Partagez | 
 

 EPISODE UN, spring celebration.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 11/01/2012
ϟ MESSAGE : 407
ϟ AVATAR : Capitole
ϟ MULTICOMPTE : Aucun
ϟ DISTRICT : Capitole
ϟ AGE : Immortel
ϟ METIER : Président du Capitole
ϟ LIFESTYLE : Luxueuse
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : contre
ϟ COMPÉTENCES : LEADER
MAY THE ODDS BE IN YOUR FAVOR
MessageSujet: EPISODE UN, spring celebration.   Mer 2 Mai - 18:38

Spring celebration


SUJET COMMUN : L'ATTENTAT TERRORISTE.
Le district huit était réputé pour être l'un des districts les plus révolutionnaires de tout Panem. Leur arme ? Les grèves. Cependant, le Capitole ayant développé ses propres usines de vêtements de luxe face aux arrêts de travail, cela faisait au moins une bonne décennie que personne n'avait réellement osé se révolter. Pourtant, certains jeunes du district semblaient profiter de cette célébration du printemps pour se réunir et tenir des propos douteux à l'encontre du Capitole. Heureusement, ces réunions restaient secrètes, et la plupart des habitants du huit célébraient un peu partout dans le centre ville. Ces derniers tentaient d'ailleurs d'être les plus joyeux et festifs possibles, afin de garder les pacificateurs loin des petits groupes de jeunes pseudo-révolutionnaires.

En effet, très rare étaient ceux qui se lamentaient de ne ne pas avoir été tiré au sort pour la loterie nationale de Panem, ou même d'être vainqueur d'une ancienne édition. En effet, quelques habitants de chaque district avaient eu l'aubaine d'être tiré au sort, leur permettant de voyager et d'assister aux festivités dans la Capitale, tandis que la plupart des anciens vainqueurs les accompagnaient. Il était d'ailleurs aisé de reconnaître les gagnants de la loterie sur l'écran, puisque les caméras les filmaient assez souvent à leur insu. Des scènes cependant extrêmement discrètes, puisque l'attention de la plupart des habitants étaient concentrés sur leur propre célébration.

Lorsque les premiers grésillements des écrans géants se firent entendre, signe que le son était augmenté à travers tout le district, la population du huit accueillit cette pause dans leur fête avec méfiance. L'attention des citoyens se posa sur les écrans, sur lesquels l'image d'un président Snow montant sur une estrade apparut. La population dut alors se rassembler autour de ces immenses écrans dispersés dans le centre ville. Et lorsque Caius Snow prit la parole, tous écoutèrent avec grande attention son discours, en direct même du Capitole.

(...)

Entouré d'un escadron de Pacificateurs, il quitta la salle sécurisée pour faire ses premiers pas dans la 75ème arène des Hunger Games. Amnelia Parkerbols glissa son bras sous le sien, et ensemble, ils gravirent les quelques marches menant à l'estrade. Un silence lourd tomba sur les convives lorsque le Président prit place à la tribune. Les Capitolins cessèrent leurs bavardages et l'attention se concentra sur cet homme, grand charismatique, et surtout charmeur, qui surplombait la foule. Il se dégageait de Caïus Snow une aura d'autorité et d'assurance qui glaçait le sang des habitants des Districts et charmait les Capitolins. "Bienvenue citoyens de Panem à la cérémonie d'hommage aux tributs qui ont sacrifié leur vie dans l'Arène. Bienvenue à tous." Le Président marqua une pose symbolique avant de se tourner vers l'écran de géant sur sa gauche. "Pour commencer.... Souvenons-nous." L'écran s'éclaira, un champ funèbre du District 7 retentit, et les premières images apparurent. Sur l'écran défilèrent les portraits de tous les tributs morts dans l'Arène, ainsi que quelques images de plus beaux combats de ces derniers. Une émotion sembla enfler à la table des "représentants" des districts. Sur ces images, certains reconnaissaient leurs frères, leurs sœurs, l'amour de leur vie, un parent, une cousine, un ami...Un petit sourire éclaira le visage du Président tandis qu'il se délectait de leur réaction. Il n'était que des pièces de son échiquier. Rien que des pièces.

(...)

Lentement, Snow se rapprocha du pupitre et se pencha légèrement vers le micro pour continuer son discours. Tout avait été prévu. "Souvenons-nous chers concitoyens, rappelons-nous d'eux et de leur sacrifice, c'est grâce à leur mort, à leur victoire que Panem est une nation en paix, administrée justement. Aujourd'hui nous rendrons hommage à ces jeunes hommes et jeunes femmes qui ont si dignement supporté l'épreuve, eux qui sont morts pour préserver l'harmonie de notre nation." Il marqua une pose, comme pour laisser le temps à ses paroles d'être assimilées et comprises. "Les évènements tragiques ayant eu lieu lors de l'Expiation ont ravivé la colère et la tristesse de chaque personne ayant perdu un proche au cours des Jeux. Je le comprends. Je vous comprends. Cette journée est la vôtre. N'ayez pas honte de pleurer vos disparus. Aujourd'hui c'est la main du pardon que vous tend le Capitole. Aujourd'hui sera le jour qui marquera la disparition des Hunger Games." Un brouhaha sonore enfla soudainement dans l'Arène, partout dans Panem les habitants se figèrent. Arrêter les Jeux de la Faim pour de bon ? Était-ce un rêve douteux ? "La liberté vous est désormais of..." Alors que le Président continuait son discours, un homme caché de tous, pressa le bouton d'un petit boitier niché au cœur de sa main. Une explosion survint alors au pupitre sur lequel Snow donnait son allocution. L'explosion souffla l'estrade, le Président disparu de la vision de chacun. Les écrans de télévision se brouillèrent quelques instants, les caméras ayant interrompu leur diffusion, perturbée par le souffle de l'explosion. L'Arène était en feu, et déjà les premiers cris s'élevaient. Les Pacificateurs firent front tel un seul homme, en quelques minutes l'Arène fut encerclée et les secours intervenaient près de l'estrade. Des corps sans vie gisaient près de l'Arène. Le Président n'était visible nul part? Mort ? Les scènes diffusées sur les écrans étaient beaucoup trop rapides, exprimant une agitation et une terreur rare. "Arrêtez les ! Assassins ! Traîtres ! Ils ont tués le Président" Le cri avait fusé de la gorge fluette d'une Capitoline dont une profonde coupure marbrait la joue, dont le visage apparut quelques secondes à peine sur les écrants. "TRAÎTRES ! ARRÊTEZ-LES !!!" De son index tremblant elle désignait les "provinciaux" qui, projetés au sol par l'explosion et parfois légèrement blessés, se redressaient, hagards. "ASSASSINS !" Les Pacificateurs les encerclèrent, arme au point. "ASSASSINS !" Le cri fut repris, encore et encore. Forcés de se mettre à genoux l'un après l'autre, suivant leur degré de résistance, furent menottés. Lorsque l’hovercraft fut au-dessus d'eux, la retransmission de la cérémonie fut brutalement interrompue dans les Districts. Les "suspects" furent alors conduits dans l'Hovercraft. La petite sauterie venait de prendre fin pour eux, le rêve tournant en cauchemar.


ORGANISATION DU SUJET
CE QUI VOUS FAUT SAVOIR: Dans ce poste n'hésitez pas à décrire l'attentat, la réaction de votre personnage, ce qui vous entoure, ce que vous pensez de l'évènement etc. Sachez ensuite que vous pouvez avancer légèrement dans la suite. Pour cela quelques précisions : Le contact avec le Capitole a été coupé, juste après que vous ayez pu voir le visage des invités des districts. Ces derniers ont été encerclés par les Pacificateurs et emmenés dans un hovercraft. Le district huit ayant sa propre histoire d'injustices, les réactions ne se font pas attendre. De vives protestations se font entendre dans la foule. Vous n'avez pas eu la chance d'avoir un gagnant de la loterie, une seule vainqueur - Rosalina Fields - ayant pu être invitée au Capitole : mais vous restez solidaires. La plus grande qualité de votre district, à ne point en douter. Une femme d'une trentaine d'années vient même jusqu'à crier des propos de haute trahison, affirmant qu'il s'agit d'un coup monté du Président Snow afin d'accuser ces pauvres gagnants de la loterie. Ce que réprime cependant assez rapidement les pacificateurs, l'amenant à l'intérieur même de l'hôtel de Justice, ce qui a pour conséquence de calmer la plupart des habitants du huit.

RAPPEL : Il n'y a aucun ordre pour poster à la suite de ce sujet. Répondez quand vous le souhaitez. Il serait néanmoins préférable que vous postiez un post vide pour signaler que vous avez l'intention de répondre dans les 24 heures qui suivent.

NOMS : Pour vous aider, si jamais vous avez des liens avec ces personnages, voici le nom des gagnants de la loterie et de certains vainqueurs invités qui ont été emprisonnés et menés de force dans l'hovercraft : Bonnie Basley (D2), Suzanna J. Everglade (D4), Nale L. Targethnam (D4), Deion S. Esnath (D4), Mercutio A. Heatherton (D7), Rosalina Fields (D8), Prudence E. Dash (D11), J. Erin Green (D11), Gaby L. Tonkins (D11), Kenneth E. Dash (D11)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daughter-of-fire.forumactif.fr
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EPISODE UN, spring celebration.   Mer 9 Mai - 17:19

En arrivant sur la Grande Place, je levais les yeux vers l’Hôtel de Justice. Ce bâtiment ne m’avait jamais inspiré confiance, il avait beau être l’un des plus beaux édifices du District, je ne pouvais pas supporter sa vue. Peut-être était-ce dû au fait que c’était là-dedans même que j’avais vu ma sœur pour la dernière fois avant qu’elle ne soit emmenée au Capitole pour se battre dans l’arène de la 72ème édition des Jeux. Rien que de devoir me trouver devant me donnait le tournis, je n’avais aucune envie de me rappeler ces mauvais souvenirs. Une petite foule était déjà réunie autour des écrans géants et comme je n’avais pas plus envie que cela d’être ici, je décidais de rester en retrait. Autour de moi, il me semblait que des petits groupes c’étaient formés de-ci de-là et je savais déjà de quoi toutes ces personnes devaient parler dans leur coin. J’étais loin de désapprouver les conversations anti-Capitole, bien au contraire, mais je n’étais pas non plus du genre à me faire remarquer. Je ne voulais pas attirer d’avantage d’ennuis à mes parents, ni même prendre le risque de les fâcher. De toute façon, depuis la mort de Lilly dans les Jeux, tout le monde se doutait plus ou moins de mes sentiments par rapport au Capitole et au Président Snow. Je n’avais pas besoin de m’exprimer à haute voix, mes gestes et mon visage particulièrement, parlaient déjà pour moi. Mes parents m’avaient fait partir un peu avant eux, ma mère qui ne sortait plus que pour travailler et venir aux célébrations officielles, avait réussie à nous mettre en retard et mon père avait insisté pour que j’avance seule. Nous devions nous retrouver plus tard, après le visionnage du discours du Président Snow.

Un peu plus loin, j’aperçu mon amie Lilly, elle me fit un signe de la main et m’invita à la rejoindre mais je lui répondis non de la tête et reportais mon attention sur les écrans. Je n’avais pas particulièrement envie de devoir écouter les débilités du Président, mais j’avais vraiment hâte que tout cela soit passé pour que je puisse rentrer chez moi. Tout le monde ici semblait vouloir faire la fête et célébrer le Printemps comme il est d’usage, mais je n’en avais vraiment pas le désir, bien au contraire. Cette célébration était la préférée de Lilly lorsqu’elle était encore en vie. Je n’ai jamais vraiment compris pourquoi mais il y avait quelque chose dans cette époque de l’année qu’elle aimait tout particulièrement. Penser à elle me fit faire un sourire qui s’évapora rapidement lorsqu’un premier grésillement se fit entendre à travers la place. Quelques instants plus tard le Président Snow était sur les écrans, la foule se rassembla autour de moi et bientôt je n’étais plus qu’une fille parmi les autres. Avec son air supérieur et peu chaleureux, le Président monta sur l’estrade accompagné d’Amnelia Parkerbols et le silence qui régnait au Capitole envahit également la Grande Place du District huit. Le simple fait de voir son visage me donnait des envies de meurtre, je détestais cet homme de tout mon cœur, de toute mon âme, de tout mon être. Je le détestais. Je serrais les points très forts, sans même me rendre compte que j’étais en train de m’enfoncer les ongles dans la peau. La voix du Président résonna alors.

Président Snow
«Bienvenue citoyens de Panem à la cérémonie d'hommage aux tributs qui ont sacrifié leur vie dans l'Arène. Bienvenue à tous»

S’en suivit une courte pause pour faire un petit effet, cela ne me séduisait en rien et ne faisait même qu’accroitre mon dégoût envers sa personne. Comment osait-il parlait d’hommage aux tributs sacrifiés ?! Lui qui n’avait jamais rien fait pour empêcher toutes âmes innocentes de périr cruellement dans les différentes arènes lors des éditions passées des Jeux. Il me dégoûtait à faire celui qui compatissait alors qu’en réalité il n’en avait rien à faire de nous et de ceux qui étaient morts. L’idée que qui que ce soit autour de moi puisse être touché par de telles paroles me donner envie d’hurler. Honte sur eux !

Président Snow«Pour commencer.... Souvenons-nous»

Un écran s’éclaira et des images de ceux qui avaient péris apparurent, à chaque fois qu’une nouvelle tête apparaissait, je me jurais intérieurement de venger cette personne. Un jour, je me vengerais pour tous les morts que Panem a connus. Un jour. Le Président repris son discours après quelques minutes et je crus percevoir l’ombre d’un sourire sur son visage.

Président Snow«Souvenons-nous chers concitoyens, rappelons-nous d'eux et de leur sacrifice, c'est grâce à leur mort, à leur victoire que Panem est une nation en paix, administrée justement. Aujourd'hui nous rendrons hommage à ces jeunes hommes et jeunes femmes qui ont si dignement supporté l'épreuve, eux qui sont morts pour préserver l'harmonie de notre nation.»

Une nouvelle pause. Nous prenait-il pour des abrutis profonds incapables de pouvoir écouter un enchainement de plus de trois phrases? Je voulais juste en finir avec ça mais lui semblait vouloir prolonger l’exercice. Tout ce qu’il racontait, je l’entendais mais ne l’écoutais qu’à moitié. Je savais déjà d’avance que son discours serait principalement fait de balivernes en tout genre et je n’avais aucune envie d’y prêter une réelle attention.

Président Snow «Les évènements tragiques ayant eu lieu lors de l'Expiation ont ravivé la colère et la tristesse de chaque personne ayant perdu un proche au cours des Jeux. Je le comprends. Je vous comprends. Cette journée est la vôtre. N'ayez pas honte de pleurer vos disparus. Aujourd'hui c'est la main du pardon que vous tend le Capitole. Aujourd'hui sera le jour qui marquera la disparition des Hunger Games»

Mon cœur fit un bond dans ma poitrine. Cette fois je l’avais entendu et cette nouvelle ne me laissait pas de marbre. A quoi jouait-il ? Avais-je vraiment bien entendu ? A en croire le visage des gens qui m’entouraient, leurs chuchotements me confirmèrent que j’avais bel et bien entendu et que je n’avais pas rêvé. Tout de même, histoire d’être sûre, je me pinçais le bras. Je fronçais alors les sourcils. Ce n’était pas possible. Pas possible que les Jeux disparaissent. Pas de cette manière là. Et surtout pas grâce au Président Snow ! Je me tournais en tentant de chercher du regard mon père ou ma mère, mais il y avait trop de monde et comme je n’étais pas très grande je ne pouvais pas vraiment voir à travers la foule. Je n’entendis pas le Président reprendre son discours mais lorsqu’un bruit sourd résonna je tournais la tête brusquement, reposant mes yeux sur les écrans qui se brouillaient à nouveaux. Que venait-il de se passer ? Des choses réapparues mais je ne comprenais rien. Tout allait trop vite. Un instant le Président nous annonçait la fin des Hunger Games, pour de bon, et l’instant d’après l’arène était en feu, des gens gisaient sur le sol, c’était la panique au Capitole. Une voix s’éleva à nouveau des hauts parleurs.

Femme«Arrêtez-les ! Assassins ! Traîtres ! Ils ont tués le Président ! TRAÎTRES ! ARRÊTEZ-LES !!!»

Je commençais à trembler, à trembler de colère. La femme, qui semblait avoir une trentaine d’années pointait son doigt droit vers les personnes ayant gagnées la loterie, les gens des Districts. Une armée de pacificateurs encercla alors les pauvres gens et on eut encore le temps d’entendre la femme crier.

Femme«ASSASSINS !»

Son cris fut repris par d’autre, le mot résonnait dans ma tête. J’aperçu les gens des différents districts se faire menotter, soudain tout s’arrêta. Les écrans redevinrent noirs et tout ce qui venait de se passait avait disparu de notre vue. La foule sur la Grande Place commença alors à parler fort, trop fort. Sans attendre, je me précipitais en arrière à la recherche de mes parents ou de n’importe qui d’autre que j’aurais pu connaitre. Je me sentais devenir folle. Ce qui venait de se passer n’avait pas de sens et je refusais de croire que le Président Snow était mort. Quelque chose ne semblait pas normale ! Je poussais tous ceux qui se mettaient en travers de mon chemin, je devais à tout prix retrouver mes parents.
Revenir en haut Aller en bas
 

EPISODE UN, spring celebration.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Episode 457 One piece
» Episode 1 - American Beauty
» Episode 443 One Piece
» Episode 447 de One Piece
» Episode 439 One piece
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daughter of Fire :: saison un, anciens RP-
Sauter vers: