Partagez | 
 

 EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 8:38


EZRAEL MARCUS CALLAGHAN

22 ans ϟ district sept ϟ Francisco Lachowski

PRENOM(S) ϟ Ezraël Marcus. Sa mère et son père ont décidé de l'appeler ainsi, car un mâle était né chez les Callaghan et il représenterait à l'avenir la force de la famille. L'ange de la mort. De quoi avoir des frissons dans le dos ; NOM ϟ Callaghan. Ou autrement dit "la lutte". Cette famille possède des travailleurs acharnés en son sein ; DATE DE NAISSANCE & AGE ϟ 13 Septembre et 22 printemps ; DISTRICT ϟ district sept, celui de l'industrie du bois et du papier. Cependant, il a passé deux ans dans le district deux pour se former au métier de pacificateur. Il est resté, car il appréhendait les réactions de ses proches sous son nouveau statut ; METIER ϟ Il fut un temps où Ezraël était bûcheron comme son père, mais il a décidé de se former au métier de pacificateur afin de vivre plus confortablement ; SITUATION CIVILE ϟ célibataire. Il a ressenti des sentiments plus que fraternels pour son ami de longue date. Il a essayé de l'oublier pendant ses deux ans au district deux. En revenant, il repense à Abel tout en s’efforçant de ravaler ses sentiments ; ALLEGEANCE ϟ Il hésite, il tangue entre les deux camps. D'un côté, le Capitole lui a donné la chance d'avoir un métier acceptable. De l'autre, il sait que les Jeux sont pure folie et tremble pour ses proches ; GROUPE ϟ the soldiers puisque Ezraël est un pacificateur ; CREDIT ϟ tumblr (gif) & hollow art (icons).


réponds aux questions de César
QUE PENSEZ-VOUS DU CAPITOLE ? Je suis plutôt partagé. Lorsque je vivais encore au district sept, je craignais beaucoup le Capitole. J'évitais les pacificateurs, je travaillais en silence, je les laissais m'insulter et me cracher dans la figure. Et puis, j'ai décidé de partir et de me former en tant que membre de l'Ordre de Panem. Je suis devenu comme eux. Pourtant, je garde en mémoire ce qu'ils m'ont fait subir et je me promets de ne jamais leur ressembler. Aujourd'hui, je mange à ma faim et je vis correctement grâce à l'opportunité que m'a donné le Capitole. En même temps, j'ai peur pour mes proches à l'avance des Hunger Games.
QUEL EST VOTRE AVIS SUR LES JEUX ? J'ai toujours appréhendé les Jeux. Chaque moisson me tirait une grimace et m'enfonçait dans une tristesse déplorable. J'ai connu des amis qui y sont allés et je ne peux pas prétendre m'en foutre. Les voir se faire massacrer dans l'arène est un spectacle qui me faisait littéralement vomir. Mes parents ne s'y intéressent plus depuis que leurs deux enfants sont majoritaires, mais moi j'y pense souvent. J'espère que la famille de mon meilleur ami sortira saine et sauve de ce joug.
QUE PENSEZ-VOUS DE LA MORT D'ARABELLA EVERGLADE ET DE SON MARI ? Privé un enfant de ses parents, c'est tout-à-fait monstrueux. Je n'imagine même pas comment il va s'en sortir. Peut-être est-il déjà mort, allongé dans une ruelle. Pourtant, sur le moment, j'ai été assez surpris de la tournure des événements. Pas de vainqueurs ? Le Capitole avait sûrement commis une grave erreur. En tout cas, je me suis senti assez frustré et révolté aussi.
QU'AURAIS REPRESENTE OU REPRESENTERAIS POUR VOUS DE PARTICIPER AUX JEUX ? La fin de ma vie. Sincèrement, la peur m'aurait transcendé en deux. Je ne nie pas le fait que j'aurais eu la frousse. Mais je ne me serais pas terré dans mon coin à pleurnicher chaque jour qu'il me restait. Non, j'aurais pris mon courage à deux mains et je me serais préparé à l'idée de mourir. Je ne sais pas si j'aurais été capable de tuer quelqu'un... peut-être que si, car je m'imaginais souvent frapper de ma hache un corps lorsque je coupais du bois. Comme si je voulais me préparer au pire.
QUELS SERAIENT OU A ETE OU AURAIENT ETE VOS ATOUTS DANS L’ARENE ? J'ai travaillé avec une hache à la main pendant plusieurs années et je me suis entrainé à plusieurs maniements d'arme lors de ma formation en tant que Pacificateur. Par contre, je suis plutôt impulsif, donc je crois que mes actes n'auraient pas été réfléchis dans l'arène. Dès que la peur et la colère envahissent mon esprit, j'agis de façon très spontanée. C'est ce pourquoi j'ai quitté le district sept aussi rapidement.
QUEL SERAIT L'OBJET PERSONNEL QUE VOUS EMPORTERIEZ DANS L’ARENE ? J'aurais certainement voulu un objet appartenant à Abel. Je ne sais pas quoi, mais je l'aurais vu avant mon départ pour le Capitole et j'aurais pris ce qu'il me tendait. Il compte beaucoup plus que ma famille.
QUE PENSEZ-VOUS DE LA SPECIALISATION DE VOTRE DISTRICT, DE VOTRE NIVEAU DE VIE ? L'industrie du bois et du papier. J'aime moyennement. En fait, j'ai vécu dans les copeaux de bois toute ma vie, donc je ne peux qu'aimer mon district. Je le préfère de loin au district 12 par exemple. Le charbon, c'est pas bon de travailler là-dedans. Il parait qu'il y a souvent des accidents. Ici, on se coupe un doigt, voire un membre entier maximum. Il n'y a que très peu de mort. Quant à ma condition de vie, elle n'a pas été toujours rose. Mes parents sont pauvres et j'ai souvent jeûner la journée. Mais j'ai voulu changer tout ça et je suis devenu pacificateur. C'est mieux évidemment. J'ai à manger tous les jours et j'espère faire partager ce niveau de vie avec mes parents et Abel.


entrez dans l'arène
ϟ PSEUDO LM.
ϟ AGE j'ai 18 ans, bientôt 19 Cool
ϟ COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? Bazzart my dear What a Face
ϟ AS-TU LU LA TRILOGIE ? et ouai, j'ai même kiffé :hiiiih:
ϟ CODE il va bientôt pointer son nez Arrow
ϟ COMMENTAIRES ? ce fow est bombe et j'vous
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 8:39


help me baby, aint no stranger.


don't get lost into the woods
Nos pieds crissent sur les graviers et craquent sous le sable. Le jour est encore présent bien que le soleil commence sa descente dans les tréfonds de la Terre. Les ténèbres ne s’abattront que plus tard sur le district sept. L'un des avantages de l'été pour les gamins que nous sommes. Nous profitons du mieux du climat estivale. Ce n'est pas toute l'année que les rayons solaires tapent ainsi sur notre peau. La chaleur n'est pas coutume. Ici, il fait plutôt humide la plupart du reste de l'année. Mais aujourd'hui, il fait beau. Aucun nuage ne vient troubler l'étendu bleu qui se prolonge jusqu'à l'horizon. Si on se couche dos par terre, on pourrait croire qu'une mer calme et douce, brillante et tiède se tient là-haut. Je me suis toujours demandé ce qu'il y avait après ce plafond immaculé. A l'école, on m'avait répliqué que j'apprendrais ce qu'il se cache derrière cette couleur bleue. J'attends encore les réponses à mes questions. J'ai 11 ans et je suis dévoré par ces choses qu'on ignore. Je veux savoir, tout savoir. Je veux connaitre ce que la Terre recèle comme trésors. J'en ai marre de me contenter d'apprendre les mœurs du Capitole et des différents districts de Panem. J'ai envie d'explorer un tout autre monde, celui qui se situe en dehors de notre pays. Je veux voir ce qu'il y a plus loin que nos frontières. Il parait que tout est sec et moche. Moi, je ne demande qu'à voir de mes propres yeux. Après tout, les professeurs peuvent pondre des salades. Je ne les ai jamais aimés. Abel non plus d'ailleurs. Faut dire qu'on s’ennuie à en mourir à l'école. Je n'arrive pas à me concentrer. Être attaché à une chaise et ne pas se lever pendant plus de deux heures est du pur sadisme. Qui a inventé l'école d'ailleurs ? Si jamais je rencontrai l'inventeur, je lui cracherais littéralement à la figure. L'école, c'est pourri. Les leçons ne m’intéressent pas. On s'en fiche de savoir pour la dixième fois qui est le Président de Panem. Moi, je veux savoir comment est fait notre monde, comment il est régi. Comment la nature est apparue sur cette boule de bouse. Voilà des questions intéressantes. « Tu crois que madame Livingstone s'en remettra ? » En fait, je ne me soucie pas du tout d'elle. Mais j'ai envie de me rappeler les moments fous que nous venions tout juste de vivre, mon meilleur ami et moi. Je penche ma tête vers Abel, un sourire immense et moqueur à la bouche. J'ai envie de voir sa bouche esquisser un sourire complice, un sourire honnête, le sourire que j'aime tant contempler. Les souvenirs de ce matin affluent et je revois l'expression de maîtresse lorsqu'elle a senti l'épine lui transpercer le tailleur. Certes, un classique, mais la classe n'avait pas pu succomber aux rires. Enfin une distraction digne de ce nom. Abel et moi n'avions pas hésité une seconde à mettre en place ce gag. Alors que nous continuons de marcher sous le soleil, l'effet attendu tombe et nous nous mettons à rigoler. Une fois commencé, on ne peut plus nous arrêter. On s'arrête mutuellement et on se soutient les côtes. Nos abdomens ont le privilège d'être bien entretenus. Il nous faut bien plusieurs minutes pour nous remettre de nos émotions. Nous soufflons bruyamment un moment, puis Abel me prend soudainement par les épaules. Il est plus grand que moi, et donc mes bras se dégagent de mon buste pour aller entourer sa cage thoracique. Bras dessus, bras dessous, nous terminons lentement notre chemin. « Ezraël, j'ai déjà une nouvelle idée pour demain! » Je me sens bien collé à lui. On est comme des jumeaux. Castor et Pollux. Des âmes sœurs. La remarque d'Abel m'arrache un sourire teinté d'un rictus. Il est fort mon meilleur ami. Le plus fort de nous deux. Autant vous dire qu'ensemble, on est puissant. Rien ne nous arrête. « Vas-y, racontes! » Ma voix est pleine d'excitation et d'impatience. Demain sera un excellent jour. Abel s'élance dans des explications farfelues et moi je hoche la tête, je commente et je le conseille. Nous sommes de véritables stratèges. Petit à petit, nos éclats de voix et le raclement de nos pas s'accrochent au vent et se perdent au loin.

(...)

Le vent m'ébouriffa brusquement les cheveux et je dus fermer les paupières afin de protéger mes yeux de la bourrasque d'air frais. Une larme vint naitre involontairement dans le coin de l'oeil. Une minuscule perle qui ne signifiait rien. On pouvait donc pleurer pour aucune raison valable. Car aujourd'hui, j'étais de bonne humeur. J'avais bien mangé ce matin, j'avais aperçu Abel et je lui avait tapé le dos comme à mon habitude. Je ne m'étais même pas engueulé avec mes parents. Il faut dire que je n'avais pas lâché un mot pendant le petit-déjeuner. La plupart du temps, je n'hésitais pas à leur faire remarquer la pauvreté dans laquelle nous vivons. J'essaye de les convaincre que je peux tout changer, que je n'ai qu'à me proposer en tant que jeune recrue et que je reviendrai pacificateur avec de quoi manger tous les soirs. Mais leur comportement reste le même. Ils rougissent de colère ou de honte (je ne sais pas ce qui les anime) et ils refusent catégoriquement mon aide. Un jour, je me suis énervé et je leur ai répliqué qu'on en avait rien à foutre de leur honneur et de leur fierté, que tout ce qui comptait, c'est qu'on puisse vivre correctement et que je ne voyais pas en quoi ça les froisserait si j'essayais de les sauver de cette merde. Je m'étais levé de table et j'avais détalé en un coup de vent pour aller me réfugier chez Abel. Sa maison m'était toujours ouverte. Je pouvais y entrer et y sortir autant de fois que je le désirai. Ses parents, eux, étaient bien généreux et surtout plus lucides que les miens. Il faut dire qu'il avait encore une petite fille en âge d'être fauchée par la moisson prochaine. Mes parents étaient sortis de ce système dès que leurs deux enfants eurent atteints la majorité. Ils ne voulaient plus entendre parler des jeux, jugeant que les Hunger Games ne les impliquaient plus. Des lâches en quelques sortes. Moi et ma grande soeur, nous nous tordions les mains à l'idée que la petite sœur de mon meilleur ami parte pour ne plus revenir. Elle était tellement jeune...

Je n'osais pas déloger la larme qui menaçait de rouler le long de ma joue. Mes camarades pourraient s'imaginer mille scénarios. Je rentrais la tête dans mes épaules et m'acharnais sur le tronc d'un sapin. La hache vrilla dangereusement dans l'air et s'éclata sur le bout de bois. Des copeau jaillirent dans tous les sens sous l'effet du choc et tombèrent violemment sur le sol humide de la forêt. Je m'époussetais les vêtements et les cheveux. J'en avais partout. Je n'aimais pas recevoir ces copeaux sur moi. Je me sentais comme salis. La sueur vint s'incruster dans ma veste et je soufflai une minute avant de recommencer. « Sullivan, remets-toi au travail! » Les paroles du pacificateur résonnèrent dans l'espace tel un coup de fouet. Je maugréais malgré moi et levais les yeux au ciel. Ce qu'ils étaient chiants ces chiens. Et dire que je voulais avoir la même insigne qu'eux... « Tu n'es pas content Sullivan. Tu veux crier de contentement sous les coups de mon fouet ? » J'essayai d'éviter son regard le plus possible. Oui, à cet instant, j'étais soumis. Mais que pouvais-je bien lui répliquer ? Rien, sinon j'allais crier de douleur sous les coups de son fouet. « C'est bien ce que je pensais. » Il ricana. Rah! Je le détestais. Il m'humiliait publiquement et je ne pouvais pas agir. J'étais coincé dans un étau. Je serrai les dents, ravalant difficilement mes pulsions meurtrières. T'a peut-être un fouet, mais j'ai une hache pauvre con. Mes doigts se contractèrent autour du manche de mon arme jusqu'à ce que mes phalanges pâlissent et me fourmillent. « STOP. PAUSE D'UNE DEMI-HEURE. » J'étais sauvé par le gang. Je ne me retournai même pas vers le bougre et je rangeai soigneusement mes affaires. Puis je courrai vers la maison d'Abel. Ce dernier allait devoir écouter mes plaintes et ma colère. Mais je lui faisais assez confiance pour qu'il ait la bonté d'être à mes côtés. Je marchai d'un pas vif. J'ouvris la porte et je jetai un coup d'oeil dans la direction de la cuisine. Sa mère était toujours dedans. Pas cette fois. Elle avait du s'absenter. Je continuai donc mon chemin et j'arrivai devant la chambre de mon meilleur ami. Mon coeur explosait sous la colère et l'humiliation. Je voulais insulter, taper, montrer mes crocs. Je voulais véhiculer mes émotions à Abel. Il comprenait tout et savait comment calmer mes ardeurs. Combien de fois m'étais-je retrouver contre le mur, ses mains me tenant les épaules, son regard penché sur moi, sa voix murmurant des mots qui me calmaient directement ? Bien des fois. Et je n'hésitai pas à en faire de même pour lui, lorsque la peur et la panique lui déchiraient les entrailles. Je prenais sa main et j'entremêlais nos doigts.
La porte était entrouverte. Et des murmures couraient jusqu'à moi. Je tendis l'oreille. Je reconnu sa voix et la sienne. Mon sang se glaça et des frissons me parcoururent le corps. Mon oeil vint se coller contre la fente. J'essayai de modérer ma respiration saccadée. A peine avais-je jeté un regard à la scène que je me dégageais vivement de l'encadrement de la porte comme si j'avais reçu un coup violent dans le ventre. Abel et ma grande soeur. L'une portant sa main sur celle de l'autre, lui parlant d'une voix claire et douce, compatissante. Ma gorge se serra et mon coeur chavira dans ma cage thoracique. Dieu. J'étais brisé. Je sentis une rancœur dans le creux de mon ventre qui ne cessait d'augmenter. Je ne pouvais pas rester là, sinon j'allais ouvrir la porte et j'allais me jeter sur Rachel pour la dépecer en morceau. Je reculais, chancelant. Je portai ma main au front. Putain. J'étais dégoûté par ce que je venais de voir. Je me sentis trahi, enchainé contre mon gré, perdu dans les sillons de mon esprit. Je ne savais plus où j'étais, ni qui j'étais. Mes jambes tremblaient et je peinais à respirer. La tristesse m'écrasait de ses bras puissant et sinueux. J'étais pris au piège. Elle me tenait et je n'avais plus qu'à attendre qu'elle resserre sa prise et qu'elle me broie. Mais elle préférait attendre. Je soufrai. Abel, je l'aimais. C'était mon meilleur ami, mon frère, mon complice. Il représentait tellement de choses à mes yeux que je ne supportai pas sa relation avec ma soeur. Je le voulais à moi seul. Ou il ne m'appartenait plus.

(...)

Je sortais la tête du compartiment et respirais une énorme bouffée d'air. Le train ne s'était pas encore arrêté, alors j'en profitais pour contempler ce qui avait été mon district d'origine, le sept. Rien n'avait changé. La forêt s'écoulait jusqu'à l'horizon, les bâtisses contrastaient de part leur couleur grise, les gens travaillaient et s'occupaient. Je sentis un pincement au niveau de mon myocarde. La nostalgie m'avait fait souffrir deux années entières. Je rentrais finalement chez moi. Je me voyais déjà courir vers la maison et me jeter dans les bras de mes parents. Et puis, j'allais voir ma grande soeur... celle dont ma rage la foudroyait encore. Les retrouvailles allaient être explosives, je le sentais. J'étais parti du jour au lendemain sans aucune explication. Je déglutis d'appréhension et le stress me scia le ventre en deux. Je me sentais mal maintenant. J'avais l'impression de chavirer. Je priais pour que le train s'arrête net, ce qu'il fit l'instant d'après. Soulagé, je pris mes bagages et rejoignais un groupe de nouvelles recrues. Eux aussi avaient choisi de devenir pacificateurs. Je me méfiais de certains. Je les évitais le plus possible pour la simple raison qu'ils m'effrayaient, me donnaient la chair de poule avec leur discours extrémiste et leur comportement violent. Je m'étais promis de ne pas leur ressembler et j'ai tenu parole. Jamais je ne pourrais tuer un innocent. Certes j'avais réussi mes entrainements, mais en pratique j'avais conscience de mon inaptitude. Pourtant, je serais rapidement happé par un choix : tuer un habitant ou bien fuir les district et vivre seul comme un sauvage. Je n'étais pas prêt.

Les regards se posaient sur moi. Des yeux verts et abimés par le vent. Des regards scrutateurs. Je me sentais écraser par l'intensité qu'ils dégageaient tous. Je me sentais juger comme si mon heure finale était venue. Ces gens n'exprimaient pas leur émotions. Leur rides et les sillons de leur peau rêche restaient indifférents à la scène à laquelle ils assistaient. Mais je savais quelles étaient leurs pensées. Il y a deux ans, je me tenais parmi eux, une lueur de colère luisant dans les profondeurs de mes prunelles. Maintenant que je me trouvais dans les rangs des pacificateurs, je n'avais d'autre choix que de baisser la tête en signe de pardon. Je les respectais. Au bout d'un moment, je passai devant la maison d'Abel. Abel... qu'était-il devenu après mon départ ? Je n'en avais aucune idée. En fait, je ne l'avais pas revu lorsque je l'avais découvert en messe basse avec ma soeur. Ce gars m'avait brisé, torturé. J'avais essayé de l'oublier dans le district deux. J'avais aussi longuement réfléchi pourquoi je tenais tant à lui, pourquoi j'étais jaloux de ma soeur. J'avais trouvé une réponse à mes questions : l'amour. Le vrai. Cette idée me paniquait dès que j'y pensais. Alors, je l'ai rejetée. Depuis ce jour, je n'étais pas revenu sur ce sujet. Maintenant que je me tenais face au foyer d'Abel, la terreur me broya les entrailles. Je me détournai rapidement et trottinais vers ma maison. Oui, j'étais lâche. C'est ce qui nous différenciait le plus. Abel l'intrépide et Ezraël le lâche.

Un jour, tu devras arrêter de fuir.


Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 10:38


Hello, toi Hier nous avons beaucoup parlé de toi sur la box un nouveau avec ce pseudo et cet avatar ... mammamia ! :hiiiih:

J'espère que tu t'amuseras bien ici I love you

(Ces gens du sept, tous les membres leur reviennent, c'pas juste )

Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 10:59
WOOHOO LE SEPT SE REPEUUUUUPLE Bienvenue parmi nous, et si t'es opé pour un lien, hésite pas hein
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 11:05
Hey What a Face HAON j'en suis toute émoustillée... Tu peux parler parce que Kenneth + Josh = :hiiiih: Tu vends du rêve là

J'espère aussi xD

(le sept cey la vie et les bûcherons sont trop secks Arrow ).

Willy - Merci I love you Obligé pour le lien Le sept vaincra
Pis LYNDSY quoi
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 11:09
    Bienvenue parmi nous :hiiiih:
    Mais il y a un petit détail : Sullivan est déjà pris par un de mes scénarios. Donc, je te propose : soit tu crée un lien avec mon petit Caleb comme tu gardes ton nom de famille , soit tu changes Sad
    Sinon, amuses toi bien sur DOF
    Et bonne continuation pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 11:13
BIENVENUE ♥️ tu es canon
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 11:20
Erin - Je n'avais pas vu, excuse-moi. (: Je vais changer et mettre "Callaghan" s'il vous plait. Et merci pour ta bienvenue Erin I love you

Hermès - WOW le pseudo magnifique Merci et toi aussi t'es secks
Aaron le chevelu Arrow What a Face
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 11:22
Ezraël M. Sullivan a écrit:
Erin - Je n'avais pas vu, excuse-moi. (: Je vais changer et mettre "Callaghan" s'il vous plait. Et merci pour ta bienvenue Erin I love you

    Ca m'aurait pas dérangé t'sais
    Mais comme tu veux I love you
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 11:27
Ezraël M. Sullivan a écrit:
(le sept cey la vie et les bûcherons sont trop secks Arrow ).

Willy - Merci I love you Obligé pour le lien Le sept vaincra
Pis LYNDSY quoi

vive les bûcherons cheers

tu vas voir, on copulera dans les arbres, comme Tarzan et Jane

Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 11:31
mais pourquoi tout le monde se moque de mes poils Sad Sad
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 11:32
Hermès T. Brisbane a écrit:
mais pourquoi tout le monde se moque de mes poils Sad Sad

    Tsss, tu restes beau quand même
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 11:34
ben j'espère quand même
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 12:09
J. Erin Green a écrit:
Ezraël M. Sullivan a écrit:
Erin - Je n'avais pas vu, excuse-moi. (: Je vais changer et mettre "Callaghan" s'il vous plait. Et merci pour ta bienvenue Erin I love you

    Ca m'aurait pas dérangé t'sais
    Mais comme tu veux I love you
Callaghan est un meilleur choix finallement Merci quand même. (:

Willy-Dew Elderberry a écrit:
Ezraël M. Sullivan a écrit:
(le sept cey la vie et les bûcherons sont trop secks Arrow ).

Willy - Merci I love you Obligé pour le lien Le sept vaincra
Pis LYNDSY quoi

vive les bûcherons cheers

tu vas voir, on copulera dans les arbres, comme Tarzan et Jane
/l'emmène dans un buisson (c'est plus confortable ) et lui fait des bébés bûcherons Arrow

Hermès T. Brisbane a écrit:
mais pourquoi tout le monde se moque de mes poils Sad Sad
+100000 Erin
Ils sont superbes tes cheveux /le bisouille pour se faire pardonner



Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 12:14
ohwi, des bébés bûcherooons
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 13:06
bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 26/02/2012
ϟ MESSAGE : 463
ϟ AVATAR : phoebs tonkin.
ϟ MULTICOMPTE : nope.
ϟ DISTRICT : originaire du deux, actuellement dans le treize.
ϟ AGE : vingt ans.
ϟ METIER : autrefois elle s'entraînait pour les jeux.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : indécis
ϟ COMPÉTENCES : SURVIVOR
ADMINISTRATRICE DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 14:53
L'avatar de malaaaaade
Et juste pour information, tous les pacificateurs font leur formation dans le district deux, Ezraël ne peut donc pas avoir été formé dans le trois Wink
Et bienvenue parmi nous I love you

_________________

and i'm a long way, from your hill or cavalry. and I'm a long way from where I was, where i need to be. if there is a light you can always see and there is a world we can always be. if there is a kiss i stole from your mouth and there is a light, don't let it go out.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 01/02/2012
ϟ MESSAGE : 760
ϟ AVATAR : holland roden.
ϟ MULTICOMPTE : velvet baxter.
ϟ DISTRICT : sept.
ϟ AGE : twenty-one y.o
ϟ METIER : mentor du sept.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : indécis
ϟ COMPÉTENCES : SLAVE
ADMINISTRATRICE DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 17:48
J'aime beauuuuuuucoup le début de ta fiche ! Et puis, un pacificateur quoi.
BIENVENUE PARMI NOUUUUUS ! :hiiiih:

Je change ton nom de famille. I love you Et Bonnie a raison.

_________________

    And i never knew daylight could be so violent. When it's over, you're the start. You're my head and you're my heart. A revelation in the light of day, you can't choose what stays and what fades away. And I'd do anything to make you stay. No light, no light, I need to make it right. ▽ florence + the machine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 19:16
Merci à vous trois! :hiiiih:

Willy - ils sont beaux et forts à l'image de leurs parents quoi Cool Arrow

Bonnie - OK merci pour l'info, cette fois je connais le véritable district de formation. xD Je change ça Wink
OMG PHOEBE :hiiiih: je la kiffe trop c'te nana

Emma - Meeeerciii Une gagnante aux jeux
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 19:35
Bienvenue parmi nous !!! :hiiiih:
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 20:19
Merci Zusanna *o* Kaya
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 20:32
Ezraël M. Callaghan a écrit:
Willy - ils sont beaux et forts à l'image de leurs parents quoi Cool Arrow

qu'est-ce qu'on atteeeend ?
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 20:33
    You're so sexy.
    Bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 21:35
Willy - *lui met la bague au doigt et l'emmène chez lui*

Ohtar - GOSH COLTON + PSEUDO + PACIFICATEUR = :hiiiih:
Merciii collègue
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   Dim 15 Avr - 21:41
woohoooo on va faire des bébééés Arrow
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
IDENTIFICATION PASS

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?   
Revenir en haut Aller en bas
 

EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» EZRAEL ▬ can't you hear me knocking ?
» If you can hear me now I'm reaching out to let you know that you're not alone PV
» Hello hello, can you hear me? I can be your china doll if you want to see me fall. ₪ 31 jan, 20h15
» Can you hear this sound ? [Privé Luna & Elisan]
» remind me how it feels to hear your voice ✿ dylan
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daughter of Fire :: saison un, fiches.-
Sauter vers: