Partagez | 
 

 broken souls, open books with many torn out pages (Nale & Selah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: broken souls, open books with many torn out pages (Nale & Selah)   Sam 10 Jan - 23:59


❝broken souls❞
Nale & Selah
L'odeur de poudre se fixe dans ses narines. L'odeur, acre, du sang se colle à elle. Elle en est recouverte mais ce n'est pas le sien. Ses mains tremblent, son corps tout entier. Elle voit devant elle leurs visages figés dans le temps, ils ne bougent plus. Ils ne bougent plus putain. Une voix lointaine la somme de partir, de les quitter mais elle n'en fait rien et continue de lui tenir la main, à lui. Et même si il ne la serre plus depuis longtemps, Selah persiste à vouloir lui tenir compagnie. Ils s'étaient dit "À la vie, à la mort, jusqu'au bout, ensemble". C'est ce qu'ils se disaient toujours. Quand ils se disputaient, quand ils doutaient, quand ils avaient peur l'un pour l'autre. Quand ils en avaient besoin. Et elle regardait son visage, cherchait son regard qui s'était pourtant fixé au loin depuis un long moment. Les autres à ses côtés, elle n'ose même plus les regarder. Ils sont partis. Ils sont partis putain. Selah s'accroche à lui, à ce qui fut un jour son unique et seul meilleur ami. Celui qui l'avait toujours suivi. Elle s'accroche à sa dépouille désespérément. Elle ne l'a pas sauvé. Elle n'en a sauvé aucun. Ils sont morts. Tous. Ils sont tous morts. Et elle se le répète encore et encore. Elle ne les a pas sauvé, ils sont tous morts. Fusillés, piégés. Elle ferme les yeux et le serre dans ses bras. Elle le berce d'avant en arrière et lui murmure des mots doux, des bêtises, des excuses, surtout. Puis soudainement, elle le sent étrangement revenir à lui. La jeune femme s'arrête et tourne la tête vers celle de son ami qui la fixe, bien vivant alors que son visage est tâché de sang. "Tu ne m'as pas sauvé." lui hurle-t-il, déchirant le silence qu'elle s'était affligé n'écoutant ni ses supérieurs au loin, ni son père tout près.

Selah se réveille en sursaut, frappant du poing le matelas, criant son nom. Elle est en sueur, des larmes coulent déjà le long de ses joues rondes. Un cauchemar, ce n'était qu'un cauchemar. Mais il lui faut du temps avant de retrouver son calme qu'elle n'arrive pas à recomposer. Il lui faut de l'air, elle étouffe dans son petit appartement privé qu'on ne donne qu'aux hauts gradés. Son esprit est encore embrumé, ses yeux toujours humides, sa respiration brève. Elle ne les a pas sauvé, elle ne les a pas sauvé. Ses amis sont morts et elle n'en a sauvé aucun. La jeune femme saute alors du lit et court à l'extérieur s'engouffrant dans le couloir des logements. Elle se fout bien des règles qu'elle suit toujours d'ordinaire. Elle se fout bien de n'être pas habillée et d'arpenter les couloirs en petit short et top. Elle se fout de ce que les gardes de nuits penseront en rôdant autour des chambres des officiers. Elle a besoin d'air parce qu'elle ne les a pas sauvé. Et elle se le répète même à voix haute, le regard paniqué, ailleurs, les larmes encore présentes sur ses joues, aux coins de ses yeux.

"Je les ai pas sauvé, je les ai pas sauvé."

Les escaliers sont bientôt là, elle le sait, elle connait le district 13 comme sa poche. Elle court toujours pieds nus et sait qu'au prochain détour c'est la liberté, l'air frais des cages d'escaliers nombreuses dans le district. Elle ne les a pas sauvé. Elle ne les a...

"Ah !"

Une petit cri de surprise s'échappe d'entre ses lèvres, perturbant ses paroles répétitives alors qu'elle entre en collision avec ce qui semble être une personne juste à l'embouchure des escaliers. Il est terriblement grand et elle terriblement à découvert alors qu'elle est incapable de reprendre son masque de fer qu'elle sert à tort et à travers aux habitants du district. Ce n'est que lorsqu'elle lève les yeux qu'elle comprend à qui elle a à faire.

"Nale ?"

À la fois surprise et rassurée, elle s'écarte enfin de lui. Son coeur se serre inexplicablement alors que sa panique, elle, disparait peu à peu. Comme si tomber sur le jeune homme relevait de la chance et non de la malchance, ce à quoi elle ne croyait. Elle aurait encore préféré tomber sur sa chef Gabrièla plutôt que sur Nale. Elle ne voulait pas qu'il la voit si bas.

"Qu'est-ce que tu fa-" Sa voix de brise à mi-chemin, encore secouée par son cauchemar qui ne cesse de lui revenir par flash. "Qu'est-ce que tu fais là ?"

Elle se veut ferme mais parait toujours bousculée. Son ton, lui, sonne comme un ordre, un reproche. Après tout, il n'est pas censé avoir le droit de sortir la nuit, ni elle d'ailleurs.



© Pando
Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 26/02/2012
ϟ MESSAGE : 1155
ϟ AVATAR : Liam Hemsworth
ϟ DISTRICT : Originaire du 4, il est est actuellement un fugitif dans le 13.
ϟ AGE : 25 ans. Il a gagné la 64ème édition des jeux à 14 ans.
ϟ METIER : Il est assigné à l'intendance dans le 13, en cuisine.
ϟ LIFESTYLE : Le niveau de vie est correct et surtout équitable à chaque habitant, merci le 13. Mais sachant qu'il est un vainqueur et qu'il est originaire d'un district assez riche, il n'a jamais eu à se plaindre.
ϟ HUNGER GAMES : non
ϟ RÉBELLION : pour
ϟ COMPÉTENCES : SURVIVOR
MODÉRATEUR DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: broken souls, open books with many torn out pages (Nale & Selah)   Mar 27 Jan - 16:45

BROKEN SOULS


open books with many torn out pages
Mon trident à la main, je jetais des regards furtifs de toute part. Tout se mêlait ; le sable du désert accueillait des points d’eau çà et là, tandis que la rivière comptait d’innombrables minuscules îles. Plissant les yeux, j’avais du mal à comprendre où je me trouvais. L’arène qui m’avait accueilli n’était pas exactement ainsi, et j’en étais parti depuis de nombreuses années. J’entendais des bruits de pas qui se rapprochaient, le genre à courir dans le sable avec pour seul but d’être le plus rapide afin de survivre. Le souci était que je ne voyais absolument personne. Comme si toute vie était invisible et menaçait de prendre la mienne à tout moment. Je tournai sur moi-même chaque seconde, à chaque nouveau bruit. Mais rien. Des perles de sueur commençaient à couler sur mon front en même temps que ma respiration se faisait plus saccadée. Et puis j’osai faire un pas. Mais ce fut une erreur. Sentant mon pied humide, je baissai la tête pour découvrir non pas un point d’eau mais une mare de sang, de laquelle dépassaient des corps inertes. Je parcourus la scène des yeux en comprenant l’atrocité de la vérité : je connaissais les visages recouverts de l’épais liquide rouge foncé. Je voulus faire un pas en arrière, mais plus je m’efforçai d’essayer, plus je m’enfonçais dans cette mare qui se transformait en sables mouvants. Et les corps plongeaient avec moi. Je me retournai pour attraper la terre ferme de ma main libre avant de planter mon trident à côté pour m’extirper  de ce cercle infernal. Un cri m’échappa tandis que je me rendais compte de ce que je m’étais infligé ; ma main gauche avait été transpercée de ma propre arme. Et d’elle coulait le même sang chaud qui alla rejoindre la mare. A mesure qu’il s’en allait de mon corps, j’avais du mal à respirer. Je n’avais conscience que du fait que j’essayais de retirer le trident de ma main…

Jusqu’à ce que je m’éveille, la main gauche crispée en boule, comme si mes doigts essayaient par tous les moyens de retirer cette cicatrice qui me hantait depuis mes jeux. Ce n’est que lorsque je me redressai que je me rendis compte que mes ongles avaient tellement agi que la pomme de ma main saignait à fines gouttes. Sans vraiment comprendre ce qui m’arrivait, je me levai pour nettoyer le sang et passai ensuite quelques secondes à hésiter sur la poignée de mes quartiers. Et finalement, je me retrouvai en dehors. Retenant légèrement ma respiration, je m’assurai que personne n’était présent avant d’avancer. Je ne savais pas vraiment où aller mais j’avais juste un besoin viscéral de sortir de cette chambre, de ce cauchemar. Le rapide bandage que j’avais fait à ma main ne m’aidait pas à oublier, de toute façon je savais que cela m’était impossible. Mais je pouvais au moins essayer de me rafraichir les idées avant d’accepter de me reposer à nouveau. J’avançai mécaniquement, en espérant faire le moins de bruit possible. Le Treize n’autorisait pas qu’on sorte de ses quartiers pendant la nuit, mais il m’était impossible de rester enfermé ainsi. Que pouvais-je bien faire au district, de toute manière ? Une cage d’escaliers attira mon attention et me servi de point de rattachement auxquels mes yeux s’agrippèrent comme s’il le fallait absolument. Mais en croisant un couloir, je me rendis compte que je n’avais pas fait si attention que ça. On me rentra dedans, et je réagis  à peine pour me dire qu’il allait falloir que je m’explique, comme si j’étais encore à moitié dans cette arène. « Nale ? » Et merde. C’était Selah, haute gradée parmi les soldats. En gros, j’aurais pu tomber sur pire tout comme j’étais foutrement mal. Mais bizarrement, elle ne m’intimida pas tant que je l’avais supposé. Si je voulu cacher ma main et ma tête de déterré, je remarquai tout de même son teint livide. Quoi, je faisais si peur ? « Qu’est-ce que tu fais là ? » Je fronçai les sourcils en remarquant qu’elle galérait autant que moi à foutre trois mots à la suite. Enfin du moins, c’était déjà pas jojo dans ma tête… Je pris une inspiration. « Je pourrais retourner la question. » okay c’était pire que culoté mais vu son état, je pouvais tenter le tout pour le tout. Ou alors elle était juste en rage qu’on l’ait vue violer les règles du district. Mais finalement, c’était surtout son air perdu qui m’interpellait, plus que l’envie de ne pas me laisser faire. « … Tout va bien ? »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

broken souls, open books with many torn out pages (Nale & Selah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Mek' pour l'open de peinture GW
» ND Open IV
» Open Video a GW
» Earthquake Relief Where Haiti Wasn’t Broken
» WANDERING SOULS ★ humanity is endangered.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daughter of Fire :: logements-
Sauter vers: