Partagez | 
 

 EPISODE DEUX : l'interrogatoire de Prudence Dash

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 11/01/2012
ϟ MESSAGE : 407
ϟ AVATAR : Capitole
ϟ MULTICOMPTE : Aucun
ϟ DISTRICT : Capitole
ϟ AGE : Immortel
ϟ METIER : Président du Capitole
ϟ LIFESTYLE : Luxueuse
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : contre
ϟ COMPÉTENCES : LEADER
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: EPISODE DEUX : l'interrogatoire de Prudence Dash   Dim 3 Juin - 19:02

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
I've questions for you


POST INTRODUCTIF
Le jour pointait à peine lorsque le Général Isobel F. Flicorn reçut dans son bureau une visite qui n'avait rien d'anodine. L'odeur capiteuse de la rose que portait le Président à sa boutonnière embaumait encore l'air du lumineux bureau, lorsqu'elle convoqua le chef de police secrète du Capitole. Karlisle Perdrigan n'était pas réputé pour sa douceur et sa compassion : on disait de lui qu'il avait été recruté par le Président Snow en personne afin de gérer les interrogatoires des prisonniers politiques. On disait que peu sortaient vivant ou sur leurs deux pieds de ses geôles. Bien sûr, les Capitolins et le reste du pays ignoraient tout de la présence de prisonniers au sein du bâtiment. Le Capitole n'était-il pas bienveillant ? Et le Président Snow, le père bienveillant veillant sur ses enfants, les Districts ?

Installé confortablement dans le fauteuil mis à disposition pour les visiteurs, l'homme la toisait calmement. Son visage ne laissait rien transparaître de ses émotions, ses yeux gris aciers auraient fait parler n'importe qui. Tout comme ses méthodes d'interrogatoires peut respectueuses des droits de chacun. "Ils ont été privés de nourriture et rationnés en eau ... Cela fait quatre jours qu'ils sont ici. Ils n'ont pas vu la lumière du jour depuis l'attentat. Ils sont mûrs pour le début des interrogatoires. L'isolement et l'absence de nouvelles de leurs amis jouent en notre faveur, ils n'ont pas eu le temps de se concerter, ils ne se doutaient pas qu'ils seraient pris. Je débusquerai les traitres." Un petit sourire sadique apparut aux coins de ses lèvres. "Vous pouvez compter sur moi. Le Président aura un coupable. Après quelques heures avec moi, il avouera en chantant si je le lui demandais." Le Général Flicorn hocha la tête et lui indiqua d'un signe de tête qu'il pouvait y aller. "Je n'en doute pas, Commandant. Ne les abîmez pas trop... Le Président souhaite démasquer le traitre lui-même devant les caméras." De nouveau seule la jeune femme s'autorisa à laisser tomber son masque quelques secondes. Seigneur. Qu'arriverait-il aux prisonniers...


CE QU'IL FAUT SAVOIR
CE QUI S'EST PASSÉ POUR VOUS: A la suite de l'attentat, vous avez été conduits sous bonne escorte à bord d'un hovercraft au sein du saint des saints, le Quartier Général des Pacificateurs. On vous a séparés les uns des autres et placés en isolement. Vous n'avez que peu dormi, vos geôliers s'arrangeant pour vous tirer de votre sommeil quelques secondes après vous avoir vu vous endormir. Vous êtes restés dans le noir durant des jours, quatre pour être exact, mais vous avez perdu vos repères. On ne vous a pas nourri et vous n'avez bu que très peu. Certains d'entre vous auront été "visités" par des Pacificateurs avides de vengeances. Certaines filles ont été un peu "secouées" (les pacificateurs venant à plusieurs et s'amusant à les chahuter dans le noir), quant aux hommes certains ont reçu des coups. Bref, vous êtes tous l'air mal en point. Ceux qui ont été blessés n'ont pas été soignés plus que nécessaire.

L'INTERROGATOIRE : Vous êtes déboussolés, vous n'avez pas de notion précise du temps écoulé, vous savez simplement que la faim que vous ressentez dure depuis plusieurs jours tout comme la soif. Des pacificateurs allument votre cellule, vous éblouissant ainsi, vous êtes traîné hors de votre "cage" et emmené au travers d'une succession de couloirs jusqu'à une pièce d'une blancheur éclatante. On vous assied sur une chaise munie d'attaches, vous êtes menotté à la table et vos pieds au sol. Prisonnier à nouveau. On vous installe face à une machine très sophistiquée, un petit laser prend l'empreinte de votre œil. Ainsi, ils sauront si vous dites la vérité où non. Un petit capteur est placé à votre doigt. Vous êtes attaché à un détecteur de mensonges. On vous laisse seul dans la pièce, des caméras filment le moindre de vos gestes. Jusqu'à ce que la porte s'ouvre...

DÉROULEMENT : Chaque inscrit ayant participé à l'intrigue au Capitole, devra répondre au sujet qui lui correspond, dans la catégorie "QG des Pacificateurs". Postez donc un premier poste décrivant la captivité de votre personnage, jusqu'au moment où la porte s'ouvre sur un homme habillé de blanc, au visage dur et froid. Ensuite, le compte du Capitol postera votre interrogatoire. Dans un second poste, répondez à ces questions. Le Capitole répond alors. Et votre tour est normalement fini. Il vous faudra attendre que tous les autres inscrits aient répondu à leur propre sujet avant de connaître le sort qui vous est réservé. Nous savons que vous êtes tous occupés mais essayez d'être le plus rapide possible dans vos réponses.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daughter-of-fire.forumactif.fr
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EPISODE DEUX : l'interrogatoire de Prudence Dash   Ven 22 Juin - 23:50


No matter what I feel, no matter if it's real.


set me free
Perdue. Brisée. Une silhouette recroquevillée sur elle-même se distinguait au fond de cette pièce noire. La tête entre les genoux, elle se maudissait, oubliant la faim qui la dévorait. Elle se maudissait d'avoir participé à cet évènement, d'avoir laissé Kenneth la suivre, d'avoir laissé ses sœurs au onze, son père, sa mère. Sa famille. Et Emma, que devenait Emma ? Comment avait-elle réagit à l'attaque ? Prudence Dash avait ignoré les pacificateurs depuis qu'elle était là. Elle ne leur répondait pas. Elle ne les regardait pas non plus. Son esprit s'était fermé sur elle-même, l'emportant ailleurs. Dans un endroit où sa colère s'apaisait, un endroit où elle renaissait. Mais dès qu'elle ouvrait les yeux transpercer du regard les Pacificateurs tout s'écroulait, tout s'effaçait. Elle ressentait à nouveau l'envie d'hurler. Mais rien ne sortait. Elle n'en avait pas la force. Elle laissait simplement faire, crachant quand elle avait assez de salive. Cela lui valait des représailles, mais rester là sans rien faire était bien trop honteux. Parfois, lorsque ses paupières se fermaient pour l'emmener loin de ce cauchemar, des Pacificateurs entraient et la réveillait aussitôt. Elle se repassait sans cesse la soirée. L'attentat. Les capitolins pensaient que les chanceux de la loterie avaient commis un attentat au Capitole. Cela ne tenait pas la route. Eux, pris au piège entre les griffes des Capitolins auraient osé commettre un attentat ? Mais bon sang, qui avait eu cette logique défaillante ? Les heures passaient, les jours, ce qui semblait être pour Prudence une éternité. Elle avait besoin d'explications, de réponses, que faisait-elle là ? Mais la question la plus pesante était sûrement "Kenneth était il sain et sauf ?"

La porte s'ouvrait, laissant pénétrer une lumière brûlante. La jeune femme ouvrait péniblement les yeux, découvrant un homme vêtu de blanc, à l'allure d'un gardien de prison. Il lui ordonnait de le suivre. Le cerveau de Prudence allait au ralenti, elle n'essayait même pas de se lever. L'homme s'avança froidement vers elle, lui attrapa le bras et la releva. Lorsque son regard brun croisa les yeux d'un bleu inquiétant du Pacificateur, Prudence eut froid dans le dos. Il lui lâcha le bras et marcha droit devant lui. Elle le suivait du mieux qu'elle pouvait, luttant contre le sommeil qui la faisait flancher de temps à autre. Il ouvre une porte. La pièce est d'une blancheur éblouissante, Prudence passe sa main devant ses yeux pour ne pas se faire éblouir. Le Pacificateur la pousse nonchalamment sur un siège munies d'attaches. Impossible de fuir. Prudence est menottée à la table et ses pieds le sont au sol. Elle se trouve face à une machine de laquelle sort un laser qui prend l'emprunte de son oeil. Un capteur est placé sur son index gauche. Prudence n'a jamais vu une telle machine, un tel lieu. Elle tourne la tête pour demander à quoi sert cette machine quand le Pacificateur fait demi-tour et ferme la porte derrière lui. Elle tourne la tête, inspectant la pièce. Il y a des caméras fixées un peu partout, détaillant le moindre de ses gestes. Son cœur palpite. Que se passe-t'il ? Que va-t'on lui faire ? Elle ravale sa salive, réprime sa peur. Ils ne verront rien. Son visage sera dépourvu d'émotion. Rien ne se lira en elle, si ce n'est l'ennui. Rien. Rien du tout. Cela vaux pour le mieux. Le temps passe, Prudence ferme les yeux, tentant de rattraper ce sommeil en moins. La porte s'ouvre à nouveau. Prudence n'ouvre pas les yeux vers la personne qui vient de pénétrer dans la pièce jusqu'à ce que le Pacificateur prenne place en face d'elle. Son regard est froid, tranchant, glaçant. Qu'est-ce-qu'il va advenir de son sort ? Et de celui de Kenneth, de Nale, de Gaby, d'Erin, ... et des autres ?

Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 11/01/2012
ϟ MESSAGE : 407
ϟ AVATAR : Capitole
ϟ MULTICOMPTE : Aucun
ϟ DISTRICT : Capitole
ϟ AGE : Immortel
ϟ METIER : Président du Capitole
ϟ LIFESTYLE : Luxueuse
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : contre
ϟ COMPÉTENCES : LEADER
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: EPISODE DEUX : l'interrogatoire de Prudence Dash   Dim 1 Juil - 13:02

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
I've questions for you


L'INTERROGATOIRE

Il l'avait observée de longues heures alors qu'elle était prisonnière de sa cellule, les caméras équipées d'un filtre infrarouge lui avait permis de se familiariser avec elle. Prudence Dash, la soeur de Kenneth Dash lui aussi prisonnier dans une des geôle du QG des Pacificateurs. Les deux jeunes gens étaient très différents l'un de l'autre. Vraiment différent. Elle était le talon d’Achille de son frère mais elle, elle était foncièrement différente, son attitude était hautaine, arrogante, d'ici à la fin de leur entrevu elle aurait perdu ce petit air supérieur. Son dossier sous le bras il franchit les portes de la salle d'interrogatoire. Silencieux et froid. Il l'effleura d'un regard avant de s'installer de l'autre côté de la table. Il resta silencieux de longues minutes, calibrant la machine qui se trouvait entre eux. Il rentra les données nécessaires : poids, taille, âge, identifiant, district. C’est seulement lorsque la machine lui proposa les premières questions destinées à servir de point de repère qu'il releva les yeux vers elle. "Déclinez votre nom, âge et District." Ordonna-t-il en la dévisageant froidement. Lorsqu’il lui eut obéit, il ouvrit entre eux le dossier qu'il tenait dans ces mains. "Vous avez un frère très différent de vous Mademoiselle Dash. Vraiment différent. Je dois dire que l'un comme l'autre vous avez bon goût en matière d'amitié, Mademoiselle Ó'Bràdaigh est vraiment une personne ... Exquise." Il sortit une petite télécommande de sa poche et la vitre teintée qui se trouvait derrière lui afficha simultanément deux vidéos en temps réel. Kenneth prostré dans sa cellule et Emma assise en tailleur au milieu d'un verger, un cahier sur les genoux, notant des paroles pêles-mêles sur le papier. Le champ de l'image s'élargit sur les deux écrans. Le tireur caché dans un arbre fut souligné révélé par une vision thermique du verger tandis que pour Kenneth, les Pacificateurs armés derrière la porte apparurent dans un aperçu du couloir. "Ces images nous apparaissent en temps réel Prue, je vous conseil de répondre à mes questions de façon honnête, si vous tenez à leur vie." Il appuyait son réquisitoire. Une fois qu'il fut sûr d'avoir son attention l'interrogatoire commença. "Où étiez-vous placé au moment de l'attentat ? Qu'avez-vous vu depuis votre place ?" Deux questions sommes toutes banales. Il attendit sa réponse avant de continuer. "Avez-vous vu ou entendu quelque chose qui pourrait nous aider ? Il y a-t-il des personnes qui peuvent confirmer vos dires ?" Il notait ses réponses sur son dossier, répertoriant les noms, les évènements. "Que pensez-vous du Capitole, du Président ?" Il revenait aux questions banales, surveillant la réaction du détecteur de mensonges face aux réponses de la jeune femme. "Avez-vous connaissance de personnes qui auraient pu souhaiter la mort du Président ? Avez-vous participé à cet attentat d'une quelque manière que ce soit ?" Puis soudainement il attaqua. "Quels sont les liens de votre famille avec Rowan Morgenstern ? Où se cache la rébellion ? Saviez-vous que votre frère préparait un attentat terroriste ?" Une haine brûlante enflammait le regard du militaire. "Vous prétendez ne rien connaître de tout cela ? Alors dites mois .... Pourquoi avez-vous fuit après l'attentat en compagnie de votre frère. Avouez qu'un tel comportement est pour le moins suspect surtout lorsque l'on prétend ne rien avoir à se reprocher... Qu'avez-vous donc fait qui justifie une telle débandade ?" Il tardait sur elle un regard glacial. Pour lui rappeler ce qu'il risquait l'écran se ralluma derrière l'inspecteur. "Ne me mentez pas."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daughter-of-fire.forumactif.fr
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EPISODE DEUX : l'interrogatoire de Prudence Dash   Dim 8 Juil - 16:28


No matter what I feel, no matter if it's real.


set me free
Prudence fixait le mur blanc situé en face d'elle, ignorant les caméras et autres broutilles du Capitole. La porte de la salle s'ouvrit et la demoiselle ne put retenir un regard pour celui qui arrivait. C'était un homme, il tenait un dossier sous le bras et avait une démarche froide et hautaine. Il s'installa de l'autre côté de la table et pendant de longues minutes il ne dit rien. Prudence regardait ailleurs, tâchant de ne pas baisser le regard pour voir ce que l'homme faisait. Elle voulait prouver que cela ne la concernait pas et que quand bien même, ça ne l'intéressait pas. Elle voulait prouver être au dessus de ces choses-là. « Déclinez votre nom, âge et District. » Prudence baissa le regard vers le pacificateur. Elle posa la main sur son genou, la plaie qu'elle s'était elle-même faite à l'aide d'un couteau lors de l'attentat n'allait pas franchement mieux. Pour ne pas trembler face à la carrure et à l'attitude du Pacificateur elle se concentra sur cette plaie qui n'était pas trop grave puisqu'elle arrivait toujours à marcher. « Prudence Eleonore Dash, ving-trois ans, district onze. » lâcha-t'elle d'une voix froide et lointaine. Elle reporta son regard sur l'homme. Ce dernier ouvrit le dossier qu'il tenait dans les mains en pénétrant dans la pièce. « Vous avez un frère très différent de vous Mademoiselle Dash. Vraiment différent. Je dois dire que l'un comme l'autre vous avez bon goût en matière d'amitié, Mademoiselle Ó'Bràdaigh est vraiment une personne ... Exquise. » Son coeur se serra dans sa poitrine qui lui parut trop petite, trop étroite. Elle serra le poing et garda les yeux ouverts, retenant un sanglot. L'homme sortit une petite télécommande de sa poche et l'écran teinté situé derrière lui s'alluma. Il affichait deux vidéos. Prudence plissa les yeux, ouvrant la bouche à moitié. Kenneth était en vie. Elle put enfin se détendre, du moins.. comme on pouvait se détendre ici. Il était dans sa cellule et Emma était dans les champs. Prudence se rappelait les mots du pacificateur. Exquise. Un rictus de dégoût se forma sur son visage et elle fusilla le pacificateur du regard. Soudain les écrans montrèrent des pacifcateurs armés pour Kenneth et un tireur planqué dans un arbre pour Emma. Prudence respira un grand coup. « Ces images nous apparaissent en temps réel Prue, je vous conseil de répondre à mes questions de façon honnête, si vous tenez à leur vie. » Le regard de Prue se vida de toute émotion pour laisser place au vide. Perplexe, choquée, apeurée. Telles étaient les émotions qui jaillissaient subitement en elle. Elle avait peur. Peur pour Kenneth. Peur pour Emma. Elle avait peur pour ceux qu'elle aimait. « Où étiez-vous placé au moment de l'attentat ? Qu'avez-vous vu depuis votre place ? » Prudence réfléchit. Elle fronça les sourcils, tentant, malgré la faim et la fatigue, de se rappeler de ce qui c'était produit lors de l'attentat. « J'étais à une table avec d'autres habitants des districts. Lors de l'attentat je n'ai pas vu grand chose, ou du moins.. » Sa voix se brisa. Elle repensait à Emma. A Kenneth. A ses hallucinations. Qu'avait-elle donc réellement vu cette soirée là ? « Je.. je ne sais pas. Je ne sais plus. elle marqua une pause avant de reprendre. Je ne tiens pas bien l'alcool et ce soir-là j'avais un peu bu, pendant l'attentat j'ai eu des hallucinations. Nouvelle pause. Je n'ai vu que des choses improbables.. Elle marqua cette nouvelle pause par un petit sanglot qui n'était pas réellement naturel, mais plutôt contrôlé. Je ne saurais distinguer le vrai du faux. » Et aussi sec que cela, le pacificateur reprit son interrogatoire pendant qu'elle réfléchissait à ce qui c'était vraiment passé. « Avez-vous vu ou entendu quelque chose qui pourrait nous aider ? Il y a-t-il des personnes qui peuvent confirmer vos dires ? » Prudence réfléchit, ça n'était pas le moment de balancer quiconque. Elle n'en avait pas l'intention. Haïssant le Capitole jusqu'à la moelle elle n'allait pas subitement devenir un sale cabot rapporteur. Elle repensa au coup de poing d'Erin, à son engueulade avec une Capitoline. Rien de tout ça n'avait de rapport avec l'attentat, après tout. Cela n'était donc pas utile à raconter.. non? « Je n'ai rien entendu qui ne puisse vous venir en aide. » répondit-elle froidement. « Que pensez-vous du Capitole, du Président ? » demanda à nouveau le pacificateur. Prudence réfléchit. Elle était connectée à une machine qui détectait ses mensonges.. il était donc inutile de ménager le Capitole. Alors malgré la faiblesse dont elle faisait preuve, elle prit toutes les forces nécessaires pour parler distinctement. « Nous n'avons pas la même vision des choses, disons. Chaque peuple, chaque personne a le droit de disposer de lui-même. Droit négligé par le Capitole qui envoie vingt-trois gamins à l'abattoir chaque année. » Elle marqua une pause, bouillonnant de rage. Ce soudain trop-plein d'émotion la vivifiait, malgré l'épuisante fatigue qui pesait toujours sur ses épaules. Elle tentait d'estomper son flux de paroles. Il fallait faire court. « Je ne sais que penser du Président. Je me demande s'il aurait installé les jeux s'il y avait eu une rébellion. » C'était plus une réflexion qu'une réponse, mais c'était sincère, ou presque. Elle n'aimait pas le Président mais, dans un élan de bonté osait se demander s'il aurait instauré les jeux, à la place du président qui l'a fait, soixante-seize ans auparavant. « Avez-vous connaissance de personnes qui auraient pu souhaiter la mort du Président ? Avez-vous participé à cet attentat d'une quelque manière que ce soit ? » Prudence soupira. Qui aurait pu souhaiter la mort du président ? Bah.. tous les habitants des districts pauvres de panem, voyons ! A part ça, pas grand monde.. « Non. » Première réponse claire et nette, Prudence, bravo ! Elle répondit simplement, à vrai dire il n'y avait nullement besoin de justification, et pour preuve : si elle avait organisé une activité terroriste contre le Capitole quelle vache folle aurait put la piquer pour qu'elle emmène Kenneth avec elle ? « Quels sont les liens de votre famille avec Rowan Morgenstern ? Où se cache la rébellion ? Saviez-vous que votre frère préparait un attentat terroriste ? » Le ton du Pacificateur était nettement plus attaquant. Un frisson d'horreur parcouru le corps de Prudence Dash. Kenneth, préparé un attentat ? Prudence aurait été prête à parier que ce dernier pardonnerait au Capitole s'il abolissait les jeux, alors organiser un attentat.. Jamais. Rowan Morgenstern. Ce nom lui disait vaguement quelque chose. Elle savait que cette jeune femme était la soeur d'Owen, le mari d'Arabella Everglade, la défunte gagnante d'une ancienne édition des Jeux de la Faim. « Ma famille n'a pas de lien avec Rowan Morgenstern. » commença-t'elle durement. « Je ne sais pas où se cache la rébellion. » Vrai, sinon elle l'aurait rejoint depuis belle lurette. « Et non, mon frère ne prépare pas d'attentat terroriste. » acheva-t'elle simplement, affaiblie à nouveau après ce vague instant de force. Le regard du militaire était brûlant. Prudence détourna son regard pour manquer de rendre. « Vous prétendez ne rien connaître de tout cela ? Alors dites moi .... Pourquoi avez-vous fuit après l'attentat en compagnie de votre frère. Avouez qu'un tel comportement est pour le moins suspect surtout lorsque l'on prétend ne rien avoir à se reprocher... Qu'avez-vous donc fait qui justifie une telle débandade ? » Prudence sentit le regard froid de l'homme sur elle. L'écran teint se ralluma et automatiquement le regard de la jeune femme se porta sur Kenneth. Puis sur Emma. « Ne mentez pas. » Prudence ravala sa salive, se remémorant la soirée. Elle avait fuit pour ne pas se prendre de projectile dans la tête, pardi ! « Mon frère et moi avons fuis pour ne plus recevoir de quelconque objet provenant de l'explosion. » Elle baissa les yeux, puis repris d'une voix faible. « Je n'ai rien à me reprocher. Je ne suis pas assez stupide pour attaquer le Capitole. Pause. Il y a des gens qui comptent que je me dois de protéger. » Elle ferma les yeux, comme pour échapper à l'instant présent, au Capitole, à la pression. Une larme roula le long de sa joue. Prudence Dash,.. que le sort soit en ta faveur.

Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 11/01/2012
ϟ MESSAGE : 407
ϟ AVATAR : Capitole
ϟ MULTICOMPTE : Aucun
ϟ DISTRICT : Capitole
ϟ AGE : Immortel
ϟ METIER : Président du Capitole
ϟ LIFESTYLE : Luxueuse
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : contre
ϟ COMPÉTENCES : LEADER
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: EPISODE DEUX : l'interrogatoire de Prudence Dash   Sam 14 Juil - 21:27

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
I've questions for you


L'INTERROGATOIRE

Il observait chacune de ses réactions, de ses réponses, son stylo glissait dans un murmure sur le papier. Il posait ses questions avec froideur, presque avec détachement pourtant on percevait la tension, la rage froide dans ses yeux. Il prenait pourtant plaisir à cet interrogatoire, à traquer celui ou celle qui était à l'origine de ce complot, de la blessure du Président. Il notait les résultats de son test sur son dossier, attentif au moindre signal de la machine, guettant le halo rouge autour de sa pupille qui démontrerait qu'elle mentait. Le Capitole exploiterait ses failles pour servir sa noble cause. Les Districts étaient mutins, malveillants, ils ne se rendaient pas compte de leur chance, de la puissance que le Capitole déployait afin d'assurer leur sécurité, leur confort. Non, ils ne se souciaient que de détails comme de l'approvisionnement parfois longs ou de panne d'électricités alors que le Capitole leur assuraient à tous sécurité et paix. Une rébellion avait déjà était châtiée, un seconde le serait elle aussi à n'en point douter. "Vous savez forcément quelque chose. Le Capitole a découvert sous votre table les débris piétinés d'un détonateur. Vous avez vu quelque chose ! Vous n'êtes pas assez stupide ni assez intelligente pour être à l'origine de ce complot mais vous savez quelque chose !" Tonna t-il en tapant du point sur la table la faisant sursauter. Son regard flamboyait de haine. "Vous avez voulu assassiner le Président, vous et votre frère ainsi que vos amis... On l'a désigné !! Vous n'avez peut être pas pris part à cette machination mais vous devez savoir quelque chose ! Vous vivez avec un assassin ! Votre famille à des liens avec les Morgenstern. Avec Rowan Morgenstern ! Nous le savons ! AVOUEZ!" Souffla t-il en glissant vers elle la photo de ses frères et de son ami. Avec un sourire acéré il afficha sur l'écran derrière lui les images d'Emma et de Kenneth "Lequel est le plus important à vos yeux ? Qu'est-ce qui compte le plus pour vous Prue... Rentrer chez vous et prendre soin des votre ou couvrir votre frère que nous savons tous coupable.... Je vous laisse réfléchir à tout cela. En attendant un Pacificateur va vous reconduire à votre cellule, j’en ai terminé avec vous. Réfléchissez. Nous serrons très vite amener à nous revoir vous et moi." Un pacificateur entra alors dans la salle pour se saisir d'elle, insensible à ses cris et à ses supplications l'enquêteur rangeait calmement le dossier de la jeune femme, en posant un second sur la table. Au suivant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daughter-of-fire.forumactif.fr
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EPISODE DEUX : l'interrogatoire de Prudence Dash   Mer 25 Juil - 11:48

Un innocent n'est jamais qu'un assassin qui a manqué de temps


know thy enemy
La voix glaciale et autoritaire de l'homme qui l'interrogeait depuis quelques minutes lui donna la sensation de se prendre une claque dans le dos. Elle ouvra ses yeux, les glissant automatiquement vers le sol. Un sentiment bouffant l'envahissait, ce sentiment la dévorait, la consumait au fil et à mesure que les secondes s'écoulaient. « Vous savez forcément quelque chose. Le Capitole a découvert sous votre table les débris piétinés d'un détonateur. Vous avez vu quelque chose ! Vous n'êtes pas assez stupide ni assez intelligente pour être à l'origine de ce complot mais vous savez quelque chose ! » Prudence se mit à réfléchir. Un détonateur sous sa table? Comment cela pouvait être possible? Elle n'avait rien, absolument rien fait contre le Capitole, et ce n'était pourtant pas l'envie qui manquait ! Elle plissa les yeux, les mains tremblantes, refoulant les larmes de couler le long de ses joues. Elle se devait de rester forte, malgré ça. « Je ne sais pas ce que faisait un détonateur sous ma table, c'est un complot, je n'en sais rien! Rien du tout! » Le regard de l'homme brûlait de haine. Il mourait sûrement d'envie de mettre la main sur celui ou celle qui avait osé porter atteinte au président. Pourquoi donc une telle cruauté sommeillait-elle en lui? Bourrage de crâne, stupidité profonde? Prudence ne le savait pas. A vrai dire, elle s'en fichait, mais penser à cela la rassurait, l'éloignait de l'instant présent qu'elle redoutait. « Vous avez voulu assassiner le Président, vous et votre frère ainsi que vos amis... On l'a désigné !! Vous n'avez peut être pas pris part à cette machination mais vous devez savoir quelque chose ! Vous vivez avec un assassin ! Votre famille à des liens avec les Morgenstern. Avec Rowan Morgenstern ! Nous le savons ! AVOUEZ! » Ce sentiment, c'était la peur. La peur de voir disparaître des gens qu'elle aimait. La peur de ne jamais retourner chez elle. La peur de voir la rébellion mourir. La peur de voir toute lueur d'espoir s'estomper dans la pénombre du quartier général des pacificateurs. La vision de Prudence était alors brouillée, brouillée par ses larmes de rage envers cette injustice, de rage envers ce foutu président auquel elle vouait une haine viscérale. « Ni ma famille, ni moi, ni mes amis ne connaissons Rowan Morgenstern ! Nous sommes INNOCENTS! Nous consacrons notre temps à nous maintenir en vie et non à tenter de venir à bout du Capitole! Nous n'avons rien fait! » s'écriait la jeune femme avec le peu de force qu'il lui restait. La rage, la vengeance l'aveuglait, la tristesse s'en allait presque face à cette injustice. Le Capitole devait sombrer. Puis elle baissa les yeux vers la table, Prudence n'avait pas remarqué que le pacificateur avait glissé une photo de ses soeurs, de son frère et d'Emma sous ses yeux. Elle parut s'effondrer, les revoir tous, là, sur cette minuscule image. L'homme fit un sourire abominable, et l'écran se ralluma. Emma. Kenneth. « Lequel est le plus important à vos yeux ? Qu'est-ce qui compte le plus pour vous Prue... Rentrer chez vous et prendre soin des votre ou couvrir votre frère que nous savons tous coupable.... Je vous laisse réfléchir à tout cela. En attendant un Pacificateur va vous reconduire à votre cellule, j’en ai terminé avec vous. Réfléchissez. Nous serrons très vite amener à nous revoir vous et moi. » Avant qu'elle n'ai pu répliquer un Pacificateur s'emparait d'elle pour la ramener à sa cellule. Prudence criait mais sa voix était si déchirée et brisée que l'on n'en comprenait pas tout. Elle suppliait le Pacificateur. Elle le suppliait de laisser Kenneth en vie. Elle le suppliait de laisser Emma en dehors de tout cela. Elle le suppliait de ne rien faire. Elle criait à l'injustice. Mais Prudence Dash était bel et bien impuissante face au Capitole.

Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
IDENTIFICATION PASS

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: EPISODE DEUX : l'interrogatoire de Prudence Dash   
Revenir en haut Aller en bas
 

EPISODE DEUX : l'interrogatoire de Prudence Dash

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 3 : Le témoin du mal (Alexei)
» Episode 457 One piece
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Claudy Gassant est expulsé après avoir subi un interrogatoire aux USA
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daughter of Fire :: Episode 1-
Sauter vers: