Partagez | 
 

 Tout oublier puis recommencer [ft. Hadès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Tout oublier puis recommencer [ft. Hadès]    Dim 4 Jan - 13:54

J'avais le besoin de faire le vide dans ma tête aujourd'hui, l'image de mon frère me hantait et me donnait sans cesse des frissons, me donnant l'envie de m'écrouler à même le sol et de me lamenter une fois de plus. Je ne devais pas craquer, il fallait que je reste forte, pour lui, pour ce qu'il a accomplit, pour son sacrifice. Cela fait certes déjà quelques années qu'il n'est plus là, et ça fait aussi quelques années que je suis sortie des jeux mais chaque souvenir me semble si proche, si réel, que j'en ressens encore parfois les sensations. Un peu comme si je les revivais une énième fois, comme si tout cela n'était pas fini.

D'un pas sûr je rejoins le gymnase, j'entends quelques murmures, quelques souffles où mon nom semble être le sujet. J'étais à présent connue dans le district 2, grâce à ma victoire lors des 69ème Hunger Games. Je ne voulais pas être connue, du moins, pas comme ça. Je porte à présent sur mon dos de nombreuses morts et j'estime ne pas avoir à en être fière. Je ne peux être fière de ça, je ne veux pas être un monstre sanguinaire et sans pitié.

La seule chose qui me permettait de décompresser était de me déchaîner, de retourner aux sources, de revenir à cette époque où je m'entraînais encore. Lorsque je vais au gymnase, je n'ai plus l'horrible sensation des jeux, j'ai l'impression de m'entraîner comme si je n'y avais jamais été, ce qui est totalement faux, malgré tout j'essaye de me convaincre moi-même d'y croire.

J'arrive au gymnase, les joues brûlées par l'air frais régnant sur les districts. Je dépose ma veste et m'attache soigneusement les cheveux avant de décocher quelques couteaux des étuis préalablement préparés pour les entraînements. Je sors le premier couteau et me met en position afin de viser. Je vise et tire dans le centre de la cible. Je lâche un léger sourire et ressort un deuxième couteau. De nouveau en position, je fixe la cible et cette fois, je ne parviens pas à lancer le couteau. Je le lâche subitement et perd toute la force de mon bras. Quelques larmes coulent le long de mon visage et l'image de mon frère mort imprègne peu à peu ma tête.


Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 15/04/2012
ϟ MESSAGE : 239
ϟ AVATAR : Theo James
ϟ MULTICOMPTE : Rowan E. Morgenstern
ϟ DISTRICT : District 2
ϟ AGE : 23 ans
ϟ METIER : Mentor (66th HG), entraîneur et auteur (talent)
ϟ LIFESTYLE : Hadès vie désormais dans l’opulence mais il profite très peu de sa fortune personnelle
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : indécis
ϟ COMPÉTENCES : LEADER
ADMINISTRATEUR DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: Tout oublier puis recommencer [ft. Hadès]    Dim 4 Jan - 21:30



with the beast inside there's nowhere we can hide

Elle me hantait littéralement. Elle était partout. Sa trahison était partout. Même si je la savais innocente. Même si je savais ce qu’elle avait vécu dans les geôles du capitole, j’étais le seul à en avoir connaissance. Je n’aurai même pas dû le savoir. Et j’étais observé, jour et nuit. Épié. Seul lien d’importance pour elle. Le seul capable de les mener à elle. Il devait faire ses preuves, à nouveau. C’était comme être retourné dans l’arène. Etre à nouveau un gamin dont on observait chaque mouvement, pour voir comment il allait survivre. Il lui devait de rester froid. Neutre. Il devait la protéger de lui-même, d’un acte désespéré qu’il pourrait commettre comme tenter de la rejoindre immédiatement. Il aurait provoqué leur chute à tous les deux. Tout devait sembler être comme auparavant. Normal. Tout devait revenir à la normale alors j’avais repris ma place au gymnase, comme chaque jour. Je les entraînais, les forçait à devenir des tueurs. Comme moi. Comme elle. Comme nous. Elle avait franchis les portes du gymnase alors que la séance allait s’achever, fin d’une journée, début d’une nuit plus agitée encore pour moi. Elle avait sa tête des mauvais jours, non pas qu’elle eut abordée une autre expression d’ordinaire mais je lisais en elle aussi facilement qu’en moi-même. Elle avait été ma meilleure élève. Mon tribut le plus brillant. La meurtrière sanglante que j’avais faite d’elle en l’entraînant avant les jeux. Névah. Les élèves murmurèrent entre eux à son approche mais comme toujours elle ne leur prêta pas attention ... Comme moi autrefois. Les premières années après les jeux. J’entendais leurs murmures, l’admiration mais aussi la peur. Certains se rappelaient de son attitude avant les jeux, voyaient aujourd’hui ce que l’arène avait fait d’elle. « Ce sera tout. » Brisés. Nous étions brisés. D’une manière que peu pouvait comprendre. Nous sommes seuls à présent. Le privilège de l’entraîneur. Le couteau tombe sur le sol. Brisant le silence qui s’est abattu sur la salle d’entraînement. Je ne suis pas capable de tendresse, de compassion, je suis froid, calculateur, sans cœur. C’est ainsi qu’on dresse mon portrait, exigeant, froid, détaché. Mais elle a toujours touché quelque chose en moi. Sa douleur, la perte de son frère et son expérience des jeux, je l’ai éprouvé aussi, avec Samuel. L’absence de remord pour les tueries de l’arène mais la peur d’avoir découvert une face de soi-même pour laquelle on n’a pas été préparé. Je l’avais éprouvé également. Alors je l’enlace, attirant sa tête contre mon épaule, rendant invisible ses larmes aux caméras qui sont peut être fixés quelque part dans ce gymnase. Je ne veux pas que le Capitole voit sa faiblesse. Je ne veux pas qu’elle soit exposée aux regards. Il y a des jours plus douloureux que d’autres. Des jours qui n’en finissent pas. Ou l’entrainement ne vous vide pas la tête. « Tu as fait ce qu’il fallait pour survivre. » Je murmure à son oreille en une litanie apaisante, ma main caressant son dos, comme on cajolerait une enfant. Personne ne pouvait comprendre ce qui unissait les vainqueurs. C’était un sort que personne ne souhaitait, pas même à son pire ennemi.

_________________

Fear doesn't shut you down ; it wakes you up

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout oublier puis recommencer [ft. Hadès]    Ven 9 Jan - 20:56

J'ai toujours eu l'impression d'être très différente d'Hadès, surtout concernant mon avis à l'égard des jeux. Pourtant depuis ma victoire, je n'ai plus le même avis à son égard, je n'ai plus l'impression de regarder un tueur quand je croise son regard. Il m'a toujours semblé sans pitié, brute voir tout simplement sauvage, pourtant à présent il me prouve le contraire. Il est en partie le seul appui qu'il me reste pour ne pas céder, ne pas lâcher prise et avancer. Il était intriguant, je n'avais pas meilleur mot pour le décrire.

Il me prend dans ses bras, ce qui était plutôt inhabituel il faut l'avouer, je n'avais jamais vraiment vu une part d'affection ou de pitié de sa part. Il m'appuie alors la tête contre son épaule et me console à sa façon. Je ne peux plus vraiment lui en vouloir, le passé est passé et à présent il est pour moi ce qu'on pourrait qualifier d'allié. Je laissais alors mes larmes s'écouler le long de mon visage avant de s'écraser sur la veste de mon ancien mentor qui semblait décidé à m'aider. « Tu as fait ce qu’il fallait pour survivre. » son souffle me réconforte un peu, me faisait reprendre mes esprits. Je passe une main sur mes yeux avant de légèrement reculer mon visage, me permettant d'apercevoir son regard. « Je suis désolée, je ne voulais pas craquer, je voulais rester forte, mais je n'y arrive pas, je n'y arrive plus. Je n'ai plus la force de me regarder dans un miroir, j'ai honte, si honte que je ne reconnais même plus mon reflet. Ce n'est pas moi que je vois dans le miroir, c'est un monstre. Je n'arrive pas à passer à autre chose, chaque nuit je les revois toutes et tous mourir, chaque nuit, je suis cette personne que je n'aurai jamais voulu être. » j'appuie ma tête contre son torse et verse à nouveau quelques larmes, laissant quelques bruits sortir de ma bouche, exprimant ma douleur, ma tristesse, mon mal-être.

Je recule à nouveau tout en regardant mes pieds et fini par ramasser le couteau qui était précédemment tombé au sol. D'un coup sec je le jette dans la cible en lâchant un léger cri pour apaiser ma haine. Je prend alors ma tête entre mes mains. « Et toi, tu fais comment pour tenir le coup ? » je le regarde tout en me mordant la lèvre avec un air dépressif. Est-il vraiment un monstre ou est-il simplement résistant ? Je n'en savais rien à vrai dire, dans le fond je le connaissais très peu, voir pas du tout.


Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 15/04/2012
ϟ MESSAGE : 239
ϟ AVATAR : Theo James
ϟ MULTICOMPTE : Rowan E. Morgenstern
ϟ DISTRICT : District 2
ϟ AGE : 23 ans
ϟ METIER : Mentor (66th HG), entraîneur et auteur (talent)
ϟ LIFESTYLE : Hadès vie désormais dans l’opulence mais il profite très peu de sa fortune personnelle
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : indécis
ϟ COMPÉTENCES : LEADER
ADMINISTRATEUR DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: Tout oublier puis recommencer [ft. Hadès]    Sam 10 Jan - 12:44



with the beast inside there's nowhere we can hide

Ce que nous éprouvions, vainqueurs de l’arène, ne pouvait être comprit que par un autre vainqueur. Nous étions solidaires dans notre horreur, relié par l’expérience des jeux. Personne ne pouvait réellement comprendre, l’horreur n’était saisie qu’en la vivant. Pour certains c’était plus facile que d’autres, de vivre avec cela. je savais que ce que j’avais fait dans l’arène était ce qu’il fallait, pour survivre, pour revenir auprès de Bonnie. Mais ce qui avait provoqué la fracture en moi, l’isolement, avait été l’horreur de ce que j’étais capable de faire : tuer sans état d’âme, survivre. Etre une bête, un animal sauvage, capable d’occulter l’acte pour faire ce qui devait être fait. L’instinct de survie était effrayant. Et l’animal réveillé vous effrayait, que se passerait-il si un proche dormait auprès de vous une nuit de crise ? Nous partagions tous les mêmes angoisses, la même impression concernant l’arène : tout ne se terminait pas lorsque résonnait le dernier coup de canon. L’arène ne se terminait jamais.

« Je suis désolée, je ne voulais pas craquer, je voulais rester forte, mais je n'y arrive pas, je n'y arrive plus. Je n'ai plus la force de me regarder dans un miroir, j'ai honte, si honte que je ne reconnais même plus mon reflet. Ce n'est pas moi que je vois dans le miroir, c'est un monstre. Je n'arrive pas à passer à autre chose, chaque nuit je les revois toutes et tous mourir, chaque nuit, je suis cette personne que je n'aurai jamais voulu être. » Je la comprends. Profondément. Nous avions été entraînés à tuer, mais il y avait une limite entre savoir et passer à l’acte. Son frère était mort dans l’arène et pourtant, il faisait partie des carrières. Elle avait survécut mais au prix du sang, de la mort. Et personne ne pouvait la comprendre. Nous étions admirés et craints par les potentiels tributs du 2. Admirés au capitole et par certains de nos concitoyens. Jalousés. Haïs. Adulé. Et nous vivions avec le souvenir de ce que nous étions au fond de nous. La certitude de pouvoir recommencer. A tout moment. Je relâche mon étreinte. Le couteau vole, un cri l’accompagne. Il se fige dans la cible. Tir parfait. Expression d’une douleur cuisante.

« Et toi, tu fais comment pour tenir le coup ? » La question demande une réponse honnête. « L’Expiation a coûté la vie à nombre de mes amis. Il n’y a qu’un vainqueur pour comprendre ce que l’on éprouve les premiers temps à sa sortie de l’arène. » Je lui explique en jouant avec un couteau de lancer avant de l’expédier à mon tour sur une cible. En plein cœur. « Les premiers temps, je buvais, la nuit cela rendait les cauchemars moins nombreux... Et puis au Capitol j’ai découvert qu’une femme s’offrait spontanément à un vainqueur. Alors j’épuisais ma rage dans leur corps, jouissant de ce qu’elle donnait en gage de la mort que j’avais semé. » Je souris cyniquement. « être loin d’ici m’a permis d’accepter ce que j’étais devenu, qui j’étais ... On n’oublie jamais vraiment mais cela devient plus facile d’accepter avec le temps. S’entraîner, aide à évacuer la rage. Mais il faut accepter ce que l’on est Névah. Nous n’avions pas le choix. Nous ne l’avons jamais eu. Nous sommes des survivants. »

_________________

Fear doesn't shut you down ; it wakes you up

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout oublier puis recommencer [ft. Hadès]    Mar 3 Fév - 1:00

J'avais craqué, face à lui, mon ancien mentor, celui qui avait sans doute placé beaucoup d'espoir en moi, à moins de n'y avoir jamais cru. Les jeux m'avaient tout bonnement ruiné, il ne me restait plus rien, plus personne, je ne savais pas même sur qui je pouvais encore compter. Hadès était-il une source fiable pour moi ? Je n'en savais rien et à ce stade je pense que je ne m'en souciais même plus. La moralité ne primait plus, loin de la, il ne s'agissait plus que de l'instinct de survit.

Je ne pouvais pas le comprendre, c'était impossible, je ne pouvais pas accepter. Il avait peut-être réussi à avancer, oui, c'était très probable mais je ne m'en sentais pas capable de mon côté. Je n'étais pas encore capable d'assumer tout ça, de porter le fardeau de tous ces morts sur mes deux pauvres petites épaules qui aimeraient à présent se détendre et se relâcher. Je le regardais avec intention, cherchant le moindre signe de douleur dans son intonation ou ses expressions. Le discours qu'il venait de commencer me semblais correcte. Il avait sans nul doute raison, on ne pouvait se comprendre qu'entre vainqueurs, au vu de notre vécu similaire. Je hochais de la tête tout doucement pour affirmer ses propos tout en me mordant les lèvres. J'avais envie de me déchaîner, je ne tenais plus en place. Puis lorsqu'il est rentré dans les détails de sa vie, je me suis soudainement calmée en réalisant que je n'étais pas la seule, non, lui aussi il était passé par là. Il avait aussi eu ce moment sombre après les jeux et il n'en était peut-être pas encore vraiment sortie. Je croisais les bras tout en lâchant un bref soupire. « On a toujours le choix. » je n'arrivais plus à le regarder dans les yeux, j'étais totalement en accord avec ce qu'il me disait et pourtant je cherchais à le contredire, le voyant lui aussi comme un monstre et pourtant, il n'avait pas totalement tord. Je devais me corriger, je devais arrêter de vouloir le repousser, après tout, il me soutenait, il était de mon côté. « Mais... parfois ce sont les choix qui nous font. »

Je croise les bras et regarde le bout de mes pieds, puis fini par réaliser que je n'avais vraiment pas été correcte avec lui pour le coup. « Excuses-moi, je me suis un peu emportée, je ne voulais pas. » je passe délicatement une main dans mes cheveux afin de me recoiffer avant de reprendre avec un sourire en coin. « Allez, apprends-moi à lancer les couteaux comme toi, ta technique semble infaillible. » lui lâchais-je tout en lui infligeant un léger coup dans l'épaule.


Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 15/04/2012
ϟ MESSAGE : 239
ϟ AVATAR : Theo James
ϟ MULTICOMPTE : Rowan E. Morgenstern
ϟ DISTRICT : District 2
ϟ AGE : 23 ans
ϟ METIER : Mentor (66th HG), entraîneur et auteur (talent)
ϟ LIFESTYLE : Hadès vie désormais dans l’opulence mais il profite très peu de sa fortune personnelle
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : indécis
ϟ COMPÉTENCES : LEADER
ADMINISTRATEUR DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: Tout oublier puis recommencer [ft. Hadès]    Sam 7 Fév - 12:56



with the beast inside there's nowhere we can hide

On mettait des années à quitter l’arène. A se sentir à nouveau en relative sécurité. On ne pouvait cependant jamais oublier ce que l’on avait été là-bas, même avec le meilleur entrainement du monde, rien ne vous préparait à vivre après avoir triomphé des épreuves. Certaines carrières ne souffraient d’aucuns traumatismes, tout du moins c’était l’impression qu’ils donnaient. Longtemps c’était l’idée qu’avaient eu les autres citoyens de moi. Un homme insensible. Froid. Un tueur n’éprouvant aucun remords. Et ils n’avaient pas tords. Il n’avait aucun remord d’avoir survécu, d’avoir tué pour revenir. Les remords étaient venus face à celui qu’il était devenu en quittant l’arène : le monstre qui pouvait tuer s’il était surpris en plein cauchemar. Le monstre qui se réveillait lorsqu’on le contrariait. La peur de blesser sans tenir compte de l’autre. Il se rappelait de Sochanna et de la nuit où il l’avait presque étranglé en lui faisant l’amour, en proie à une brusque hallucination poste arène. « On a toujours le choix. Mais... parfois ce sont les choix qui nous font. » Elle n’avait pas totalement tord mais elle devrait apprendre à vivre avec qui elle était, ce qu’elle avait fait. Cela viendrait. Elle avait encore un peu de temps devant elle. On finissait par accepter sa part d’ombre. Ce que l’arène avait fait de nous. « Excuses-moi, je me suis un peu emportée, je ne voulais pas. Allez, apprends-moi à lancer les couteaux comme toi, ta technique semble infaillible. » Je récupérais un couteau sur la table d’entrainement et me positionnais près d’elle sur la ligne de tir. « Tu dois faire corps avec l’arme, ne pas sentir de limite entre le couteau et tes doigts. Prends-le par la lame, équilibre-le dans ta paume. » Je lui faisais la démonstration, détendant mon bras, alignant la lame entre mes doigts. « Tu ne dois pas retenir ta respiration quand tu lances, au contraire, expire en même temps que tu lâche la lame. Ne quitte pas ta cible des yeux, une seule seconde. Quand tu es prête, détends le bras et lance. » j’ouvris les doigts et le trait parti vers la cible, où elle se ficha en plein cœur de la silhouette. « Tu coupes ta respiration au moment du lancée, c’est pourquoi ta lame dévie légèrement. Tu ne dois pas avoir de regret ou de doute au moment où tu lances, ton bras le sens, envoie le mauvais mouvement, tu ne dois pas réfléchir, seulement « sentir » ce que tu dois faire. Tu penses trop. Tu analyses trop. Il ne s’agit que de ressentir le mouvement, la lame, la trajectoire du poignard. Rien de plus. »

_________________

Fear doesn't shut you down ; it wakes you up

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout oublier puis recommencer [ft. Hadès]    Dim 8 Fév - 15:20

Il n'était pas ce que les autres pensaient, non, il ne l'était pas. Bien que ce soit dur à croire et encore plus à prouver, il n'était pas le monstre assoiffé de sang qu'il reflétait. En tout cas, il ne l'était pas plus que moi. Il est peut-être d'ailleurs en partie responsable de ma victoire lors des jeux, il m'avait apprit un bon nombre de chose avant mon entrée dans l'arène mais je préférais ne pas l'écouter, il était une personne peu fréquentable à mes yeux auparavant. Maintenant, je le découvre sous un nouveau jour, je découvre qu'en réalité je m'étais trompée sur lui, il n'était pas tous ces clichés que j'avais pu imaginer. Aujourd'hui, il était là, pour moi, pour me soutenir, pour m'empêcher de sombrer. Devais-je être reconnaissante envers-lui ? Je ne le savais pas et à vrai dire je ne voulais pas même le savoir, je voulais juste qu'il reste là, pour moi, j'avais besoin de lui, il était le seul à me préserver.

Je le regardais avec beaucoup d'attention, contrairement à nos précédents entraînements avant mes jeux où j'étais distraite par le moindre mouvement externe qui se présentait. Il maîtrisait la technique du lancer de couteau, c'était époustouflant si bien il fusionnait avec l'arme, il ne formait plus qu'un avec cette dernière. En parfaite harmonie avec la lame, celle qui auparavant avait du trancher de nombreux corps, celle qui avait fait un massacre. J'imaginais un bain de sang à quelques mètres de moi au même moment ou la cible fut percutée. Puis je secouais la tête, reprenant mes esprits. « Impressionnant, tu as appris ça où ? » puis sans perdre plus de temps, j'attrapais un couteau non loin avant de mimer et reproduire tout ce qu'il venait de me dire. L'entraînement avait été concluant, je venais d'atteindre la cible en plein centre. « Bientôt je serais capable de te battre ! » lui lâchais-je en bon enfant tout en le fixant. Je n'avais jamais prêté beaucoup d'attention à ses traits de visage, mais aujourd'hui c'était différent, il n'était pas cet homme que je détestais, alors j'avais pris le temps de le regarder, j'avais pris le temps d'en juger qu'il était beau, très beau.


Revenir en haut Aller en bas
CITOYEN DE PANEM
avatar
IDENTIFICATION PASS

ϟ 1ERE MOISSON : 15/04/2012
ϟ MESSAGE : 239
ϟ AVATAR : Theo James
ϟ MULTICOMPTE : Rowan E. Morgenstern
ϟ DISTRICT : District 2
ϟ AGE : 23 ans
ϟ METIER : Mentor (66th HG), entraîneur et auteur (talent)
ϟ LIFESTYLE : Hadès vie désormais dans l’opulence mais il profite très peu de sa fortune personnelle
ϟ HUNGER GAMES : oui
ϟ RÉBELLION : indécis
ϟ COMPÉTENCES : LEADER
ADMINISTRATEUR DE DAUGHTER OF FIRE
MessageSujet: Re: Tout oublier puis recommencer [ft. Hadès]    Dim 8 Fév - 19:25



with the beast inside there's nowhere we can hide

L’arène vous transformait, ses quelques jours passés à survivre malgré l’entrainement de toute une vie faisaient de vous un autre. Il révélait ce qu’il y avait de plus sombre, de plus dur, l’instinct de survie prenait le pas sur le reste. Mais c’était l’après qui était le plus dur à gérer. Mettre de nouveau le monstre en cage. Apprendre à vivre avec cette animalité qui se manifestait à chaque instant où l’on baissait la garde. La nuit était le plus difficile, quand votre esprit baissait ses défenses et que les souvenirs venaient vous hanter. J’avais manqué étrangler une compagne de nuit un soir, pensant être en danger. J’avais manqué égorger un muet venu le tirer du lit en pleine nuit. Je me savais dangereux. Animal. Malgré toutes ses années. Je présentais encore un risque pour mon entourage. On apprenait à vivre avec. Et les autres vainqueurs vous aidaient à accepter ce que vous étiez. Car ils étaient semblables à l’image que vous aviez de vous-même.

Je l’avais envoyé dans l’arène, j’avais été son mentor, je lui avais appris à survivre, j’avais essayé de la préparer à ce qu’elle devrait faire pour gagner. Mais je n’étais pas persuadé de sa victoire à l’époque, je savais qu’elle avait ce qu’il fallait mais ... Elle n’était pas prête à vivre avec ce qu’elle devrait faire. Après plusieurs années comme Mentor, j’avais pris l’habitude de cerner rapidement les tributs qui étaient choisis. Je n’aurai pas parié sur elle à l’époque. Mais elle m’avait surpris. « Impressionnant, tu as appris ça où ? » Je me permettais un sourire. J’avais eu le meilleur des entraîneurs durant des années. J’étais un vrai tueur, qu’importe l’arme, Reynold m’avait appris à tuer, à main nu, avec des armes. « Reynold ne tolérait pas le moindre relâchement, le moindre défaut, nous devions être prêt à tout. » Je lui apprenait un sourire ironique aux lèvres. « Tu apprends vite à mémoriser la technique parfaite si tu veux éviter de faire des tours de gymnase le sac remplit de pierres. » La méthode brute avait fonctionné avec moi. Dommage que je ne puisse pas y plier aisément mon esprit la nuit. « Bientôt je serais capable de te battre ! » Je ris cette fois. « Tel est la vocation d’un entraineur ou d’un mentor, être battu par son élève. Mais je crois que tu resteras toujours moins forte que moi au corps à corps. Tu as encore beaucoup à apprendre là-dessus. » Je la taquinais en envoyait mon couteau tout prêt du sien sur la cible.

_________________

Fear doesn't shut you down ; it wakes you up

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CITOYEN DE PANEM
IDENTIFICATION PASS

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Tout oublier puis recommencer [ft. Hadès]    
Revenir en haut Aller en bas
 

Tout oublier puis recommencer [ft. Hadès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» TOUT JETER, PUIS GARDER LA POUBELLE.
» Tout oublier, et redevenir une enfant... [PV]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.
» Haiti : Se défouler pour oublier la misère...noire
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daughter of Fire :: L'UNION DU CAPITOLE :: district deux :: carrières :: REYNOLD'S TRAINING-
Sauter vers: