ the queen of subtleties [SAISON 1]   Mar 17 Juil - 16:26

don't you have memories of us ?
C'était tellement facile. Tellement facile de se faire passer pour le grand méchant loup auprès de la petite fille. Tellement facile de dire que tout était noir ou blanc, et qu'il n'y avait aucunement des teintes de gris. Malheureusement, Dean n'était pas méchant. Il n'était pas gentil non plus. Ces deux mots ne pouvaient pas être donnés à des personnes, puisque chacun avait tellement de facettes. Lui même aurait pu se croire fondamentalement mauvais, à faire brûler la maison de la fille qu'il aimait autrefois, de prendre ce plaisir à voir ses possession et son foyer périr sous les flammes. Mais il n'y avait pas que ça. Toutes les mesures qu'il aurait pu prendre à son égard ! S'il l'avait voulu, elle serait déjà entre les mains du Capitole, à être torturée de toutes les manières possibles et imaginables ! Ne voyait-elle pas le cadeau qu'il lui avait fait ? Comment pouvait-elle être en colère contre lui ? Il le sentait, oui. Il voyait la colère dans ses yeux, et il sentait ces ondes mauvais émaner de sa personne. Vu ses précédentes paroles, il avait tout le droit de recevoir sa méchanceté ou ses coups, comme elle semblait vouloir le lancer avant de parler. Il avait trahi tout le monde : sa famille, ses amis, même ceux qui étaient simplement ses voisins. Tout ça pour quoi ? Pour un titre, un malheureux titre et quelques soldats à ses ordres. Mais il ne l savait pas, non, il niait encore le côté inutile de son attachement envers le Capitole. Comme si .. Comme si on lui avait donné quelque chose en échange de sa dévotion ultime. Que lui avait-on donné ? À part un uniforme ? Et alors qu'il se sentait perdu, contredit par ses pensées, Rowan reprit la parole. Ainsi, elle ne le croyait pas. Pas entièrement. Il ne pouvait pas lui en vouloir : lui même était incapable de dénouer le vrai du faux. Le bon du mal. Tout avait tellement de conséquences, d'implications, tout était si compliqué ! Il la sentit se reculer et la regarda, un peu déboussolé. Il sentait la colère retomber, comme si réaliser qu'il mentait en partie la confortait dans l'idée que, peut-être, l'ancien Dean était là. Et elle lui prouva en quelques secondes qu'elle n'était pas l'auteure de ce terrorisme, chose dont il se doutait déjà. Il ne comprenait pas pourquoi le Capitole avait tant d'intérêt dans cette pauvre chasseresse, qui ne faiasit rien pour embêter personne. Juste à cause de son nom ? De ses fréquentations ? De sa famille ? Les questions auparavant nulles envers le Capitole semblaient se révéler en présence de la Rowan. Il en avait maintenant une multitude. Mais à qui les poser ? Le mieux serait au président. Mais même lui ne pouvait pas l'approcher. Et il buvait les paroles de Rowan, la laissait poser ses mains sur ses joues tandis qu'il l'observait. Ses prunelles bleues/vertes. Il sentit sa gorge se serrer en entendant la jeune femme déblatérer. Puis finalement, le silence. Il le prolongea pendant quelques minutes, avant de prendre les mains de Rowan et de les abaisser, laissant son visage enfin libre. Il lâcha Rowan et prit la parole. « Non. » Non à quoi ? Non à qui ? Non pourquoi ? Non comment ? « Non, tu n'es pas comme on te décrit. Tu es toujours la même Rowan. Et la personne que je dois tuer n'est pas celle que j'ai devant moi. Ainsi, je ne peux faire ce que tu demandes. Je ne peux pas crier. Je n'ai pas l'intention de te torturer, je suis .. je suis juste fatigué. » Il poussa un soupir et baissa la tête, l'enfouissant dans ses mains rugueuses. Oui. Il était fatigué de ces guerres puériles entre les districts et le Capitole. Il voulait pouvoir être un bon pacificateur comme il le voulait au départ. Il voulait aider les gens. Aider la population à devenir meilleure. Que les égalités ne soient pas aussi prononcées. Que les jeux .. Non, il ne pouvait pas tout de même souhaiter que les jeux n'existent plus ? Non. Pas encore. Mais ça ne saurait tarder. « Tu n'aurais pas dû venir, à chaque fois que je te vois .. » Il releva la tête, scrutant les coins de la pièce à la recherche de caméras. Mais ils étaient en sécurité. « Ma confiance envers le Capitole est de plus en plus fragile. »

Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 18/02/2012
ϟ MESSAGE : 1384
ϟ AVATAR : Jennifer Lawrence
ϟ MULTICOMPTE : A. Hadès Yaxley / Daniel Brunet
ϟ DISTRICT : District 12 actuellement prisonnière du 11
ϟ AGE : 21 ans
ϟ METIER : en fuite
ϟ LIFESTYLE : Difficiles mais subvient à ses besoins
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : HUNTER
ADMINISTRATRICE DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: ROWAN&DEAN △ the queen of subtleties [SAISON 1]   Ven 20 Juil - 22:12

don't you have memories of us ?
Elle souffrait. Elle souffrait de devoir le pousser à choisir entre ses convictions et sa vie. Elle souffrait de provoquer un tel dilemme en lui. Il croyait que le Capitole assurait à tous leur survie, que le Capitole prenait les décisions qui s'imposaient, qu'il prenait les bonnes décisions mais, il était dans l'erreur. Dean se trompait. Le Capitole avait été pervertit, comme son idéal. La philosophie de base était la bonne, un gouvernement qui s'assurait de la bonne marche du système, qui protégeait et décidait pour le bien de tous. Sur le papier la situation était idéale. Mais, le Capitole avait abusé de son pouvoir. Ils avaient été parqués tels des animaux dans des Districts entourés de clôtures électrifiés. Afin de s'assurer de leur obéissance chaque District avait reçu l'ordre de se spécialiser dans une seule production. Le Capitole gérait l'approvisionnement de chaque subdivision ainsi pour ne pas mourir de faim, de froid, les Districts les plus pauvres se devaient d'obéir à l'autorité toute puissante. Et lorsque ces Districts avaient cherchés à se rebeller le Capitole avait fait un exemple et pour les châtier avait instauré les Hunger Games. Dean avait cru aux idéaux que prêchait le Capitole. Rowan aurait également pu les croire si tour à tour son père et ses frères n'étaient pas morts pour et par le Capitole, si l'homme qu'elle aimait n'avait pas été rendu fou par les Jeux. Oui, elle aurait pu croire en ses valeurs si elle n'avait pas dû se battre pour survivre, pour nourrir les siens. Elle aurait pu croire en ses préceptes mais elle était trop éprise de sa propre liberté pour comprendre et se plier aux directives du gouvernement. Elle voulait la justice, la liberté, la vengeance. Mais elle n'était pas prête encore. Pas encore. « Non, tu n'es pas comme on te décrit. Tu es toujours la même Rowan. Et la personne que je dois tuer n'est pas celle que j'ai devant moi. Ainsi, je ne peux faire ce que tu demandes. Je ne peux pas crier. Je n'ai pas l'intention de te torturer, je suis .. je suis juste fatigué. » Elle aurait voulu le prendre dans ses bras et pardonner mais, elle portait encore sur elle l'odeur de fumée des décombres. Il était encore des leurs, elle était encore une fugitive. Une cible à abattre. Elle ne pouvait pas se fier totalement à lui. Par deux fois il avait menacé de la livrer au Capitole. Il était conditionné. Elle n'était pas sure de pouvoir l'aider s'il n'ouvrait pas les yeux. Elle avait beau le mettre face à la réalité, prendre des risques pour le libérer du joug du Capitole elle ne pouvait rien pour lui s'il ne le désirait pas. "Je suis fatiguée moi aussi Dean. De courir, de me cacher, d'être le bouc émissaire de tout un chacun. Que se passera-t-il si un tremblement de terre secoue le Douze ? On m'accusera d'avoir fait effondrer une mine. Je n'ai pas de pouvoirs particuliers. Je ne suis qu'une fille de mineur ! Comment peux-tu laisser les gens penser que je suis un monstre ! Il n'y a que deux hommes qui peuvent témoigner de ma bonne fois. L'un est devenu fou dans l'arène quant à l'autre le Capitole en a fait une marionnette ! Pourquoi crois-tu que s'est toi qu'ils ont envoyé ici ? Ils nous manipulent l'un comme l'autre..." Souffla-t-elle en jouant nerveusement avec le bracelet de cuir qui bloquait la sueur a hauteur de ses poignets lors de ses chasses. « Tu n'aurais pas dû venir, à chaque fois que je te vois ... Ma confiance envers le Capitole est de plus en plus fragile. » Un nouveau soupir, de colère cette fois échappa à la blonde. Elle se tourna vers lui une fois de plus et le dévisagea intensément. "Ce n'est pas moi qui génère ces doutes en toi. C'est toi seul Dean. Tu n'y crois plus vraiment. Le rêve que tu avais étant enfant a été pervertit par le système. Tu crois faire le bien mais ce que tu fais... ce n'est pas bien. Hier ils ont fouettés sur la place publique un gamin de la Veine qui avait volé des pommes au marché... Des pommes pour un gamin... Si ma mère avait été là, elle aurait pu le soulager mais le Capitole l'a pris. Les pacificateurs l'ont pris... Ce gamin ça aurait pu être l'un de nous... Mon frère ou ma soeur. Personne ne mérite cela. Et tu cautionnes ses atrocités ?"



_________________

MY BROTHER DIED FOR US. FOR FREEDOM.
There’s a limit to your love like a waterfall in slow motion like a map with no ocean. There’s a limit to your love your love, your love, your love.  There’s a limit to you care, so carelessly there, is it truth or dare. There’s a limit to your care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: ROWAN&DEAN △ the queen of subtleties [SAISON 1]   Sam 21 Juil - 17:41

don't you have memories of us ?
Il était perdu. Complètement perdu. Et en ce moment, Dean avait juste envie de se mettre en boule dans un coin, de mettre ses mains sur ses oreilles et de se perdre dans le silence. Le silence infini, celui qui vous fait mal aux oreilles et vous empêche de penser à autre chose. Mais non, elle était là. A débiter ses phrases qui le mettaient de plus en plus en peine, de plus en plus dans le doute. Comment pouvait-il rester fidèle au Capitole avec ce qu'il lui racontait ? Comment cette société pouvait-elle cautionner de telles actions et pourtant prêcher le bien ? Dean pensait que tout ce que le Capitole voulait, c'était protéger son peuple. C'était ce qu'il avait toujours cru. Et c'était ainsi qu'il avait voulu devenir pacificateur, pour ainsi protéger les habitants de son district et des autres. Mais tout cela était parti bien loin, il s'en rendait compte .. Oui, il se rendait compte qu'ils ne faisaient rien pour le bien, à présent. Tout était pour le pouvoir, pour détruire. Le Capitole s'enrichissait tandis que les districts étaient décimés par la famine, les maladies, les accidents. La sécurité était moindre dans le district douze, pour prendre un exemple. Et une mort était si vite arrivée .. Oui .. Pourquoi le mettre sur le dos de Rowan ? Car c'était plus facile. Et cela donnait un exemple à la population : si vous étiez contre le Capitole, vous finiriez comme elle. Rowan avait eu de la chance de ne pas se faire attraper et, Dean n'avait pas envie d'aider à le faire. Non. Ce serait injuste. Attraper une jeune fille pour aucune raison valable. Il ne pouvait pas clamer son avis sur tous les toits, mais pouvait agir en silence dans cette direction. "Je suis fatiguée moi aussi Dean. De courir, de me cacher, d'être le bouc émissaire de tout un chacun. Que se passera-t-il si un tremblement de terre secoue le Douze ? On m'accusera d'avoir fait effondrer une mine. Je n'ai pas de pouvoirs particuliers. Je ne suis qu'une fille de mineur ! Comment peux-tu laisser les gens penser que je suis un monstre ! Il n'y a que deux hommes qui peuvent témoigner de ma bonne fois. L'un est devenu fou dans l'arène quant à l'autre le Capitole en a fait une marionnette ! Pourquoi crois-tu que s'est toi qu'ils ont envoyé ici ? Ils nous manipulent l'un comme l'autre..."  Ce n'était donc pas un hasard ? Qu'il fut envoyé au douze pour trouver Rowan ? C'était une trop bonne opportunité. En y réfléchissant, peut-être qu'il n'avait été pris chez les pacificateurs uniquement pour ça. Peut-être qu'on ne l'avait pas tué pour ça : parce qu'il serait capable d'éliminer la plus grande menace contre le Capitole, selon eux. Ce n'est pas moi qui génère ces doutes en toi. C'est toi seul Dean. Tu n'y crois plus vraiment. Le rêve que tu avais étant enfant a été pervertit par le système. Tu crois faire le bien mais ce que tu fais... ce n'est pas bien. Hier ils ont fouettés sur la place publique un gamin de la Veine qui avait volé des pommes au marché... Des pommes pour un gamin... Si ma mère avait été là, elle aurait pu le soulager mais le Capitole l'a pris. Les pacificateurs l'ont pris... Ce gamin ça aurait pu être l'un de nous... Mon frère ou ma soeur. Personne ne mérite cela. Et tu cautionnes ses atrocités ?" Ces mots lui faisaient mal. Oui. Il avait mal à la poitrine, au cœur, ses membres se raidissaient, sa gorge se serrait. Comment pouvait-on faire ça à un enfant ? Un pauvre enfant ? Ses traits se durcirent. « Non. » Ce fut sa réponse à la dernière question de Rowan. « Mais que faire, Rowan ? Je fais partie des pacificateurs, à présent. Et c'est de mon devoir de suivre les ordres. Si je ne le fais pas .. » Il n'osait même pas imaginer le châtiment qui l'attendrait si il décidait de se rebeller contre l'autorité. « Je n'ai rien ni personne. Tu viens et tu repars, comme un songe, et je ne sais plus quoi croire. Que puis-je faire ? Dis le moi Rowan, que puis-je faire ? »

Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 18/02/2012
ϟ MESSAGE : 1384
ϟ AVATAR : Jennifer Lawrence
ϟ MULTICOMPTE : A. Hadès Yaxley / Daniel Brunet
ϟ DISTRICT : District 12 actuellement prisonnière du 11
ϟ AGE : 21 ans
ϟ METIER : en fuite
ϟ LIFESTYLE : Difficiles mais subvient à ses besoins
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : HUNTER
ADMINISTRATRICE DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: ROWAN&DEAN △ the queen of subtleties [SAISON 1]   Dim 12 Aoû - 14:00

don't you have memories of us ?
Elle était en colère, en colère contre lui, contre le système contre ce mode de vie qui n'était que douloureux et privation. Elle n'avait rien connu d'autre que la Veine mais Owen lui avait connu le Capitole, l'exubérance, le quatre. Il avait vu les différences et les lui avait rapportés. Le système n'était plus égalitaire, le Capitole dominait le système, ses habitants ne connaissaient ni la faim, ni le manque. Le Capitole était tout puissant, il asservissait les districts et si elle n'en avait pas été convaincue avant l'édition de l'expiation, elle le savait désormais. Le Capitole devait voir son joug prendre fin. Elle en avait fait la promesse à la mort de son frère puis de sa belle sœur. Elle mettrait fin à la barbarie, elle donnerait à Jace la chance de grandir dans un monde libéré des Hunger Games. Elle avait besoin d'un allier, d'un allier sein d'esprit serait plus exact car, elle avait un allier, Galahad. Il avait pris soin d'elle, il l'avait caché et soigné mais, Galahad avait perdu un peu de lui-même dans l'arène, une part de lui qu'elle doutait de le voir retrouver un jour. « Non. Mais que faire, Rowan ? Je fais partie des pacificateurs, à présent. Et c'est de mon devoir de suivre les ordres. Si je ne le fais pas .. » Il avait peur, elle le comprenait, elle-même avait toujours craint les retours de bâtons, lorsqu'elle avait commencé à franchir la grille, elle avait peur. Peur d'être surprise à braconner, peur d'être prise par les Pacificateurs, de subir le fouet ou pire, d'être envoyée au Capitole car personne ne savait ce qu'il advenait des prisonniers que l'on envoyait là-bas. "Tu fais partie des Pacificateurs... C'est ce que tu es, tu as toujours respecté les règles, obéit aux ordres mais Dean... Tu ne t'es pas engagé pour cela. Que se passera-t-il quand ce sera ton tour de fouetté un pauvre gamin de la Veine sur la place public ? Que se passera-t-il quand ils se rendront compte que tu aurais pu me capturer par deux fois et que tu m'as laissés partir ? Que se passera-t-il quand c'est moi qu’ils attraperont ? Car, ils finiront par le faire. Je ne suis qu'une gamine chassant dans les bois, je n'ai à mon secours qu'un arc et des flèches, je ne pèse pas lourd face au Capitole et avec les derniers évènements ..." Le châtiment serait terrible, elle n'en doutait pas mais, elle ne craignait pas pour sa vie mais pour celle de ses proches pour Jace, pour Galahad, pour sa soeur, sa mère, son frère et pour Dean. « Je n'ai rien ni personne. Tu viens et tu repars, comme un songe, et je ne sais plus quoi croire. Que puis-je faire ? Dis le moi Rowan, que puis-je faire ? » Elle aurait voulu savoir quoi lui dire. Elle était venue ici sous le coup de la colère, de la haine, ils avaient brûlés sa maison. Ils avaient brûlés les souvenirs qui lui restaient. Mais, elle n'avait pas de plan. Elle restait cette fille qui se cachait dans les bois depuis des semaines. Elle n'était pas une terroriste ou le leader de la rébellion. Arabella était cette femme. Elle n'était pas Arabella. "Je ne sais pas Dean. Je n'ai pas de réponse toute prête, je n'ai pas de contacts, pas d'allier et encore moins une armée de rebelles à ma disposition... Je veux simplement que tu penses à ceci... Que tu ne sois plus une marionnette dont on se sert pour m'atteindre... Je veux que tu sois libre de tes propres choix. Que tu décides en ton âme et conscience... Je veux ton aide mais pas que tu trahisses l'idéal qui était le tien lorsque nous étions enfants."



_________________

MY BROTHER DIED FOR US. FOR FREEDOM.
There’s a limit to your love like a waterfall in slow motion like a map with no ocean. There’s a limit to your love your love, your love, your love.  There’s a limit to you care, so carelessly there, is it truth or dare. There’s a limit to your care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
IDENTIFICATION PASS

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: ROWAN&DEAN △ the queen of subtleties [SAISON 1]   
Revenir en haut Aller en bas
 

ROWAN&DEAN △ the queen of subtleties [SAISON 1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Dean Moriarty
» Dean Thomas ( Parti )
» Loterie Dean Youngblood
» lee ◊ don't be a drag, just be a queen
» Barbie Fashion Queen contre Barbie Geek [Swann et quelques moldus]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daughter of Fire :: saison un, anciens RP-
Sauter vers: