Partagez | 
 

 The Ruler and The Killer ; Galahad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 0:58


IMBERNATY&GALAHAD YAEL

vingt-quatre ans ϟ district 12 ϟ robert pattinson

PRENOM(S) ϟ Galahad Yael. Galahad ; C'est sa mère, qui a choisi de le nommer ainsi. En mémoire des légendes de la table ronde et du roi Arthur, qu'elle lui racontait, alors qu'il n'était encore qu'un nourrisson remuant dans son bedon chaud. Yael ; Qui provient de l'hébreu, marque définitivement l'une des qualités du jeune homme. Son équilibre certain et sa capacité à escalader quasiment tout ce qui lui sied. ; NOM ϟ Imbertany. Nom de famille connu et reconnu. Le reflet de la victoire. Vainqueur de la 72éme édition des jeux de la faim, à l'âge de 20 ans. Le district 12 n'est pas en reste, puisque Galahad profite de sa fortune afin d'aider ceux de son district qui seraient dans la détresse ou le besoin. Il ne garde que le minimum nécessaire de ses gains, pour lui. Le gamin ne supporte que difficilement ce qu'ils représentent... Des vies arrachées et du sang sur ses mains. Beaucoup trop de sang. ; DATE DE NAISSANCE & AGE ϟ Une froide soirée d'hivers, l'une de ces nuits qui vous glace les os et dont la brise acérée vous abime la peau. Un 10 novembre. Galahad a 24 ans. ; DISTRICT ϟ A vu le jour et a grandi dans le 12. Il a eu l'opportunité de découvrir le capitole et les autres districts après sa victoire aux jeux ; METIER ϟ Galahad n'exerce aucun véritable métier en raison de son statut. Il se contente de sculpter, pour le plaisir. Pour oublier. Pour annihiler cette réalité qui dorénavant le terrifie ou l'écœure. Il hésite, il vacille. Il se perd. ; SITUATION CIVILE ϟ Célibataire pathologique. La crainte de faire souffrir tant physiquement que psychologiquement sur la durée. Il se juge néfaste, pour quiconque tenterait de l'approcher de trop près. Galahad est un être déconnecté, un esprit saccagé, ruiné. Il simule, il feint, il sourit. Pourtant il n'a qu'une envie. Hurler. ; ALLEGEANCE ϟ Pro-rébellion. Arabella et Owen, les "amants maudits" sont morts pour divertir le capitole. Owen était son meilleur ami. Ses frères et soeurs risquent chaque année supplémentaire de faire partie de cette boucherie. Le fils d'Arabella est en danger. Et Rowan devient une nouvelle cible pour l'autorité. Galahad préfère servir de gibier dans ce soulèvement, si c'est nécessaire. Le sacrifice ne l'effraye pas. Voir flamber tout panem, c'est ce qui l'incite à accumuler des actes plus ou moins suicidaires afin d'aider le soulèvement. Endurer la perte d'un autre être cher, il ne pourra pas le surmonter. Plus maintenant. GROUPE ϟ FAME & FORTUNE. Galahad Imbernaty, vainqueur de la 72éme édition des jeux de la faim. ; CREDIT ϟ TUMBLR


réponds aux questions de César
QUE PENSEZ-VOUS DU CAPITOLE ? Le Capitole. Un songe lointoin et terrible, qui soudain, chaque année, sort de l'ombre et frappe. Créature absurde et dégénérée, elle arrache aux familles ses enfants ; pour les amener aux portes d'une boucherie spectaculaire, aux bords de la folie. Plaisirs et divertissements, osent t'ils prétendre, sans honte aucune. Le Capitole lui a enlevé son meilleur ami, le Capitole lui a tailladé une part de lui-même. Le Capitole lui a sali les mains et labouré l'esprit. Chez Galahad, la haine ne parvient plus à se frayer un chemin convenable. Manque de courage ou de lucidité. Sans doute possible, les deux entremêlés. Il se fait invisible la plupart du temps, il s'éloigne de l'agitation. Apparences. Le mal être qui grangrène en son sein, enfle et l'empoisonne, jour après jour. Sa bouche demeure inlassablement close. Ce sont ses idéaux et ses pulsions qui font le reste. Depuis la mort d'Owen et de son épouse, Galahad est l'un des rebelles les plus actifs et discrets du district 12. Au risque de mettre en danger sa famille... Pourquoi ? Puisqu'une certitude l'épouvante. Si il n'agit pas, on lui prendra tout. Absolument tout. Y compris celle qui le fait s'accrocher désespérément à cette réalité purulente, à ce monde proche de l'implosion.
QUEL EST VOTRE AVIS SUR LES JEUX ? Les jeux ont signé son arrêt de mort. D'une manière ou d'une autre. Galahad l'a su, à peine son nom a-t'il résonné dans les hauts-parleurs, le jour de la moisson. Car on ne revient pas indemne, d'un tel voyage. Oui. Et encore faut t'il en revenir vivant. Aucune larme n'a été versé. Il se l'ait farouchement interdit. Les habitants du Capitole n'auront pas ce plaisir, s'est t'il dit. Affichant une mine arrogante et presque blasée. C'est avec la nonchalance du plus superbe des prédateurs, qu'il s'est dirigé vers l'estrade. Froid, amorphe. Pourtant, il sait que son regard l'a trahi. Une seconde a suffi, une horrible seconde qu'il s'est empressé d'écraser afin de ré-afficher son imperturbabilité face à l'annonce. En dessous, dans sa poitrine, ce fut une tout autre histoire. Le coeur sur le point d'exploser, l'osoephage qui s'obstrue et la pensée qui dégringole. Il a cru que ses jambes allaient le lâcher, il a cru que le sol venait de s'ouvrir sous ses pieds.
QUE PENSEZ-VOUS DE LA MORT D'ARABELLA EVERGLADE ET DE SON MARI ? Galahad aurait dû être à la place d'Owen. C'est lui, qui aurait dû mourir dans l'arène. Lors de l'expiation c'est son nom et celui d'Arabella qui sont sortis. La culpabilité le ronge. Owen l'avait prévenu, il ne lui laisserait pas la charge de veiller sur elle. Pas plus qu'il ne voulait que Galahad retourne en enfer. Trop proche d'une épouvantable limite, le jeune homme aurait tôt fait de plonger corps et âme en pleine démence. Il a frôlé et carressé cette chienne plusieurs fois durant les jeux, et la confiance que lui portait son meilleur ami s'est doucement amaigrie. Le risque qu'il s'y abandonne et se perde, était trop grand. Ainsi, les amants maudits du district 12 sont morts dans l'arène, pour le plaisir du Capitole. Le président Snow a enclenché par cet acte, une amorce de rebellion. La peur affronte son plus grand ennemi. L'espoir renaissant. Arabella a donné sa vie pour ouvrir une trappe, celle de la liberté. Galahad s'est enrollé dans les veines palpitantes de la rebellion. Par devoir de mémoire, et de convictions. Et pour la retrouver.
QU'AURAIS REPRESENTE OU REPRESENTERAIS POUR VOUS DE PARTICIPER AUX JEUX ? Galahad avait déjà à son actif, plusieurs souscriptions aux Tesseraes. Besoin de blés, pour se nourrir ou le revendre pour des produits nécessaire à la vie quotidienne. Le braconnage ne suffit pas. Etant l'ainé d'une famille nombreuse, il a toujours veillé sur ses proches. Se sacrifiant sans hésiter, sans jamais s'en plaindre. Un devoir qu'il n'a regretté à aucun moment. Lorsqu'il son nom a été pioché, il figurait déjà sur plus d'une trentaine de petits papiers blancs. Pourtant le choc n'en fut pas moins lourd et douloureux. Un coup de poing dans la machoire, et quelques mollaires qui sautent, n'aurait pas eu meilleur effet. Il a vu son meilleur ami, Owen, revenir victorieux. Cependant changé. Galahad lui, se savait d'avance condamné. Pour la simple et bonne raison, qu'il était persuadé d'être dans la plus complète incapacité de tuer. Tuer un animal, ou tuer un homme. Ca n'a strictement rien avoir. L'expérience lui en aura appris autrement. Lorsque l'homme est enfermé, pris au piège, et que le sang coule dans sa gorge. Ses plus bas instincts reviennent, et il ne devient pas plus équilibré et sensé qu'une bête.
QUELS SERAIENT OU A ETE OU AURAIENT ETE VOS ATOUTS DANS L’ARENE ? Excellent chasseur, Galahad s’échappe depuis gosse au dehors de son district afin de braconner dans la forêt voisine. Il a appris cette pratique en compagnie de son ami Owen. Puis, la petite troupe s’est agrandie quand Rowan fut en âge de les accompagner. Ainsi, il sait se débrouiller, survivre dans la nature. Plantes comestibles, gibiers. Grimper, escalader, il ne peut s’en empêcher. Galahad aime vivre perché. Là haut, le silence et la paix lui sont offertes. Plus rien ne l’atteint. Il se livre à sa seule maîtresse, l'unique digne de son respect ; l’Absolue Liberté. D’une stabilité stupéfiante sur ses guibolles, il est impensable qu’on puisse le faire tomber. Boule de nerfs. Silhouette élancée, aux muscles secs et noueux. Poser des collets ou bien chasser le gibier avec des flèches et un arc en mains. Des atouts non négligeables dans une arène. Manipulation du couteau, également. Mais dans une moindre mesure. Etant issu du district 12, en soit l’exploitation du charbon. Galahad a un peu moins d’un an d’expérience dans les mines lorsque le Capitole le désigne comme tribut. C’est ce qui lui aura en partie sauver la vie. Une mémoire de synthèse extrême ; une capacité à ingérer et enregistrer les menus détails. Et surtout un sens de l’orientation redoutable même dans l’obscurité et les tunnels interminables.
QUEL SERAIT L'OBJET PERSONNEL QUE VOUS EMPORTERIEZ DANS L’ARENE ? Impossible de le déterminer. Galahad ne porte qu’une faible importance aux objets. Les choses n’ont aucune véritable valeur à ses yeux. Prunelles grises, légèrement rehaussées de bleues, qui toisent et analysent. Rien n’est laissé au hasard. Manipulateur ? Pas vraiment. Juste un peu. Juste assez. Si il est distant et détaché par nature, il n’en demeure pas moins d’une pertinence dangereuse. Arrogant, souvent. Il desserre rarement les mâchoires, mais lorsqu’il le fait, c’est habituellement pour articuler une vérité à peine voilée. Qu’il fait avaler et digérer par un sourire léger, flottant sur sa bouille agréable. Ou une plaisanterie, qu’il glisse à sa suite. Bon orateur, c’est évident. Il plait, même sans que sa langue ne s’agite. Si il a gagné au jeu c’est grâce au soutien de nombreux sponsors. Il était parti, malgré son appartenance au district 12, parmi les favoris de cette édition. Toutefois, le tableau est entaché par son cruel manque d’empathie pour les individus qu’il croise, qu’il rencontre, qui ne font pas partie de son cercle étroit et privé. Au jour d’aujourd’hui, la chose est d’autant plus vrai, qu’il n’est même plus capable de se confier ou d’échanger avec ceux qu’il a toujours aimé. En définitif. Galahad n’a rien pris en partant. Aucun objet. Aucune babiole. Rien auquel se raccrocher. Les souvenirs sont ce qu’il a de plus précieux. Et on ne pourrait pas les lui confisquer. Sauf si on en venait à toucher à sa cervelle déglinguée. Ça n’a pas été fait. Sa clairvoyance a été éprouvée, son bon sens écartelé. Sa mémoire demeure intacte.
QUE PENSEZ-VOUS DE LA SPECIALISATION DE VOTRE DISTRICT, DE VOTRE NIVEAU DE VIE ? Le travail dans les mines est délicat, dangereux. Meurtrier. Son père est mort sous le souffle d’un coup de grisou. Son oncle. Et beaucoup trop de ses voisins. Souvent trop jeunes, selon lui, pour que la grande encapuchonnée daigne les rafler. Triste constat... Étant l’ainé de la famille, il a du aider sa mère a subvenir aux besoins. Trois frères. Âgés respectivement de dix-sept ans, douze ans et dix ans. Galahad voudrait les mettre à l’abri de tout. Le Capitole lui rappelle tous les ans que si dorénavant la vie pour eux est plus facile, pour le reste, il n’en est pas question. La moisson. Galaad a exploré les mines durant presque un an. Avant qu’il ne pénètre dans l’arène. Il n’en garde qu’un horrible souvenir. Lui qui s’imagine vivre dans les bois, a subi cela comme une punition. Une fois, l’un des canaris qui les accompagne a cessé de chanter. L’angoisse qui tord les entrailles à cet instant, est comparable à celle qui tenaille dans l’arène. Entre vie et mort. Quelques secondes suffisent pour que tout bascule. La spécialisation, en définitif, n’apporte rien de bon. Son district n’est pas l’un des plus favorisé. Niveau de vie bas. Difficulté pour se nourrir, pour se soigner. La plaque était un marché noir prolifique, mais depuis la récente arrivée des pacificateurs sévères et radicaux, tout se métamorphose et devient davantage compliqué. Un bon point toutefois. Le district 12 est l’un des districts les moins enclin à s’agiter et commettre l’irréparable. Espoir qu’il se borne à croire. Alors qu’il est l’un des premiers à se lancer dans des situations périlleuses. Rébellion pour préserver le peuple. Pulsions suicidaires dont il n'a pas complètement conscience, aussi.


entrez dans l'arène
ϟ PSEUDO BABINE !
ϟ AGE 20 piges, déjà. O.O
ϟ COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? Via la pub sur Bazzart. Je zieute le forum depuis un bon moment. Mais je résistais à l'envie de céder, par manque de temps... J'ai craqué sur Galahad dès ma première visite sur le fo... C'est le seul perso qui m'a vraiment tapé dans l'oeil. Le profil, son histoire... Rah. J'adore ce type de personnage ^^. Et quand j'suis repassée ce soir, sur votre pub... Et que j'ai vu que le predef était encore libre et en plus réclamé... J'ai lâchement renoncé à mes bonnes résolutions. Oui je suis faible x_x.
ϟ AS-TU LU LA TRILOGIE ? Oui ! Je suis une fanatique T_T J'ai été d'ailleurs un p'tit peu déçue par le film... Qui manque cruellement de détails. Et d'intensité à certains moments clefs, qui dans le bouquin prennent aux tripes... Et là, se passent sans vraiment d'accroches. Mais bon... On est toujours un peu deg avec les adaptations '_'. En tout cas, gros coup de coeur pour les acteurs choisis. J'ai énormément apprécié le casting !
ϟ CODE the Hunger Games you win.
ϟ COMMENTAIRES ? J'ai été sur le cul, de voir toutes les annexes (et donc infos) disponibles @_@ Gros et bon boulot des admins ! Bravo *0*
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 0:59


You dont talk. You dont say nothin okay. You're with the ruler and the killer, baby. Listen to me.


Loser, you will answer to me

« Le tribut masculin du District 12 est ... Galahad Imbernaty. » La nouvelle tombe. Elle le frappe de plein fouet et il ne réalise pas immédiatement. Coup de poing dans la gueule. Figé sur place, le regard fixé sur un horizon qu’il ne discerne plus. Le bourdonnement dans ses oreilles l’empêche d’entendre les murmures. Son nom, articulé par cette femme extravagante et inconnue, ne cesse de faire vibrer ses tympans à l’en rendre sourd. Galahad s’attache aux détails pour ne pas sombrer. Perruque orange, rouge à lèvre orange. Cils oranges. Yeux verts. Vert pomme. Dents blanches. Beaucoup trop blanches. Des ongles oranges et verts.
Muet. Idiot. Le bruit irradie sa cervelle, il suffoque. Ses neurones explosent et sa logique se flingue. Ses jambes s’activent, son corps se met en mouvement instinctivement. Apathique. Sa nonchalance et sa grâce naturelle font le reste. A l’écran, le jeune homme se mue dans l’espace tel un félin prêt à bondir. A l’intérieur, les ravages sont cataclysmiques. Pourtant, Galahad n’est pas stupide. Faisant partie des enfants du district ayant le plus grand nombre de Tesseraes à leur actif, les petits papiers dans le gigantesque aquarium portent son prénom et son nom. Encore, encore et encore. Partout. Inscrit en lettres élégantes. Il y avait plus d’une trentaine de chances pour que le destin le vise. Et l’abatte. Galahad vient d’avoir vingt ans. Et c’est chose faite, aujourd’hui.
Il se dirige vers le centre, dans le large couloir séparant les filles et les garçons. Toutes les figures sont tournées vers lui. Beaucoup de monde le connait, par ici. Pour ses simples attraits physiques. Galahad est ce qu’on appelle un jeune homme charmant. Ou pour ce commerce qu’il nourrit. Braconnage. Galahad revend le gibier abattu à la plaque. Double occupation, en plus de son récent travail à la mine.
On ne fait pas attendre le Capitole. Pas plus que ses chiens vêtus de blancs, qui s’approchent et bientôt l’encerclent. Derrière, une voix transcende pourtant sa torpeur et le fait revenir à la réalité. Elle hurle à s’en époumoner et la douleur devient inhumaine. Crampe d’estomac, ses tripes se tordent et une migraine manque de le faire s’écrouler. Ses guibolles sont lourdes, atrocement lourdes. Ses articulations peinent à se plier. Galahad ne se retourne pas. Il ne fait pivoter ni son visage, ni son buste, ni ses pâles prunelles. Ni quoique ce soit. Il ne peut pas. Elle est sauve, se répète t’il. Elle est sauve. On ne la prendra pas. Cette seule pensée lui permet de continue à avancer, et d’ignorer les cris de souffrance qu‘elle pousse. Il s’oblige à ne pas les écouter. Encore moins les comprendre.
On l’escorte jusqu’à l’estrade, où il se positionne à côté du tribut femelle. Katrina Blakpool. Il ne l’a connait que vaguement, de vue. Elle est plus jeune que lui. Elle a l’âge de Rowen. Un nœud dans la gorge. Ses pupilles se dilatent par l’angoisse tandis que son minois demeure bizarrement inexpressif. Droit, fier, ses cheveux bruns aux reflets discrètement dorés resplendissent sous le soleil de plomb. Galahad fait partie de la veine, mais n’en a jamais eu véritablement les caractéristiques. Personne. Il n'est personne. Et il va crever tel qu'il l'a toujours été. En temps qu'anonyme. On aura beau connaître son identité et son faciès, on aura beau l'afficher sur des écrans géants. Il n'existe déjà plus. On raye ce qu'il est, pour façonner une image qui lui échappe. Galahad n'est pas dupe. Il n'a rien d'un guerrier, il n'a pas la moitié des capacités d'Owen, qui lui, est revenu vainqueur il y a quelques années. Alors, désespérément, il la cherche dans la foule. Il imprime ses traits dans sa mémoire, il ne veut pas l'oublier. Il s'y refuse. Elle pleure, elle se débat malgré l'étreinte de Dimitrius. Cette même étreinte qu'il lui avait imposée, dix ans plus tôt. Galahad s'étrangle.
Et le Capitole profite. Les caméras la projettent. Rowan, sa Rowan. Sur les écrans de tout Panem. Ils n'ont pas le droit. Les habitants se galvanisent, se réjouissent surement de sa détresse. De leur détresse.
Il les hait. Ses poings se serrent, il s'entaille les paumes tant il presse.
Le gosse inspire profondément l'oxygène vicié par la poussière. Il pénètre ses poumons. Ses paupières s'abaissent et son coeur tente de s'extirper au dehors de sa cage thoracique. Pourvu qu'on m'offre une mort rapide. Réclame t'il silencieusement. Pour elle. Surtout pour elle.

(...)
Il ne reste plus que quatre tributs. Quatre, moins un. Galahad est assis sur le bord d’une falaise à la hauteur vertigineuse. Les jambes dans le vide, il hallucine, à moitié. La canicule devient fatale. Il balance ses pieds pareil à un gosse mal nourri. La chute ne lui serait pas fatale. Elle lui fracturerait seulement les os. Tant pis. Il préfère ne pas trop s’éloigner de la terre ferme, tout en demeurant assez loin. Hors de portée des tirs. Et ce, afin d’observer d’éventuels adversaires ayant eu l’imprudence de se mettre à découvert. Manque de nourriture, manque de recoins et de cachettes. Déshydratation. Les raisons de cette probable témérité sont nombreuses.
Cela fait plusieurs semaines, qu’ils sont en enfer. Combien exactement ? Aucune putain d’idée.
Tout est dépouillé par ici. L’arène, les premiers jours, a été le théâtre de véritables carnages puisqu’il n‘y a aucun moyen de se dissimuler, si l‘on ne réussit pas à s‘engouffrer dans des altitudes supérieures. Katrina a fait parti des premières victimes. Galahad a eu la présence d’esprit de s’engouffrer et d’explorer rapidement les galeries et passages creusés dans la roche. Sens de l’orientation et soucis du détails. Les artères obscures de ce paysage apocalyptique, sont devenues son territoire. Terrain connu, pas plus compliqué que celui des mines.
Un arc et un carquois, sont les seules choses qu’il s’est osé à ramasser dans la corne d’abondance. Son instinct lui dictant de ne pas trainer. Galahad a couru. Vite. Très vite. Et très loin. Malgré l’étouffante chaleur. Pour finalement s’enfoncer dans les profondeurs inquiétantes des seigneurs de ce domaine. Montagnes, falaises, parois, pentes, cimes, escarpements. Il a escaladé, semblable à un chat de gouttières.
Se nourrissant de petits animaux nocturnes. Buvant de l’eau douce provenant des entrailles des montagnes qu’il eu tôt fait d’arpenter. Au-dedans, l’humidité est préservée. La condensation est plus difficile. La tièdeur est amenée par les rares courants d’air. Ainsi, il y règne une atmosphère moite et lourde. Les vêtements lui collent à la peau, à chaque minute, à chaque heure. La peau se tanne, se craquèle, brûle parfois. Au bout de plusieurs jours, ça ne dérange plus. On s’habite à tout.
Il survit. Il survit parce qu’elle lui a demandé. Il n’a rien promis. Non. Galahad n‘a pas le droit de promettre. Il a juste acquiescé. Mouvement. Bas, haut. Bas, haut.
Il va essayer de s’en tirer. Il va essayer parce que Rowan l’en a supplié.

Il a abattu trois concurrents jusqu’à maintenant. Deux en leur transperçant la gorge d’une flèche, du haut de son juchoir. Le sang dégouline, tâche abondamment la poussière ocre qui tapisse le sol crevassé. Après les gargouillis macabres, le silence réinvestit les lieux. Et les rapaces, parfois, viennent voler au dessus des têtes. Ils s’attardent, tournoient. Sauf que l’hovercraft récupère le corps. Bye-bye, le festin annoncé.

Galahad relève sa frimousse en direction du ciel. Il s’assombrit. L’astre ardent descend. Une main tendue devant son visage émacié, il compte. Cinq doigts écartés. Il en abaisse un. Et un autre. Le crâne penché sur la droite, semblable à un félin intrigué. Il lorgne longuement les estafilades qui marquent ses avants bras, et ses mains. Inspiration. Expiration. Inspiration.
Stop.
Sur le qui-vive, Galahad se redresse. Il n’a pas le temps d’empoigner son arc qu’une masse lui tombe dessus et le coince face contre terre. Sa pommette cogne sur de la pierre. Il sent sa chair s’ouvrir et le liquide écarlate le souiller. Un gémissement sort d’entre ses lèvres gercées. Pour aussitôt se transformer en un grognement guttural. Il a oublié qu’il était doué de parole. Il a oublié qu’il n’était pas qu’un prédateur.
Il a oublié tout ça quand il a tranché la gorge de cette fille, avec ce poignard qu’elle brandissait pour l’étriper sans pitié. Atteindre une cible avec une flèche était traumatisant, mais nécessaire si il ne voulait pas crever. Devenu dès le début des jeux une cible à abattre, il a dû se protéger les arrières. Sauf que la mort, vue de si près, est d’autant plus épouvantable qu’il n’aurait pu l’imaginer.
Il pense. Il remue les récents souvenirs et ça lui donne la nausée.
Une poigne furieuse lui tire les cheveux en arrière, et son front cogne presque instantanément la surface plane et dure à sa gauche. « Bah alors chaton, on sort pas les griffes ? » Timbre hautain et voix nasillarde. Un gout métallique sur le palais. Sa vision se déforme. Ses muscles se bandent et il se rebiffe. Un coup de coude, deux ruades. Il se retrouve au dessus de l’assaillant. Un carrière. District 2. Il ignore son prénom. Il s’en fout.
Ce sont eux, les carrières, qui l’ont pris pour cible dès le début. Trop malin, trop agile, trop rapide. Ce qui lui a valu le pseudonyme de chaton. Et aussi la conviction de devenir un assassin.
Il n’y a plus que des carrières en compétition, a ce stade des jeux, de toute façon. Un coup de poing sur le nez, l’hémoglobine gicle. Galahad braille, en assène un second. Et des énormes paluches compriment sa gorge. Galahad manque d’air, l’autre reprend le dessus.
Oppression. Ses mains fouillent les environs, grattent frénétiquement la poussière et la mousse sèche. L’asphyxie. Il paniquerait presque. Presque, car il n’est plus capable d’appréhender les événements comme un être normalement constitué. Déconnecté de la réalité. Il agit selon ses plus bas instincts, selon de destructrices pulsions, qui le dépassent.
Le tube froid d’une flèche. L’index et le majeur s’en empare. Un geste vif et précis. La pointe d’acier transperce la tempe du district 2. Galahad crie, tout en raffermissant son attaque. Appuyant de toutes ses forces. Et la flèche s’enfonce, un peu plus. Centimètre, par centimètre. Un filet de bave glisse sur le menton du garçon de son âge. Blond, yeux couleur noisette. Mâchoire carrée et épaules larges. Galahad s’accroche toujours aux menus détails, lorsqu’il se sent sur le point de s’écrouler et de sombrer trop profondément… En pleine quoi ? En pleine démence. Croit t-il.
Les yeux du concurrent perdent de leur éclat de rage et de haine. La vie disparait.
Galahad le pousse violemment. L’autre bascule et s’écroule, inerte.
Des tremblements dans les membres, l’adrénaline. Les convulsions l’obligent à s’assoir et à se reculer. Le dos contre la paroi de sa tanière, il scrute le macchabé. Non sans difficultés, le gamin s’approche de la dépouille et la dépose au bord, tout au bord. Là où un hovercraft viendra le récupérer. Galahad tire d’un coup sec sur la tige d’acier. Et, lentement, il tente maladroitement d’essuyer la liqueur purpurine qui suinte. Il tâtonne le petit trou sur la tempe. Le recouvre de mèches blondes qui se teintent de rouge ; comme pour dissimuler son crime, son acte. « Ca va aller, t’inquiètes pas. Ca va aller. » Un coup de canon retentit. Il est mort. Définitivement mort. Tandis que Galahad est cinglé.

Deux coups de canon supplémentaires, dix minutes plus tard. Les deux autres tributs restants se sont entretués. Alors, insensiblement. Galahad se hisse jusqu’au bord de son perchoir. Et, sans attendre, se remet à compter sur ses doigts. Comme si de rien n’était. Il reprend son activité.
Une main tendue devant son visage émacié, il compte. Cinq doigts écartés. Il en abaisse un. Et un autre. Et un autre. Et un autre. Le crâne penché sur la droite, semblable à un félin intrigué. Il lorgne longuement les estafilades qui marquent ses avants bras, et ses mains. Inspiration. Expiration. Inspiration.
Stop.
On vient le chercher, c’est terminé.
Ses jambes le soulèvent, il se hisse sur l’échelle. Elle l’immobilise avec son étrange courant magnétique.
On le récupère. La panique le submerge.
Il hurle, il se débat, il essaye de mordre et de briser quand il remarque le nombre de personnes qui l‘attendent. Et toutes ces figures dissimulées. Claquant des mâchoires. Crachant. On le couche avec fermeté et on le maintient sur une table aseptisée. Combien de personnes pour le bloquer ? Il ne sait pas. Galahad continue de mugir, rugir, glapir, s‘égosiller. Il continue de se tordre, de se contorsionner. De se débattre et de feuler. Des sangles l’immobilisent sur sa couche glacée. Il frappe l’arrière de sa boite crânienne avec l’énergie du désespéré. Il frappe, il frappe. Il frappe pour ne plus rien entendre. Il frappe pour ne plus réussir à penser. Il frappe pour enlever les images qui défilent dans son esprit. Il frappe pour ne plus voir le visage de celui qu’il vient de tuer. Il frappe. Il frappe pour ne pas remarquer qu’il est encore en vie. Il frappe avec l’imbécile illusion qu’on le laissera partir. Il frappe. Il frappe et le sang glisse le long de sa nuque, brûlant et onctueux. Il frappe. Il frappe malgré les ordres, et l’agitation qui règne autour de lui. Il frappe parce qu’il n’a plus qu’une envie ; Celle de crever, celle qu‘on lui foute la paix. Alors il frappe. Oui, il frappe jusqu’a perdre connaissance, avant même que l’aiguille ne transperce la peau marbrée et ambrée de son bras blessé.
Coupable. La sentence résonne dans sa cervelle saccagée. Coupable. T'es qu'un putain de meurtrier.

(...)
Les cauchemars vont et viennent. Pas de moments de répits. Journée ou nuit ; ça n’a pas d’importance. Dès que le sommeil l’emporte, le chaos l’absorbe. Ils ont empiré alors qu’Owen et Arabella partaient pour l’Expiation. L’Expiation. Tous, avaient compris qu’ils ne reviendraient pas. Pas cette fois. Pas si l’un d’entre eux venaient à décéder dans l’arène. Galahad s’est contenté de les observer, de leur dire au revoir muet. Sa bouche ne sait pas ouverte. Et ses prunelles délavées n’ont fait que fixer un vide illimité. La honte, l’angoisse et l’impuissance. Un mélange redoutable, ayant eu raison de lui. Galahad ne sait plus vraiment communiquer. Il n’en perçoit plus l’intérêt non plus, malgré ce qu’on aura essayé de faire pour l’aider.
Les horreurs qu’il a subi ou fait endurer, l’ont poussé à se détacher de cette tangibilité détestée. En dehors de ce cosmos putrescent. Il croit touché du bout des doigts la liberté. Il se trompe. Il s’enchaîne, se ligote, pour mieux couler et ne plus remonter.
Avant la fin de l‘événement, le sale môme s’est éclipsé. Le Capitole n’a pas dû apprécier, puisque son visage revenait régulièrement sur les écrans géants. Il s’en fiche éperdument. Incapable de soutenir le regard de son meilleur ami. Encore moins celui de son épouse. Il a préféré partir. Pas une larme. Pas un tressaillement de sa part.
Depuis qu‘il est revenu chez lui, Galahad ne prend pas la peine de feindre ou d‘imiter quelques fadaises éparpillées par la bonne éducation de ses semblables. Il ne voit son espèce que comme une race primaire et dénuée de morale. Un animal certes des plus cruels et inventifs. Mais un animal quand même. Les animaux font t-ils preuve de civilité entre eux ? Non.
Ainsi, il est simplement parti. Pour aller où ? Là où on ne le trouvera pas, où on ne viendra pas le chercher, où les règles et les convenances ne sont pas de rigueur. La forêt bordant le district 12. Il s’y est enfoncé sans désirer une seule seconde faire demi-tour. Vivre là-bas. Y rester jusqu’à la fin des temps. Pourquoi pas. Sa famille est à l’abri du besoin. Lui n’est qu’une épave que l’on évite soigneusement.
Un sourire désabusé se peint sur sa frimousse, tandis qu’il explore les environs, sans bruits. Craquements de branches, courant d’air à l’odeur épicé qui lui gifle les joues. Qu’importe ce que l’on pense de lui, il fait ce qu’on lui commande. Ni plus, ni moins. Il endosse le rôle du gagnant charmant, avec une pointe d’arrogance. Il suffit d’appuyer sur le bouton. Il endosse le rôle du fils modèle, obéissant et enjoué. Il suffit d’appuyer sur le bouton. Il endosse le rôle du citoyen respectueux et enclin à s'assujettir sans réserve aux pacificateurs. Il suffit d’appuyer sur le bouton.
La coquille, l’enveloppe charnelle est vide. Vide d’envie. Vide d’espoir. Vide de sens.

Rébellion. Arabella a embrasé les esprits, par son acte. Elle a bouleversé les règles établies, elle a changé l’ordre des choses. Elle a vengé les victimes et les survivants. Elle a rejoint celui qu’elle aimait. Owen a trépassé en la protégeant. Son corps s’est lourdement écrasé sur le sol, pour ne plus se relever. Jamais. Je les hais. Je les hais si fort, que la souffrance me fait plier.
Je ploie sur le poids de ma haine et de ma rancœur. Il a été mon modèle. Il a été mon ami. Il a été celui qui m’a si farouchement gardé en vie. Et aujourd’hui, il est parti. Il est parti en me faisant jurer de la protéger, quoi qu’il m’en coute. « Parce que sans elle, Gal’… Sans elle, tu finiras fou. » Le Capitole me l’a pris. Il me l’a pris, si violemment que je ne réalise toujours pas. Pas plus que la silhouette fluette d’Arabella, qui bientôt s’affale sur la terre sèche de l’arène ensanglantée. La télévision grésille; l’écran devient noire. Ils ont coupé les communications. Mon instinct m’incite à me redresser. Et ma première pensée est de sortir dans le froid mordant de ce début de soirée. Une alarme s’est mise en marche, à l‘intérieur de ma tête à la tignasse hirsute et dorée. Je redoute qu’ils ne s’en prennent à elle. A eux. Sa famille. Leur famille. Arabelle a peut-être lancé un appel d’espoir et de révolte. Mais elle vient également de condamner Rowan. Rowan, Jace. Et le reste de leur famille. Que pensait t-elle, exactement ? Que croyait t-elle, bordel !
Comment a-t-elle pu croire qu’on les laisserait tranquilles, après ça ?
La panique me submerge. Ma mère m’appelle, tente de m’attraper par le bras, mais je me défais de son étreinte en grognant. Je n’entends rien. Rien d’autre que mon pou qui tambourine sur mes tempes et ce hurlement terrible et chimérique. Celui que j‘imagine et qui me parait cependant si réel, toutes les nuits, depuis l‘annonce de l‘Expiation. C‘est celui de Rowan. Rowan. Une parade qui tourne à l’obsession. Je trébuche dans les escaliers, je traverse le couloir et franchit le seuil de la porte à bout de souffle. Les yeux d‘un halluciné. Je dois ressembler à un clébard enragé. Je tourne. Je cherche. Je les vois. Déjà, ils sortent les gens que je connais depuis gamin. Ils sortent mes voisins, mes amis. Mes proches. Ils les sortent sans ménagements, les secouent. Dimitrius tombe en voulant barrer la route entre eux et sa mère. S’en ai trop pour moi. Je cours, sans m’en rendre compte. Je cavale comme un aliéné et repousse les molosses vêtus de blancs. Ils n’ont pas le droit de lever la main sur Moïra. Pas le droit de lever la main sur qui que ce soit ici.
J’en attrape un à la gorge, je l'enlace et l’étrangle. Mon bras est un étau dont je jure qu’il ne réchappera pas. Deux autres m’agrippent, par derrière. M’obligent à lâcher prise. Je n’en fais rien. Mon regard passe par-dessus de l’épaule du pacificateur. Et dans le groupe de figures que je connais par cœur, je cherche. Encore. Je cherche et je ne la trouve pas. Je ne la trouve pas et les flammes, soudain, s’élèvent de la maison non loin de la mienne. Mes mâchoires se serrent, mon impuissance me fait suffoquer. J’ouvre la bouche, en braillant par delà le brouhaha de pleurs et de cris et de l’incendie, pour demander où elle est.
Sauf qu’une crosse me cogne à la tempe, je trébuche. Raide. Mes genoux me lâchent. Je m’écroule sur la pelouse verte. Verte, comme les yeux et les ongles d'Effie Trinket. A quelques nuances près. Rattache toi, a ce dont tu es sûre. Rattache toi à ce que tu sais. Un gout amer se distille dans ma bouche. Un liquide épais et acre se dépose sur mon palais et ma langue. Je tousse. Et je les regarde les emmener, en remuant, en me débattant tandis que les deux molosses continuent à me soumettre, à me clouer sur le gazon. Moïra me jette un regard inquiet. Je n’en saisis pas l’utilisé. Ce n’est pas de moi dont il faut s’inquiéter. C’est d’elle. De ses enfants. De leur prochaine destination. Je supplie pour qu’on les laisse en vie. Je supplie n’importe qui. N’importe quel dieu. N’importe quoi. Je supplie et je sens des larmes qui maculent mes pommettes. Elles me calcinent la peau et mes ultimes restes de dignité.
Je sens ma mère me caresser les cheveux, et demander à ce qu’on me libère. Il refuse, tant que « la mission ne sera pas achevée. »
Je me fiche de tout. D’absolument tout. Je n’ai plus que ma fatale déraison en tête. J’articule un « Où est t-elle ? ». Dimitrius secoue furtivement son visage blême. Il ne sait pas. La question-réponse clandestine ne passe pas inaperçue chez l’un de mes bourreaux, qui en vociférant une injure, martèle une nouvelle et dernière fois mon crâne. Un feulement lointain et diffus, que je devine provenir de ma propre trachée. Je n'ai rien pu faire. Rien. Rien. Absolument rien.
Le trou noir veut m'engloutir. Je résiste assez longtemps pour me faire une promesse.
Personne ne s'en prendra à elle. Je les tuerai.
Retour dans l'arène.


Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 1:08
bienvenue parmi nous, tu vas faire une heureuse toi
courage pour ta fiche itoutitout
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 9:23
ha tiens galahad
bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 9:59
Bienvenue, depuis le temps que Rowan t'attend
Bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 18/02/2012
ϟ MESSAGE : 1384
ϟ AVATAR : Jennifer Lawrence
ϟ MULTICOMPTE : A. Hadès Yaxley / Daniel Brunet
ϟ DISTRICT : District 12 actuellement prisonnière du 11
ϟ AGE : 21 ans
ϟ METIER : en fuite
ϟ LIFESTYLE : Difficiles mais subvient à ses besoins
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : HUNTER
ADMINISTRATRICE DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 10:18
Spoiler:
 

AHRGGGGHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !!!!

... Non ne prend pas peur, reste.
Le début de ta fiche ... Ton avatar. Les Gifs... Gosh tu es totalement dans le personnage !!!
Si tu as la moindre question n'hésite surtout pas Smile

Galahad Y. Imbernaty a écrit:
Et quand j'suis repassée ce soir, sur votre pub... Et que j'ai vu que le predef était encore libre et en plus réclamé... J'ai lâchement renoncé à mes bonnes résolutions. Oui je suis faible x_x.
Mais tu pouvais pas venir plus tôt, bande de sadique
Pour la peine tu mérites le fouet


Galahad Y. Imbernaty a écrit:
J'ai été sur le cul, de voir toutes les annexes (et donc infos) disponibles @_@ Gros et bon boulot des admins ! Bravo *0*
Bon je te pardonne alors ^^ Merci beaucoup. Oui c'était un gros boulot mais c'est gratifiant tous ces compliments Wink

_________________

MY BROTHER DIED FOR US. FOR FREEDOM.
There’s a limit to your love like a waterfall in slow motion like a map with no ocean. There’s a limit to your love your love, your love, your love.  There’s a limit to you care, so carelessly there, is it truth or dare. There’s a limit to your care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 26/02/2012
ϟ MESSAGE : 1155
ϟ AVATAR : Liam Hemsworth
ϟ DISTRICT : Originaire du 4, il est est actuellement un fugitif dans le 13.
ϟ AGE : 25 ans. Il a gagné la 64ème édition des jeux à 14 ans.
ϟ METIER : Il est assigné à l'intendance dans le 13, en cuisine.
ϟ LIFESTYLE : Le niveau de vie est correct et surtout équitable à chaque habitant, merci le 13. Mais sachant qu'il est un vainqueur et qu'il est originaire d'un district assez riche, il n'a jamais eu à se plaindre.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : SURVIVOR
MODÉRATEUR DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 10:32
Bienvenue à toi /o/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 11:23
Bienvenuue.
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 01/02/2012
ϟ MESSAGE : 760
ϟ AVATAR : holland roden.
ϟ MULTICOMPTE : velvet baxter.
ϟ DISTRICT : sept.
ϟ AGE : twenty-one y.o
ϟ METIER : mentor du sept.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : indécis
ϟ COMPÉTENCES : SLAVE
ADMINISTRATRICE DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 11:27
Quel excellent choix de pv, tu as bien fait de céder.
Bienvenue parmi nous ! I love you N'hésite pas à venir sur la box.

_________________

    And i never knew daylight could be so violent. When it's over, you're the start. You're my head and you're my heart. A revelation in the light of day, you can't choose what stays and what fades away. And I'd do anything to make you stay. No light, no light, I need to make it right. ▽ florence + the machine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 12:54
Merci tout le mondeuh *0*
Ca fait plaisir un tel accueil !

Et oui pour Galahad, j'ai cru comprendre que le petit était attendu depuis un moment déjà... Alors que... Sincèrement, je ne capte pas pourquoi il n'a pas été pris plus tôt O.O C'est mon coup de coeur du début, dès que j'ai découvert le fo...
J'pensais qu'il serait investi par une âme charitable, m'enlevant à moi, pauvre brebis égarée, la tentation de céder ! *couine* #BAF#
A croire qu'il m'était destiné

*voit Row' arriver, hésite entre partir en courant ou se cacher sous le lit @_@*
XD - pas le temps de réfléchir *plonge sous le lit*
En tout cas, cool que les premiers aperçus du Galahad made by me te conviennent a ce point *se dandine* Et... Et... Pas le fouuueeet nOOoooOOOoooOOooon *pleurniche* humf. Oui je sais, tout de suite ça casse un peu le mythe.

POur ce qui est des compliments, bah honnêtement, ils sont mérités. J'ai vraiment été impressionnée par la masse de boulot accompli. Et aussi, outre cela, par tout ce qui se déroule au niveau de l'interactivité ; avec les différents sujets dispo pour la première intrigue ! Puisque je ne sais que trop bien le taff que ça demande, ça aussi O.O
Enfin bref, j'arrête de dire des gentillesses. Ca m'arrache presque la bouche =O
#BAM#

Pour les questions. No soucy, j'risque de te mpotter ^^
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 18/02/2012
ϟ MESSAGE : 1384
ϟ AVATAR : Jennifer Lawrence
ϟ MULTICOMPTE : A. Hadès Yaxley / Daniel Brunet
ϟ DISTRICT : District 12 actuellement prisonnière du 11
ϟ AGE : 21 ans
ϟ METIER : en fuite
ϟ LIFESTYLE : Difficiles mais subvient à ses besoins
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : HUNTER
ADMINISTRATRICE DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 13:01
Mais non reste, ils vont te le confirmer je suis gentille * CONFIRMEZ J'AI DIS !!! BANDE DE LIMACES !!!!*

Bah il a été pris, une fois la personne a pas finit sa fiche, une autre fois la fiche était finit mais la personne pas active, et enfin une autre fois et la fiche pas finit. Ce rôle est maudit pourtant ... Je suis la vierge du 12, ce devrait attirer du monde ça ^^ * COUCHÉ GRAHAM ! *

N'hésites pas j'essayerais de te répondre au mieux Smile et si tu veux avoir un aperçu de ce qui t'attends avec Rowan on a un "rp" déjà tout prêt, auquel personne à répondu dans le 12 Smile

_________________

MY BROTHER DIED FOR US. FOR FREEDOM.
There’s a limit to your love like a waterfall in slow motion like a map with no ocean. There’s a limit to your love your love, your love, your love.  There’s a limit to you care, so carelessly there, is it truth or dare. There’s a limit to your care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 13:08
Arf ! xD
Bah pour tout t'avouer, j'ai eu exactement le même coup avec un perso... Que je joue maintenant depuis... plus d'un an O.O Même type de perso, supra attendu aussi. Mais chaque fois des tentatives qui n'ont, en définitif, rien donné. Et moi, en totale hallu quand j'suis arrivée, parce que le perso, de base est juste extra. Du coup... Je... Je jure de briser la malédiction galahadienne
Ce genre de coup de coeur m'arrive pas souvent... Alors. C'est bon signe ! Razz


*lui tapote le dos* Sois gentille avec les autres. Sinon...SI... SInon j'vais devoir te donner une grosse fessée tu sais. /déjà dehors.

*revient tout rouge et tout colère* Gra... Graqui ? *regarde partout et sort le crayon - méthode Joker Cool *

Ah cool de le signaler ! J'ai lu hier soir ta fichette, qui m'a donné encore plus d'infos que je n'osais l'espérer ! J'vais aller lire de ce pas le susu en question *-*
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 18/02/2012
ϟ MESSAGE : 1384
ϟ AVATAR : Jennifer Lawrence
ϟ MULTICOMPTE : A. Hadès Yaxley / Daniel Brunet
ϟ DISTRICT : District 12 actuellement prisonnière du 11
ϟ AGE : 21 ans
ϟ METIER : en fuite
ϟ LIFESTYLE : Difficiles mais subvient à ses besoins
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : HUNTER
ADMINISTRATRICE DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 13:11
Tu as aussi la fiche de scénario de Dean (parce que oui tu as deux concurrents, Rowan fait de sacré ravage sans même le savoir Smile ) j'ai oublié d'éditer la fiche du PV de Galahad avec ce nouveau lien. C'est ICI

EDIT : Oh oui fesse moi

_________________

MY BROTHER DIED FOR US. FOR FREEDOM.
There’s a limit to your love like a waterfall in slow motion like a map with no ocean. There’s a limit to your love your love, your love, your love.  There’s a limit to you care, so carelessly there, is it truth or dare. There’s a limit to your care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 13:23
C'est pas grave voyons... Notre prochain sujet rp ( vu ce que j'viens d'aller lire) va permettre à Galychou d'enfermer ta p'tite libertine O.O
Eh bien oui... Il faut savoir délimiter son territoire face aux autres mâles...
HUmf.
#BAF#

J'vais lire le lien Razz
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 26/02/2012
ϟ MESSAGE : 1155
ϟ AVATAR : Liam Hemsworth
ϟ DISTRICT : Originaire du 4, il est est actuellement un fugitif dans le 13.
ϟ AGE : 25 ans. Il a gagné la 64ème édition des jeux à 14 ans.
ϟ METIER : Il est assigné à l'intendance dans le 13, en cuisine.
ϟ LIFESTYLE : Le niveau de vie est correct et surtout équitable à chaque habitant, merci le 13. Mais sachant qu'il est un vainqueur et qu'il est originaire d'un district assez riche, il n'a jamais eu à se plaindre.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : SURVIVOR
MODÉRATEUR DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 13:25
Rowan E. Morgenstern a écrit:
Mais non reste, ils vont te le confirmer je suis gentille * CONFIRMEZ J'AI DIS !!! BANDE DE LIMACES !!!!*
*Se prosterne et confirme*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 13:27
Quelle obéissance O.O t'as pas honte de te soumettre comme ça, à une simple fillette enquiquineuse et rageuse ?? =O
SHAME ON YOU GUY !

/esquive les projectiles
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 18/02/2012
ϟ MESSAGE : 1384
ϟ AVATAR : Jennifer Lawrence
ϟ MULTICOMPTE : A. Hadès Yaxley / Daniel Brunet
ϟ DISTRICT : District 12 actuellement prisonnière du 11
ϟ AGE : 21 ans
ϟ METIER : en fuite
ϟ LIFESTYLE : Difficiles mais subvient à ses besoins
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : HUNTER
ADMINISTRATRICE DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 13:28

Crains la colère de Popozilla Wink
Nale >>> c'est bien brave bête ^^

_________________

MY BROTHER DIED FOR US. FOR FREEDOM.
There’s a limit to your love like a waterfall in slow motion like a map with no ocean. There’s a limit to your love your love, your love, your love.  There’s a limit to you care, so carelessly there, is it truth or dare. There’s a limit to your care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 26/02/2012
ϟ MESSAGE : 1155
ϟ AVATAR : Liam Hemsworth
ϟ DISTRICT : Originaire du 4, il est est actuellement un fugitif dans le 13.
ϟ AGE : 25 ans. Il a gagné la 64ème édition des jeux à 14 ans.
ϟ METIER : Il est assigné à l'intendance dans le 13, en cuisine.
ϟ LIFESTYLE : Le niveau de vie est correct et surtout équitable à chaque habitant, merci le 13. Mais sachant qu'il est un vainqueur et qu'il est originaire d'un district assez riche, il n'a jamais eu à se plaindre.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : SURVIVOR
MODÉRATEUR DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 13:49
J'ai pas honte non, elle est gentille je vais pas dire le contraire Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 18/02/2012
ϟ MESSAGE : 1384
ϟ AVATAR : Jennifer Lawrence
ϟ MULTICOMPTE : A. Hadès Yaxley / Daniel Brunet
ϟ DISTRICT : District 12 actuellement prisonnière du 11
ϟ AGE : 21 ans
ϟ METIER : en fuite
ϟ LIFESTYLE : Difficiles mais subvient à ses besoins
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : HUNTER
ADMINISTRATRICE DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 14:18
Je suis amoureuse de ton style ... Fais moi des bébés ^^

_________________

MY BROTHER DIED FOR US. FOR FREEDOM.
There’s a limit to your love like a waterfall in slow motion like a map with no ocean. There’s a limit to your love your love, your love, your love.  There’s a limit to you care, so carelessly there, is it truth or dare. There’s a limit to your care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 26/02/2012
ϟ MESSAGE : 361
ϟ AVATAR : Tom Hiddleston.
ϟ DISTRICT : Originaire du district 7.
ϟ AGE : 31 ans.
ϟ METIER : Vainqueur, il n'a plus besoin de travailler. Il exerce son "talent" comme on le lui demande.
ϟ LIFESTYLE : Il n'est pas à plaindre, au contraire.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : indécis
ϟ COMPÉTENCES : PROTECTOR
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 14:43
    Nale L. Targethnam a écrit:
    Rowan E. Morgenstern a écrit:
    Mais non reste, ils vont te le confirmer je suis gentille * CONFIRMEZ J'AI DIS !!! BANDE DE LIMACES !!!!*
    *Se prosterne et confirme*


    Bienvenue à toi, jeune PV très très attendu.

_________________

    Celui qui recherche la vengeance devrait creuser deux tombes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 14:52
*la tire dans un coin sombre* A tes ordres.
( Je tiens a faire remarquer mon absolue obéissance ! J'ai cédé a Popozilla O.O
Sans AUCUNE arrière pensée. Humf.
Qui... Qui fait des messes basses ?? )


Merci Gagaby
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 18/02/2012
ϟ MESSAGE : 1384
ϟ AVATAR : Jennifer Lawrence
ϟ MULTICOMPTE : A. Hadès Yaxley / Daniel Brunet
ϟ DISTRICT : District 12 actuellement prisonnière du 11
ϟ AGE : 21 ans
ϟ METIER : en fuite
ϟ LIFESTYLE : Difficiles mais subvient à ses besoins
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : HUNTER
ADMINISTRATRICE DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 14:59

_________________

MY BROTHER DIED FOR US. FOR FREEDOM.
There’s a limit to your love like a waterfall in slow motion like a map with no ocean. There’s a limit to your love your love, your love, your love.  There’s a limit to you care, so carelessly there, is it truth or dare. There’s a limit to your care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 26/02/2012
ϟ MESSAGE : 463
ϟ AVATAR : phoebs tonkin.
ϟ MULTICOMPTE : nope.
ϟ DISTRICT : originaire du deux, actuellement dans le treize.
ϟ AGE : vingt ans.
ϟ METIER : autrefois elle s'entraînait pour les jeux.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : indécis
ϟ COMPÉTENCES : SURVIVOR
ADMINISTRATRICE DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 17:58
OMG GALAHAAAAD cheers
Je crois que tu étais assez attendu :smile3: Mais j'ai un doute
Oh et si Rowan t'embête trop, tu peux toujours venir me rendre visite dans le deux
Et sinon bienvenue parmi nouuuus I love you

_________________

and i'm a long way, from your hill or cavalry. and I'm a long way from where I was, where i need to be. if there is a light you can always see and there is a world we can always be. if there is a kiss i stole from your mouth and there is a light, don't let it go out.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 18/02/2012
ϟ MESSAGE : 1384
ϟ AVATAR : Jennifer Lawrence
ϟ MULTICOMPTE : A. Hadès Yaxley / Daniel Brunet
ϟ DISTRICT : District 12 actuellement prisonnière du 11
ϟ AGE : 21 ans
ϟ METIER : en fuite
ϟ LIFESTYLE : Difficiles mais subvient à ses besoins
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : HUNTER
ADMINISTRATRICE DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 17:59
Bonnie Balsey a écrit:
OMG GALAHAAAAD cheers
Je crois que tu étais assez attendu :smile3: Mais j'ai un doute
Oh et si Rowan t'embête trop, tu peux toujours venir me rendre visite dans le deux
Et sinon bienvenue parmi nouuuus I love you

Tu mériterais que je change de compte pour te fesser avec Hadès ^^
MECHANTE !!

Oh super jeu de mot OMG devient OH MY GALAHAD !!!! ^^

_________________

MY BROTHER DIED FOR US. FOR FREEDOM.
There’s a limit to your love like a waterfall in slow motion like a map with no ocean. There’s a limit to your love your love, your love, your love.  There’s a limit to you care, so carelessly there, is it truth or dare. There’s a limit to your care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 26/02/2012
ϟ MESSAGE : 463
ϟ AVATAR : phoebs tonkin.
ϟ MULTICOMPTE : nope.
ϟ DISTRICT : originaire du deux, actuellement dans le treize.
ϟ AGE : vingt ans.
ϟ METIER : autrefois elle s'entraînait pour les jeux.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : indécis
ϟ COMPÉTENCES : SURVIVOR
ADMINISTRATRICE DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   Lun 7 Mai - 18:03
Je n'attends qu'une fessée de sa part tu le sais bien *sors*
Puis je sais que Galahad c'est chasse gardée Rolling Eyes (mais j'aime les défis *sors*)
Pas mal le jeu de mot, pas mal

_________________

and i'm a long way, from your hill or cavalry. and I'm a long way from where I was, where i need to be. if there is a light you can always see and there is a world we can always be. if there is a kiss i stole from your mouth and there is a light, don't let it go out.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
IDENTIFICATION PASS

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: The Ruler and The Killer ; Galahad   
Revenir en haut Aller en bas
 

The Ruler and The Killer ; Galahad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Galahad le retour
» Galahad - Midi ! Je vais me faire des taliatelles.... des tagliatheltes... des tahliatèles... des tagliatailes... ET MERDE !!!!! Je vais au kebab !!!
» Jeff The Killer
» Construction, Destruction, Reconstruction. [PV= Daïgo & Killer Bee]
» Victoria Beurk ღ She's a Killer Queen, guaranteed to blow your mind (Terminé)
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daughter of Fire :: saison un, fiches.-
Sauter vers: